Bataille de Kadesh



L'internet est une source inépuisable de connaissances, y compris lorsqu'il s'agit de Bataille de Kadesh. Des siècles et des siècles de connaissances humaines sur Bataille de Kadesh ont été versés, et sont encore versés, dans le réseau, et c'est précisément la raison pour laquelle il est si difficile d'y accéder, car nous pouvons trouver des endroits où la navigation peut être difficile, voire impraticable. Notre proposition est que vous ne fassiez pas naufrage dans une mer de données concernant Bataille de Kadesh et que vous puissiez atteindre tous les ports de la sagesse rapidement et efficacement.

Avec cet objectif en tête, nous avons fait quelque chose qui va au-delà de l'évident, en collectant les informations les plus récentes et les mieux expliquées sur Bataille de Kadesh. Nous l'avons également organisé de manière à le rendre facile à lire, avec un design minimaliste et agréable, garantissant la meilleure expérience utilisateur et le temps de chargement le plus court. Nous vous facilitons la tâche pour que vous n'ayez plus qu'à vous soucier de tout savoir sur Bataille de Kadesh ! Donc, si vous pensez que nous avons atteint notre objectif et que vous savez déjà tout ce que vous vouliez savoir sur Bataille de Kadesh, nous serions ravis de vous revoir sur les mers calmes de scientiafr.com dès que votre soif de connaissances se réveillera.

Coordonnées : 34.57°N 36.51°E 34°34N 36°31E / / 34,57 ; 36,51

Bataille de Kadès
Une partie de la deuxième campagne syrienne de Ramsès II
Egypte Abou Simbel6.jpg
Ramsès II pendant la bataille, montré en train de tuer un ennemi tout en piétinant un autre (de soulagement à l'intérieur de son temple d'Abou Simbel )
Date Fin mai 1274 av.
Emplacement
Sur l' Oronte près de Kadesh
Résultat
belligérants
Nouveau Royaume d'Egypte Empire hittite
Commandants et chefs

Ramsès II

Muwatalli II

Force

20 000 à 53 000 hommes
(à moitié engagés)

  • 16 000 fantassins
  • 2000 chars
    • 4000 hommes

Quelque part entre 23 000 et 50 000 hommes

  • Quelque part entre 15 000 et 40 000 fantassins
    (non engagés)
  • Quelque part entre 2 500 et 10 500 chars
    • Quelque part entre 9 000 et 11 100 hommes
Victimes et pertes
Inconnu ("lourd") Inconnu (2 000 chars détruits)
Kadesh est situé en Asie occidentale et centrale
Kadès
Kadès
Lieu de la bataille de Kadesh.
Kadesh est situé en Syrie
Kadès
Kadès
Kadès (Syrie)

La bataille de Kadesh ou bataille de Qadesh a eu lieu entre les forces du Nouvel Empire d'Égypte sous Ramsès II et l' Empire hittite sous Muwatalli II dans la ville de Kadesh sur l' Oronte , juste en amont du lac Homs près du Liban-Syrie moderne frontière .

La bataille est généralement daté de 1274 en Colombie - Britannique de la chronologie égyptienne , et est la première bataille rangée dans l' histoire pour laquelle les détails des tactiques et des formations sont connues. On pense qu'il s'agit de la plus grande bataille de chars jamais livrée, impliquant entre 5 000 et 6 000 chars au total.

À la suite de la découverte de plusieurs inscriptions de Kadesh et du traité de paix égypto-hittite , il s'agit de la bataille la mieux documentée de toute l'histoire ancienne.

Fond

Après l' expulsion de l' Hyksos de 15 dynastie vers 1550 avant JC, les indigènes égyptiens souverains du Nouvel Empire sont devenus plus agressifs dans la récupération de contrôle des frontières de leur État. Thoutmosis I , Thutmose III et son fils et coregent Amenhotep II ont mené des batailles de Megiddo au nord jusqu'à l' Oronte , y compris un conflit avec Kadesh.

La plupart des comptes de la campagne égyptienne entre c. 1400 et 1300 avant JC reflètent la déstabilisation générale de la région de Djahy (sud de Canaan). Les règnes de Thoutmosis IV et d' Amenhotep III n'étaient pas distingués, sauf que l'Égypte a continué à perdre des territoires au profit du Mitanni dans le nord de la Syrie.

À la fin de la XVIIIe dynastie , les lettres d'Amarna racontent le déclin de l'influence égyptienne dans la région. Les Égyptiens y montrèrent un intérêt décroissant jusqu'à presque la fin de la dynastie. Horemheb (mort en 1292 av. J.-C.), le dernier souverain de cette dynastie, a fait campagne dans cette région, commençant enfin à ramener l'intérêt égyptien vers cette région.

Ce processus s'est poursuivi pendant la dix - neuvième dynastie . Comme son père Ramsès Ier , Seti Ier était un commandant militaire qui entreprit de restaurer l'empire égyptien à l'époque des rois tuthmosides près d'un siècle auparavant. Les inscriptions sur les murs de Karnak enregistrent les détails de ses campagnes en Canaan et en Syrie antique . Il prit 20 000 hommes et réoccupa les postes égyptiens abandonnés et les villes de garnison. Il a conclu une paix informelle avec les Hittites, a pris le contrôle des zones côtières le long de la mer Méditerranée et a continué à faire campagne à Canaan. Une seconde campagne aboutit à sa capture de Kadesh (où une stèle commémorait sa victoire) et du royaume d'Amurru . Son fils et héritier Ramsès II a fait campagne avec lui. Il existe des documents historiques qui enregistrent une commande d'armes importante par Ramsès II l'année précédant l'expédition qu'il a menée à Kadesh au cours de sa cinquième année de règne.

Cependant, à un moment donné, les deux régions peuvent être revenues sous contrôle hittite. Ce qui est exactement arrivé à Amurru est contesté. Le hittitologue Trevor R. Bryce suggère que, bien qu'il soit peut-être tombé une fois de plus sous contrôle hittite, il est plus probable qu'Amurru soit resté un état vassal hittite.

Les antécédents immédiats de la bataille de Kadesh étaient les premières campagnes de Ramsès II en Canaan . Au cours de la quatrième année de son règne, il marcha vers le nord en Syrie, soit pour reconquérir Amurru, soit, dans un effort de sondage, pour confirmer la loyauté de ses vassaux et explorer le terrain des batailles possibles. Au printemps de la cinquième année de son règne, mai 1274 avant notre ère, Ramses II a lancé une campagne de sa capitale Pi-Ramsès (Qantir moderne). L'armée s'est déplacée au-delà de la forteresse de Tjel et le long de la côte menant à Gaza.

La récupération d'Amurru était la motivation déclarée de Muwatalli pour marcher vers le sud pour affronter les Égyptiens.

Forces rivales

L' Empire égyptien sous Ramsès II (vert) limitrophe de l' Empire hittite (rouge) à l'apogée de sa puissance en c. 1279 av.

Ramsès a dirigé une armée de quatre divisions : Amon , (P're), Seth (Suteh) et la division Ptah apparemment nouvellement formée .

Il y avait aussi une troupe mal documentée appelée les nrrn (Ne'arin ou Nearin), peut-être des mercenaires militaires cananéens d'allégeance égyptienne ou même égyptiens, que Ramsès II avait laissés à Amurru , apparemment afin de sécuriser le port de Sumur . Cette division viendrait à jouer un rôle critique dans la bataille. La présence de troupes Sherden au sein de l' armée égyptienne était également significative . C'est la première fois qu'ils apparaissent comme des mercenaires égyptiens, et ils joueraient un rôle de plus en plus important dans l' histoire de l' âge du bronze final, apparaissant finalement parmi les peuples de la mer qui ont ravagé la Méditerranée orientale à la fin de l' âge du bronze . Healy dans Armées des Pharaons observe :

Il n'est pas possible d'être précis sur la taille de la force de chars égyptiens à Kadesh bien qu'elle ne puisse pas compter moins de 2 000 véhicules répartis dans les corps d'Amon, P'Re, Ptah et Sutekh, en supposant qu'env. 500 machines ont été attribuées à chaque corps . A cela, il faudra peut-être ajouter ceux des Ne'arin, car s'ils n'étaient pas des troupes égyptiennes indigènes, leur nombre n'aurait peut-être pas été formé à partir de chars détachés du corps d'armée.

Du côté hittite , le roi Muwatalli avait rassemblé plusieurs de ses alliés, parmi lesquels Rimisharrinaa, le roi d' Alep . Ramsès II a enregistré une longue liste de 19 alliés hittites amenés à Kadesh par Muwatalli. Cette liste est d'un intérêt considérable pour les hittitologues, car elle reflète l'étendue de l'influence hittite à l'époque.

Bataille

Muwatalli avait positionné ses troupes derrière "le vieux Kadesh", mais Ramsès a été induit en erreur par deux espions que les Égyptiens avaient capturés pour penser que les forces hittites étaient encore loin, à Alep, et a ordonné à ses forces d'installer un camp.

Ramsès II décrit son arrivée sur le champ de bataille dans les deux principales inscriptions qu'il a écrites concernant la bataille, qui étaient le soi-disant « Poème » et le « Bulletin » :

(Extrait du "Poème") Maintenant, sa majesté avait préparé son infanterie, son char et le Sherden de la capture de sa majesté... en l'an 5, 2ème mois de la troisième saison, jour 9, sa majesté passa la forteresse de Sile. [et entra à Canaan] ... Son infanterie avançait sur les passages étroits comme sur les routes d'Égypte. Maintenant, après que des jours se soient écoulés après cela, alors sa majesté était à Ramsès Meri-Amon, la ville qui est dans la vallée du Cèdre.

Sa majesté se dirigea vers le nord. Après que sa majesté ait atteint la chaîne de montagnes de Kadesh, alors sa majesté s'est avancée... et il a traversé le gué de l'Oronte, avec la première division d'Amon (nommé) "Il donne la victoire à User-maat-Re Setep-en- Ré". Sa majesté atteignit la ville de Kadès... La division Amon marchait derrière lui ; la division de Rê traversait le gué dans un quartier au sud de la ville de Shabtouna à une distance d'un iter de l'endroit où se trouvait sa majesté ; la division de Ptah était au sud de la ville d'Arnaim ; la division Set marchait sur la route. Sa majesté avait formé les premiers rangs de bataille de tous les chefs de son armée, alors qu'ils étaient [encore] sur le rivage du pays d'Amourru.

[Extrait du "Bulletin"] Année 5, 3ème mois de la troisième saison, jour 9, sous la majesté de (Ramesses II)... Le seigneur se dirigea vers le nord, et sa majesté arriva à proximité au sud de la ville de Shabtuna.

Comme Ramsès et l'avant-garde égyptienne se trouvaient à environ 11 kilomètres de Kadesh, au sud de Shabtoun, il rencontra deux nomades Shasu qui lui racontèrent que le roi hittite était « au pays d'Alep, au nord de Tunip » à 200 kilomètres, où, dit le Shasu, il avait "(trop) peur de Pharaon, LPH , de venir vers le sud". Il s'agissait, selon les textes égyptiens, d'un faux rapport commandé par les Hittites « dans le but d'empêcher l'armée de Sa Majesté de se mettre en rang pour combattre l'ennemi de Hatti ». Un éclaireur égyptien est alors arrivé au camp amenant deux prisonniers hittites. Les prisonniers ont révélé que toute l'armée hittite et le roi hittite étaient en fait à portée de main :

Lorsqu'ils furent amenés devant Pharaon, Sa Majesté demanda : « Qui êtes-vous Ils ont répondu "Nous appartenons au roi de Hatti. Il nous a envoyé pour vous espionner." Alors Sa Majesté leur dit : « Où est-il, l'ennemi de Hatti J'avais entendu dire qu'il était au pays d'Alep. Ceux de Tunip répondirent à Sa Majesté : "Voici, le roi de Hatti est déjà arrivé, avec les nombreux pays qui le soutiennent... Ils sont armés de leur infanterie et de leurs chars. Ils ont leurs armes de guerre prêtes . Ils sont plus nombreux que les grains de sable sur la plage. Voici, ils se tiennent équipés et prêts au combat derrière la vieille ville de Kadesh."

Après cela, Ramsès II a appelé ses princes pour le rencontrer et discuter de la faute de ses gouverneurs et fonctionnaires de ne pas informer la position de Muwatalli II et de son armée. Comme Ramsès était seul avec ses gardes du corps et la division Amon, le vizir reçut l'ordre de hâter l'arrivée des divisions Ptah et Seth, la division Ré étant presque arrivée au camp. Pendant que Ramsès parlait avec les princes, les chars hittites traversèrent la rivière et chargeèrent le milieu de la division Ré alors qu'ils se dirigeaient vers la position de Ramsès. La division Ré était prise à découvert et dispersée dans toutes les directions. Certains ont fui vers le nord vers le camp d'Amon, tout en étant poursuivis par des chars hittites.

Les chars hittites virent alors vers le nord et attaquèrent le camp égyptien, traversant le mur de bouclier d'Amon et semant la panique au sein de la division Amon. Cependant, l'élan de l'attaque hittite commençait déjà à faiblir, car les obstacles imminents d'un si grand camp ont forcé de nombreux auriges hittites à ralentir leur attaque; certains ont été tués dans des accidents de char. Dans le récit égyptien de la bataille, Ramsès se décrit comme étant déserté et entouré d'ennemis : "Aucun officier n'était avec moi, aucun conducteur de char, aucun soldat de l'armée, aucun porteur de bouclier[.]"

Ramsès put vaincre ses assaillants et revenir aux lignes égyptiennes : « J'étais devant eux comme Seth en son temps. J'ai trouvé la masse de chars au milieu desquels j'étais, les dispersant devant mes chevaux[. maintenant confronté à un combat désespéré pour sa vie, a rassemblé son courage, a fait appel à son dieu Amon et s'est battu pour se sauver. Ramsès a personnellement dirigé plusieurs charges dans les rangs hittites avec sa garde personnelle, certains des chars de sa division Amon et des survivants de la division en déroute de Rê.

Les Hittites, qui pensaient que leurs ennemis étaient totalement en déroute, s'étaient arrêtés pour piller le camp égyptien et étaient ainsi devenus des cibles faciles pour la contre-attaque de Ramsès. Son action a réussi à repousser les pillards vers l'Oronte et loin du camp égyptien, et dans la poursuite qui a suivi, les chars hittites les plus lourds ont été facilement dépassés et expédiés par les chars égyptiens plus légers et plus rapides.

Bien qu'il ait subi un revers important, Muwatalli II commandait toujours une grande force de chars et d'infanterie de réserve, ainsi que les murs de la ville. Alors que la retraite atteignait le fleuve, il ordonna à mille autres chars d'attaquer les Égyptiens, l'élément raidissant étant les hauts nobles qui entouraient le roi. Alors que les forces hittites s'approchaient à nouveau du camp égyptien, le contingent de troupes Ne'arin d'Amurru arriva soudainement, surprenant les Hittites. Enfin, la division Ptah arriva du sud, menaçant l'arrière hittite.

Après six charges, les forces hittites étaient presque encerclées et les survivants étaient plaqués contre l'Oronte. Les éléments hittites restants, qui n'avaient pas été rattrapés lors du retrait, ont été contraints d'abandonner leurs chars et de tenter de traverser la rivière à la nage, selon les récits égyptiens à la hâte (« aussi vite que des crocodiles nageant »), où beaucoup d'entre eux se sont noyés.

Il n'y a pas de consensus sur le résultat ou ce qui s'est passé, avec des vues allant d'une victoire égyptienne à un match nul, ou, selon l'égyptologue iranien Mehdi Yarahmadi , une défaite égyptienne, les récits égyptiens n'étant que de la propagande. L'armée hittite a finalement été forcée de battre en retraite, mais les Égyptiens n'ont pas réussi à capturer Kadesh.

Conséquences

Incapable d'un point de vue logistique de soutenir un long siège de la ville fortifiée de Kadesh, Ramsès rassembla ses troupes et se retira vers le sud en direction de Damas et finalement en Égypte. Une fois de retour en Égypte, Ramsès proclame alors la victoire puisqu'il a mis ses ennemis en déroute, mais il n'essaie même pas de capturer Kadès. Dans un sens personnel, cependant, la bataille de Kadesh était un triomphe pour Ramsès puisqu'après s'être égaré dans une embuscade dévastatrice de char hittite, le jeune roi avait courageusement rallié ses troupes dispersées pour combattre sur le champ de bataille et échapper à la mort ou à la capture. Les nouveaux chars égyptiens à deux hommes plus légers et plus rapides ont pu poursuivre et abattre les chars hittites à trois hommes plus lents par derrière lorsqu'ils les ont dépassés.

Les archives hittites de Hattusa , cependant, racontent une conclusion très différente de la plus grande campagne au cours de laquelle un Ramsès châtié a été contraint de quitter Kadesh en cas de défaite. Les historiens modernes concluent que la bataille s'est terminée par un match nul d'un point de vue pratique, mais a été un tournant pour les Égyptiens, qui avaient développé de nouvelles technologies et se sont réarmés avant de repousser les incursions constantes des Hittites depuis des années.

Le traité de paix égypto-hittite , exposé au musée d'archéologie d'Istanbul , est considéré comme le premier exemple d'accord international écrit de quelque nature que ce soit.

Le roi hittite, Muwatalli II, continua de faire campagne jusqu'au sud de la province égyptienne d' Upi (Apa), qu'il captura et plaça sous le contrôle de son frère Hattusili, le futur Hattusili III . La sphère d'influence de l'Égypte en Asie était désormais limitée à Canaan. Même cela a été menacé pendant un certain temps par des révoltes parmi les États vassaux de l'Égypte au Levant, et Ramsès a été contraint de se lancer dans une série de campagnes à Canaan pour y maintenir son autorité avant de pouvoir lancer de nouveaux assauts contre l'empire hittite.

Dans les huitième et neuvième années de son règne, Ramsès étendit ses succès militaires . Cette fois, il s'est avéré plus efficace contre ses ennemis hittites en capturant avec succès les villes de Dapur et Tunip , où aucun soldat égyptien n'avait été vu depuis sous Thoutmosis III , près de 120 ans plus tôt.

La victoire de Ramsès s'avère cependant éphémère. La mince bande de territoire pincée entre Amurru et Kadesh ne constituait pas une possession stable. En moins d'un an, il était revenu dans le giron hittite, ce qui signifiait que Ramsès devait marcher une fois de plus contre Dapur dans sa dixième année. Son deuxième succès était tout aussi insignifiant que son premier puisque ni l'Égypte ni Hatti ne pouvaient vaincre l'autre de manière décisive au combat.

Un traité de paix officiel avec Hattusili III, le nouveau roi des Hittites quelque 15 ans après la bataille de Kadesh, et dans la 21e année du règne de Ramsès II (1258 av. Le traité a été inscrit sur une tablette d'argent, dont une copie en argile a survécu dans la capitale hittite de Hattusa , aujourd'hui en Turquie , et est exposée au musée d'archéologie d'Istanbul . Une réplique agrandie de l'accord est accrochée à un mur du siège des Nations Unies , en tant que premier traité de paix international connu des historiens. Son texte, en version hittite, apparaît dans les liens ci-dessous. Une version égyptienne survit sur un papyrus .

Documentation

Il y a plus de preuves sous forme de textes et de reliefs muraux pour cette bataille que pour toute autre dans le Proche-Orient ancien , mais presque toutes sont du point de vue égyptien. En effet, le premier rapport savant sur la bataille, par James Henry Breasted en 1903, faisait l'éloge des sources qui permettaient de reconstituer la bataille avec certitude. Cependant, certains historiens soutiennent que la bataille était au mieux un match nul et que l'influence égyptienne sur Amurru et Qadesh semble avoir été perdue à jamais.

La principale source d'information se trouve dans les archives égyptiennes de la bataille pour laquelle un niveau général d'exactitude est supposé, malgré les erreurs factuelles et la propagande. La nature grandiloquente de la version de Ramsès est reconnue depuis longtemps. La version égyptienne de la bataille est enregistrée sous deux formes principales, connues sous le nom de poème et de bulletin . Le poème a été remis en question en tant que vers réel, par opposition à un récit en prose similaire à celui enregistré par d'autres pharaons. De même, le Bulletin n'est lui-même qu'une longue légende accompagnant les reliefs. Les inscriptions sont répétées plusieurs fois (sept pour le Bulletin et huit pour le Poème , dans les temples d' Abydos , Temple de Louxor , Karnak , Abou Simbel et le Ramesseum ).

En plus de ces longues présentations, il existe également de nombreuses petites légendes utilisées pour souligner divers éléments de la bataille. Outre les inscriptions, il existe des occurrences textuelles conservées dans Papyrus Raifet et Papyrus Sallier III , et un rendu de ces mêmes événements dans une lettre de Ramsès à Hattusili III écrite en réponse à une plainte moqueuse de Hattusili au sujet de la représentation victorieuse de la bataille par le pharaon.

Des références hittites à la bataille, y compris la lettre ci-dessus, ont été trouvées à Hattusa , mais aucune annale n'a été découverte qui pourrait la décrire comme faisant partie d'une campagne. Au lieu de cela, il y a diverses références qui y sont faites dans le contexte d'autres événements. C'est particulièrement vrai pour Hattusili III pour qui la bataille a marqué une étape importante dans sa carrière.

Alliés hittites

Sources : Goetze, A., « Les Hittites et la Syrie (1300-1200 av. J.-C.) », dans Cambridge Ancient History (1975) p. 253 ; Gardiner, Alan, The Kadesh Inscriptions of Ramses II (1975) pp. 57ff.; Breasted, James Henry, Ancient Records of Egypt; Documents historiques (1906) pp. 125ff.; Lichtheim, Miriam, Littérature égyptienne ancienne, Vol. 2 : Le Nouvel Empire (1978), pp. 57ff.

Nom égyptien Emplacement
c'est atti (Anatolie centrale)
Nhrn Nahrin = Mitanni
Irw Arzawa (ouest de l'Anatolie)
Pds Pitassa (Anatolie centrale)
Drdny Dardania (alliés des Troyens, nord-ouest de l'Anatolie)
Mme Masa ( Mysie , nord-ouest de l'Anatolie)
Krk Karkisa Peut-être Caria dans le sud-ouest de l'Anatolie
Krkm Carchemish , en Syrie
Qd Une zone mal définie dans le nord de la Syrie
Qd Kadès (en Syrie)
kr Ougarit (dans le nord de la Syrie)
Mwnt Mushanet (Inconnu) Peut-être Mushki ou Moschoi (Phrygians)
Kk Kaska (nord de l'Anatolie)
Lc Terres de Lukka ( Lycie et Carie, sud-ouest de l'Anatolie)
Qwdn Kizzuwatna ( Cilicie )
Nwgs Nuai (en Syrie)
Irwnt (sic!) Arawanna (En Anatolie)
lb alba ( Alep , en Syrie. Dirigé par son roi, Talmi-Sarruma, petit-fils de Suppiluliuma I. )
Ins Inesa (Inconnu, peut-être Nea en Anatolie centrale)

En plus de ces alliés, le roi hittite a également engagé les services de certaines des tribus locales Shasu.

Hittite tombé

Source : Gardiner, Alan, Les inscriptions de Kadesh de Ramsès II (1975) pp. 39-41.

Nom Titre
Spr Frère de Muwattalli
Trgnns aurige
Grbts Porte-bouclier
Trgts Capitaine de troupe de ceux de Qbsw ()
'Agm Capitaine de troupe
Kmy Un chef de thr -guerriers (infanterie )
rpsr Scribe royal
Tydr Chef des gardes du corps
Pys aurige
Smrts aurige
Rbsnn Capitaine de troupe de ' Auberges .
mrm Frère de Muwattalli
Tdr Chef des thr- guerriers
..m Porteur de bouclier ()
ws Capitaine de troupe de ' Ins
Bnq () aurige
[] [Un autre nom et titre, perdu]

Voir également

Les références

Lectures complémentaires

Liens externes

Opiniones de nuestros usuarios

Jose Paul

Bel article de Bataille de Kadesh.

Carine Lemoine

Super découverte cet article sur Bataille de Kadesh et toute la page. Va directement aux favoris.

Camille Ribeiro

Cet article sur Bataille de Kadesh a attiré mon attention, je trouve curieux à quel point les mots sont bien mesurés, c'est comme...élégant.