Bataille du Fort Beauséjour



L'internet est une source inépuisable de connaissances, y compris lorsqu'il s'agit de Bataille du Fort Beauséjour. Des siècles et des siècles de connaissances humaines sur Bataille du Fort Beauséjour ont été versés, et sont encore versés, dans le réseau, et c'est précisément la raison pour laquelle il est si difficile d'y accéder, car nous pouvons trouver des endroits où la navigation peut être difficile, voire impraticable. Notre proposition est que vous ne fassiez pas naufrage dans une mer de données concernant Bataille du Fort Beauséjour et que vous puissiez atteindre tous les ports de la sagesse rapidement et efficacement.

Avec cet objectif en tête, nous avons fait quelque chose qui va au-delà de l'évident, en collectant les informations les plus récentes et les mieux expliquées sur Bataille du Fort Beauséjour. Nous l'avons également organisé de manière à le rendre facile à lire, avec un design minimaliste et agréable, garantissant la meilleure expérience utilisateur et le temps de chargement le plus court. Nous vous facilitons la tâche pour que vous n'ayez plus qu'à vous soucier de tout savoir sur Bataille du Fort Beauséjour ! Donc, si vous pensez que nous avons atteint notre objectif et que vous savez déjà tout ce que vous vouliez savoir sur Bataille du Fort Beauséjour, nous serions ravis de vous revoir sur les mers calmes de scientiafr.com dès que votre soif de connaissances se réveillera.

Bataille du fort Beauséjour
Une partie de la guerre française et indienne
Robert Moncton Martinique.jpg
Robert Monckton de Benjamin West
Date 3-16 juin 1755
Emplacement
Près de l'actuelle Sackville, Nouveau-Brunswick , Canada
45°5156N 64°1727W / 45,86556°N 64,29083°W / 45.86556; -64.29083 Coordonnées: 45°5156N 64°1727W / 45,86556°N 64,29083°W / 45.86556; -64.29083
Résultat victoire britannique
belligérants
 France
Milice Mi'kmaq Milice
Acadienne
 Grande Bretagne
Commandants et chefs
Louis Du Pont Duchambon de Vergor Robert Monckton
George Scott
Capitaine de vaisseau
John Rous John Winslow
Jedidiah Preble
Benjamin Goldthwait
Winckworth Tonge
Force
162 troupes de la Marine
300 milices acadiennes
270 soldats de l' armée britannique
2 000 milices de la Nouvelle-Angleterre
Victimes et pertes
8 tués, 6 blessés 4 tués, 16 blessés

La bataille du fort Beauséjour s'est déroulée sur l' isthme de Chignecto et a marqué la fin de la guerre du père Le Loutre et le début d'une offensive britannique sur le théâtre Acadia/Nouvelle-Écosse de la guerre de Sept Ans , qui mènera éventuellement à la fin de l'Empire français en Amérique du Nord. La bataille a également remodelé les modèles de peuplement de la région de l'Atlantique et jeté les bases de la province moderne du Nouveau-Brunswick.

À partir du 3 juin 1755, une armée britannique commandée par le lieutenant-colonel Robert Monckton a fait escale à proximité du fort Lawrence et a assiégé la petite garnison française du fort Beauséjour dans le but d'ouvrir l' isthme de Chignectou au contrôle britannique. Le contrôle de l'isthme était crucial pour les Français car c'était la seule porte d'entrée entre Québec et Louisbourg pendant les mois d'hiver. Après deux semaines de siège, Louis Du Pont Duchambon de Vergor , commandant du fort, capitule le 16 juin.

Contexte historique

Les tensions entre les Anglais et les Français concernant le territoire acadien remontent au XVIIe siècle, lorsque la France établit sa colonie acadienne, ce qui en fait des voisins des puritains de la Nouvelle-Angleterre. L'une des principales raisons des tensions était la question de la juridiction, surtout après la conquête de l'Acadie (1710). L'isthme de Chignecto était revendiqué par les Français et les Anglais alors que la Nouvelle-Écosse actuelle était revendiquée par les Anglais. La frontière différenciant les deux était la rivière Missaguash ; cependant, des Acadiens s'installent des deux côtés de la rivière. La revendication anglaise sur le Nouveau-Brunswick d'aujourd'hui et le nord du Maine étaient en conflit avec la petite présence française et la colonisation acadienne dans la région. Malgré cela, Louis XV de France a encouragé les Acadiens à migrer vers les terres à l'ouest de la Missaguash et vers le fort Beauséjour.

Dans les années 1750, les habitants de la Nouvelle-Angleterre étaient soumis à la sécheresse, à la dépression, à des impôts élevés et à la violence, qui ont tous été manipulés par des prêtres puritains et protestants pour obtenir le soutien d'une attaque imminente contre les catholiques français. De plus, les relations étroites entre les Français et les Mikmaq dans la région ont provoqué la colère des Anglais. Les Acadiens se sont souvent mariés avec le peuple Mikmaq, menant à un accord ethnique et à la création d'une population locale unique. Les Anglais en voulaient surtout aux Acadiens pour leur possession des meilleures terres et pour l'appui qu'ils avaient des Mikmaq, ce qui empêchait l'établissement d'une colonie protestante. Un problème majeur pour les habitants de la Nouvelle-Angleterre était la relation étroite entre les Acadiens, les Français et les Mikmaq.

L'abbé Le Loutre, curé du fort Beauséjour, a créé une autre source de tension car il était un représentant du gouvernement français, et donc aussi un allié des Mikmaq. Le Loutre était loyal envers la France et pour assurer l'allégeance des Acadiens, il menaça les Acadiens de dommages physiques et spirituels s'ils entraient un jour en territoire anglais. Face à l'excommunication religieuse et militaire, les Acadiens ont réduit à néant tout soutien anglais qu'ils pouvaient avoir. Le Loutre encouragea également les Mikmaq à continuer de s'aligner contre les Britanniques, ce qu'ils avaient fait depuis la guerre du roi Guillaume (1689). Les Britanniques mettent à prix Le Loutre.

Le lieutenant-colonel Lawrence et le Conseil de la Nouvelle-Écosse , ainsi que de nombreux gouverneurs précédents, avaient noté qu'à plusieurs reprises, les Acadiens n'avaient pas agi de manière neutre. Lawrence avait la preuve qu'au moins certains Acadiens favorisaient clairement les Français et espéraient forcer tous les Acadiens à prêter serment d'allégeance aux Anglais. Les Anglais de la Nouvelle-Angleterre considéraient les Acadiens comme des traîtres à la Grande-Bretagne et comme des « fanatiques français », dont ils espéraient qu'ils seraient transférés à Philadelphie. Lawrence avait peu d'égard pour le mode de vie unique des Acadiens et leur déclaration de neutralité. Par conséquent, certains historiens ont suggéré que le Lawrence était motivé par le désir de défricher de riches terres pour les habitants de la Nouvelle-Angleterre. D'autres ont noté que la déportation était principalement fondée sur des raisons militaires pour éliminer toute menace militaire posée par les Acadiens dans leur alliance avec le peuple Mi'kmaq et le soutien acadien de Louisbourg.

En 1753, les troupes françaises du Canada ont marché vers le sud et ont saisi et fortifié la vallée de l'Ohio. La Grande-Bretagne a protesté contre l'invasion et a revendiqué l'Ohio pour elle-même. Le 28 mai 1754, la guerre franco-indienne débute avec la bataille de Jumonville Glen . L'officier français Ensign de Jumonville et un tiers de son escorte ont été tués par une patrouille britannique dirigée par George Washington . En représailles, les Français et les Indiens battirent les Britanniques à Fort Necessity . Washington a perdu un tiers de ses forces et s'est rendu.

En Acadie, l'objectif premier des Britanniques était de vaincre les fortifications françaises de Beauséjour et de Louisbourg. Les Britanniques considéraient l'allégeance des Acadiens aux Français et à la Confédération Wabanaki comme une menace militaire. La guerre du Père Le Loutre avait créé les conditions d' une guerre totale ; Les civils britanniques n'avaient pas été épargnés et, selon le gouverneur Charles Lawrence et le Conseil de la Nouvelle-Écosse , les civils acadiens avaient fourni des renseignements, un sanctuaire et un soutien logistique tandis que d'autres avaient combattu les Britanniques.

Tout au long de tout cela, les Britanniques étaient nerveux à propos d'une invasion française et indigène. À la suite de raids indigènes soutenus par les Français, certains colons britanniques ont quitté leurs colonies (voir Raid on Dartmouth (1751) ). À la suite de l'accumulation militaire à Chignecto, dans le cadre de l'effort coordonné plus large de la guerre des Français et des Indiens , le gouverneur du Massachusetts, William Shirley, prévoyait de prendre le fort Beauséjour. L'intelligence de Shirley a fermenté l'idée que la seule façon de sauver le Massachusetts était d'attaquer Beauséjour.

Fort Beauséjour : construction et espionnage

En 1750, le gouverneur de la Nouvelle-France Jacques-Pierre de la Jonquière apprend que les Anglais construisent un fort dans la région de l'Acadie. Ce fort devint plus tard Fort Lawrence. En réponse, les Français décidèrent de construire le fort Beauséjour. La construction du fort débute en 1751 et les plans sont élaborés par un ingénieur militaire nommé Jacau de Fiedmont, devenu lieutenant en 1752. Fiedmont est responsable de la construction du fort ainsi que des plans de sa défense. Le fort était censé être assez solide pour résister aux bombardements, mais le fort Beauséjour n'a pas été complètement terminé en 1755, pour de multiples raisons. Dans un premier temps, le curé du fort, l'abbé Le Loutre, décide de réaffecter de la main-d'uvre à un projet d'irrigation. Aussi, Louis du Chambon de Vergor, le commandant militaire au fort Beauséjour en 1754, était plus soucieux de garder l'argent pour lui-même et ne mettait donc pas les ressources à utiliser pour renforcer les défenses du fort Beauséjour. Le journal de Jacau de Fiedmont, The Siege of Beauséjour in 1755: A Journal of the Attack on Beauséjour, met l'accent sur le fait que si les fortifications avaient été achevées au début du siège, le fort aurait eu une plus grande résistance contre les bombardements qui aurait remonté le moral des défenseurs français et acadiens. Fiedmont a continuellement insisté pour travailler sur les défenses en raison des faiblesses du fort, mais ce travail n'a jamais été achevé.

Bataille de Beauséjour par Charles Morris (encart d'une carte des côtes maritimes de la péninsule de la Nouvelle-Écosse, 1755)

Une autre figure importante du fort Beauséjour à cette époque était Thomas Pichon , qui, ayant étudié la médecine en France, était le secrétaire du commandant au fort Beauséjour. Lorsque Fort Beauséjour est touché par une épidémie d'intoxication alimentaire, Pichon se rend à Fort Lawrence pour discuter de ses notes médicales avec le chirurgien anglais. La conclusion était qu'une herbe toxique était utilisée dans la nourriture, au lieu du persil que les Français pensaient utiliser. À partir de là, Pichon devint ami et en bons termes avec les Anglais au fort Lawrence, visitant le fort régulièrement car il sentait que les gens ne reconnaissaient pas sa valeur au fort Beauséjour. Pichon ne faisait confiance ni au commandant Vergor ni au curé l'abbé Le Loutre qui, bien qu'inférieur à Vergor dans la hiérarchie, était le véritable responsable. Pichon a finalement rencontré le commandant à Fort Lawrence, le capitaine George Scott , et a été embauché comme espion. Pichon a déclaré qu'il avait accepté de devenir un espion parce qu'il croyait que la nation britannique était supérieure à la nation française, mais il est plus probable qu'il voulait un gain monétaire et méprisait ses supérieurs au fort Beauséjour. Pendant un an avant le siège de Beauséjour, Pichon a donné aux Anglais des informations militaires cruciales telles que des cartes et des plans de bataille. (Certains Acadiens travaillaient aussi comme espions pour les Britanniques.) Après les événements de 1755, Thomas Pichon commença sa nouvelle vie sous le nom de Thomas Tyrell, un sujet du roi George II. Plus tard dans sa vie, Pichon en vint à regretter sa trahison envers les Français.

Le siège

Le recrutement pour une attaque contre Beauséjour a été effectué par le colonel Shirley du Massachusetts. Il a pu rassembler 2000 hommes, qui seraient dirigés par le colonel Winslow, le lieutenant-colonel George Scott et Robert Monckton . L'expédition quitta Boston le 22 mai 1755 et arriva à Fort Lawrence le 2 juin, où 400 hommes supplémentaires se joignirent à l'expédition. L'expédition anglaise a ensuite commencé à se diriger vers le fort Beauséjour le 4 juin. Entre-temps, Vergor a reçu des nouvelles de l'attaque imminente et a commencé à mettre en place des mesures de défense. Il lance d'abord un appel aux armes à la population acadienne environnante, qui y répond à contrecur. Les Acadiens demandent à leur gouverneur de les menacer, afin d'être protégés de l'exécution pour trahison des Anglais. Le fort Beauséjour avait un maximum de mille hommes pour le défendre. Au même moment, Vergor a envoyé des lettres à Québec, à Louisbourg, ainsi qu'à des établissements sur le fleuve Saint-Jean et sur les îles de Saint-Jean pour obtenir de l'aide. Il a également envoyé une lettre au fort Gaspereau, qui était situé le plus près du fort Beauséjour. Alors que Vergor était techniquement en charge du fort, c'est Jacau de Fiedmont qui a coordonné tous les plans de défense et les préparatifs de l'attaque. Il savait bien que la seule façon pour Beauséjour de survivre au siège serait de renforcer ses défenses. Il insiste donc pour que le travail supplémentaire soit fait avant l'arrivée des Anglais. D'autres préparatifs comprenaient la destruction de routes et de ponts.

Capitaine Nicholas Cox , 47e Régiment

Le premier affrontement entre les colons et soldats français du fort Beauséjour et les Anglais a lieu le 4 juin à la rivière Missaguash. Au total, 400 hommes français, acadiens et indiens ont affronté des soldats britanniques en formation de combat. Dès le départ, il était clair que les Acadiens n'étaient pas de bons combattants et manquaient d'esprit combatif et de motivation, ce qui aurait donné aux Anglais un fort sentiment des faiblesses, du manque d'habileté et du manque de courage du fort Beauséjour. Après l'affrontement, il a été dit que les Anglais avaient perdu quatre-vingts hommes, mais il s'agissait probablement d'un nombre fabriqué pour remonter le moral déjà bas des Acadiens, car leur objectif était mauvais. Les Anglais ont commencé à reconstruire le pont sur la rivière Missaguash que Vergor avait détruit sous le feu et n'ont subi aucune perte.

Dans la nuit du 4 juin, Vergor a continué à mettre en place des mécanismes de défense, mettant cette fois le feu à tous les bâtiments, magasins et maisons environnants. Cela n'a rien fait pour améliorer le moral des Acadiens, car c'étaient leurs maisons. Vergor, l'abbé le Loutre et Fiedmont font tout pour remonter le moral des Acadiens et des soldats. Vergor insiste sur l'aide à venir de Louisbourg. Fiedmont s'inquiétait également du niveau de motivation des Acadiens, car il avait désespérément besoin d'eux pour travailler afin de continuer à fortifier les défenses. Les quelques hommes qu'il a trouvés qui étaient prêts à travailler n'étaient pas assez.

Les 7 et 8 juin, les alliés autochtones des Français avaient capturé un officier anglais appelé Hay et l'avaient emmené au fort Beauséjour comme prisonnier, ainsi qu'un déserteur anglais. L'officier anglais fit comprendre aux officiers du fort Beauséjour que les Anglais disposaient d'une force très puissante et d'une artillerie lourde. Le 9 juin, des pluies intenses ont donné aux Acadiens une autre excuse parfaite pour ne pas travailler au renforcement des défenses, mais aucune excuse de ce genre n'a été utilisée par les Anglais, qui ont continué à construire leurs tranchées et à se préparer à commencer le siège. Le 11 juin, Fiedmont tente à nouveau de motiver les Acadiens à terminer les défenses mais en vain. Le 12 juin, un officier du nom de Vannes part avec 180 hommes pour attaquer le lieutenant-colonel Scott, mais revient plus tard dans la nuit sans avoir jamais tiré un seul coup. L'ensemble de la situation n'a certainement pas aidé à remonter le moral de ses collègues officiers et soldats. Les Anglais ont commencé à bombarder Beauséjour le 13 juin, avec une artillerie bien plus puissante que tout ce que Beauséjour avait. Les hommes du fort Beauséjour perdaient rapidement le peu de moral qui leur restait et de nombreux Acadiens désertaient tout simplement.

Le 14 juin, Vergor apprend que le port de Louisbourg est bloqué par les Anglais et ne peut donc envoyer de secours. Comme le moral général était déjà au plus bas, Vergor a décidé de garder cette nouvelle secrète. Cependant, son valet, avec la femme de qui Vergor avait une liaison, entendit et répandit la nouvelle. Le lendemain, tous les Acadiens et les soldats avaient complètement perdu tout espoir et tout le moral qu'il leur restait et ont commencé à pousser à la capitulation. En effet, en apprenant cette nouvelle, quatre-vingts hommes ont déserté Beauséjour. La désertion devenait rapidement un tel problème que des ordres devaient être mis en place afin d'interdire aux hommes de s'exprimer sur la désertion.

Thomas Pichon - un espion pour les Britanniques qui a créé le plan d'attaque utilisé par Monckton

De nombreux Acadiens qui n'avaient pas participé aux combats craignaient de plus en plus d'être capturés et condamnés à mort par les Anglais. Beauséjour continua d'être bombardé jusqu'au 16 juin, lorsqu'une bombe toucha en particulier le mess des officiers, tuant quelques officiers français ainsi que le prisonnier anglais Hay, qui fut le seul Anglais à perdre la vie dans le siège. Le drapeau blanc de la capitulation fut alors hissé et la capitulation signée le 16 juin 1755. La capitulation écrite incluait des clauses qui protégeaient les Acadiens, dictait ce que les Anglais pouvaient prendre en termes de biens matériels de Beauséjour et stipulait que les Français ne pouvaient porter les armes en Amérique pendant les six prochains mois.

Le fort Beauséjour est pris possession par les Anglais à 19 h 30 le 16 juin. Les Anglais proposent au fort Gaspereau les mêmes conditions, qui sont aussitôt acceptées et signées. Immédiatement après la bataille du fort Beauséjour (1755), Robert Monckton envoie un détachement sous le commandement de John Rous prendre le fort Menagoueche. De Boishebert savait qu'il faisait face à une force supérieure, alors il brûla le fort et se retira en amont de la rivière pour entreprendre une guerre de guérilla. La destruction du fort Menagoueche fait de Louisbourg le dernier fort français en Acadie. Boishebert a fait sa première frappe dans la bataille de Petitcodiac .

Conséquences

La prise du fort Beauséjour a été un facteur décisif dans les relations entre l'Empire britannique et la population acadienne de la Nouvelle-Écosse. Pendant des décennies, la Grande-Bretagne avait lutté pour obtenir un serment d'allégeance des Acadiens, qui soutenaient que les « conventions de 1730 » avaient assuré leur neutralité dans tous les futurs conflits anglo-français. Un tel refus, combiné aux tentatives répétées des colons français d'inciter à la rébellion parmi leurs compatriotes francophones, a laissé les responsables britanniques, en particulier le gouverneur Charles Lawrence, de plus en plus méfiants d'une attaque de l'intérieur.

La bataille du fort Beauséjour scella le sort des Acadiens tant sur le plan militaire que politique. Avec la capture du fort, les catholiques français ont perdu leur seule échappatoire par voie terrestre vers le continent. Ayant également concédé leurs armes à Lawrence, les coloniaux ont été laissés "à la merci de leurs suzerains britanniques". Les Britanniques, quant à eux, découvrent que plusieurs Acadiens ont participé à la défense de Beauséjour. Lawrence avait suffisamment de preuves que certains Acadiens continuaient d'enfreindre la neutralité pour que lui et le Conseil décidèrent de résoudre une fois pour toutes le « problème acadien lancinant ». Le 31 juillet 1755, il ordonne le retrait forcé de la population acadienne de la colonie.

Les historiens ont débattu des plans probables de l'Empire pour l'Acadie avant la prise de Beauséjour. En refusant de prêter serment d'allégeance, les Acadiens ont longtemps résisté à l'assimilation au courant protestant britannique. Les lettres de Lawrence révèlent une hostilité marquée envers les Acadiens en 1754, date à laquelle il planifiait avec le gouverneur du Massachusetts William Shirley d'attirer des bataillons britanniques en Nouvelle-Écosse. Comme de nombreux gouverneurs précédents, Lawrence et Shirley avaient souvent discuté de la possibilité d'expulser les Acadiens, mais, avant 1755, ils n'avaient pas les moyens de telles mesures. Sans la défaite humiliante du général Edward Braddock cette même année, Lawrence aurait pu étendre le contrôle britannique bien au-delà de l'Acadie, éliminant ainsi le besoin perçu d'une déportation massive.

Le fort Beauséjour a été rebaptisé fort Cumberland par les Britanniques. Elle est rapidement devenue une plaque tournante importante de l'expulsion des Acadiens, mais a connu peu d'activité militaire pendant le reste de la guerre de Sept Ans. Le fort ferait face à un autre siège avec la bataille de 1776 de Fort Cumberland pendant la Révolution américaine .

Galerie

Voir également

Les références

Textes cités

  • Brasseaux, Carl (1991). « Dispersés au vent » : Dispersion et errances des Acadiens, 17751809 . Lafayette : Le Centre d'études de la Louisiane.
  • Faragher, John Mack (2005). Un plan grand et noble . New York : W. W. Norton & Company.
  • Fiedmont, Jacau ; Webster, Alice ; Webster, John C. (1936). Le siège de Beauséjour en 1755 : un journal de l'attaque de Beauséjour . Saint John : Publications du Musée du Nouveau-Brunswick.
  • Graham, Dominick (1968). « La planification de l'opération Beauséjour et les approches de la guerre en 1755 ». Le New England Quarterly . 41 (4) : 551-566. doi : 10.2307/363912 . JSTOR  363912 .
  • Grenier, Jean (2008). Les lointaines portées de l'empire. Guerre en Nouvelle-Écosse, 1710-1760 . Norman, OK : University of Oklahoma Press. p. 154-155.
  • Griffiths, N.E.S. (1969). La déportation acadienne : perfidie délibérée ou nécessité cruelle . Toronto : La maison d'édition Copp Clark.
  • Main, Chris M. (2004). Le siège du fort Beauséjour 1755 . Fredericton : Éditions Goose Lane/Projet du patrimoine militaire du Nouveau-Brunswick. ISBN 0-86492-377-5.
  • Hodson, Christophe (2010). « L'exil sur la rue Spruce : une histoire acadienne ». William et Mary Quarterly . 67 (2) : 249-278. doi : 10.5309/willmaryquar.67.2.249 .
  • Hodson, Christophe (2012). La diaspora acadienne : une histoire au XVIIIe siècle . New York : Oxford University Press.
  • Patterson, Stephen E. (1994). "1744-1763: Guerres coloniales et peuples autochtones". Dans Phillip Buckner ; John Reid (éd.). La région atlantique à la Condation : une histoire . Toronto : Presses de l'Université de Toronto. p. 125-155. ISBN 9780864923738.
  • Sarty, Roger Flynn ; Chevalier, Doug (2003). Fortifications de Saint John, 1630-1956 . Éditions Goose Lane.
  • Trichoche, Georges Nestler (1938). « Un des derniers épisodes de la lutte franco-anglaise au Canada el siège de Fort Beauséjour en 1755 ». Revue Historique . 182 .

Opiniones de nuestros usuarios

Sebastien Pons

Parfois, lorsque vous recherchez des informations sur Internet à propos de quelque chose, vous trouvez des articles trop longs qui insistent pour parler de choses qui ne vous intéressent pas. J'ai aimé cet article sur Bataille du Fort Beauséjour car il va droit au but et parle exactement de ce que je veux, sans me perdre dans des informations inutiles.

Denise Mathieu

J'ai trouvé les informations que j'ai trouvées sur Bataille du Fort Beauséjour très utiles et agréables. Si je devais mettre un 'mais' ce serait peut-être qu'il n'est pas assez inclusif dans sa formulation, mais sinon, c'est super.