Bataille de Hareira et Sheria



L'internet est une source inépuisable de connaissances, y compris lorsqu'il s'agit de Bataille de Hareira et Sheria. Des siècles et des siècles de connaissances humaines sur Bataille de Hareira et Sheria ont été versés, et sont encore versés, dans le réseau, et c'est précisément la raison pour laquelle il est si difficile d'y accéder, car nous pouvons trouver des endroits où la navigation peut être difficile, voire impraticable. Notre proposition est que vous ne fassiez pas naufrage dans une mer de données concernant Bataille de Hareira et Sheria et que vous puissiez atteindre tous les ports de la sagesse rapidement et efficacement.

Avec cet objectif en tête, nous avons fait quelque chose qui va au-delà de l'évident, en collectant les informations les plus récentes et les mieux expliquées sur Bataille de Hareira et Sheria. Nous l'avons également organisé de manière à le rendre facile à lire, avec un design minimaliste et agréable, garantissant la meilleure expérience utilisateur et le temps de chargement le plus court. Nous vous facilitons la tâche pour que vous n'ayez plus qu'à vous soucier de tout savoir sur Bataille de Hareira et Sheria ! Donc, si vous pensez que nous avons atteint notre objectif et que vous savez déjà tout ce que vous vouliez savoir sur Bataille de Hareira et Sheria, nous serions ravis de vous revoir sur les mers calmes de scientiafr.com dès que votre soif de connaissances se réveillera.

Bataille de Hareira et Sheria
Une partie du théâtre du Moyen-Orient de la Première Guerre mondiale
Obusier turc 10,5 cm leFH 98 09 LOC 00121.jpg
Ottoman 10,5 centimètres (4,1 pouces) Obusier à Hareira
Date 6-7 novembre 1917
Emplacement
la route et la voie ferrée au nord-ouest de Beersheba, les défenses Hareira et Tel el Sheria
Résultat Victoire du Corps expéditionnaire égyptien
belligérants

 Empire britannique

 Empire ottoman Empire allemand
 
Commandants et chefs
Royaume-Uni Edmund Allenby Henry Chauvel Philip Chetwode
Australie
Empire britannique
Empire allemand Erich von Falkenhayn Friedrich von Kressenstein Fevzi Pacha
Empire allemand
Empire ottoman
Unités impliquées

Corps expéditionnaire égyptien

Division Montée Anzac
Division montée australienne
Division montée Yeomanry
Brigade du Corps impérial de chameaux
10e division (irlandaise)
53e division (galloise)
60e (2/2e Londres) Division
74e division (Yeomanry)

Groupe d'armées Yildirim

La bataille de Hareira et Sheria eut lieu le 6-7 Novembre 1917 , lorsque la Force expéditionnaire égyptienne a attaqué et capturé le Groupe armée Yildirim systèmes défensifs de protection Hareira et Sheria dans le centre de la bande de Gaza à Beersheba ligne, pendant la Palestine du Sud Offensive de la campagne du Sinaï et de la Palestine pendant la Première Guerre mondiale.

Ces systèmes défensifs, qui avaient repoussé avec succès les attaques frontales lors de la deuxième bataille de Gaza , sont devenus vulnérables, après une impasse de six mois , à une manuvre de flanc du XX corps le 6 novembre. Cela a été rendu possible par la prise de Beersheba le 31 octobre , après quoi les défenseurs ottomans avaient été repoussés au nord de la ville dans les collines de Judée , pendant la bataille de Tel el Khuweilfe . La 74e Division (Yeomanry) a attaqué l'extrémité est des défenses depuis le flanc est, tandis que la 60e (2/2e Londres) Division a attaqué les systèmes défensifs de Kauwukah et Rushdi depuis le flanc sud-est.

L'extrémité orientale des défenses ottomanes a été capturée lors d'une attaque préliminaire par les Yeomanry, qui a été suivie par l'attaque principale des Londoniens, soutenus par la 10e division (irlandaise) sur la gauche. Le flanc droit de cette force d'attaque était couvert par la Yeomanry Mounted Division , tandis que son flanc gauche était couvert par la Australian Mounted Division . Les attaques des trois divisions d'infanterie, appuyées par des barrages d'artillerie efficaces, ont abouti à la capture des défenses de Kauwukah et de Rushdi, après de violents combats. Vers le crépuscule, les Londoniens se sont réformés en vue d'une attaque sur la gare de Sheria et à travers le Wadi esh Sheria jusqu'aux fortifications de Tel esh Sheria. L'attaque progressait après le coucher du soleil, lorsque la garnison ottomane a détruit un grand dépôt de munitions près de la gare, illuminant le ciel nocturne. L'attaque des Londoniens de l'autre côté de l'oued, ayant perdu le bénéfice de l'obscurité, fut interrompue pour la nuit. Bien que les Londoniens aient capturé un oued et Tel esh Sheria, des combats acharnés lors d'une série de contre-attaques ottomanes le 7 novembre ont empêché les Londoniens d'avancer.

L'Australian Mounted Division reçut l'ordre de dégager la voie pour l'infanterie, lorsque la 4th Light Horse Brigade traversa les Londoniens pour charger la position ottomane la plus puissante. Bien que les cavaliers légers aient reçu l'ordre de mettre pied à terre face à des tirs féroces, une troupe qui a réussi à gagner la redoute a été décimée en train de mettre pied à terre pour retirer leurs fusils de leur dos. Après avoir été retenu toute la journée, en fin d'après-midi, une autre attaque du 60e (Londres) et des divisions montées australiennes captura l'arrière-garde ottomane. Cette attaque, ainsi que l'occupation de Gaza dans la matinée, ont brisé la ligne ottomane. Sept jours plus tard, à la suite de la victoire de l'EEF à la bataille de la crête de Mughar , Jaffa était occupée et le 9 décembre 1917 après la bataille de Jérusalem , cette ville était occupée et une nouvelle ligne EEF établie de Jaffa à Jérusalem.

Fond

La principale base du désert de l'armée ottomane à Hafir el Aujah a été réduite à la suite de la victoire à la bataille de Rafa en janvier 1917 qui a mis fin à la campagne du Sinaï. En février, Sheria, à mi-chemin entre Gaza et Beersheba sur la ligne de chemin de fer de Beersheba à Jérusalem et Jaffa, était devenue la principale base ottomane et un important centre administratif et logistique. Ici, une grande partie des défenseurs ottomans étaient tenus en réserve. « Jusqu'en juin, Sheria était le quartier général de la force ennemie sur la ligne Gaza-Beersheba. À la suite des bombardements aériens britanniques, elle a été déplacée en juillet à Huj . Après la formation des quartiers généraux de la Septième Armée et de la Huitième Armée, situés respectivement à Huj et à Hébron, Sheria n'était pas aussi fortement habitée et s'appuyait sur les défenses fortifiées de Khawukah pour défendre l'endroit.

Ici , la Quatrième Armée a établi un centre d' entraînement central composé d' instructeurs allemands et autrichiens ainsi que d' officiers ottomans expérimentés des fronts européens de Galicie , de Roumanie et de Macédoine . Ils donnaient régulièrement des cours sur les tactiques et les armes actuelles en usage sur le front occidental. De plus, les commandants ont reçu un cours de 15 jours et les officiers de division un cours de six semaines axé sur l'utilisation des mitrailleuses, « ce qui était vital pour les bataillons d'infanterie ottomans nouvellement réorganisés ». L'entraînement à l'artillerie comprenait également des méthodes et des tactiques à jour.

Début novembre, le commandant du groupe d'armées Yildirim Erich von Falkenhayn était à Alep , mais en « bonnes communications télégraphiques » avec ses septième et huitième armées en Palestine , sa sixième armée en Mésopotamie et avec l'état-major ottoman à Constantinople , sur son en route pour Jérusalem au début de sa nomination. D'Alep, von Falkenhayn a ordonné à la septième armée de Fevzi de « reprendre le contrôle de sa zone opérationnelle d'origine, y compris toutes les unités de combat, les unités de soutien et les troupes de ligne de communication au nord de Beer Sheva », et au début du 1er novembre, Fevzi a ordonné à son armée d'établir une ligne défensive. , alors qu'il a également déplacé son quartier général à Hébron, également connu sous le nom d' al-all . Il passa par Damas le 4 novembre, pour arriver à Jérusalem pour commencer à établir son quartier général à l'Hospice allemand sur le mont des Oliviers , dans la soirée du 5 novembre.

Pendant ce temps, l'attaque principale sur Hareira et Sheria par l'EEF a été retardée de deux jours, par des difficultés d'eau et de transport.

Prélude

La capture de la ligne défensive ottomane, qui avait été tenue et renforcée depuis avant la deuxième bataille de Gaza, a nécessité de multiples attaques, après la bataille de Beersheba le 31 octobre. Gaza sur la côte est restée aux mains des Ottomans, ainsi que la ligne de front ottomane s'étendant de là jusqu'à Hareira et Sheria au centre. La ligne continuait jusqu'à la route d'Hébron et de Jérusalem, tenue par la garnison ottomane de Beersheba qui s'était retirée au nord dans les collines de Judée, pour défendre Tel el Khuweilfe et la route de Jérusalem. La ligne défensive avait été repliée et non rompue.

Des attaques limitées ont été menées contre les fortes défenses de Gaza par le XXI Corps le 1er novembre lors de la troisième bataille de Gaza , peu concluante , et vers Tel el Khuweilfe, haute de 760 m et la route de Jérusalem, par le Desert Mounted Corps. Ces attaques aux deux extrémités de la ligne ottomane étaient conçues pour empêcher les défenseurs de déplacer des renforts vers le centre. La 53e division (galloise) (XX Corps) a traversé Beersheba à 06h30 le 1er novembre, pour occuper une ligne à 3 miles (4,8 km) à l'ouest de la ville sans opposition, les plaçant en position de couvrir le flanc droit, des attaques proposées par le XX Corps sur Hareria et Sheria. La division montée d'Anzac sur la droite, a prolongé la ligne vers l'est jusqu'à la route de Jérusalem, où elle a rencontré une vive opposition.

Dans l'après-midi du 2 novembre, le quartier général de la 60e division (Londres) et le 180e groupe-brigade s'étaient déplacés pour bivouaquer à environ 2,4 km au sud-ouest de Beer Sheva, les 179e et 181e groupes-brigades suivant le lendemain, avant le 180e La brigade a continué le 4 novembre pour bivouaquer au sud d'El Muweileh, tandis que la 181e brigade a relevé la 230e brigade ( 74e division (Yeomanry) ). La capture de la ligne ottomane après la victoire à Beersheba, a nécessité la capture de Hareira et Sheria, pour créer un espace suffisamment large pour que le Desert Mounted Corps avance au nord jusqu'à Nejile et au nord-est jusqu'à Huj, dans l'arrière ottoman pour couper le les lignes de retraite de l'ennemi. A partir du 1er novembre, les attaques de l'Anzac Mounted et de la 53e division (galloise) et les jours et nuits de combats, "jouèrent un rôle essentiel dans le succès des opérations ultérieures, en engageant les principales réserves de l'ennemi et en défaisant sa contre-attaque", tandis que la concentration pour l'attaque principale sur Sheria s'est déroulée sans interférence. Bien que ces combats acharnés pour le contrôle du haut pays au nord de Beersheba se soient soldés par une bataille nulle, le Desert Mounted Corps a pu avancer pour acquérir une « position avantageuse à partir de laquelle rouler le flanc de l'ennemi ».

Défenseurs

Fin octobre, l'effectif estimé du groupe d'armées Yildirim tenant la ligne Gaza-Sheria était de 40 000 fusils, qui a ensuite été révisé à 33 000 fusils, 1 400 sabres et 260 canons. Tel el Sheria était défendue par trois divisions ottomanes d'environ 10 000 fantassins du XXe corps ottoman. Une partie de la 26e division a défendu la région de Hareria et de Wadi esh Sheria, tandis que la 16e division a défendu Tel el Sheria. La 26e division reliait la 16e division au quartier général de la 19e division et du IIIe corps à Edh Dhahriye sur la route de Jérusalem. Seuls un officier et 27 hommes du 26e régiment (27e division), qui avait fait partie de la garnison de Beersheba, sont arrivés pour défendre Tel esh Sheria.

Les 8 miles (13 km) de tranchées connues sous le nom de Kauwukah (également connu sous le nom de Qawuqa) et les systèmes Rushdi, s'étendaient à l'est du Wadi esh Sheria à Hareira, de chaque côté du chemin de fer de Beersheba et du Wadi esh Sheria 2 miles (3,2 km) au nord. Ces systèmes défensifs avaient été creusés dans une plaine aride et poussiéreuse, dépourvue de couverture à l'exception des oueds, jusqu'au pied des collines de Judée. Ils étaient défendus par la 16e division qui déployait deux régiments sur la ligne de feu. Du côté ouest de la voie ferrée, il y avait une tranchée continue renforcée par une deuxième ligne de tranchées presque continue reliée à la première par de nombreuses tranchées de communication. Ces fortifications étaient en forme de demi-lune orientées sud-est, sud et sud-ouest. Du côté est de la voie ferrée, les fortifications se composaient d'une série de points forts distants de 370 m (400 yards) faisant face au sud. Toutes les fortifications étaient bien situées et construites bien que le fil renforçant les défenses à l'ouest de la voie ferrée n'était pas épais ou continu et qu'il n'y avait pas de fil protégeant les défenses à l'est de la voie ferrée.

Toute infanterie EEF ou attaque montée sur Sheria ou tentative de percée vers le nord serait arrêtée par un tir d'enfilade d'une chaîne de petits ouvrages se soutenant mutuellement à l'est de la ligne de chemin de fer de Beersheba, à 8,0 à 9,7 km au sud-est de Hareira. Le côté ouest de la ligne de chemin de fer était défendu par le système de Kauwukah, qui était à son tour relié par une ligne de tranchées solide avec le système Rushdi couvrant Hareira, chevauchant la route Gaza-Beersheba, et s'étendant vers Hareira et le Wadi esh Sheria. Ici, la forte redoute Hareira prolongeait la ligne de l'autre côté de l'Oued, jusqu'aux tranchées Mustapha qui retraversaient la route Gaza-Beersheba. Un chemin de fer léger retournait vers les décharges de munitions au sud de Sheria depuis le système Rushdi. Cette forte ligne de front ottomane s'étendait sur un pays idéal pour la défense. Les tranchées étaient profondes et bien cachées, offrant une excellente couverture et dominant le paysage légèrement vallonné, très ouvert et dénudé au sud. Entre chaque ligne de tranchée successive, il n'y avait absolument aucune couverture pour l'infanterie d'attaque, obligée d'avancer sur le sol caillouteux.

Des photos d'avion ont montré que les tranchées de Rushdi et de Kauwukah étaient profondes, bien situées et encore plus élaborées que ce n'était le cas à Beer Sheva. Ils se composaient d'une tranchée d'incendie, d'une tranchée de contrôle à peu près parallèle à celle-ci et de nombreuses tranchées de communication. Les positions de mitrailleuses semblaient être partout, et le flanc était couvert par une série de positions détachées sur les sommets des collines à l'est, finissant dans le terrain très difficile au voisinage de la route Beersheba-Hébron.

London Scottish Regimental Gazette juillet 1918

Cependant, lorsqu'il arriva à Jérusalem dans la soirée du 5 novembre, von Falkenhayn ordonna à Kress von Kressenstein, de retirer les canons lourds de la 8e armée à Gaza et à l'est de la ville, de retour au nord de l'oued Hesi, certains étant transportés par voie ferrée.

Groupe Zuheilika

La force de réserve des VIIe et VIIIe armées connue sous le nom de groupe Zuheilika, commandée par le colonel Ali Fuad, a été formée en retirant une partie de la 26e division ottomane à Khirbet Sihan et aux défenses de Hareria, dans la nuit du 4 au 5 novembre. Environ 1 000 soldats sont revenus d'entre Kh. Sihan et Hareira à Khirbet Zuheilika 5 miles (8,0 km) au nord nord-est de Hareira. Ils se sont concentrés dans une position centrale à Khirbet Zuheilika, afin de pouvoir renforcer les parties gravement menacées des défenses ottomanes. Dans la soirée du 6 novembre, ils défendaient le Wadi esh Sheria lors de l'attaque de la 60e division (Londres).

Attaquants

Le XX corps de l'EEF (moins la 53e division (galloise) et la brigade du corps impérial de chameaux temporairement rattachée au corps monté dans le désert) devait attaquer le système de tranchées de Kauwukah au centre de la ligne Gaza-Beersheba. Allenby a concentré quatre divisions de 40 000 fantassins pour l'attaque du flanc principal, au sud de Tel esh Sheria. A l'aube du 6 novembre, la 74e division (Yeomanry) a été déployée près des défenses à l'est de la voie ferrée sur la droite, la 60e division (Londres) au centre au nord de Bir Abu Irqaiyiq et la 10e division (irlandaise) sur le la gauche. Ces trois divisions d'infanterie étaient appuyées par l'artillerie lourde du XX Corps, les 15e et 181e batteries lourdes, ainsi que les 378e, 383e et 440e batteries de siège avec la division montée australienne à leur gauche et la division montée Yeomanry à leur droite connexion avec la 53e division (galloise).

Le XX Corps était concentré à l'est et au sud-est des défenses de Hareira, prêt à attaquer dans une direction nord-ouest. Une fois que la 74e division (Yeomanry) avait capturé les défenses à l'est de la voie ferrée et du chemin de fer, la 60e division (Londres) devait attaquer et capturer les tranchées de Kauwukah, avant de passer à la capture de Sheria. En préparation de ces attaques du 6 novembre, une reconnaissance minutieuse du système de Kauwukah a été effectuée, y compris toutes les lignes de déploiement possibles, les routes et les positions des canons. Dans la nuit du 5 au 6 novembre, les divisions se concentrent pour l'attaque.

Les préparatifs de l'EEF pour l'attaque

Au cours de la matinée du 3 novembre, Allenby ordonna au XX et au Desert Mounted Corps de se préparer à une attaque contre les défenses ottomanes le 4 novembre lorsque Sheria et Nejil seraient les objectifs. Il rapporta au War Office : « Aujourd'hui a été un jour de poussière et de brume, poussé par un vent du sud fort et chaud ; et la reconnaissance a été difficile. Je ne sais pas vraiment ce que font les Turcs sur l'un ou l'autre flanc ; mais ils semblent déplacer librement des troupes dans les zones arrière. Mes officiers et mes hommes sont en forme et très confiants... Tenez-moi au courant de mes effectifs actuels, et nous nous entendrons bien, j'espère. il voulait que cette attaque soit lancée le plus tôt possible, afin d'exploiter la prise de Beersheba, elle a été reportée après une conférence de tous les commandants de division, le 4 novembre à Beersheba. Chetwode lui a télégraphié à 10h15 pour lui dire : "Le général Chauvel et moi-même, après une consultation la plus étroite, ai décidé avec beaucoup de réticence qu'en raison des difficultés d'eau et de la soif des hommes, le report au 6 novembre est inévitable. .

Tout s'agite et se bouscule avec l'armée. Des indigènes raflés avec leurs ânes et chameaux, tous débraillés (leur aspect habituel). Chameaux non rasés et transportant des jarres d'eau en pierre en élingues. La police militaire à cheval au travail sur la population. Voitures de la Croix-Rouge garées après leur activité avec les restes humains. Des voitures blindées nettoient leurs armes. Les transports se précipitent sur les tas et les monticules de fourrage. Des chameaux fanatiques, des avions volant bas au-dessus de la place. Station de pompage détruite au travail... Détails de cavalerie passant et repassant.

Soldat Doug H. Calcutt, 2/16th London Regiment, 179th Brigade, 60th Division Diary 3 novembre 1917

La force EEF basée temporairement à Beersheba après sa capture a nécessité 400 000 gallons d'eau par jour, et bien que l'eau ait été développée dans la mesure du possible, des convois d'eau ont apporté de l'eau aux troupes. Le manque d'eau et de nourriture pour les hommes et les chevaux est devenu le principal problème entre le 2 et le 5 novembre. Pendant ce temps, les combats se poursuivaient dans la région de Tel el Khuweilfe, tandis que leurs chevaux devaient être ramenés à 28 miles (45 km) à Beersheba pour abreuver. De plus, les troupes concentrées pour les attaques sur Hareira et Sheria, qui ont été déployées dans une zone désertique aride "assez impropre au travail monté", ont nécessité une journée supplémentaire de ravitaillement pour chaque homme, et suffisante pour que chaque animal ait "sa soûl", avant que cette force ne puisse partir au combat. Ce n'est que le 6 novembre que l'approvisionnement en eau est suffisamment amélioré.

Un London Regiment soldat de la 60th (Londres) Division, "[passe] une journée de soif, [dans] [l]e pays le plus déprimant imaginable... pas un grain de verdure ou un signe d'habitation. Parfaitement stérile. Monter les collines et les vallées et traverser les Waddies, nous allons. Des nuages de poussière inconcevables. Si dense que vous vous rapprochez instinctivement de l'homme devant vous pour ne pas perdre de vue lui. Ne pouvait pas voir vos propres pieds, ni où vous les posiez. C'était le pire... un homme était juste discernable à dix pas en regardant. Dans la poussière vont des chameaux, des mules de bât, des avant-trains, des chariots, et tout l'attirail bruyant de la guerre."

Après la conférence, Chauvel a ordonné à la Division Montée Australienne de retourner à Karm dans l'après-midi pour soulager l'eau à Beersheba. Les chevaux de la division avaient bu leur dernier apéritif à Khalasa le 30 octobre, l'approvisionnement en eau d'Asluj et de Beersheba ayant été restreint. Comme toutes les tentes avaient été démontées la veille en vue d'un déménagement, la 4e Ambulance de campagne à cheval léger a fait des pansements à l'extérieur pendant la matinée. Les ordres ont été reçus à midi et après le déjeuner, l'ambulance de campagne, ainsi que le reste de leur brigade, sont repartis à 14h00 pour retourner à Karm où ils sont arrivés à 22h00. C'était un "terrible trajet dans la poussière... 15 miles (24 km) direct à travers Beersheba et Buggar. La poussière était si épaisse que vous pouviez juste distinguer le chameau devant et suivre. Nous avons perdu la brigade et avons campé pour la nuit à Karm." L'Australian Mounted Divisional Train (moins la 38 Compagnie de la 5th Mounted Brigade mais avec la 7th Mounted Brigade Train), a atteint Karm à 23h00 après avoir quitté Beersheba à 16h00.

La ligne d'observation reliant le XX et le XXI corps a été reprise le 5 novembre par la division à cheval australienne avec la 7e brigade à cheval attachée au lieu de la 5e brigade à cheval. Ils ont relevé la division montée Yeomanry qui est retournée à l'eau à Beersheba. Au cours de la matinée, lorsqu'ils ont été témoins de l'intensification de l'attaque principale, "[l]es transports et des fournitures à gogo, tous avançant". Les 11e et 12e régiments de chevau-légers (4e brigade de chevau-légers) ont relevé la 22e brigade montée sur la ligne de Wadi Hanafish à 06h30 le 5 novembre, tandis que le 4e régiment de chevau-légers est resté en réserve jusqu'à 16h00, date à laquelle ils ont prolongé la ligne jusqu'à lien avec la 10e division (irlandaise). Une heure plus tard, une troupe du 4e régiment de chevau-légers gardait la jonction des oueds Semara et Imleih, pour protéger l'artillerie de la 10e division (irlandaise). Pendant ce temps, les chevaux ont été envoyés à l'abreuvoir au Wadi Fara de 09h00 à 17h30, un homme pour quatre chevaux avec une alimentation pour homme et cheval.

Malgré le délai de six jours depuis la prise de Beersheba, « l'attaque était maintenant sur le point d'être menée dans les circonstances les plus favorables ». Au moins sept régiments d'infanterie ottomans, dont la 19 division, ont défendu la région au nord de Beersheba le long de la route d'Hébron et à Tel el Khuweilfe, ne laissant que deux régiments tenant la ligne de 6,5 miles (10,5 km), le long du Wadi esh Sheria. Le principal dépôt de munitions avait été établi au nord-ouest de Beersheba, avec un dépôt plus petit d'environ 7 000 cartouches de 18 livres, 1 500 cartouches d'obus de 4,5 pouces et un million et quart de cartouches d'armes légères, établi par la 74e colonne de munitions divisionnaire. près de Muweile, en plus des munitions transportées par les batteries.

Plan d'attaque

Les plans originaux pour la capture par l'EEF de la ligne Gaza-Beersheba en octobre incluaient une attaque contre la redoute d'Atawineh par la Force composite. Cette force de près d'une division, composée de la 25e brigade d'infanterie indienne , d'un bataillon antillais , du Détachement français de Palestine français et du Distaccamento italiano di Palestina italien , était campée à l'est de la 75e Division dans la région de Cheikh Abbas. Bien que cette attaque n'ait pas eu lieu, la force est restée dans la réserve.

La ligne Gaza-Beersheba, autrefois formidable, devenait maintenant vulnérable, et à l'aube du 6 novembre, trois divisions du XX corps de Chetwode devaient attaquer le centre de la ligne défensive ottomane, sur un large front. Le plan du XX Corps proposait que la 60e (Londres) et la 74e (Yeomanry) divisions capturent la redoute Sheria le 6 novembre, et après que la 10e division (irlandaise) capture Hareira le 7 novembre, la 74e division (Yeomanry) formerait une réserve de corps, tandis que la 60e division (Londres) était rattachée au Desert Mounted Corps. La 53e division (galloise) devait poursuivre ses attaques dans la région de Khuweilfe.

Les premiers objectifs du XX Corps étaient 8 miles (13 km) de tranchées connues sous le nom de système Kawuqa qui s'étendaient à l'est du Wadi esh Sheria à Hareira, de chaque côté du chemin de fer de Beersheba et du Wadi Sheria 2 miles (3,2 km) au nord . Avec leurs approches dépourvues de couverture à l'exception des oueds, ces tranchées, creusées dans une plaine aride et poussiéreuse jusqu'au pied des collines, étaient tenues par la 16e division, avec deux régiments en ligne de mire.

Du côté ouest de la voie ferrée, la ligne continue de tranchées était renforcée par une deuxième ligne de tranchées presque continue, reliée à la première ligne par de nombreuses tranchées de communication. Ces fortifications étaient en forme de demi-lune orientées sud-est, sud et sud-ouest. Du côté est de la voie ferrée, les fortifications n'étaient pas aussi solides, consistant en une série de points forts distants de 370 mètres, orientés au sud. Toutes les fortifications étaient bien situées et bien construites, bien que le fil de fer renforçant les défenses à l'ouest de la voie ferrée n'était pas épais ou continu, et que les défenses à l'est de la voie ferrée n'avaient pas de fil de protection.

Ces défenses ottomanes avaient prouvé leur force contre les attaques frontales, lors de la deuxième bataille de Gaza . Ils ne devaient pas être attaqués de front, mais de flanc . Cependant, afin d'avoir suffisamment d'espace pour se positionner pour une attaque de flanc et pour enfiler la ligne ottomane, il était nécessaire pour la 53e division (galloise) de repousser les forces ottomanes et d'occuper la ligne Khuweilfe à Rujm edh Dhib jusqu'à la au nord de l'oued Khuweilfe et à 5 miles (8,0 km) à l'ouest au nord-ouest de Tell Khuweilfe. Cependant, le commandant divisionnaire a plaidé en faveur d'une attaque sur la position de Khuweilfe sans "chercher à avancer sur sa gauche".

Sans place pour se mettre en position pour que les trois divisions du XX Corps fassent des attaques de flanc, le plan était que la 74e division (Yeomanry) à droite fasse une attaque de flanc sur les défenses à l'est de la voie ferrée avant d'avancer pour couvrir la droite. de la 60th (Londres) Division, lors de leur attaque frontale sur le système Kauwukah vers les hauteurs au nord de Tel esh Sheria. L'attaque frontale de la 60e division (Londres) serait menée par la 180e brigade à droite et la 179e brigade à gauche, chacune appuyée par un groupe d'artillerie, la 181e brigade étant en réserve divisionnaire. Une brigade de la 10e division (irlandaise) couvrait le flanc gauche de la 179e brigade. Ensuite, la 60e division (Londres) avec une brigade de la 10e division (irlandaise) devait traverser la voie ferrée et capturer 2 miles (3,2 km) de la ligne de tranchée à l'ouest de la voie ferrée, tandis que les deux autres brigades de la 10e ( Irish) Division a formé la réserve de corps.

Bataille

6 novembre

L'attaque du XX corps sur les défenses de Hareira et Sheria se fait du sud-est vers le nord-ouest, permettant à l'infanterie de s'approcher des tranchées ottomanes, en enfilade . Les défenses ottomanes avaient été construites pour résister aux attaques du sud. Ils s'étaient révélés impénétrables de cette direction lors de la deuxième bataille de Gaza. Cependant, maintenant, la 74e division (Yeomanry) devait lancer l'attaque préliminaire depuis l'est, tandis que l'attaque principale de la 60e division (Londres) était lancée depuis le sud-est.

Attaque préliminaire

Après avoir atteint leurs positions à 03h30, l'attaque de la 74e division (Yeomanry) contre les défenses ottomanes du côté est de la ligne de chemin de fer, a été lancée par la 229e brigade soutenue par les 44e et 117e brigades Royal Field Artillery (RFA) sur le à gauche, et la 230e brigade soutenue par la 268e brigade RFA à l'arrière droit, avec la 231e brigade échelonnée derrière sur la droite soutenue par la 10e batterie de montagne attachée.

Soudain, sans crier gare, un feu très lumineux éclaira la chaussée, et la colonne en marche, avec un éclat éblouissant, à deux cents, trois cents, quatre cents mètres à droite, c'est tout. Dire que l'effet était surprenant, c'est un euphémisme, nous étions pratiquement en contact avec les avant-postes turcs. Preuve que nous avons été repérés, sous la forme d'une tornade de balles, qui sifflait tout autour, suivait rapidement l'éclatement de la lumière... En quelques instants nous étions à l'abri de la route et dans une relative sécurité.

Lieutenant Robert H. Goodsall, Batterie territoriale, Artillerie royale de campagne

L'attaque surprise de la 74e division (Yeomanry) a été lancée sur environ 6 000 yards (5 500 m) de tranchées à une seule ligne, creusées à l'est de la voie ferrée. Bien qu'ils soient bien situés, ils n'étaient pas protégés par des enchevêtrements de fils. Ils ont attaqué à travers des prairies brûlées et des terres cultivées, coupées par des oueds escarpés, sans aucun bombardement d'artillerie ou barrage préliminaire. Le 16th Battalion Sussex , qui a commencé son assaut à 04h00, a capturé son premier objectif une heure plus tard. Une charge à la baïonnette de deux pelotons détachés captura ensuite une fortification circulaire au-delà, qui était beaucoup plus fortement défendue. Après une « lutte acharnée » au cours de laquelle 30 soldats ottomans ont été tués, la position et 70 prisonniers ont été capturés. Plusieurs tentatives infructueuses de contre-attaque de la 74e division (Yeomanry) ont été faites par les forces ottomanes sur leur gauche, qui ont avancé de Tel esh Sheria et d'autres de la 27e division, sur leur droite. Néanmoins, la 74e division (Yeomanry) avança rapidement, la 230e brigade capturant trois ouvrages à 06h00 et la 229e brigade quatre autres, peu de temps après. L'appui rapproché de l'artillerie devient alors possible.

... voyant qu'ils avaient bien pris la direction je suis retourné attendre l'arrivée de la batterie. Très vite, ils sont arrivés... et sont passés à l'action comme sur un "ordre de forage". Les ordres de tir étaient maintenant passés, et dans un laps de temps remarquablement court, nous avions obtenu la bonne section. Le bruit des tirs de fusils incessants juste au-delà de la crête montrait que notre infanterie était engagée. En regardant en arrière, j'ai vu que toute la plaine était animée d'unités qui avançaient, de batteries d'autres brigades, de colonnes DAC [Divisional Artillery Column], ASC [Army Service Corps] et de convois de chameaux. Bientôt, nous allumions un feu constant avec une portée progressivement croissante. Soudain, par derrière, une détonation effrayante et un nuage de fumée éclatèrent parmi la colonne avançant du DAC, suivi immédiatement par le bruit des obus explosant des wagons. Un avion turc avait bombardé la colonne. En succession rapide, le Turc a largué deux autres bombes sur d'autres masses de troupes qui se trouvaient en dessous de lui.

Lieutenant Robert H. Goodsall, Batterie territoriale, Artillerie royale de campagne

Sur le front de la 231e brigade, les défenseurs ont mené un « combat courageux », jusqu'à 07h00 lorsque la position a été capturée par le 24e bataillon Welch (231e brigade), mais ils ont continué à être contre-attaqués pendant la journée. Une résistance sérieuse a également été rencontrée par la 229e brigade, de la part des défenseurs protégés par des haies de cactus, et leur objectif n'a été capturé qu'à 08h30. Le 16th Battalion Sussex Regiment a attaqué, soutenu par un fusil Lewis et deux sections de fusiliers, quand ils ont capturé trois officiers, 25 hommes et une batterie, qui avaient tiré sur les troupes de la 229th Brigade. Plus tard, deux fortes contre-attaques ont été lancées par la force ottomane, au cours de laquelle la batterie a été presque reprise, avant que les canons de la 268 brigade RFA ne déciment l'unité ottomane. Après une courte pause, la 229e brigade s'est à nouveau déplacée vers l'ouest sous le feu de l'artillerie en enfilade, alors qu'elle était moins fortement opposée. Vers 13h15, la brigade avait atteint la voie ferrée qui était leur objectif final, lorsqu'une autre batterie de campagne ottomane a été capturée en train de "s'assouplir", attelant des animaux pour tirer les affûts.

Défenses de Kauwukah

A 03h30, les brigades d'attaque de la 60e division (Londres) avancent vers leurs positions.

Il y a un bombardement [en cours]... à environ 3,2 km. Nous devons marcher deux [miles] mais cela semble très douteux car c'est l'aube au moment où nous arrivons. Espérons que les 1000 yards (910 m) que nous devons faire sous le feu de mitrailleuses et de fusils ressemblent mieux à 1000 yards que cette marche à deux milles.

Soldat Doug H. Calcutt 2/16th London Regiment, 179th Brigade, 60th (Londres) Division

A 08h00, les 180e et 179e brigades (60e division) avec la seule brigade de la 10e division (irlandaise) à la gauche de la 179e brigade, ont commencé à avancer conformément aux avances de la 74e (Yeomanry) Division. La 74e division (Yeomanry) progresse rapidement tandis que la 60e division (Londres) avance en formation d'artillerie. À 10 h 30, l'artillerie des 10e (irlandaise) et 60e (Londres) divisions était arrivée et était en position de cibler les tranchées ennemies. Les canons ont continué à couper des fils jusqu'à 12h15, lorsque la batterie de 18 livres avait coupé deux trous de 10 yards (9,1 m), juste à l'est de la voie ferrée sur la rive droite de l'oued Samarra. Dans le même temps, il a été signalé que les troupes avancées de la 74e division (Yeomanry) avaient atteint leur objectif final, la voie ferrée au sud de la gare de Sheria.

L'artillerie de campagne des deux divisions a bombardé les tranchées à l'ouest de la voie ferrée, tandis que le 96th Heavy Artillery Group avançait, pour cibler la double ligne de tranchées près de Kh. Kauwukah.

Débranchez et positionnez-vous en un clin d'il, mais pas avant que les éclats d'obus ne soient bang, bang, bang parmi eux. Pas la moindre attention qu'ils [la Royal Horse Artillery] n'ont prise. A continué comme à l'exercice. Dételez les chevaux et reprenez-les (un lâche, blessé à la jambe, calmez bien les chevaux). J'attends toujours d'eux qu'ils cherchent un nouvel endroit, quand ils aboient à leur tour, et que finalement les canons turcs cessent de tirer ! Magnifique.

Soldat Doug H. Calcutt 2/16th London Regiment, 179th Brigade, 60th Division

L'attaque par les 180e et 179e brigades (60e division) et la 31e brigade (10e division) sur les systèmes de tranchées Kauwukah et Rusdi, du côté ouest de la voie ferrée, a commencé après que la 74e division (Yeomanry) a capturé le chemin de fer. Voyant un certain nombre de soldats ottomans se retirer, le brigadier général Fitz JM Edwards (commandant la 179e brigade) a ordonné le lancement de l'attaque à 13h35, avant que la 180e brigade ne puisse se mettre en position, de sorte que la 179e brigade a subi des tirs d'artillerie lourde et de mitrailleuses. Les 2/18th et 2/19th Battalions, London Regiment (180th Brigade) et les 2/13th et 2/16th Battalions, London Regiment (179th Brigade) ont lancé l'attaque, avec une brigade supplémentaire en soutien rapproché.

La 60e division (Londres) a commencé son attaque frontale en avançant en « formation d'artillerie », avec chaque peloton de " 30 à 40 hommes marchant en ordre rapproché... à environ 100 yards (91 m) des autres " pelotons pour maintenir le contrôle de la hommes et limiter le carnage. Déployé de cette manière, « un obus ne pouvait anéantir qu'un seul peloton ». Lorsque les bataillons d'assaut du London Regiment de la 180e brigade, les 2/18e et 2/19e avec le 2/20e en appui rapproché et le 2/17e en réserve, « ont subi des tirs d'armes légères, les hommes sont entrés en ordre prolongé dans une succession de vagues, chaque homme à environ 3 yards (2,7 m) de son voisin », tandis que les vagues suivantes étaient « à environ 50 yards (46 m) de distance ». Au fur et à mesure que les vagues de tête étaient « mises en pièces », les vides qu'elles laissaient étaient comblés par la prochaine vague d'infanterie. « Pour l'assaut final à la baïonnette », la ligne de front était « assez dense ».

On voit bien les autres pelotons dans la fumée et la poussière... Notre artillerie aboie et craque tout le temps dans nos oreilles et les obus hurlent dans les deux sens. Nous nous accroupissons le plus près possible du sol (notre commandant de peloton assez serein). Je me protège la tête avec ma bouteille d'eau. Ma lunette de visée est allumée, mais masquée. Il devient, avec mon fusil, très sale. L'esprit travaille sur toutes sortes de choses. Avec un boom, whiss, snap (que vous n'entendez jamais quand c'est pour vous), on est sur nous et Feakes est touché au cou. Appel aux brancardiers, etc. etc. Des mitrailleuses, des coups et de l'artillerie et tout ce qui va, nous nous accroupissons sans savoir comment les choses se passent ou ce qui se passe au-dessus de la colline Les compagnies "A" et "C" doivent attaquer dans la première vague.

Soldat Doug H. Calcutt 2/16th London Regiment, 179th Brigade, 60th Division

Les bataillons attaquants du London Regiment de la 179e brigade, le 2/13e à gauche et le 2/16e en première ligne, avancèrent à travers un feu très nourri, pour capturer rapidement leur premier objectif. Par la suite, le 2/15e bataillon en soutien les a traversés, suivi de près par le 2/19e bataillon. En réserve se trouvaient le 14th Battalion London Regiment (London Scottish) et les pionniers divisionnaires, le 1/12th Battalion, Loyal North Lancashire Regiment .

Juste au-dessus de l'infanterie, le barrage des canons de campagne et des mitrailleuses EEF a tiré, créant une "cacophonie" "insupportable", stupéfiante. Devant la 179e brigade, la « longue pente descendante » était parsemée de balles, « faisant jaillir » le sable comme des « grêlons ». Peu de temps après le lancement de l'attaque, des hommes prostrés jonchaient le sol et "des hommes levaient les bras et tombaient, tête baissée, certains pour rester immobiles, d'autres pour se tordre et crier d'agonie". Ils ont couru à travers le terrain découvert jusqu'à ce qu'il s'élève vers les tranchées ottomanes, qui étaient « couvertes d'un brouillard de fumée et de poussière ».

Nous n'avons d'oreilles que pour les balles et les mitrailleuses. Notre extension est de 14 pas et nous devons rester en ligne. Cela occupe notre temps. Chut. Chut. Whiss les balles volent au-dessus de nos têtes. Des cris de "facilité vers la gauche" "Facilité vers la droite" "Ne pas serrer" "Épaules gauches relevées" et ainsi de suite. Un homme est touché et les balles sont Zip Zip Zipping sur le sol tout autour (pas d'obus Dieu merci). L'homme gémit. Je ne suis pas excité, simplement inquiet. [Après avoir couru sur une petite crête, Calcutt a reçu l'ordre de tirer] Regardez dans mon viseur, ne voyez que de la fumée et de la poussière. Tirez un coup et décidez de conserver les munitions. Encore et encore. Toujours indemne. Foncez. Très soufflé et cache sous abri...

Soldat Doug H. Calcutt 2/16th London Regiment, 179th Brigade, 60th Division

Les bataillons du London Regiment de la 180e brigade (60e division) sur la droite, les 2/18e et 2/19e avançaient rapidement sur le terrain vallonné et dégagé. Malgré un lourd barrage ottoman dirigé contre eux, beaucoup ont survécu grâce à leur formation d'artillerie dispersée. Accompagnés de deux compagnies du 2/20e Bataillon en appui rapproché, ils repoussent rapidement l'ennemi hors de leurs défenses. La compagnie D de ce bataillon a trouvé une brèche sur la droite du 2/18e bataillon pour avancer et capturer un poste fort, quand ils ont tué ou capturé l'ensemble de la garnison ottomane. Pendant ce temps, le 2/18e bataillon a capturé deux canons de 77 mm et 60 prisonniers et le 2/19e bataillon 20 prisonniers. Au cours de l'assaut, le bataillon de droite de la 180e brigade a été couvert par des tirs de Lewis Gun de la 231e brigade, 74e division (Yeomanry), qui a également refusé aux forces ottomanes la possibilité de retirer leurs armes, derrière Kauwukah. Le bataillon de la 60e division (Londres) qui a récupéré ces canons, « s'est abstenu de revendiquer la capture comme la leur ».

Les 179e et 180e brigades ont mené des avances régulières jusqu'à ce que la troupe de tête soit retenue par le feu, puis se sont constituées en une solide ligne de tir avant de lancer un assaut, tandis que l'artillerie de campagne se levait vers les fortifications derrière alors que les bataillons capturaient les tranchées avant. Un retard dans l'attaque s'est produit, lorsque l'infanterie qui avançait a heurté du fil non coupé, et le barrage de mortier de la 179e brigade Stokes a été appelé en avant. "C'est là que nous faisons nos affaires. J'ai dit aux gars de mettre le pistolet en place, mais quelle était la portée. Comment même deviner dans cette obscurité Dieu m'en garde de lancer des obus sur nos propres hommes."

Calcutt avec la 60e division (Londres) décrit ce qui a suivi :

Le barrage éclate toujours sur le fil et les tranchées à 50 yards (46 m) en avant. Foncez sur le remblai du chemin de fer dirigé par M. Alexander, et arrêtez-vous devant le fil à cause du barrage. Haut explosif et éclats d'obus lançant des nuages de terre. Les cris de la droite de "Allez, c'est seulement notre barrage" (comme si cela faisait une différence.) Les cris de la gauche "Attendez que le barrage se lève." ... Une minute environ après qu'il se soit levé, et notre capitaine Bruce était le premier homme à passer le fil. Je me suis dirigé vers son écart et nous étions bientôt dans les tranchées de 240 cm de profondeur et nous nous sentions assez en sécurité. Ils se sont avérés être un labyrinthe que nous avons reçu l'ordre de parcourir en procédant dans diverses directions. J'avais la baïonnette tendue devant, chargée et le doigt sur la détente. Esquivé le long, vu quelqu'un. J'ai commencé, il a commencé, puis nous avons tous les deux souri. C'était des Humphreys avec une bombe [à la grenade] avec la broche sortie travaillant dans ma direction. Il semblait plus soucieux de se débarrasser de la bombe qu'autre chose. Tour et tour de ce labyrinthe de Hampton Court de 8 pieds (240 cm) de tranchées profondes, nous sommes allés ... Nous avons suivi le labyrinthe jusqu'à ce qu'il finisse par monter et descendre. Entreprise complètement désorganisée maintenant. Les Turcs s'enfuyaient aussi fort qu'ils pouvaient... tout le monde était très excité et parlait tous à la fois. Nos obus claquent encore tout près. Tirs avec des fusils et des mitrailleuses sur les Turcs en fuite. Prisonniers entrant à la pointe de la baïonnette.

Soldat Doug H. Calcutt 2/16th London Regiment, 179th Brigade, 60th Division

À 14h00, tous les systèmes de Kauwukah ont été capturés. Au cours des combats, les assaillants ont subi 1 300 victimes, tandis que plus de 600 prisonniers ont été capturés et 12 canons. Une fois l'infanterie en place sur le flanc de l'ennemi, la supériorité numérique de l'attaque de la 60e division (Londres) rendait l'issue « inévitable ». Cependant, la "résolution" des attaquants d'infanterie "déterminés" a été "un grand facteur de succès".

Sur le flanc gauche, la division montée australienne basée sur Karm et Shellal, a été déployée reliant le XX Corps avec le XXI Corps à Gaza. À 17h45, la 4th Light Horse Brigade a signalé que les soldats ottomans semblaient se retirer d'une redoute près de Kh. Khauwkah au nord du pont de Samarra, qui était bombardé par la 10e division (irlandaise). Alors que deux régiments de la 4e brigade de chevau-légers continuaient à tenir la ligne, à 08h30 un régiment a effectué une reconnaissance vers Hareira et El Magam qui a signalé à 12h55, étant arrêté par des tirs d'armes lourdes et de mitrailleuses d'esh Sheria, et que les Ottomans unités tenaient la ligne Wadi esh Sheria de Kherk. Au cours de cette reconnaissance, de bonnes traversées des oueds Sheria et Imleih ont été trouvées. A 13h00, le 12th Light Horse Regiment a signalé l'infanterie sur le front droit, semblant rencontrer très peu d'opposition alors qu'ils avançaient vers le Wadi esh Sheria, couvert "tout le temps" par un barrage d'artillerie bien placé, devant eux . L'infanterie avançait encore deux heures plus tard.

Défenses Rushdi

Les patrouilles de la 179e brigade, qui ont été poussées en avant vers les défenses de Rushdi, ne se sont heurtées qu'occasionnellement à des tirs de mitrailleuses lourdes. À l'arrière de l'attaque de la 179e brigade, la 31e brigade (10e division) est entrée en action à 13h00, le 5e bataillon Royal Irish Fusiliers s'échelonne à l'arrière gauche de la 179e brigade, avec le 2e bataillon Royal Irish Fusiliers légèrement derrière. Avec l'avance de ces troupes supplémentaires, toute la position de Rushdi a été rapidement capturée. Les bataillons irlandais ont traversé la voie ferrée sans faire de victimes pour capturer facilement leur premier objectif. Après une brève fusillade, leur objectif suivant a été remporté, ce qui les a placés près de leur objectif final, qui a été capturé à 14h30.

Lorsque les avant-bras et les wagons sont sortis de la ligne de wagons, nous avons avancé sur la crête vers les tranchées turques capturées... Nous sommes entrés en action immédiatement en dessous de la crête et à mi-chemin le long de la section de tranchées qui formait la ligne turque à cet endroit point. De la crête elle-même, une vue magnifique sur le pays au nord et à l'ouest était obtenue, le sol tombant doucement jusqu'au lit de l'oued Sheria, à quelque 4 000 yards (3 700 m) de distance. Au nord-est se trouvait Tel el Sheria.

Lieutenant Robert H. Goodsall, Batterie territoriale, Artillerie royale de campagne

La voie était maintenant libre pour une avancée vers Sheria et son approvisionnement en eau. À ce moment-là, les forces ottomanes se retiraient du système Rushdi pour retourner dans la puissante redoute Hareira, de l'autre côté du Wadi esh Sheria.

Gare de Sheria

Après la capture des systèmes de tranchées de Kauwukah et Rushdi, la 60e division (Londres) a ensuite tourné vers le nord à 16h30, avec l'ordre d'établir une solide tête de pont à travers le Wadi es Sheria, au nord de Sheria. Ils devaient couvrir l'approvisionnement en eau et occuper une ligne allant de Barrata au nord de la voie ferrée. Ils marchèrent vers le nord, vers le point central fort de la ligne ottomane, pour lancer leur attaque. À 18h00, ils avançaient avec la 10e division (irlandaise) sur la voie ferrée à l'est de Kh Kauwukah sur leur gauche et la 74e division (Yeomanry) sur leur droite. La division à cheval Yeomanry a continué la ligne de la 74e division (Yeomanry) à la 53e division (galloise), qui avait tenté de capturer Tel el Khuweilfe pendant la journée.

La 181e brigade (60e division) s'est concentrée au nord du Wadi Samarra tandis qu'une compagnie du 2/20e bataillon, London Regiment (180e brigade) a avancé vers la station Sheria, à 17h00, à moins de 500 yards (460 m) de la embranchements ferroviaires. Ici, la 180e brigade a établi des avant-postes sur les hauteurs du versant nord de Kauwukah, surplombant la gare de Sheria et les réservoirs d'eau, lorsque la 181e brigade a commencé son avance en collaboration avec la 180e brigade vers Sheria. Chaque brigade était soutenue par son groupe d'artillerie et la 74e division d'artillerie, qui avait été chargée d'aider à couvrir l'attaque de la 60e division (Londres), reçut l'ordre de soutenir l'avance.

Il a fallu un certain temps pour que les unités d'artillerie Yeomanry se mettent en position, au cours desquelles certains officiers d'artillerie ont été séparés de leurs collègues officiers et de leurs unités. "Ayant enfin récupéré nos officiers disparus, nous étions de nouveau en mesure d'entrer en action... contre une ligne de tranchées solides, lourdement câblées, gardant l'approche vers Tel el Sheria, la gare et le Wadi Sheria."

Ayant auparavant trouvé une brèche dans les défenses, la Compagnie D du 2/20e Bataillon, London Regiment (180e Brigade) continua sans protection sur aucun des flancs, capturant quelques prisonniers et deux mitrailleuses avant de s'établir sur une petite colline à quelque 500 yards (460 m) au sud-est de la gare Sheria. De ce point de vue, ils ont signalé vers 17h00 que Sheria était fermement tenue, qu'une attaque devrait être lancée rapidement, avant que les renforts ottomans puissent arriver. Les 2/20th et 2/17th Battalions, London Regiment reçurent l'ordre de capturer Tel es Sheria et d'établir une tête de pont couvrant le viaduc ferroviaire. Cette avance a été accueillie par des tirs de mitrailleuses très nourris. Le 2/20th Battalion, London Regiment (180th Brigade) avait atteint une position proche de la gare de Sheria, lorsque des renforts ont avancé pour attaquer Sheria, mais leur approche a été stoppée par les tirs de mitrailleuses du groupe Zuheilika, qui venait d'arriver.

La 60e division (Londres) a capturé la gare de Sheria à 17h50, mais a été empêchée par de fortes défenses ottomanes de traverser le Wadi esh Sheria pour capturer le monticule / redoute de Tel esh Sheria cette nuit-là.

La gare de Sheria fut capturée vers le soir et la traversée de l'oued dominée par l'énorme monticule de Tel el Sheria devait être attaquée sous le couvert de l'obscurité. Peu après 19h00, deux compagnies et demie du 2/20e bataillon du London Regiment avançaient contre des « feu féroces de fusils et de mitrailleuses », lorsqu'un dépôt de munitions, juste au sud de la station Sheria, a explosé, éclairant toute la zone et exposant la force qui avance. Pris à découvert, les assaillants ont tenu bon, établissant des avant-postes et envoyant des patrouilles pour trouver les passages de l'oued esh Sheria, mais ceux-ci "se sont heurtés à des tirs nourris de mitrailleuses".

Avant d'évacuer la station Sheria, les soldats ottomans ont mis le feu à un "grand dépôt de magasins et de munitions", créant une "série d'explosions terribles". L'« éclat des flammes a ainsi exposé la ligne de progression à travers l'oued », faisant de l'infanterie attaquante des « cibles idéales » pour les mitrailleuses ottomanes bien cachées de la garnison sur la colline. Après une reconnaissance au clair de lune, la traversée du Wadi esh Sheria par la 60th (Londres) Division a été reportée à 03h30 du matin du 7 novembre.

Nous avons eu une journée réussie. Nous avons attaqué la gauche des positions turques, depuis le nord de Beersheba, et les avons roulées jusqu'à la Charia. Les Turcs se sont bien battus mais ont été sévèrement vaincus. Maintenant, à 18 heures, j'envoie l'ordre de poursuivre demain. Gaza n'a pas été attaquée ; mais je ne serais pas surpris si cela affectait sérieusement ses défenseurs. J'y mets beaucoup d'obus, et la Marine continue de les pilonner efficacement. Il y avait une brume très humide, ce matin ; qui s'est dégagé à 8 heures. C'était en notre faveur, car cela voilait notre départ.

Lettre d'Allenby à Lady Allenby 6 novembre

Déploiement du Desert Mounted Corps le 6 novembre

La 3e brigade de chevau-légers a continué à tenir la zone d'Hiseia, la 4e brigade de chevau-légers était toujours au Wadi Hanafish, protégeant les chemins de fer Karm et Shellal et reliant le XX et le XXI corps, tandis que la 7e brigade à cheval formait la réserve divisionnaire montée australienne.

Les 1re et 2e brigades de chevaux légers avec la 5e brigade montée rattachée à la division montée Anzac, sont retournées à Beersheba pour obtenir des rations et abreuver leurs chevaux, tandis que la brigade de fusiliers à cheval de Nouvelle-Zélande est restée en position jusqu'à ce qu'elle soit relevée par la brigade impériale de chameaux. Lorsque la 2nd Light Horse Brigade est retournée à Beersheba pour prendre l'eau le 6 novembre, elle a laissé un escadron du 7th Light Horse Regiment et quatre troupes du 2nd Light Horse Machine Gun Squadron, pour renforcer la brigade impériale de chameaux. La brigade néo-zélandaise de fusiliers à cheval est entrée en réserve locale, à quelques kilomètres derrière la ligne de front, à Mikra. Avec leurs chevaux toujours à Beersheba, ils étaient partis à pied à 17h00, les chevaux de retour à 21h00. Cependant, en raison de la force des attaques hostiles contre la 53e division (galloise), ils sont restés à Mikra en réserve.

Vers 16h00, le Desert Mounted Corps a télégraphié l'EEF, les informant que la division montée de l'Anzac, moins la brigade montée et l'escadron de campagne néo-zélandais, se déplaceraient immédiatement pour prendre le contrôle de la gauche de la ligne de la division à cheval Yeomanry. Après l'arrosage, la 2e brigade de chevau-légers s'est de nouveau déplacée « en grande hâte » vers le point de rassemblement de la division montée d'Anzac à 8 km au sud-est de Sheria.

Dès qu'Allenby apprit, dans la soirée du 6 novembre, que le système de tranchées Qawuqa défendant Hareira avait été capturé, il anticipa le franchissement du Wadi esh Sheria cette nuit-là et ordonna à Chauvel de traverser le centre brisé de la ligne ottomane pour Jemmame et Huj. Il rendit la division montée australienne de la réserve EEF GHQ et commanda la force de Barrow composée de la 53e division (galloise), de la division Yeomanry Mounted, des brigades néo-zélandaises Mounted Rifles et Imperial Camel, faisant partie du 2e escadron australien de mitrailleuses et des blindés légers. batteries de voitures, pour tenir leurs positions dans les collines au nord de Beersheba.

Nuit du 6/7 novembre

Au cours du 6 novembre, l'EEF avait avancé d'environ 9 miles (14 km) en capturant une "série d'ouvrages ennemis puissants couvrant un front d'environ 7 miles (11 km)". Bien que l'oued esh Sheria n'ait pas été franchi, seuls Tel esh Sheria et les principales redoutes de Hareira sont restés aux mains des Ottomans pendant la nuit.

Falkenhayn commandant le groupe d'armées Yildirim, s'est rendu compte que les forces ottomanes ne pouvaient pas tenir l'EEF beaucoup plus longtemps, et il a ordonné aux septième et huitième armées de se retirer d'environ 10 kilomètres (6,2 mi), pour préparer une ligne de repli allant de Wadi el Hesi à Huj à Zuheilika. Au cours de la nuit, la plupart de la garnison de Gaza a été évacuée. Pendant ce temps, dans la région de Sheria, la 16e division ottomane a été renforcée par des troupes fraîches du groupe Zuheilika. Ils n'étaient pas plus de 1 000 hommes, qui avançaient dans Sheria, où les explosions du dépôt de munitions éclairaient la zone.

Au cours de la nuit, la reconnaissance des positions ottomanes à Sheria a été effectuée par la 181e brigade, en vue de traverser l'oued à deux endroits pour capturer les hauteurs de Barrata au chemin de fer. Le commandant d'une section de mitrailleuses de la 180e compagnie de mitrailleuses a décrit avoir été victime d'un feu nourri vers 04h00. "Promenez-vous à découvert sous les obus, les mg et les tirs de fusil... [la] bataille de Machine Guns contre Machine Guns, dépendant entièrement du sang-froid de chaque tireur." Pendant ce temps, la 74e division (Yeomanry) a pris position à la droite de la 60e division (Londres), lorsque leur 230e brigade (74e division) a reçu l'ordre de ne pas traverser le Wadi esh Sheria ni d'étendre leur droit au Kh. Barrata, jusqu'à ce que le contact avec la 60e division (Londres) puisse être établi. Ils sont restés en position pendant la nuit.

L'Australian Mounted Division est transférée de la réserve générale de l'EEF au Desert Mounted Corps à 19 h 55 et quinze minutes plus tard, des ordres sont émis pour que toutes les troupes montées disponibles, à l'exception de la Yeomanry Mounted Division, se préparent à une avance vers Jemmaneh et Huj. Une division du XX Corps reçut l'ordre quelques minutes plus tard de se préparer à suivre le Desert Mounted Corps vers Huj, tandis que le reste du XX Corps occupait Hareira et Sheria, « couvrant et développant [l'] approvisionnement en eau ». Au cours de la nuit, l'Australian Mounted Division a atteint une position cachée à 3 miles (4,8 km) à l'ouest de Sheria en vue d'une percée attendue le lendemain matin. Ici, la 5e brigade montée a rejoint la division tandis que la 7e brigade montée est revenue dans la réserve du Desert Mounted Corps. La 3rd Light Horse Brigade a arrosé près de Karm, avant de se déplacer sous les ordres du Desert Mounted Corps de Shellal à 07h00 le 7 novembre via Imleih et Irgeig vers Sheria.

Un détachement de wagons du train divisionnaire monté australien, chargé de fournitures à Karm pour les troupes en première ligne près de Hareira, a été remis aux troupes sur la ligne de feu à minuit les 6 et 7 novembre. Le 7 novembre, l'Australian Mounted Divisional Train a de nouveau chargé ses wagons à Karm avant de partir à 16h00 pour arriver à Beersheba à 04h00 le 8 novembre pour distribuer des fournitures.

Commandes EEF pour le 7 novembre

Chetwode a donné des ordres pendant la nuit pour que la 10e division (irlandaise) capture la redoute de Hareira et pour la 60e division (londres) de passer du XX corps au corps monté dans le désert. Chauvel ordonna à la 60e division (Londres) de capturer Tel el Sheria puis d'avancer sur Huj. Il ordonna à l'Anzac et aux divisions montées australiennes de commencer leur avance vers le nord pour établir une ligne entre Jemmameh et Huj, et il ordonna à Barrow, commandant la division montée Yeomanry, de prendre le commandement de la force à Tel el Khuweilfe, y compris la 53e division (galloise) . Toutes les armes devaient avancer fortement et de manière décisive pour capturer autant de forces ottomanes que possible.

7 novembre

Pendant la nuit, les Turcs se préparèrent à se retirer et, vers le matin, leurs tirs d'artillerie cessèrent, montrant que leurs canons étaient en mouvement. A l'aube cependant, lorsque la 60e division attaque Tel el Sheria, leurs arrière-gardes sont encore en force suffisante pour offrir une résistance opiniâtre. A 06h00, la colline est tombée et l'ensemble de notre ligne a pu avancer d'environ deux milles et demi au-delà de l'oued Sheria. De notre position surélevée, nous avons eu une vue des plus spectaculaires sur les combats autour de Tel el Sheria. A travers des jumelles, il était possible d'observer toute la progression du combat, les troupes d'assaut d'infanterie, les hommes à cheval se précipitant çà et là, et les obus éclatant au-dessus de la colline. C'était une journée de spectacles émouvants. Dès que l'infanterie eut creusé une brèche dans les lignes de retraite des Turcs, le moment arriva d'utiliser la cavalerie, sur laquelle, les jours suivants, tomba le plus gros du combat. Vers 10h00, un corps de cavaliers se déplaçant rapidement est apparu de l'arrière. C'est la 1st Australian Light Horse Brigade qui, à l'approche de la crête, se met au galop, et avec un rugissement tonitruant, se précipite vers l'oued... Dans leur sillage suivaient nombre d'automobiles et de nombreux cavaliers portant le bandes de bonnet rouges et onglets du personnel.

Lieutenant Robert H. Goodsall, Batterie territoriale, Artillerie royale de campagne

La redoute de Hareira

Après les attaques de la 60e division (Londres) soutenue par la 10e division (irlandaise), les défenseurs ottomans avaient été contraints de se retirer des systèmes de Kauwukah et de Rushdi le 6 novembre, de retour à la redoute Hareira de l'autre côté du Wadi esh Sheria . Ensuite, la 10e (irlandaise), la 60e (Londres) et la 74e divisions ont effectué la deuxième étape de l'attaque. Au cours de la matinée, la 10e division (irlandaise) a étendu son avance vers l'ouest pour attaquer l'énorme monticule retranché et hérissé de fortifications de la redoute de Hareira, située sur un monticule élevé de 500 yards (460 m) au sommet, qui avait été renforcé avec du fil de fer. Cette position dominante à travers la route Gaza-Beersheba sur la rive ouest du Wadi esh Sheria, avait été facilement défendue par la garnison ottomane pendant la deuxième bataille de Gaza, mais maintenant avec la perte des systèmes de tranchées Kauwukah et Rushdi, l'approche pour le La division d'infanterie irlandaise n'était pas moins difficile car la redoute dominait la campagne environnante. La redoute très solide, garnie de 200 soldats avec 30 mitrailleuses, comprenait deux lignes de tranchées profondes avec de nombreux emplacements de mitrailleuses.

La 31e brigade (10e division) a avancé à l'attaque, soutenue par la 68e brigade RFA et une batterie d'obusiers du C/268e. Cependant à 07h00 lorsque leur attaque a été lancée, en raison d'une panne de communications, il n'y avait pas de barrage de couverture, la brigade d'infanterie a avancé sur un terrain découvert "à la vue de l'ennemi", à travers une plaine plate balayée de bout en bout par tirs d'artillerie, de mitrailleuses et de fusils. Au début de leur avance, ils ont été attaqués par des obus ottomans qui, pour la plupart, sont tombés à l'arrière des soldats se déplaçant rapidement, mais alors qu'ils se rapprochaient de la redoute, ils ont également été attaqués par des tirs de mitrailleuses lourdes. Le 2e Bataillon, Royal Irish Fusiliers avec deux compagnies du 5e Bataillon Royal Irish Fusiliers, avança directement vers la redoute, avec son flanc gauche sur la longue tranchée qui s'étendait du système Rushdi à travers la route Gaza-Beersheba. Suivant sur le flanc droit, le 6e Bataillon Royal Inniskilling Fusiliers , avec quatre mitrailleuses avancées vers les retranchements séparés au nord-est de la redoute, défendant Khan Abu Jerra.

Le 2e Bataillon Royal Irish Fusiliers a été arrêté à environ 300 yards (270 m) de la redoute, lorsque leur compagnie de soutien a commencé à contourner la face sud de la redoute le long de l'oued, tandis que les Inniskilling Fusiliers sur la droite ont attaqué et capturé l'"épingle à cheveux en forme de "défense" au nord de l'oued, menaçant les défenses de Khan Abu Jerra, ces deux attaqués menaçaient également d'encerclement la redoute Hareira. Lorsque cela est devenu clair, la plupart de la garnison a évacué la redoute de Hareira, avant que les Fusiliers irlandais n'attaquent la position avec des mitrailleuses, des mortiers de tranchée et un nombre écrasant. Les Irish Fusiliers capturèrent 28 prisonniers et quatre gros mortiers de tranchée, tandis que les Inniskilling Fusiliers capturèrent deux obusiers de 150 mm, les attaquants subissant 276 pertes au cours des combats. Plus tard, les tranchées Labbi et Mustapha au nord-ouest et au nord de la redoute furent occupées sans opposition.

La nuit dernière a été très froide et je n'ai pas dormi. Il n'y avait ni manteau ni couverture. Les hommes aussi avaient froid, mais passaient pas mal de temps à creuser pour faire des tranchées inversées en cas de contre-attaque. Aujourd'hui, c'était la « grande finale » de la grande ligne turque Gaza-Beersheba. Nous avons fini de nettoyer le système Rushdi avec très peu d'opposition, puis nous avons attaqué le système Hareira. Hareira est une colline creuse comme un volcan d'environ 200 pieds (61 m) de haut, autour du côté sud-est de laquelle coule le Wadi-Es-Sheria dans un profond ravin. Ce ravin a sur son côté sud une colline inférieure ou éperon de la colline principale. Les Turcs semblent s'être attendus à l'attaque du sud et de l'ouest ainsi que du lit de l'oued, car la plupart des défenses étaient tournées dans cette direction et ils avaient de gros mortiers alignés sur l'oued comme lieu d'attaque le plus probable. Cependant, le plan d'Allenby consistant à rassembler les Turcs à gauche nous a permis d'attaquer cette redoute par l'est et bien que la division ait eu la majeure partie de la journée pour prendre la place, elle était à nous en quelques heures, avec beaucoup de prisonniers et de fournitures. , mais, mieux encore, un approvisionnement en eau et une route dégagée pour la cavalerie.

Capitaine Drury, 6th Dublin Fusiliers, 10th (irish) Division, entrée de journal le mercredi 7 novembre

Au cours de la matinée du 8 novembre, un détachement de la 10e division (irlandaise) a avancé le long de la route de Gaza, lorsqu'ils ont trouvé le contact avec la Force composite du XXIe corps près d'Atawineh. Ce fut l'action finale du XX Corps, avant qu'ils ne rendent au XXI Corps leur transport emprunté, rendant impossible pour le XX Corps d'avancer sur leur position actuelle. Au cours de la série de batailles livrées par le XX corps à partir du 31 octobre, le corps avait capturé 2 177 prisonniers, 45 canons, sept mortiers de tranchée et 50 mitrailleuses, et avait subi près de 5 500 victimes.

L'infanterie attaque la position de Sheria

Après avoir capturé la gare de Sheria le 6 novembre, l'avancée de la 60e division (Londres) vers Tel el Sheria a été stoppée lorsque les Londoniens, éclairés par la lumière de l'explosion du dépôt de munitions, ont été pris pour cible par des mitrailleurs ottomans dans l'ombre. Leur attaque a été reportée à 03h30 le lendemain matin. Le centre de l'attaque des Londoniens, le Tel el Sheria de 250 pieds (76 m) de haut, était situé du côté est de la voie ferrée, à côté de la ligne, avec le Wadi esh Sheria traversant le côté sud du Tel et du Wadi Barrata coulant passé son côté ouest. Après avoir traversé le Tel esh Sheria, le Wadi esh Sheria s'est ramifié dans le Wadi Abu Khuff, puis après une courte distance vers l'est, a suivi une bosse de chameau, d'abord plein nord, puis à l'est puis au sud, pour se ramifier dans le Wadi Barrata passé Khan Barrata, tandis que l'oued finit par s'étendre vers l'est en direction de Tel el Khuweilfe. Une puissante arrière-garde ottomane formée en partie du groupe Zuheilika et de la 16e division, commandée par le colonel Ali Fuad Bey, avait pris une position d'arrière-garde fortifiée avec des tranchées bien creusées, située dans une zone soigneusement préparée au sommet d'une crête avec une longue approche de pente nue, à environ 1 mile (1,6 km) au nord de la gare de Sheria.

Alors que l'attaque de la 60th (Londres) Division devait reprendre à 03h30, pour laisser le temps aux explosions incessantes du dépôt de munitions Sheria, qui se prolongeaient jusqu'à 02h30, de diminuer, et bien que les bataillons de tête aient commencé à se déplacer avancer à 03h30, un nouveau report jusqu'à 05h30 environ une heure avant le lever du soleil, était nécessaire. Le 2/17th Battalion London Regiment (180th Brigade) et le 2/22nd Battalion London Regiment (181st Brigade), qui devaient faire l'attaque avaient une certaine distance à parcourir sur un terrain accidenté, et le 2/22nd Battalion London Regiment n'est pas arrivé jusqu'à 05h30. Ensuite, une attaque à la baïonnette devait être lancée avec une mitrailleuse, mais aucun soutien d'artillerie.

L'attaque a été lancée à l'aube par les 2/22e et 2/23e Bataillons London Regiment avançant d'environ 500 yards (460 m) du côté est de la voie ferrée, avec les 2/21e et 2/24e Bataillons London Regiment, (181e Brigade ) plus à l'est. Les 2/22e et 2/23e Bataillons London Regiment avancèrent jusqu'à la crête de Samarra, tandis que les 2/21e et 2/24e Bataillons, London Regiment s'étaient déplacés vers Barrata, lorsque le contact fut perdu jusqu'au matin. La position de la 180e Brigade avait été découverte au cours de ces mouvements, de sorte que le 2/22e Bataillon London Regiment (181e Brigade) et le 2/20e Bataillon London Regiment (180e Brigade) reçurent l'ordre de prendre contact avec le quartier général de la brigade, lorsque la 2 /23rd Battalion London Regiment les rejoignant. Pendant ce temps, les 2/17th et 2/20th Battalions London Regiment (180th Brigade) avançaient du côté ouest de la voie ferrée.

Dans la pénombre du petit matin, les défenseurs ottomans ont balayé le lit de l'oued à coups de mitrailleuse et de fusil de Tel esh Sheria, avant d'affronter de près les attaques des Londoniens, avec des bombes (probablement des grenades) et des baïonnettes. Les combats ont été « particulièrement féroces ». Le 2/22e Bataillon London Regiment à droite et à l'est de Tel esh Sheria « chargea la pente » pour s'emparer de la position ottomane. "Le bataillon a ensuite traversé la voie ferrée (qui s'incurvait brusquement vers l'est au nord de Tel esh Sheria) et s'est établi à environ mille mètres au-delà." Au cours de cette deuxième avance, ils ont capturé près de 100 prisonniers. Le 2/23rd Battalion, London Regiment qui avait suivi de près le 2/22nd Battalion London Regiment, étendit la ligne vers la droite. Plus tard, les troupes de la 181e brigade ont étendu la ligne à gauche de la 74e division (Yeomanry) qui avait capturé/occupé Kh. Barrata. Sur la gauche de la voie ferrée, l'attaque de la 180th Brigade fut lancée par les 2/17th et 2/20th Battalions, London Regiment. Le 2nd/20th Battalion London Regiment chargea silencieusement à travers l'oued pour s'engager dans des combats au corps à corps, avant de prendre d'assaut Tel esh Sheria et de capturer 74 prisonniers, tandis que le 2/17th Battalion poussa quatre mitrailleuses sur un monticule à l'ouest de la position de la brigade. Plus tard, les deux bataillons ont avancé d'environ 1 500 yards (1 400 m) au-delà de Tel esh Sheria en contact avec la 181e brigade. Les attaques de ces deux brigades ont été également réussies, bien qu'elles aient fait environ 400 victimes au cours des assauts. Près de 200 prisonniers ont été recueillis, tandis que les ottomans « morts laissés sur le terrain étaient plus nombreux que les prisonniers ».

La 60e division (Londres) a capturé Tel el Sharia en "début d'après-midi", mais les défenseurs se sont retirés en "bon ordre", vers une longue crête sur le côté nord et surplombant le Wadi esh Sheria, à environ 1 500 yards (1 400 m ) au nord de la gare, d'où les défenseurs ottomans dominaient une longue pente nue sans aucune couverture avec des tirs de mitrailleuses et d'artillerie lourde pendant l'après-midi. Les positions capturées par la 60e division (Londres), y compris une tête de pont, ont subi une contre-attaque très forte, lancée contre les positions de la 180e brigade vers 09h30, qui a atteint jusqu'à 200 yards (180 m) des lignes des Londoniens. Cette attaque est stoppée par des tirs de mitrailleuses et de fusils, appuyés par l'artillerie, mais les Londoniens ne parviennent pas à lancer une contre-attaque.

Lorsque les 60e (Londres) et 74e divisions ont atteint Sheria, ils ont trouvé le groupe Zuheilika avec les restes de la 16e division étaient frais et bien équipés, tenant une position forte sur le côté nord de l'oued qui traversait la ville. L'approche à travers l'oued a été balayée par des tirs de mitrailleuses et l'artillerie a été déployée sur les passages des deux côtés de la ville. Sur la gauche, deux bataillons de la 180e brigade attaquent les tranchées du côté nord tandis qu'à droite, deux bataillons de la 181e brigade font face à de sérieux tirs de mitrailleuses et d'artillerie. Les défenseurs ottomans disposaient d'un groupe de mitrailleuses au sommet de Tel es Sheria, un énorme monticule dominant toute la zone, dirigé par le nouveau groupe Zuheilika qui a résisté à l'attaque des Londoniens avec « d'habileté et de détermination tout au long de la journée » et a ensuite monté une contre-attaque. . Une tentative de la 4th Light Horse Brigade pour les déloger a échoué.

Frais de chevaux légers

Les attaques des 180e et 181e brigades étant arrêtées à 1 400 mètres au nord de la gare de Sheria, la division montée australienne reçut l'ordre d'attaquer et de capturer la position ottomane, la 179e brigade faisant office d'avant-garde. Cependant, le soutien australien ne parvient pas à déloger l'arrière-garde ottomane et ce n'est que dans la soirée du 7 novembre que la position est prise par la brigade de réserve de la 60e division.

À 10h15, Chauvel ordonna à la division montée australienne de « chasser l'ennemi du devant de la 60e division » et de « prendre contact avec la division montée A. & N. Z ». Après avoir abreuvé rapidement les chevaux, vers 11h00, les deux régiments de la 4th Light Horse Brigade passèrent devant la 60th (Londres) Division, le 11th Light Horse Regiment à gauche et le 12th Light Horse Regiment à droite. Ce mouvement a attiré un feu très nourri, qui a arrêté l'attaque montée. Cependant, une troupe du 11th Light Horse Regiment, qui ne savait pas que l'attaque avait été arrêtée, est restée à cheval pour charger la colline, sautant par-dessus une ligne de tranchées pour traverser les lignes ottomanes. Ils ont été anéantis un instant plus tard, avant qu'ils ne puissent mettre pied à terre et récupérer leurs fusils dans leur dos. Pendant ce temps, le reste des 11e et 12e régiments de cavalerie légère poursuit son attaque à pied, pour gagner quelques centaines de mètres devant la 60e division (Londres), où son avance est stoppée. Ils sont restés en position tout l'après-midi sous le feu des mitrailleuses ottomanes. Dans le même temps, la 60e division (Londres) était également engagée dans de violents combats locaux et souffrait parfois de très gros tirs d'obus.

Prise de Sheria

La forte position ottomane sur la crête dominait une longue pente nue sans aucune couverture, d'où ils tiraient leurs mitrailleuses et leur artillerie lourde, sur les Londoniens au cours de l'après-midi. Juste avant le crépuscule, Chauvel ordonna à la 179e brigade, qui n'avait pas pris part aux combats précédents, de capturer la puissante arrière-garde ottomane, qui avait stoppé les attaques combinées des chevau-légers et de l'infanterie. La position Sheria a finalement été capturée et les hauteurs tournées vers l'ouest. A 16h00, la 4th Light Horse Brigade, appuyée par deux batteries d'artillerie de la Australian Mounted Division, reçut l'ordre de traverser le Wadi esh Sharia à pied, pour couvrir la concentration de la 60th (Londres) Division, avant l'assaut final sur Tel esh Sheria. , qui a eu lieu juste avant la tombée de la nuit. Les 13e et 2/16e bataillons sont restés en soutien. Les bataillons d'attaque et les cavaliers légers ont traversé le Wadi esh Sheria à 17h00. Malgré des tirs d'obus nourris, ils traversèrent les basses terres près de l'oued, pour chasser les défenseurs de la rive nord de l'oued "à la baïonnette", après quelques combats acharnés, juste à la tombée de la nuit subissant 24 pertes. Plus tard, ils ont avancé pour établir une ligne d'avant-poste avec sa gauche sur la route Sheria à Huj à 4,5 miles (7,2 km) au nord du Wadi esh Sheria, lorsque des patrouilles ont établi que l'arrière-garde ottomane s'était retirée. Après leur éventuelle attaque réussie avec les Londoniens, à travers le Wadi esh Sheria, il s'est écoulé un certain temps avant que la 4th Light Horse Brigade puisse se désengager, lorsqu'elle a été retirée dans la réserve du corps.

Nous devions déménager à Sheria après la 60e division, mais cela a été annulé et nous n'avions rien de spécial à faire à part nous promener et voir tout ce qui se passait, et empêcher les Turcs de se replier dans leurs systèmes de tranchées ... Le Desert Mounted Les corps attendaient derrière nous le mot de pousser et ils s'en allèrent bientôt. C'était un spectacle passionnant, et toute la zone de bataille était parfaite pour utiliser la cavalerie. Ils ont balayé le sol ascendant vers Sheria dans un grand balayage à gauche, se déplaçant en lignes de sections à environ 250 yards (230 m) d'intervalle entre les lignes. La façade était d'environ 2 miles (3,2 km), et le tonnerre des sabots et le scintillement des armes était un spectacle à ne jamais oublier. Ils ont rassemblé des prisonniers et des fusils, un train complet, un hôpital, une boulangerie en pleine explosion, et bien d'autres bric-à-brac. J'ai vu 4 armes à feu et 750 prisonniers et j'ai pris une photo d'eux. Un prisonnier a déclaré qu'il était médecin, formé au Collège américain de Constantinople. Je pense qu'il était eurasien. Il avait une femme et des enfants et portait son sac noir d'instruments. Le petit garçon était ravi d'un morceau de chocolat que je lui ai offert.

Capitaine Drury, 6th Dublin Fusiliers, 10th (Irish) Division Journal Mercredi 7 novembre 1917

Le 179e occupait les hauteurs face à l'ouest avec la 180e brigade concentrée derrière eux, avec la 181e brigade « dans la mesure où la situation tactique le permettait à l'arrière de la division montée Anzac ». Toutes les unités ont reçu l'ordre de se préparer à se déplacer sur Zuheilikah tôt le lendemain matin.

Les pertes subies par le XX Corps du 31 octobre au 7 novembre sont de 932 tués, 4 444 blessés et 108 disparus. Ils ont capturé 2 177 prisonniers, 45 canons, sept mortiers de tranchée et 50 mitrailleuses.

5e brigade montée

Les Queen's Own Worcestershire Hussars ont défilé en tant que quatrième unité de la colonne de la 5e brigade montée le long des pentes ouest de l'Arab el Teiaha à partir de 01h30 le 7 novembre. À 07h00, l'escadron D est détaché auprès de la 60e division (Londres) tandis que le reste se déplace derrière les Royal Gloucestershire Hussars et Warwickshire Yeomanry pour atteindre la rive nord du Wadi Sheria à 16h00. Dans la journée, la 5e brigade montée s'était réfugiée dans l'oued Barrata, à l'est et parallèlement à la voie ferrée et dans d'autres affluents de l'oued esh Sheria plus à l'est. Le commandant de la brigade a demandé la permission de contourner à droite, qui a été accordée à 16h45. Le 3rd Light Horse et la 5th Mounted Brigades ont reçu l'ordre de contourner le flanc droit de la 60th (Londres) Division pour attaquer à cheval. La 3e Light Horse Brigade venant d'arriver de Karm à 12 miles (19 km) de distance était à l'arrière. Après avoir parcouru 2 miles (3,2 km) à l'est pour trouver un endroit pour traverser l'oued, deux régiments de la 5e brigade à cheval ont dégainé l'épée et ont galopé, "dans le nord ouvert de l'oued", mais sont revenus après la tombée de la nuit, sans rencontrer aucun ennemi. La 3rd Light Horse Brigade avance quant à elle le long de la voie ferrée pour prendre contact avec la 2nd Light Horse Brigade (Anzac Mounted Division) à 19h30. À 17h00, les Queen's Own Worcestershire Hussars se sont déplacés en tant qu'unité arrière de la 5th Mounted Brigade pour coopérer avec la 3rd Light Horse Brigade lors d'une attaque de nuit sur la crête de Zuneilika. A 18h00, la brigade a traversé la voie ferrée près de l'oued es Sadeh en avançant sur 3 miles (4,8 km) d'est en nord mais n'a pas réussi à localiser la 3e brigade de chevau-légers. A 20h00, la brigade retourne abreuver les chevaux et bivouaque à 23h00 au nord de l'oued Sheria.

Avance percée vers Kh. Ameidat

Quelques jours après la prise de Beersheba, la ligne ottomane a été rompue par l'infanterie à Sheria, et entre Gaza et la mer, rendant possible « jusqu'alors la plus grande cavalerie de la guerre ». En fin d'après-midi du 6 novembre, le Desert Mounted Corps avait ordonné à la division montée Anzac (moins la brigade montée et l'escadron de campagne néo-zélandais) de prendre le contrôle de la gauche de la ligne de la division montée Yeomanry. À 09h00 le lendemain matin, la division montée d'Anzac repoussait régulièrement les postes ottomans pour gagner de l'espace de manuvre, avec l'ordre de se connecter avec la division montée australienne à Kh. Buteihah. Cependant, la division australienne à cheval n'était pas en mesure d'avancer avant la tombée de la nuit, en raison des retards dans la capture de Tel esh Sheria. Le résultat des combats du 6 novembre obligea les défenseurs ottomans à renforcer Tel esh Sheria et Khuweilfe, de sorte qu'un fossé s'ouvrit entre les deux positions, couvertes sur les premiers kilomètres sur la gauche par la 60e division (Londres). La division montée d'Anzac a trouvé la brèche du côté est de Sheria, entre Sheria et Kh Umm el Bakr, et l'a traversée à la lumière du jour le 7 novembre, en direction du nord. La division a traversé l'infanterie (probablement la 74e division (Yeomanry)) à l'ouest de Kh. Umm el Bakr à 05h00, et entre 07h00 et 10h00, ils ont avancé de 8,0 à 16,1 km sur le territoire ottoman pour atteindre Kh. Gare d'Ameidat sur la ligne Beersheba. Ici, ils ont capturé des centaines de prisonniers, ainsi qu'un énorme dépôt de munitions, avant d'établir une ligne entre la gare d'Ameidat et Kh. Shuteiwy el Oseibi.

Chauvel a été informé à 11h00 que la division montée Anzac avait capturé la station Ameidat, après avoir traversé une brèche dans les défenses ottomanes, qu'ils ont trouvé à moins de 3,2 km de Sheria. Ils trouvèrent la brèche après que la division eut franchi le Wadi esh Sheria juste au nord de Kh Umm el Bakr. Si l'Australian Mounted Division s'était avancée à « l'est du Wadi Barrata », au lieu de venir en aide à la 60e (Londres) Division, elle aurait également pu « traverser la brèche ».

La nouvelle de la chute de Gaza est arrivée à 12h30, et dans l'après-midi, des patrouilles d'un escadron chacune, ont été envoyées par la division montée Anzac vers Tel en Nejile à 4 miles (6,4 km) au nord sur la voie ferrée, et vers Kh. Jemmame à 6,4 km au nord-ouest. Cependant, une puissante arrière-garde ottomane tenant la crête de Tel Abu Dilakh à environ 3,2 km les a arrêtés. Bien que l'arrière-garde ait été attaquée par la 2e brigade de chevaux légers, ils ont continué à tenir leur position jusqu'à la nuit tombée, quand ils se sont retirés en bon ordre, couvrant leurs convois d'infanterie, d'artillerie et de ravitaillement tout en combattant fermement l'EEF, avec des mitrailleuses bien placées. Bien qu'il n'y ait pas d'eau dans la région, les 1re et 2e brigades de chevau-légers sont rejointes par la 3e brigade de chevau-légers à 19h30.

Conséquences

Peu de temps après qu'il eut été établi que Gaza avait été évacuée, la brigade de cavalerie du service impérial avança vers le nord à travers la ville en ruines le 7 novembre, pour capturer une crête surplombant Beit Hanun mais sans renforts, elle fut forcée de se retirer dans l'eau.

Lorsque l'EEF a percé à Sheria, le groupe d'armées Yildirim n'avait pas assez de renforts pour répondre efficacement. Dépotoirs et dépôts de Deir Sneid. Les forces en retraite, aidées par des arrière-gardes bien placées, visaient à s'éloigner suffisamment devant l'EEF qui avançait, pour pouvoir préparer une ligne défensive solide, se reposer puis arrêter l'assaut de l'EEF. Manque d'eau pour l'EEF dans la zone de leur avancée, ralentit également la poursuite. Systèmes de tranchées Kauwukah et Rushdi à la 10e division (irlandaise).

Dans la matinée du 8 novembre, la force d'Ali Fuad composée en partie du groupe Zuheilika et des restes de la 16e division commandée par le colonel Ali Fuad Bey opérait indépendamment des septième et huitième armées au nord de Tel esh Sheria.

Au cours de la matinée du 8 novembre, la 156e brigade de la 52e division (Lowland) avança vers le nord jusqu'au Wadi Hesi, leurs 155e et 157e brigades capturèrent Sausage Ridge. Cependant, la force de l'arrière-garde et leurs combats féroces déterminés pour Sausage Ridge, ont empêché les 155e et 157e brigades de capturer la position jusqu'à 21h00. À ce moment-là, les septième et huitième armées en retraite avaient eu deux jours complets pour se retirer.

Le premier objectif du Desert Mounted Corps le 8 novembre était la capture de l'eau à Nejile et à Huj en route vers la côte méditerranéenne, où ils espéraient couper la ligne de retraite ottomane de Gaza. La division montée d'Anzac a capturé l'eau à Jemmameh, tandis que la division à cheval australienne avec la 60e division (Londres) a avancé pour capturer Huj. Leur 5e brigade montée a capturé quelques canons au cours d'une deuxième charge montée, après la charge du 31 octobre à Beersheba. La Yeomanry Mounted Division et la Imperial Camel Brigade ont reçu l'ordre de quitter la région de Tel el Khuweilfe pour se joindre à la poursuite du Desert Mounted Corps et l'approvisionnement en eau de Sheria devait être développé et réservé à la Yeomanry Mounted Division.

Remarques

Citations

Les références

  • "Journal de guerre du 12e régiment de chevau-légers" . Journaux de la Première Guerre mondiale AWM4, 17-10-10 . Canberra : Mémorial australien de la guerre. Novembre 1917. Archivé de l'original le 16 mars 2011.
  • "Journal de guerre de la 2e brigade légère de chevaux" . Journaux de la Première Guerre mondiale AWM4, 10-2-35 . Canberra : Mémorial australien de la guerre. novembre 1917.
  • "Journal de guerre de la 4e brigade de chevaux légers" . Journaux de la Première Guerre mondiale AWM4, 10-4-11 . Canberra : Mémorial australien de la guerre. novembre 1917.
  • "Journal de guerre du quartier général de la brigade de fusiliers à cheval de Nouvelle-Zélande" . Journaux de la Première Guerre mondiale AWM4, 35-1-31 . Canberra : Mémorial australien de la guerre. novembre 1917.
  • "Journal de guerre du quartier général de l'état-major de la Force expéditionnaire égyptienne" . Journaux de la Première Guerre mondiale AWM4, 1-6-19 Partie 2 . Canberra : Mémorial australien de la guerre. novembre 1917.
  • Blenkinsop, Layton John; Rainey, John Wakefield, éd. (1925). Histoire de la Grande Guerre d'après les documents officiels Services vétérinaires . Londres : HM Stationers. OCLC  460717714 .
  • Bruce, Antoine (2002). La dernière croisade : la campagne de Palestine pendant la Première Guerre mondiale . Londres : John Murray. ISBN 978-0-7195-5432-2.
  • Carver, Michael, feld-maréchal Lord (2003). Le livre du musée national de l'armée du front turc 1914-1918 : les campagnes à Gallipoli, en Mésopotamie et en Palestine . Londres : Pan Macmillan. ISBN 978-0-283-07347-2.
  • Cutlack, Frédéric Morley (1941). L'Australian Flying Corps sur les théâtres de guerre de l'Ouest et de l'Est, 1914-1918 . Histoire officielle de l'Australie dans la guerre de 1914-1918. Tome VIII (11e éd.). Canberra : Mémorial australien de la guerre. OCLC  220900299 . |volume=a du texte supplémentaire ( aide )
  • Dalbiac, Philippe Hugues (1927). Histoire de la 60e Division (2/2e Division de Londres) . Londres : George Allen & Unwin. OCLC  6284226 .
  • Downes, Rupert M. (1938). « La campagne au Sinaï et en Palestine ». Dans Butler, Arthur Graham (éd.). Gallipoli, Palestine et Nouvelle-Guinée . Histoire officielle des services médicaux de l'armée australienne, 1914-1918. Volume 1 Partie II (2e éd.). Canberra : Mémorial australien de la guerre. p. 547-780. OCLC  220879097 . |volume=a du texte supplémentaire ( aide )
  • Erickson, Edward J. (2007). John Gooch ; Brian Holden Reid (éd.). Efficacité de l'armée ottomane pendant la Première Guerre mondiale : une étude comparative . No. 26 Cass Military History and Policy Series. Milton Park, Abingdon, Oxon : Routledge. ISBN 978-0-203-96456-9.
  • Chutes, Cyril (1930). Opérations militaires Egypte & Palestine de juin 1917 à la fin de la guerre . Histoire officielle de la Grande Guerre basée sur des documents officiels par la direction de la section historique du Comité de défense impériale. Volume 2 Partie IAF Becke (cartes). Londres : HM Stationery Office. OCLC  644354483 . |volume=a du texte supplémentaire ( aide )
  • Goodsall, Robert H. (1925). Souvenirs de Palestine 1917 1918 1925 . Cantorbéry : Croix et Jackman. OCLC  8856417 .
  • Grainger, John D. (2006). La bataille pour la Palestine, 1917 . Woodbridge : Boydell Press. ISBN 978-1-843-83263-8. OCLC  255698307 .
  • Hughes, Matthieu, éd. (2004). Allenby en Palestine : la correspondance au Moyen-Orient du feld-maréchal vicomte Allenby juin 1917 - octobre 1919 . Société des archives de l'armée. 22 . Moulin de Phoenix, Thrupp, Stroud, Gloucestershire : Sutton Publishing. ISBN 978-0-7509-3841-9.
  • Keogh, EG ; Joan Graham (1955). Suez à Alep . Melbourne : Direction de la formation militaire par Wilkie & Co. OCLC  220029983 .
  • Kinloch, Terry (2007). Diables sur des chevaux dans les mots des Anzacs au Moyen-Orient, 1916-19 . Auckland : Éditions Exisle. ISBN 978-0-908988-94-5.
  • Massey, Guillaume Thomas (1919). Comment Jérusalem a été gagnée : être le record de la campagne d'Allenby en Palestine . Londres : Constable et compagnie. OCLC  2056476 .
  • Paget, GCHV Marquis d'Anglesey (1994). Egypte, Palestine et Syrie 1914 à 1919 . Une histoire de la cavalerie britannique 1816-1919. Volume 5. Londres : Leo Cooper. ISBN 978-0-85052-395-9. |volume=a du texte supplémentaire ( aide )
  • Powles, C. Guy ; A. Wilkie (1922). Les Néo-Zélandais au Sinaï et en Palestine . Histoire officielle L'effort de la Nouvelle-Zélande dans la Grande Guerre. Tome III. Auckland : Whitcombe et tombeaux. OCLC  2959465 . |volume=a du texte supplémentaire ( aide )
  • Preston, RMP (1921). Le corps monté dans le désert : un compte rendu des opérations de cavalerie en Palestine et en Syrie 1917-1918 . Londres : Constable & Co. OCLC  3900439 .
  • Wavell, Maréchal Earl (1968) [1933]. "Les campagnes palestiniennes". Dans Sheppard, Eric William (éd.). Une brève histoire de l'armée britannique (4e éd.). Londres : Constable & Co. OCLC  35621223 .
  • Woodward, David R. (2006). L'Enfer en Terre Sainte : Première Guerre mondiale au Moyen-Orient . Lexington : La Presse universitaire du Kentucky. ISBN 978-0-8131-2383-7.

Opiniones de nuestros usuarios

Sandra Coulon

J'ai été ravi de trouver cet article sur Bataille de Hareira et Sheria.

Marina Cousin

Enfin un article sur Bataille de Hareira et Sheria rendu facile à lire.

Emmanuel Caron

Le langage a l'air vieux, mais les informations sont fiables et en général tout ce qui est écrit sur Bataille de Hareira et Sheria donne beaucoup de confiance.

Laurence Meunier

Merci pour ce message sur Bataille de Hareira et Sheria, c'est exactement ce dont j'avais besoin.