Bataille du Ier



L'internet est une source inépuisable de connaissances, y compris lorsqu'il s'agit de Bataille du Ier. Des siècles et des siècles de connaissances humaines sur Bataille du Ier ont été versés, et sont encore versés, dans le réseau, et c'est précisément la raison pour laquelle il est si difficile d'y accéder, car nous pouvons trouver des endroits où la navigation peut être difficile, voire impraticable. Notre proposition est que vous ne fassiez pas naufrage dans une mer de données concernant Bataille du Ier et que vous puissiez atteindre tous les ports de la sagesse rapidement et efficacement.

Avec cet objectif en tête, nous avons fait quelque chose qui va au-delà de l'évident, en collectant les informations les plus récentes et les mieux expliquées sur Bataille du Ier. Nous l'avons également organisé de manière à le rendre facile à lire, avec un design minimaliste et agréable, garantissant la meilleure expérience utilisateur et le temps de chargement le plus court. Nous vous facilitons la tâche pour que vous n'ayez plus qu'à vous soucier de tout savoir sur Bataille du Ier ! Donc, si vous pensez que nous avons atteint notre objectif et que vous savez déjà tout ce que vous vouliez savoir sur Bataille du Ier, nous serions ravis de vous revoir sur les mers calmes de scientiafr.com dès que votre soif de connaissances se réveillera.

Bataille du Ier
Une partie de la campagne adriatique de la Seconde Guerre mondiale et de la bataille de la Méditerranée
Le contretorpilleur le Terrible.jpg
Le destroyer français libre Le Terrible
Date 29 février 1944
Emplacement
Au large de l' Ist , Mer Adriatique
44°14N 14°46E / 44,233°N 14,767°E / 44.233; 14.767 Coordonnées: 44°14N 14°46E / 44,233°N 14,767°E / 44.233; 14.767
Résultat victoire française
belligérants
 France libre  Allemagne
Commandants et chefs
Pierre Lancelot Jürgen Von Kleist
Force
2 destroyers 2 torpilleurs
2 corvettes
3 dragueurs de mines
1 cargo
Victimes et pertes
Rien 150 tués et blessés
1 corvette coulée
1 cargo coulé
1 torpilleur endommagé
Ist est situé en Méditerranée
Ier
Ier
L'île d'Ist dans la mer Adriatique

La bataille du Ier était un engagement naval en mer Adriatique , entre les îles d' karda et de Molat , au large de l'île du Ier , le 29 février 1944. L'engagement s'est déroulé entre deux destroyers des Forces navales françaises libres et une force Kriegsmarine de deux corvettes , deux torpilleurs et trois dragueurs de mines . La flottille allemande avait été déployée pour escorter un cargo. Dans l'engagement qui a suivi, les Français ont réussi à détruire le cargo allemand et une corvette en échange d'aucune perte avant de se retirer.

Fond

En 1944 pour des opérations en mer Adriatique, la Royal Navy a formé la 24e flottille de destroyers à Bari qui se composait de dix navires, dont trois destroyers français, Le Fantasque , Le Terrible et Le Malin . Les Français du capitaine Pierre Lancelot opéreraient dans la partie nord de l'Adriatique, tandis que les Britanniques feraient de même mais plus au sud. La vitesse des destroyers français, étant les plus rapides au monde à l'époque, leur a permis de réagir rapidement à la fois sur le renseignement et de frapper des cibles.

action

Le 29 février, les Français quittent Manfredonia à cinquante milles au nord de Bari et remontent l'Adriatique. En même temps , un convoi allemand était parti de Pola composé d'une forte escorte: les torpilleurs TA36 et TA37, en fait l'ancienne italienne Ariete -class Stella Polare et Gladio ; les chasseurs de sous-marins UJ201 et UJ205, en fait les anciennes corvettes italiennes de classe Gabbiano Egeria et Colubrina ; et trois petits dragueurs de mines . Ils escortaient le  cargo Kapitan Diederichsen, d'une jauge brute de 6 311 tonneaux . Les escortes allemandes n'avaient été mises en service que récemment et n'en étaient qu'à leur deuxième opération. Les deux se dirigeaient l'un vers l'autre dans l'obscurité de la nuit avec très peu de clair de lune.

A 21h35 , le radar du Terrible détecte bientôt des cibles plus au nord et navigue vers elles. Quand on sut que les cibles étaient confirmées comme non alliées, les Français ouvrirent le feu à environ 9 000 mètres juste à l'ouest de la Ière île, surprenant les Allemands. Le Malin a ouvert le feu sur la plus grande des cibles qui était le cargo et a rapidement marqué un coup. Les Allemands tentèrent de poser un écran de fumée , mais les destroyers avec leur vitesse se rapprochèrent bientôt en utilisant leur radar. Le Terrible a marqué plus de coups sur le cargo tandis que Le Malin a ciblé le plus proche des escortes. A 4 500 yards (4 100 m) Le Terrible tire une salve de torpilles ; la première salve a raté mais le premier dispositif de la deuxième salve a frappé le cargo au milieu du navire, ce qui l'a ensuite fait brûler violemment et elle a rapidement dérivé, impuissante.

Pendant ce temps, l' UJ201 a été rapidement touché par les obus de 90 livres (41 kg) bien dirigés de Le Malin ; ayant maintenant trouvé la gamme, la corvette allemande a été touchée six fois de plus et était bientôt une épave en feu. Le Malin était assez près pour lancer une salve de torpilles ; un coup et a suffi à faire exploser le chargeur du navire, provoquant une énorme explosion illuminant le ciel. Elle a coulé immédiatement et toutes les mains sont allées avec elle. Les deux Le Terrible et Le Malin a ensuite assumé le reste des escortes allemandes; Le TA36 a subi des quasi- accidents et a rapidement été touché à l'extrémité de l'arc, subissant de légers dommages. Le TA37 a cependant été touché dans la salle des machines et s'est enflammé, ce qui a fait chuter rapidement sa vitesse.

Lancelot était sur le point d'achever le navire allemand, mais en voyant des silhouettes basses et rapides de bateaux électriques potentiels , il a décidé de se retirer. Il s'agissait en fait des dragueurs de mines à moteur venant aider l'équipage du cargo sinistré et rechercher les survivants de l' UJ201 détruit . Lancelot s'est dirigé vers le sud jusqu'au port.

Conséquences

Le Kapitan Diederichsen est resté à flot mais seulement pendant un certain temps, une tentative de remorquage a échoué et les survivants ont été enlevés par les escortes allemandes. Le TA37 fortement endommagé a été remorqué avec succès et a atteint Pola.

Les forces françaises sont restées dans l'Adriatique pendant la moitié de l'année en bombardant Zante et, le 19 mars, ont coulé deux ferries Siebel SF273 et SF274 en route vers Pylos et en paralysant deux autres. En août, ils ont participé à l'opération Dragoon, l' invasion du sud de la France .

Les références

Citations

Bibliographie

Opiniones de nuestros usuarios

Gabriel Morel

Le langage a l'air vieux, mais les informations sont fiables et en général tout ce qui est écrit sur Bataille du Ier donne beaucoup de confiance.

Isabelle Joubert

Les informations fournies sur Bataille du Ier sont vraies et très utiles. Bien.