Bataille de Kars (1745)



L'internet est une source inépuisable de connaissances, y compris lorsqu'il s'agit de Bataille de Kars (1745). Des siècles et des siècles de connaissances humaines sur Bataille de Kars (1745) ont été versés, et sont encore versés, dans le réseau, et c'est précisément la raison pour laquelle il est si difficile d'y accéder, car nous pouvons trouver des endroits où la navigation peut être difficile, voire impraticable. Notre proposition est que vous ne fassiez pas naufrage dans une mer de données concernant Bataille de Kars (1745) et que vous puissiez atteindre tous les ports de la sagesse rapidement et efficacement.

Avec cet objectif en tête, nous avons fait quelque chose qui va au-delà de l'évident, en collectant les informations les plus récentes et les mieux expliquées sur Bataille de Kars (1745). Nous l'avons également organisé de manière à le rendre facile à lire, avec un design minimaliste et agréable, garantissant la meilleure expérience utilisateur et le temps de chargement le plus court. Nous vous facilitons la tâche pour que vous n'ayez plus qu'à vous soucier de tout savoir sur Bataille de Kars (1745) ! Donc, si vous pensez que nous avons atteint notre objectif et que vous savez déjà tout ce que vous vouliez savoir sur Bataille de Kars (1745), nous serions ravis de vous revoir sur les mers calmes de scientiafr.com dès que votre soif de connaissances se réveillera.

Bataille de Kars
Une partie de la guerre ottomane-perse (1743-1746) dans
les campagnes de Nader
Kars 1745.jpg
Un schéma de la bataille de Kars, illustrant la manuvre de flanc dévastatrice de la réserve de cavalerie de Nader
Date 9-19 août 1745
Lieu
Résultat victoire perse
belligérants
Afsharid Impérial Standard (3 Bandes).svg L'empire Perse Empire ottoman Empire ottoman
Commandants et chefs
Nader Shah Mehmet Pacha Yegen  de
Abdollah Pacha Jebhechi
Force

80 000

140 000

Victimes et pertes
~8 000

35 000

  • 12.000 tués
  • 18 000 blessés
  • 5 000 capturés

La bataille de Kars (19 août 1745) fut le dernier engagement majeur de la guerre ottomane-persane . La bataille a abouti à la destruction complète et totale de l' armée ottomane . Ce fut aussi le dernier des grands triomphes militaires de Nader Shah . La bataille s'est en fait déroulée sur une période de dix jours au cours de laquelle le premier jour a vu les Ottomans en déroute, suivi d'une série de blocus et de poursuites jusqu'à la destruction finale de l'armée ottomane. La sévérité de la défaite, en conjonction avec la débâcle près de Mossoul , a mis fin à tous les espoirs qu'Istanbul avait nourris d'une victoire militaire dans la guerre et les a forcés à entamer des négociations avec une position nettement plus faible que celle qu'ils auraient autrement occupée.

Les armées ottomanes marchent vers l'est

Au cours de la dernière expédition punitive de Nader au Daghestan , l'armée perse s'est déplacée vers le sud après avoir dévasté la région avec de nombreuses colonies rasées et leurs habitants passés au fil de l'épée. Le 14 juin 1745, Nader retourna à Derbent et y resta pendant des mois avant de repartir vers le sud. Il tomba extrêmement malade et dut être transporté dans une litière avant que l'armée ne s'arrête à Erevan .

Les médecins de la cour ont soigné le Shah . Nader Shah a été informé que deux grandes armées ottomanes se dirigeaient vers l'est jusqu'à ses frontières. L'un s'est dirigé vers Kars et l'autre vers Mossoul. Nader Shah passe immédiatement à l'offensive et divise ses forces en deux. Nassrollah Mirza , le fils de Nader Shah, reçut une grande partie de l'armée perse dans le but de vaincre les Ottomans en route pour Mossoul et Nader lui-même partit pour Kars.

La bataille

L'armée de Nader a marché vers l'ouest après Erevan lorsque la nouvelle du départ de l'armée ottomane de Kars sous le commandement de Yegen Mohammad Pacha a été annoncée. Nader a continué vers l'ouest et a campé sur une colline près de Yeghevrd. C'était la même colline sur laquelle Nader avait établi son camp environ 10 ans auparavant lorsqu'il avait écrasé une armée ottomane à la bataille de Yeghevrd . Yegen Pacha s'avança jusqu'à 10-12 kilomètres de l'armée perse et ordonna à ses hommes de construire de vastes fortifications autour de leur camp.

Premier jour de bataille

Le 9 août, les Ottomans commencèrent à déployer 40 000 fantassins janissaires et 100 000 cavaliers sipahi à la « manière européenne » avec des colonnes d'infanterie au centre, des batteries d'artillerie intercalées entre ces colonnes et la cavalerie en deux corps chacun sur chaque flanc. Nader a ordonné à ses Jazyerchi d'avancer contre le centre et, après avoir tiré une seule volée massive, de tirer leurs shamshirs et de charger. La bataille a fait rage, chaque côté alimentant un flux constant de renforts au centre.

La cavalerie ottomane s'est retenue en raison de son infériorité par rapport à ses homologues perses. Contrairement à de nombreuses autres batailles que Nader a menées au cours de sa carrière, il a commandé la bataille de Kars depuis son camp avec des messagers envoyant ses ordres et revenant avec des rapports du champ de bataille. Dans l'après-midi, les serviteurs de Nader rapportèrent des rapports du champ de bataille qui indiquaient qu'il n'y aurait aucune conclusion décisive de toute façon. Nader a décidé d'enfiler son armure et de monter à cheval.

Nader a dirigé une force de 40 000 cavaliers d'élite du Savaran-e Sepah-e Khorasan (traduit par les « Cavaliers de l'armée du Khorasan ») qu'il avait tenus en réserve contre le flanc de l'armée ottomane lors d'une énorme attaque. La férocité des combats était telle que deux chevaux ont été abattus sous Nader, mais l'armée ottomane n'a pas pu supporter l'impact de la charge et s'est séparée. Un contingent de troupes anatoliennes d'Asie mineure (15 000 hommes en tout) s'enfuit, laissant le reste de l'armée ottomane se retirer dans un chaos et une confusion totale. L'armée perse s'est engagée dans une poursuite jusqu'au crépuscule et est ensuite retournée à son camp.

L'encerclement des Ottomans

Le lendemain, Nader envoya un fowj (une unité à peu près l'équivalent d'un régiment) pour couper la ligne logistique de l'armée ottomane jusqu'à Kars. L'armée perse a commencé à encercler le camp ottoman. Quelques escarmouches s'ensuivirent, mais toutes les tentatives des Ottomans pour briser l' encerclement échouèrent. Yegen Pacha a tenté d'y remédier en déployant ses armes. Les batteries d'artillerie persane ont été déployées et un feu de contre-batterie a commencé dans lequel l'artillerie ottomane a été surclassée à la fois en précision et en cadence de tir. De nombreuses pièces d'artillerie de Yegen Pacha ont été détruites, leurs composants éparpillés sur le terrain. Cet événement démoralisant a amené les Ottomans piégés à l'intérieur des murs du camp au bord de la mutinerie. Un flot de déserteurs est venu au camp persan apportant des nouvelles de l'agitation en cours dans les remparts ottomans. Dans l'obscurité de la nuit, l'armée ottomane abandonna silencieusement ses fortifications et marcha vers l'ouest, mais l'armée perse se mit immédiatement en route, sur leurs talons, les rattrapa et les encercla une fois de plus.

Le 19 août, une lettre a été apportée à Nader portant des nouvelles de l'issue de la bataille de Mossoul . Nassrollah Mirza avait écrasé l'armée ottomane envoyée à Mossoul Eyalet et demandait la permission du Shah d'avancer plus profondément dans la Mésopotamie ottomane. Nader Shah a ordonné que cette lettre soit apportée à Yegen Pacha dans le but de le convaincre de la futilité d'une nouvelle résistance. Cependant, lorsque les émissaires perses entrèrent dans le campement, ils découvrirent que les troupes ottomanes s'étaient révoltées. On ne sait pas s'ils se sont révoltés après avoir entendu parler du suicide de Yegen Pacha ou s'ils ont en fait tué Yegen Pacha dans un acte de mutinerie. Fowj après Fowj des Ottomans se sont séparés du camp et ont fui désespérément. Les soldats ottomans ont crié « oh peuple de Mohammad, fuyez, fuyez ! » alors qu'ils étaient impitoyablement poursuivis et abattus par la cavalerie persane.

Victimes

Le sort terrible de l'armée ottomane a mis fin à tout espoir de victoire militaire pour Istanbul. Le grand nombre de tués et de blessés des deux côtés témoignait de la dureté de la lutte ainsi que du courage et de la qualité des soldats ottomans. Les 8 000 pertes subies par l'armée perse le premier jour de la bataille témoignent de la sévérité des combats, bien que les Perses n'aient subi pratiquement aucune perte par la suite, tandis que les pertes ottomanes continuaient d'augmenter de façon exponentielle.

Les estimations vont de 28 000 à 50 000 hommes au total. Le plus plausible donne 12 000 tués, 18 000 blessés et 5 000 capturés portant la somme des hommes hors de combat à 35 000. Nader a permis à tous les soldats blessés qui avaient été capturés de retourner à Kars afin qu'ils puissent trouver du secours à leurs blessures.

Bataille près de Mossoul

Une action distincte a été menée à peu près au même moment près de Mossoul. Après avoir reçu des nouvelles de l'approche de deux armées ottomanes de l'ouest vers ses frontières, le Shah de Perse, Nader Shah , avait divisé ses forces en deux. Un contingent a été placé sous le commandement du fils de Nader, Nasrollah Mirza, comme il a été nommé d'après sa victoire à Karnal. Nasrollah Mirza partit vers le sud-ouest afin de trouver et de détruire l'armée ottomane.

Le commandant ottoman, Abdullah Pacha, est entré dans Mossoul Eyalet où il a été rejoint par les forces ottomanes locales ainsi qu'un corps important d'auxiliaires kurdes. Cependant, lorsque l'armée perse a livré bataille, elle a infligé une défaite écrasante. La gravité de la défaite ottomane était telle que Nassrollah Mirza a écrit à son père, Nader, pour lui demander la permission d'intensifier la situation en une invasion à grande échelle de l'Irak ottoman. La lettre parvint à Nader Shah le dernier jour de la bataille de Kars où Nader avait également remporté une victoire écrasante contre Yegen Pacha.

Conséquences

Le résultat global des deux victoires a forcé les Ottomans à accepter de négocier dans des circonstances défavorables. Ayant ses deux armées détruites, Constantinople (aujourd'hui Istanbul ) a perdu toute possibilité d'obtenir un quelconque effet de levier militaire contre l'Iran. Cependant, Nader Shah a choisi de ne pas lancer une contre-invasion de l'Empire ottoman, malgré l'annihilation de toutes les capacités offensives ottomanes, les mettant complètement sur la défensive. Au lieu de cela, il a recherché une solution diplomatique pour la cessation des hostilités. Peu après un échange de diplomates, le traité de Kerden fut signé qui mit officiellement fin à la guerre en 1746.

Les références

Voir également

Opiniones de nuestros usuarios

Micheline Bonnet

Super découverte cet article sur Bataille de Kars (1745) et toute la page. Va directement aux favoris.

Gaelle Roussel

Le langage a l'air vieux, mais les informations sont fiables et en général tout ce qui est écrit sur Bataille de Kars (1745) donne beaucoup de confiance.

Sophie David

Les informations fournies sur Bataille de Kars (1745) sont vraies et très utiles. Bien.

Nelly Charpentier

Enfin un article sur Bataille de Kars (1745) rendu facile à lire.