Bataille de Cynossema



L'internet est une source inépuisable de connaissances, y compris lorsqu'il s'agit de Bataille de Cynossema. Des siècles et des siècles de connaissances humaines sur Bataille de Cynossema ont été versés, et sont encore versés, dans le réseau, et c'est précisément la raison pour laquelle il est si difficile d'y accéder, car nous pouvons trouver des endroits où la navigation peut être difficile, voire impraticable. Notre proposition est que vous ne fassiez pas naufrage dans une mer de données concernant Bataille de Cynossema et que vous puissiez atteindre tous les ports de la sagesse rapidement et efficacement.

Avec cet objectif en tête, nous avons fait quelque chose qui va au-delà de l'évident, en collectant les informations les plus récentes et les mieux expliquées sur Bataille de Cynossema. Nous l'avons également organisé de manière à le rendre facile à lire, avec un design minimaliste et agréable, garantissant la meilleure expérience utilisateur et le temps de chargement le plus court. Nous vous facilitons la tâche pour que vous n'ayez plus qu'à vous soucier de tout savoir sur Bataille de Cynossema ! Donc, si vous pensez que nous avons atteint notre objectif et que vous savez déjà tout ce que vous vouliez savoir sur Bataille de Cynossema, nous serions ravis de vous revoir sur les mers calmes de scientiafr.com dès que votre soif de connaissances se réveillera.

Bataille de Cynossema
Partie de la deuxième guerre du Péloponnèse
Date 411 avant JC
Emplacement
Au large de Cynossema , dans le Thrace Chersonese
Coordonnées : 40 ° 08'33 "N 26 ° 23'16" E / 40,142369 26,38775 ° N ° E / 40.142369; 26,38775
Résultat Victoire athénienne
Belligérants
Athènes Sparte
Commandants et chefs
Thrasyllus ,
Thrasybulus
Mindarus
Force
76 navires 86 navires
Victimes et pertes
15 navires 21 navires
Cynossema est situé aux Grèce
Cynossema
Cynossema
Grèce

La bataille navale de Cynossema ( grec ancien : ) a eu lieu en 411 avant JC pendant la Seconde Guerre du Péloponnèse . Dans la bataille, une flotte athénienne commandée par Thrasybulus et Thrasyllus , bien qu'initialement jetée sur la défensive par une flotte spartiate numériquement supérieure , remporta une courte victoire. Cette victoire a eu un impact disproportionné par rapport à sa signification tactique, à venir lorsque le gouvernement démocratique traditionnel d'Athènes avait été remplacé par une oligarchie et qu'une défaite athénienne aurait pu mettre fin à la guerre. La flotte athénienne nouvellement confiante a remporté deux autres victoires successives dans l'Hellespont, la seconde étant la déroute dramatique de Cyzicus , qui a mis fin à la menace spartiate immédiate pour la ligne de vie d'Athènes sur la mer Noire.

Prélude

À la suite de la défaite d'Athènes lors de l' expédition sicilienne en 413, une petite flotte spartiate commandée par Chalcideus , qui était conseillée et assistée par Alcibiade , réussit à provoquer la révolte d' un certain nombre de villes ioniennes critiques de l' Empire d'Athènes . Après la révolte de la ville critique de Milet , le satrape persan Tissaphernes a conclu une alliance contre Athènes avec Sparte. Les Spartiates ne voulaient pas défier les Athéniens en mer, et une flotte athénienne réussit à reprendre plusieurs villes et à assiéger Chios au cours des derniers mois de 412 av. Cependant, en 411 av.J.-C., de nouvelles rébellions à Rhodes et en Eubée , et la capture d' Abydos et de Lampsaque sur l'Hellespont par une armée du Péloponnèse qui y avait marché par voie terrestre, obligèrent les Athéniens à disperser leurs forces pour répondre à ces diverses menaces. La flotte spartiate pouvait désormais se déplacer librement dans la mer Égée et profiter de sa nouvelle supériorité en levant le blocus de Chios et en embouteillant la flotte égéenne des Athéniens à Samos .

En retirant leurs navires de l'Hellespont à Samos, les Athéniens ont pu rétablir leur supériorité navale dans la mer Égée, mais ce faisant, ils ont ouvert la porte à Sparte pour déplacer le théâtre de la guerre. En conséquence, à la fin de juillet, le commandant spartiate Clearchus tenta de faire glisser 40 navires devant la flotte athénienne jusqu'à l'Hellespont. Ceux-ci ont été refoulés par une tempête, mais peu de temps après, 10 navires sous le commandement du général mégarien Helixus ont atteint l'Hellespont, où ils ont déclenché des révoltes à Byzance , Chalcédoine et d'autres villes importantes. Plusieurs mois plus tard, le nouveau navarque spartiate Mindarus , décidant que les promesses de soutien faites par Pharnabazus , le satrape persan d' Anatolie , étaient plus prometteuses que celles de Tissaphernes en Ionie, glissa toute sa flotte devant les Athéniens. Il rejoint les navires du Péloponnèse déjà opérant dans l'Hellespont et établit sa base à Abydos, forçant la petite flotte athénienne de Sestos à fuir, avec des pertes, vers Imbros et Lemnos .

Bataille

Avec une flotte substantielle du Péloponnèse opérant dans l'Hellespont, la route commerciale cruciale par laquelle passait l'approvisionnement en céréales d'Athènes, la flotte athénienne n'avait d'autre choix que de poursuivre Mindarus. En conséquence, Thrasybulus , assumant le commandement général, a conduit la flotte à Elaeus sur la pointe de la péninsule de Gallipoli, où les Athéniens ont passé cinq jours à se préparer à défier les 86 navires spartiates à Abydos avec leurs 76 navires. La flotte athénienne a navigué en colonne dans l'Hellespont, en suivant la rive nord, tandis que les Spartiates partaient d'Abydos sur la rive sud. Lorsque la gauche athénienne eut contourné la pointe de Cynossema, les Spartiates attaquèrent, projetant de déborder la droite athénienne et de piéger la flotte dans l'Hellespont en faisant échouer le centre sur Cynossema. Le centre athénien fut rapidement échoué, et la gauche sous Thrasyllus , assaillie par des navires syracusains et incapable de voir le reste de la flotte autour de la pointe acérée, ne put lui venir en aide. Thrasybule sur la droite, quant à lui, a pu éviter l'encerclement en étendant sa ligne vers l'ouest, mais ce faisant, il a perdu le contact avec le centre. Avec les Athéniens divisés et une partie substantielle de leur flotte frappée d'incapacité, une victoire spartiate semblait assurée.

À ce stade critique, cependant, la ligne du Péloponnèse a commencé à tomber en désordre alors que les navires rompaient la ligne pour poursuivre des navires athéniens individuels. Voyant cela, Thrasybulus tourna brusquement ses vaisseaux et attaqua le Spartan à gauche. Après avoir mis ces navires en déroute, la droite athénienne a percuté le centre du Péloponnèse et, les attrapant dans un état de désorganisation, les a rapidement mis en déroute. Les Syracusains sur la droite, voyant le reste de leur flotte en fuite, abandonnèrent leur attaque sur la gauche athénienne et s'enfuirent également. L'étroitesse du détroit, qui garantissait que les Péloponnèse n'avaient qu'un court chemin pour se mettre en sécurité, limitait les dommages que les Athéniens pouvaient infliger, mais à la fin de la journée, ils avaient capturé 21 navires spartiates au 15 des leurs que les Spartiates avaient pris. les premiers combats. Les Athéniens installèrent un trophée sur Cynossema et le placèrent à Sestos, tandis que les Péloponnèse retournaient à Abydos.

Conséquences

Dans les jours qui suivirent la bataille, les Athéniens réaménagèrent leurs navires à Sestos et envoyèrent un petit détachement à Cyzicus, reprenant cette ville et s'emparant de 8 trirèmes rencontrés en cours de route. Un trirème est envoyé à Athènes, où la bonne nouvelle inattendue rétablit la confiance du peuple dans l'effort de guerre. L'historien Donald Kagan a souligné l'effet de cette victoire sur les Athéniens. Contraints de se battre aux conditions choisies par leurs ennemis, à une époque où la ville manquait de ressources pour construire une autre flotte, les Athéniens auraient pu perdre la guerre ce jour-là à Cynossema. Au lieu de cela, ils ont remporté une victoire qui leur a permis de continuer à se battre, la victoire semblant toujours possible.

Les références

Sources

  • Kagan, Donald . La guerre du Péloponnèse (Penguin Books, 2003). ISBN  0-670-03211-5
  • Thucydide . Histoire de la guerre du Péloponnèse  . Traduit par Richard Crawley - via Wikisource .

Opiniones de nuestros usuarios

Malika Leduc

C'est toujours bon d'apprendre. Merci pour l'article sur Bataille de Cynossema.

Marcel Guichard

Cette entrée sur Bataille de Cynossema m'a fait gagner un pari, ce qui est loin de lui donner un bon score.