Bataille de Montmirail



L'internet est une source inépuisable de connaissances, y compris lorsqu'il s'agit de Bataille de Montmirail. Des siècles et des siècles de connaissances humaines sur Bataille de Montmirail ont été versés, et sont encore versés, dans le réseau, et c'est précisément la raison pour laquelle il est si difficile d'y accéder, car nous pouvons trouver des endroits où la navigation peut être difficile, voire impraticable. Notre proposition est que vous ne fassiez pas naufrage dans une mer de données concernant Bataille de Montmirail et que vous puissiez atteindre tous les ports de la sagesse rapidement et efficacement.

Avec cet objectif en tête, nous avons fait quelque chose qui va au-delà de l'évident, en collectant les informations les plus récentes et les mieux expliquées sur Bataille de Montmirail. Nous l'avons également organisé de manière à le rendre facile à lire, avec un design minimaliste et agréable, garantissant la meilleure expérience utilisateur et le temps de chargement le plus court. Nous vous facilitons la tâche pour que vous n'ayez plus qu'à vous soucier de tout savoir sur Bataille de Montmirail ! Donc, si vous pensez que nous avons atteint notre objectif et que vous savez déjà tout ce que vous vouliez savoir sur Bataille de Montmirail, nous serions ravis de vous revoir sur les mers calmes de scientiafr.com dès que votre soif de connaissances se réveillera.

Bataille de Montmirail
Une partie de la guerre de la sixième coalition
Bataille de Montmirail 1814.jpg
Bataille de Montmirail par Horace Vernet
Date 11 février 1814
Emplacement 48°5345N 3°2851E / 48.8958°N 3.4807°E / 48.8958; 3.4807
Résultat victoire française
belligérants
Premier Empire français La France Empire russe Russie Prusse
Royaume de Prusse
Commandants et chefs
Premier Empire français Napoléon Bonaparte Empire russe Fabian von Osten-Sacken Ludwig Yorck
Royaume de Prusse
Force
20 000-25 000 Russie :
18 000
90 canons
Prusse :
9 000
16 canons
Total :
27 000-39 000
106 canons
Victimes et pertes
2 000-2 100 tués, blessés ou capturés Russie :
2 800 tués, blessés ou capturés
9 à 26 canons perdus
Prusse :
900 tués, blessés ou capturés
Total des pertes : 3
 700 à 4 000 tués, blessés ou capturés 9 à 26
canons perdus
  bataille en cours
  Napoléon aux commandes
  Napoléon pas aux commandes

La bataille de Montmirail (11 février 1814) a opposé une force française dirigée par l'empereur Napoléon et deux corps alliés commandés par Fabian Wilhelm von Osten-Sacken et Ludwig Yorck von Wartenburg . Au cours de durs combats qui durent jusqu'au soir, les troupes françaises, dont la Garde impériale, battent les soldats russes de Sacken et les obligent à se retirer vers le nord. Une partie du 1er corps prussien de Yorck a tenté d'intervenir dans la lutte, mais il a également été chassé. La bataille a eu lieu près de Montmirail , en France, pendant la campagne des six jours des guerres napoléoniennes . Montmirail est situé à 51 kilomètres (32 mi) à l'est de Meaux .

Après que Napoléon eut écrasé le petit corps isolé de Zakhar Dmitrievich Olsufiev lors de la bataille de Champaubert le 10 février, il se trouva au milieu de l' armée de Silésie largement répandue de Gebhard Leberecht von Blücher . Laissant une petite force à l'est pour surveiller Blücher, Napoléon a tourné le gros de son armée vers l'ouest pour tenter de détruire Sacken. Ignorant la taille de l'armée de Napoléon, Sacken a tenté de se frayer un chemin vers l'est pour rejoindre Blücher. Les Russes ont réussi à tenir bon pendant plusieurs heures, mais ont été contraints de reculer alors que de plus en plus de soldats français apparaissaient sur le champ de bataille. Les troupes de Yorck sont arrivées tardivement pour être repoussées, mais les Prussiens ont distrait les Français assez longtemps pour permettre aux Russes de Sacken de les rejoindre dans un retrait vers le nord. Le lendemain verra la bataille de Château-Thierry alors que Napoléon lançait une poursuite tous azimuts.

Fond

Le 1er février 1814, le maréchal prussien Gebhard Leberecht von Blücher commandant 80 000 soldats alliés de sa propre armée de Silésie et le maréchal autrichien Karl Philipp, prince de Schwarzenberg 's Army of Bohemia défait Napoléon avec 45 000 soldats français à la bataille de La Rothière . Exaltés par leur triomphe, les commandants alliés ont conçu un nouveau plan par lequel Schwarzenberg a avancé de Troyes vers Paris tandis que Blücher a opéré sur un axe plus au nord de Châlons-sur-Marne vers Meaux. Les deux armées seraient liées par le corps de Peter Wittgenstein et une force de reconnaissance dirigée par Alexander Nikitich Seslavin. En quelques jours, le prudent Schwarzenberg commença à tirer les troupes de Wittgenstein vers le sud. Croyant que la guerre était presque terminée, Blücher se dirigea rapidement vers l'ouest après une force française plus petite sous le maréchal Jacques MacDonald . À l'insu du maréchal prussien, le 5 février, Schwarzenberg fait passer la force de Seslavin du flanc droit au flanc gauche extrême sans en informer Blücher. Faute d'officier de liaison avec Seslavin, le Prussien ignorait qu'une dangereuse brèche se creusait sur son flanc gauche.

Jusqu'au 6 février, Napoléon envisage de porter un coup à l'armée de Bohême. Mais ce jour-là, l'empereur français reçut l'information que Blücher se dirigeait vers Paris, via Meaux. Puisque MacDonald était trop faible pour arrêter l'armée de Silésie, Napoléon fut obligé de s'occuper d'abord de Blücher. Alors qu'il envoyait des patrouilles pour déterminer la localisation précise de l'armée du maréchal prussien, Napoléon envoya le maréchal Auguste de Marmont avec 8 000 hommes à Sézanne . Le 8 février, ils furent rejoints par une partie de la garde impériale et une importante force de cavalerie. Le même jour, les patrouilles de MacDonald rapportèrent que Ludwig Yorck von Wartenburg se trouvait près d' Épernay avec 18 000 hommes. Lorsque, le matin du 9 février, Napoléon reçut des nouvelles de Marmont que Fabian Wilhelm von Osten-Sacken se trouvait près de Montmirail avec environ 15 000 hommes, l'armée française se mit à l'action.

Le maréchal Claude Perrin Victor avec 14 000 hommes, composé de son propre corps, une force d' Etienne Maurice Gérard et de la cavalerie, tiendrait Nogent-sur-Seine . Le maréchal Nicolas Oudinot avec 20 000 hommes dont le VII Corps nouvellement formé , une division de la Jeune Garde de 5 000 hommes, des gardes nationaux et une force de cavalerie sous Pierre Claude Pajol a été chargé de garder les ponts de Bray-sur-Seine , Montereau , Pont-sur- Yonne et Sens . A cette époque, Napoléon n'avait que 70 000 soldats pour affronter environ 200 000 Alliés. Avec Victor et Oudinot surveillant Schwarzenberg, Napoléon décide d'agir contre Blücher qu'il suppose avoir 45 000 hommes.

En effet, l'armée de Silésie comptait 57 000 soldats, dont 18 000 sous Yorck à Château-Thierry , 20 000 sous Sacken près de La Ferté-sous-Jouarre et 19 000 sous Zakhar Dmitrievich Olsufiev , Peter Mikhailovich Kaptzevich et Friedrich von Kleist à Champaubert , Vertus et Bergères -lès-Vertus . Cependant, l'armée de Blücher était répartie sur un front de 44 milles (71 km) et Napoléon pouvait compter sur l'aide des 10 000 hommes de MacDonald. La force de frappe de Napoléon comptait 30 000 hommes et 120 canons. Il se composait du corps de Marmont, de deux divisions de la jeune garde dirigées par le maréchal Michel Ney , du Ier corps de cavalerie , de deux divisions de la vieille garde du maréchal Édouard Mortier, duc de Trévise , d'une partie de la cavalerie de la garde et de la division de cavalerie indépendante de Jean-Marie Defrance . Mortier reçut l'ordre de fermer la marche.

Craignant que Napoléon ne propose la bataille près de Nogent, Schwarzenberg a demandé à son collègue Blücher d'envoyer le corps de Kleist au sud pour aider. Obligeant, le maréchal prussien ordonna à Kleist, Kaptzevich et Olsufiev de converger sur Sézanne le 10 février. Chevauchant avec Kleist et Kaptzevich, Blücher les a conduits au sud de Vertus vers Fère-Champenoise , prévoyant de tourner à l'ouest de là jusqu'à Sézanne. Après des jours de pluie, les routes étaient inondées, mais les paysans français ont aidé l'armée à traîner les canons de Napoléon dans la boue. L'armée française est tombée sur le petit corps d'Olsufiev avec une force écrasante lors de la bataille de Champaubert le 10 février. Avec seulement 5 000 hommes et 24 canons, le général russe a imprudemment tenu bon ; Olsufiev a terminé la journée en tant que prisonnier français et son corps a été presque détruit. Les 1 500 survivants sont regroupés en trois ou quatre bataillons ad hoc .

Bataille

Les forces

Avancer pour contacter

Blücher était près de Fère-Champenoise lorsqu'il apprit que le corps d'Olsufiev avait été détruit ; il ordonna immédiatement à Kleist et à Kaptzevich d'entreprendre une marche nocturne vers Vertus. Le maréchal prussien ordonna à Yorck de marcher sur Montmirail tout en tenant l'important pont sur la Marne à Château-Thierry au cas où une retraite serait nécessaire. Le 10 février, Sacken avança vers l'ouest jusqu'à Trilport où se trouvait un pont sur la Marne. Blücher a rappelé Sacken, lui enjoignant de marcher vers l'est jusqu'à Montmirail pour rejoindre Yorck, puis de dégager la route entre cet endroit et Vertus. Blücher a négligé de mentionner quoi que ce soit à Sacken au sujet de l'évasion sur la Marne.

Napoléon ordonna à MacDonald de se déplacer vers l'est depuis Trilport. A 19h00, l'empereur charge Étienne Marie Antoine Champion de Nansouty avec deux divisions de cavalerie de marcher vers l'ouest pour prendre Montmirail, suivi à 3h00 par la division d' Étienne Pierre Sylvestre Ricard du corps de Marmont. Les divisions de la Jeune Garde de Ney passeraient dans leur sillage à 6 heures du matin tandis que la Vieille Garde de Mortier marcherait directement de Sézanne à Montmirail. La division Jean François Leval est détachée d'Oudinot et reçoit l'ordre de marcher sur Montmirail via La Ferté-Gaucher . Napoléon posta Marmont à Étoges avec la division Joseph Lagrange et le Ier corps de cavalerie. Utilisant sa position centrale, Napoléon espérait écraser Sacken et Yorck alors qu'ils étaient isolés de Blücher. En conséquence, il ordonna à MacDonald de reprendre Château-Thierry et son pont vital tandis que Marmont surveillait Blücher.

Yorck a envoyé une dépêche à Blücher exprimant des doutes s'il pouvait rejoindre Sacken à Montmirail parce que ses soldats étaient trop épuisés pour marcher dans la nuit du 10 au 11 février. Au lieu de cela, Yorck a promis de se déplacer vers le sud à Viffort sur la route de Montmirail. Lorsqu'il a reçu ses ordres, Sacken a détruit le pont de La Ferté-sous-Jouarre et a commencé à marcher vers l'est à 21h00 le 10. À 9 heures du matin le lendemain, les principaux éléments du commandant du corps russe affrontaient les patrouilles françaises à l'est de Viels-Maisons . Les Français avaient chassé les Cosaques de Sacken sous Akim Akimovich Karpov de Montmirail tôt ce matin-là. A 9h00, Yorck atteint Viffort et s'affronte avec la cavalerie française. Avec le pont de La Ferté-sous-Jouarre brisé à l'ouest et des forces inconnues se profilant à l'est, Sacken risquait sérieusement d'être piégé. Comprenant cela, Yorck a envoyé un officier d'état-major à son collègue russe pour l'avertir que ses Prussiens seraient en retard sur le champ de bataille. En raison des routes boueuses, les canons de campagne lourds prussiens et une brigade ont dû être laissés pour compte. Le messager de Yorck recommanda à Sacken de se retirer au nord jusqu'à Château-Thierry.

Sacken n'en voulait pas. Contre l'avis de son propre état-major qui le pressait de se rapprocher de Yorck, le commandant russe déploya son corps d'armée avec son poids principal au sud. Suivant strictement ses ordres, Sacken a décidé de se frayer un chemin vers l'est à travers Montmirail. Au début de la bataille, Napoléon était nettement inférieur en nombre et ne pouvait se défendre qu'avec 5 000 fantassins de la vieille garde, 4 500 cavaliers, la division Ricard et 36 canons. En raison du mauvais état des routes et de l'épuisement des soldats, il n'était pas clair si les renforts français ou les Prussiens d'Yorck arriveraient d'abord sur le terrain. Napoléon prenait un risque énorme.

Déploiement

La force de Sacken a été diversement donnée comme 18 000 hommes et 90 canons par David G. Chandler , 14 000 soldats et 80 canons par George Nafziger , et 18 000 soldats par Francis Loraine Petre . L'officier d'état-major prussien Karl Freiherr von Müffling a crédité les Russes de 20 000 soldats tandis qu'un autre officier allemand comptait 16 300 hommes et 90 canons. Sacken dirigeait deux corps d'infanterie et un corps de cavalerie. Les fantassins appartenaient au VIe corps d'Alexandre Ivanovitch Tallisin avec les 7e et 18e divisions d'infanterie et au XIe corps d'Ivan Andreievich Lieven avec les 10e et 27e divisions d'infanterie et une brigade de la 16e division. Le corps de cavalerie comprenait la 2e division de hussards de Sergei Nicholaevich Lanskoi et la 3e division de dragons de Semyon Davydovich Pandschulishev. Le chef d'artillerie Alexey Petrovich Nikitin a dirigé trois batteries de canons de 12 livres et quatre batteries de 6 livres. Tallisin était commandant de corps par intérim à la place d' Alexei Grigorievich Scherbatov qui était malade. Le corps de cavalerie était dirigé par Ilarion Vasilievich Vasilshikov.

Selon Chandler et Petre, la plus grande force de Napoléon pendant la bataille était de 20 000 hommes. Nafziger est arrivé à un total plus important de 27 153 soldats. La cavalerie était composée des 2 582 cavaliers de la 1re division de cavalerie de la garde sous Pierre David de Colbert-Chabanais , des 2 164 sabres de la 3e division de cavalerie de la garde sous Louis Marie Lévesque de Laferrière et des 896 cavaliers de la division Defrance. L'infanterie comptait 4 133 hommes de la 1re Division de la Jeune Garde de Claude Marie Meunier , 2 840 soldats de la 2e Division de la Jeune Garde de Philibert Jean-Baptiste Curial , 4 796 hommes de la 1re Division de la Vieille Garde de Louis Friant , 3 878 soldats de Claude-Étienne Michel de la 2e division de la vieille garde et 2 917 hommes de la 8e division d'infanterie de Ricard. Enfin, Charles Lefebvre-Desnouettes commandait soit 3 535 cavaliers de la 2e division de cavalerie de la garde, soit 4 947 fantassins de la 3e division de la jeune garde.

La rivière Petit Morin coule vers l'ouest sur la marge sud du champ de bataille, qui était principalement un terrain vallonné couvert de plusieurs bois. Juste au nord du Petit Morin, il y avait une forêt qui ancra le flanc gauche français. À la lisière nord de la forêt se trouvait le village de Marchais-en-Brie avec un ruisseau nord-sud un peu à l'ouest. Plus au nord se trouvait l'autoroute est-ouest. Napoléon plaça la division Ricard en colonnes à l'est de Marchais. Deux bataillons de Ricard sont détachés et postés au nord de la route dans le bois de Bailly. Derrière Ricard se trouvaient les deux divisions de la Jeune Garde de Ney sous Meunier et Curial. En réserve se trouvait la division Friant en colonnes de bataillons à intervalles de 100 pas. Pour empêcher Sacken et Yorck de se rejoindre, l'empereur français déploya la division Friant à l'endroit où la route Château-Thierry rencontrait la principale autoroute est-ouest, avec la cavalerie de Defrance à sa droite. Plus au nord, bloquant la route Château-Thierry, Nansouty avait le commandement général des divisions de cavalerie de la Garde.

Sacken posta le corps de Tallisin au sud avec la 7e division à droite et la 18e division au centre. Au nord, mais toujours au sud de la route se trouvait le corps de Lieven avec la 10e division au centre et la 27e division à gauche. L'infanterie était disposée en deux lignes avec chaque bataillon en colonne. Trois lignes de tirailleurs se déploient en tête et l'artillerie légère est postée sur les flancs de l'infanterie. Les 12 livres de la batterie Nr. 18 étaient positionnées au centre entre les 10e et 18e divisions tandis que les deux autres batteries lourdes étaient gardées en réserve. Les Russes ont massé 36 canons du côté ouest du ravin. Selon un récit, le corps de Lieven était en réserve à l'ouest du village de L'Épine-aux-Bois . La cavalerie de Vasilshikov était disposée à gauche de l'infanterie de Lieven près de l'autoroute.

Combat

Sacken a créé une force opérationnelle de 2 360 hommes sous le commandement du général-major Heidenreich qui comprenait les régiments d'infanterie de Pskov, Vladimir, Kostroma et Tambov, deux compagnies du 11e Jägers , le régiment de cosaques Lukovkin et six canons. À l'exception des canons qui n'ont pas pu traverser le ruisseau, les troupes de Heidenreich se sont déplacées vers l'est et ont saisi Marchais vers 11h00. D'autres pièces d'artillerie françaises étant arrivées dans l'intervalle, Napoléon ordonna à Ricard d'attaquer Marchais à midi. Une lutte acharnée pour Marchais a fait rage pendant deux heures, les Russes conservant le contrôle du village. Napoléon ordonna un bombardement d'artillerie en attendant que la division de la vieille garde de Michel avance de Montmirail. A 14h00, l'empereur ordonna une attaque sur le flanc gauche de Sacken. Quatre bataillons de la vieille garde de Friant marchent vers l'ouest le long de la route en direction de la ferme laitière de la Haute-Épine, soutenus à leur droite par sept escadrons des gardes d'honneur. Dans le même temps, Claude-Étienne Guyot dirige quatre escadrons de cavalerie de la Garde autour du flanc gauche russe. Les attaques combinées ont brisé la première ligne de Sacken et l'ont obligé à envoyer sa deuxième ligne en action tout en déplaçant sa cavalerie vers la gauche pour entrer en contact avec les Prussiens de Yorck.

Pour rompre la connexion avec Yorck, Napoléon ordonna une nouvelle attaque directement sur la route par Nansouty avec ses trois divisions, Colbert, Desnouettes et Laferrière. Cette charge a brisé certaines formations russes, forçant les soldats à se disperser dans le bois de Viels-Maisons. La cavalerie de Vasilchikov contre-attaque, repousse les cavaliers de Nansouty et rétablit le lien avec les Prussiens. A cette époque, la division de la Jeune Garde de Meunier rejoint celle de Ricard dans les combats de Marchais sur le flanc gauche de Napoléon. Les Français capturent Marchais à deux reprises avant d'être à nouveau chassés lorsque la 18e division de Sacken reprend le village.

A 15h00 ou 15h30, la 1re brigade d'infanterie d' Otto Karl Lorenz von Pirch et la 7e brigade d'infanterie de Heinrich Wilhelm von Horn arrivent à Fontenelle-en-Brie sur l'autoroute Château-Thierry. En raison du mauvais état des routes, les Prussiens n'avaient que les batteries de brigade Nrs. 2 et 3 armés de 6 livres. Les canons les plus lourds sont laissés à la 8e brigade à Château-Thierry. Craignant l'apparition des forces de MacDonald sur son arrière droit, Yorck renvoya également sa brigade d'infanterie restante pour tenir Château-Thierry. La cavalerie de réserve prussienne se déploya près de Fontenelle bien qu'elle manquât de son artillerie. Pirch déploya sa brigade sur deux lignes entre Fontenelle et le hameau de Tourneux plus à l'est. Après avoir attendu que la brigade Horn se referme derrière lui, Pirch commence à attaquer en direction des bois Bailly et Plenois. Sacken ordonna à ses deux batteries lourdes de réserve de soutenir l'avance prussienne. Dans le même temps, la division de la Vieille Garde de Michel arrive sur le champ de bataille et s'engage dans la lutte contre Yorck.

Napoléon ordonna aux soldats fatigués de Ricard et Meunier de reprendre la bataille de Marchais. L'empereur envoya le maréchal François Joseph Lefebvre avec deux bataillons de chasseurs à pied de la vieille garde pour couper Marchais du nord. Ricard organise une attaque de quatre bataillons depuis le hameau de Pomesson au sud. Les deux bataillons de Lefebvre s'emparent de L'Épine-aux-Bois. Bien que les Français aient obtenu la supériorité de l'artillerie locale, les Russes de Marchais ont continué à résister jusqu'à 17h00, date à laquelle ils ont été contraints de renoncer au contrôle du village et de se retirer. Lorsqu'ils atteignirent le côté ouest du ravin, la cavalerie de Defrance chargea sur eux, infligeant de lourdes pertes aux brigades de Dietrich et Blagovenzenko. Plusieurs centaines de tirailleurs russes près de Marchais ont été abattus ou capturés. Réalisant que sans le contrôle de Marchais, la bataille était perdue, Sacken a commencé à retirer son artillerie de l'aile droite vers le centre. Près de l'autoroute, des carrés d'infanterie russes ont été chargés par la cavalerie française, mais ils ont pu s'échapper lorsque leur propre cavalerie est intervenue. Le régiment de Sophia a été complètement englouti par la cavalerie française mais s'est frayé un chemin.

Pirch a attaqué avec les 1er bataillons de grenadiers de Prusse orientale et de Prusse occidentale et le 5e régiment de Silésie Landwehr en première ligne protégé par un nuage de tirailleurs. La deuxième ligne se composait des bataillons de grenadiers Leib et Silesian et du 13e régiment de Landwehr. Mortier a mis quatre bataillons de la vieille garde dans le bois de Bailly aux côtés des 2/2e et 7/4e bataillons d'infanterie légère de Ricard. Malgré le soutien de l'artillerie russe, l'attaque prussienne recule au milieu de la mousqueterie et des tirs de cartouches . Lorsque les tirailleurs français menacent d'envelopper un flanc, le 2/5e Landwehr de Silésie charge à la baïonnette pour se frayer un chemin. Ignorant les protestations de son état-major, Yorck monta pour encourager la ligne d'escarmouche en disant : « Je veux mourir si vous ne pouvez pas arrêter l'ennemi.

Après que Michel eut contre-attaqué les Prussiens avec dix bataillons, le Leib Grenadier Battalion et le 1/5e Silesian Landwehr les rencontrèrent. Deux bataillons du Leib Infantry Regiment ancraient le flanc droit prussien tandis que la 1re brigade se reformait sur leur gauche. Pirch a mené une attaque à la baïonnette qui a temporairement arrêté les Français, mais il a été grièvement blessé. Il est remplacé au commandement par le colonel Losthin. Alors que la retraite prussienne se poursuit, la 13e Silésie Landwehr et le bataillon de grenadiers de Silésie sont assaillis dans les bois, mais parviennent à repousser leurs poursuivants français. Les Prussiens terminèrent la journée entre Fontenelle et Viffort.

Le soir, les lanciers polonais de la garde se frayèrent un chemin jusqu'à l'ouest de Viels-Maisons. Sacken était presque pris au piège, mais l'effort de Yorck a donné aux Russes suffisamment de temps et d'espace pour s'échapper. Avec la cavalerie de Vasilshikov couvrant la retraite, les Russes se dirigent vers la route Château-Thierry alors qu'il pleut. La retraite russe à travers les marais et les bois était guidée par une ligne de feux de joie. L'artillerie a été sauvée en détachant 50 cavaliers pour aider à tirer chaque arme à l'aide de cordes, bien que huit pièces désactivées aient été abandonnées. Après une marche de toute la nuit, les troupes de Sacken atteignirent Viffort sur la route principale et continuèrent leur marche vers le nord en direction de Château-Thierry.

Résultats

Selon Petre, les Français ont subi 2 000 pertes tout en infligeant des pertes de 2 000 tués et blessés aux Russes tout en capturant 800 soldats, six drapeaux et 13 canons. Les Prussiens ont subi 900 victimes supplémentaires. Chandler a affirmé que les Français ont perdu 2 000 hommes tandis que les Alliés en ont perdu 4 000. Nafziger a noté que la 1re brigade prussienne a perdu 877 officiers et hommes tandis que les pertes de la 7e brigade sont inconnues. Il a cité diverses sources qui ont donné des pertes alliées allant d'un minimum de 1 500 Russes, 877 Prussiens et neuf canons à un maximum de 3 000 tués et blessés plus 708 prisonniers, 26 canons et 200 wagons. Les pertes françaises sont systématiquement signalées à 2 000 hommes avec les généraux Nansouty, Michel et Boudin de Roville blessés.

MacDonald à Meaux n'a pas pu exécuter ses ordres d'avancer car il avait détruit le pont de Trilport. Son subordonné Horace François Bastien Sébastiani de La Porta n'a pas pu bouger car Sacken avait cassé le pont de La Ferté-sous-Jouarre. MacDonald a envoyé sa cavalerie sous Antoine Louis Decrest de Saint-Germain pour rejoindre Napoléon via Coulommiers . Napoléon ordonne à nouveau à MacDonald de s'emparer de Château-Thierry, afin que la retraite alliée soit bloquée. Il faisait un pari. Napoléon avait l'intention de poursuivre Sacken et Yorck avec un maximum de forces, espérant les piéger contre la Marne. Il devait également considérer que Blücher était positionné à l'est avec 20 000 hommes et 80 canons. Bien que l'empereur ait commencé à recevoir des appels à l'aide de Victor, il a calculé que le non agressif Schwarzenberg se déplacerait lentement pendant qu'il s'occuperait de l'armée de Blücher. La bataille de Château-Thierry se déroulera le 12 février.

Remarques

Les références

  • Bodart, Gaston (1908). Militär-historisches Kriegs-Lexikon (1618-1905) . Récupéré le 6 juin 2021 .
  • Chandler, David G. (1966). Les campagnes de Napoléon . New York, NY : Macmillan.
  • Chandler, David G. (1979). Dictionnaire des guerres napoléoniennes . New York, NY : Macmillan. ISBN 0-02-523670-9.
  • Nafziger, Georges (2015). La fin de l'Empire : la campagne de Napoléon 1814 . Solihull, Angleterre : Helion & Company. p. 599603. ISBN 978-1-909982-96-3.
  • Petre, F. Loraine (1994) [1914]. Napoléon à Bay : 1814 . Londres : Lionel Leventhal Ltd. ISBN 1-85367-163-0.
  • Smith, Digby (1998). Le livre de données sur les guerres napoléoniennes . Londres : Greenhill. ISBN 1-85367-276-9.

Liens externes

Opiniones de nuestros usuarios

Ali Germain

Cet article sur Bataille de Montmirail a attiré mon attention, je trouve curieux à quel point les mots sont bien mesurés, c'est comme...élégant.

Madeleine Fabre

Enfin un article sur Bataille de Montmirail rendu facile à lire.

Fabienne Faure

Les informations sur Bataille de Montmirail sont très intéressantes et fiables, comme le reste des articles que j'ai lus jusqu'à présent, qui sont déjà nombreux, car j'attends mon rendez-vous Tinder depuis près d'une heure et il n'apparaît pas, donc ça me donne ça m'a levé. J'en profite pour laisser quelques stars à la compagnie et chier sur ma putain de vie.

Matthieu Didier

Super découverte cet article sur Bataille de Montmirail et toute la page. Va directement aux favoris.