France Télévisions

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

France Télévisions
logo de France Télévisions
Création 7 septembre 1992 et 6 septembre 2000
Dates clés 10 août 1989 : Début de la présidence commune
7 septembre 1992 : Création du regroupement France Télévision
1998 : Installation dans le nouveau siège parisien
1er août 2000 : Création de la holding France Télévisions
7 janvier 2002 : Nouvelle identité visuelle unifiée
5 janvier 2009 : Suppression de la publicité entre 20 h et 6 h
4 janvier 2010 : Transformation en entreprise commune
29 janvier 2018 : Nouvelle identité visuelle
Fondateurs Jack Lang et Catherine Tasca
Personnages clés Hervé Bourges (1er président de France Télévision)
Nicolas Sarkozy (réforme de 2008)
Forme juridique Société anonyme à conseil d'administration (s.a.i.) (d)
Slogan Notre point commun.
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Direction Delphine Ernotte-Cunci
Actionnaires État français (100 %)
Activité Audiovisuel public et édition de chaînes généralistes (d)
Produits Télévision, production audiovisuelle, publicité et radiodiffusion
Filiales
Partenaires République Française
Effectif 9 050 (2021)
SIREN 432766947
Site web france.tv
francetelevisions.fr
Fonds propres 444 500 000 euros (2018)
Chiffre d'affaires en diminution 2 945 665 000 euros (2019)
Résultat net -89 300 000 euros (perte / 2018)

France Télévisions , également appelée France TV et stylisé france•tv, est une société nationale de programme qui gère les activités de la télévision publique en France, de la production à la diffusion. Créée le 7 septembre 1992 comme un simple groupement des deux chaînes publiques, elle est remplacée par une holding le 1er août 2000 avant de devenir une entreprise commune le 4 janvier 2010.

Premier groupe audiovisuel en France en termes d'audiences, la société regroupe entre autres les chaînes France 2, France 3 et ses antennes de proximité, France 4, France 5, France Info ainsi que les chaînes ultra-marines du réseau La 1re. Elle détient également des participations dans plusieurs chaînes thématiques et internationales. Elle est présente à la radio en outre-mer et possède plusieurs sites web.

Histoire du groupe

Les origines

Le 31 décembre 1974, l'ORTF est démantelé en sept sociétés. Trois sociétés nationales de programmes de télévision autonomes et concurrentes sont créées le 6 janvier 1975 : Télévision française 1 (TF1), Antenne 2 (A2) et France Régions 3 (FR3),. Le 2 janvier 1984, elles participent avec la TSR et la RTBF à la création de la chaîne francophone internationale TV5 Monde. Le 27 février 1986, FR3 participe à la création de La Sept en en devenant actionnaire à 45 %. En avril 1987, TF1 est privatisée avec la vente de la moitié de son capital au groupe de BTP Bouygues.

En 1989, à la suite d'une conversation avec le président-directeur général de TF1 Patrick Le Lay, le ministre de la Culture Jack Lang a l'idée de doter les deux chaînes publiques (Antenne 2 et FR3) d'une présidence commune. Avec sa ministre déléguée à la Communication, Catherine Tasca, il porte ce projet qui doit promouvoir une stratégie commune et assurer la complémentarité des programmes entre les deux chaînes, afin de faire face à la montée en puissance de TF1 et de M6 et au développement des chaînes thématiques. La loi du 2 août 1989 institue une présidence commune, tout en maintenant une séparation juridique des deux chaînes,. Le gouvernement socialiste soutient les candidatures d'Hervé Bourges et de Georges Kiejman, mais le nouveau Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) veut marquer son territoire et nomme le 10 août 1989 à la surprise générale Philippe Guilhaume au poste de président du groupement. Mais ce dernier démissionne au bout de 14 mois, en décembre 1990, après une série de polémiques et une grève des journalistes,. Il est remplacé par Hervé Bourges le 19 décembre 1990.

Le 7 septembre 1992, Antenne 2 et FR3 changent de nom et deviennent respectivement France 2 et France 3. Elles sont désormais regroupées au sein d'une nouvelle entité dénommée France Télévision (sans « s »), qui n'a cependant pas d'existence juridique,. Cette même année, le groupe lance sa première chaîne thématique, France Supervision, qui diffuse d'abord une sélection d'émissions de France 2 et France 3, puis des événements culturels ou sportifs. Elle a la particularité d'émettre sur le satellite au format D2MAC, une combinaison d'analogique et de numérique, en 16/9 et en stéréo.

Le 1er janvier 1993, France Télévision participe à la création de la chaîne d'information européenne Euronews aux côtés de la Rai et de la RTVE.

1993-1996 : Jean-Pierre Elkabbach

En décembre 1993, Jean-Pierre Elkabbach est nommé président par le CSA pour un mandat de trois ans. Il décide de concurrencer TF1 sur le terrain de l'audience et se lance dans une coûteuse politique d'embauches d'animateurs-producteurs, avec un slogan « Osons ». Cette décision sera illustrée et moquée par les Guignols de l'info présentant ainsi les protagonistes comme des « voleurs de patates ». C'est une réussite puisqu'en 1995, année électorale présidentielle avec l'arrivée de Jacques Chirac au pouvoir, l'audience de France Télévision (43 %) dépasse celle de TF1 (35 %). Mais en novembre 1995, le député Alain Griotteray rend publics les mirobolants contrats des animateurs-producteurs vedettes, comme celui de Jean-Luc Delarue, Nagui ou encore Arthur créant une vive polémique dans le pays. Jean-Pierre Elkabbach doit s'expliquer sur sa gestion de l'argent public devant les salariés, les syndicats, le CSA et les parlementaires,,.

Jean-Pierre Elkabbach est mis aussi sous pression par les syndicats de la société et par le CSA. D'abord candidat à sa réélection, il démissionne finalement tant la pression est forte, à la fin mai 1996.

Jean-Pierre Elkabbach lance par ailleurs une politique visant à des programmes permettant de rajeunir les cibles publicitaires de France Télévisions, en exigeant que la régie publicitaire soit plus entreprenante, pour que sa part de marché progresse de 1994 à 1997. Le recours à de grandes notoriétés vise à obtenir plus d'émissions parmi les plus regardées, afin que les spots soient vendus à un prix élevé.

1996-1999 : Xavier Gouyou-Beauchamps

Le 2 juin 1996, le CSA nomme Xavier Gouyou-Beauchamps, directeur général de France 3, au poste de président de France Télévision.

Le 24 juin 1996, la chaîne Festival, dédiée à la fiction, est lancée. Elle est détenue par France 2 (28 %), France 3 (28 %), le britannique Carlton Communications (28 %), La Sept-Arte (11 %) et l'américano-néerlandais Regency Monarchy (5 %). Le 16 décembre, le bouquet numérique de télévision par satellite TPS est lancé pour concurrencer Canalsatellite. Il est détenu à parts égales, c'est-à dire à 25 %, par TF1, M6, Suez-Lyonnaise des eaux et France Télévision Entreprises (France Télévision 34 % - France Télécom 66 %),.

En juillet 1997, la chaîne Histoire est lancée. Elle est détenue par un groupement public à 60 % (France Télévision 25 %, La Sept-Arte 25 %, INA 10 %), ainsi que par Finances et Communication (20 %), France Télécom (10 %) et Lyonnaise Communication (10 %).

Le 21 mars 1998, la chaîne thématique Mezzo remplace France Supervision. Cette nouvelle chaîne, consacrée à la musique, la danse et l'opéra, est détenue par France Télécom (50 %), France 2 (40 %), Arte (5 %) et La Cinquième (5 %). Le 11 mai, la chaîne thématique Régions, consacrée à la découverte et à l'information des régions, est lancée sur le satellite,

En 1998, les 2 400 salariés du groupe, jusqu'ici répartis sur 17 sites dans Paris, déménagent pour s'installer dans le nouveau siège de France Télévision situé le long de la Seine, dans le 15e arrondissement de Paris. Le projet est issu de la volonté d'Hervé Bourges en 1992 et le choix de son emplacement a été décidé par le Premier ministre Édouard Balladur en juillet 1994. Conçu par l'architecte Jean-Paul Viguier, le bâtiment de 100 000 m2, dont 56 000 m2 de bureaux et de studios, a été construit de 1995 à 1998. Le coût total de l'opération est de 3 milliards de francs (soit plus de 457 millions d'euros),.

En 1998, la ministre de la Culture Catherine Trautmann lance un projet de réforme de l'audiovisuel public. Ce projet prévoit notamment la création d'une holding regroupant les sociétés France 2, France 3, La Cinquième, La Sept-Arte et RFO pour faire face aux groupes privés.

1999-2005 : Marc Tessier

Le 28 mai 1999, Marc Tessier, président du CNC, est nommé à la présidence de France Télévision par le CSA.

La loi du 1er août 2000 crée la holding France Télévisions (avec un « s » cette fois) rassemblant les chaînes France 2, France 3 et La Cinquième. Le président du groupe est nommé par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) et son mandat est porté à cinq ans contre trois auparavant. Dans le même temps, le temps de publicité sur les chaînes publiques est réduit de 12 à 8 minutes par heure,. Marc Tessier, qui était déjà le président commun de France 2 et France 3, est nommé à la présidence du nouveau groupe.

En septembre 2001, la chaîne gastronomique du chef cuisinier Joël Robuchon, Gourmet TV, détenue à 40 % par France Télévisions Entreprises (France Télévisions et France Télécom), est lancée. Le 20 décembre, France Télévisions signe son premier Contrat d'Objectifs et de Moyens (COM) avec l'État pour la période 2001-2005.

Le 7 janvier 2002, le groupe dévoile sa nouvelle identité visuelle qui doit lui donner plus d'homogénéité. France Télévisions est désormais stylisé « francetélévisions » et La Cinquième devient France 5. Chaque chaîne se voit attribuer une couleur : rouge pour France 2, bleu pour France 3 et vert pour France 5. Ce nouvel habillage est conçu par l'agence Gédéon Communications pour un coût de 2,29 millions d'euros,,. Ce même mois, France Télévisions Entreprises (France Télévisions 34 % - France Télécom 66 %) vend sa participation dans TPS au groupe TF1 pour un montant de 195 millions d'euros, répartis en 128,7 millions d'euros pour France Télécom et 66,3 millions d'euros pour France Télévisions. Le 1er novembre 2002, la chaîne thématique Planète Thalassa commence à émettre à la suite d'un accord entre MultiThématiques (Groupe Canal+) et France Télévisions. Dédiée au monde maritime, la grille de la chaîne s'articule autour des émissions emblématiques Thalassa et Faut pas rêver.

En avril 2002, le gouvernement utilise le droit de priorité du service public pour demander des canaux sur la future télévision numérique terrestre française pour ses chaînes de télévision France 2, France 3, France 5, Arte et La Chaîne parlementaire. Il réserve également trois canaux supplémentaires pour des services de télévision numérique régionale édités par France 3, ainsi que deux sociétés provisoirement dénommées « La Chaîne de rediffusion » et « La Chaîne d'information continue ». Mais en décembre 2003, le nouveau gouvernement renonce à deux de ces canaux et attribue le dernier à la chaîne Festival.

Le 2 février 2003, la chaîne thématique Régions, détenue à 50 % par France Télévisions, à 40 % par Wanadoo (France Télécom) et à 10 % par Dexia, cesse d'émettre faute d'audience. En juillet, le capital de l'agence de coopération Canal France International (CFI) est racheté par France Télévisions (75 %) et Arte France (25 %). Le 5 novembre, la chaîne thématique Ma Planète est lancée à destination des enfants. Elle est le fruit d'une nouvelle collaboration entre MultiThématiques (Groupe Canal+) et France Télévisions.

À la suite de la loi du 9 juillet 2004, la société de programme Réseau France Outre-mer (RFO) est intégrée au groupe France Télévisions. Le 25 février 2005, la chaîne RFO Sat est renommée France Ô, dans le même esprit que les autres chaînes du groupe,,. Le 31 mars 2005, la télévision numérique terrestre (TNT) est lancée en France. Ce même jour, la chaîne France 4 succède à Festival.

2005-2010 : Patrick de Carolis

État des lieux et projet de réforme interne

Le 22 août 2005, Patrick de Carolis, présentateur-producteur Des racines et des ailes, devient président de France Télévisions pour un mandat de cinq ans. Il a été nommé par le CSA le 6 juillet 2005.

Le 18 novembre 2005, la chaîne Gulli, propriété de Lagardère Active (66 %) et France Télévisions (34 %), est lancée sur la TNT,. Le 30 novembre, France Télévisions constitue à parité avec le groupe TF1 la société de la future chaîne française d'information internationale en continu. Ce partenariat décidé en décembre 2004 fait suite à la volonté du président de la République Jacques Chirac en 2002 de donner à la France une voix à l'étranger. La chaîne d'information, finalement intitulée France 24, commence à émettre le 6 décembre 2006 en streaming sur Internet puis dès le lendemain sur les autres réseaux.

Le 25 janvier 2006, la présidence de France Télévisions publie un état des lieux sévère sur la situation du groupe, réalisé entre septembre et décembre 2005. Ce rapport souligne plusieurs points préoccupants : la baisse continuelle des audiences du groupe, l'absence de gain de productivité dans les ressources humaines, la situation financière très dégradée de RFO, la stratégie de programmation de France 3, la mauvaise gestion éditoriale des stocks de programmes, la hausse du coût des contrats des animateurs-producteurs, le déséquilibre économique structurel de la filière de production et le manque de synergie entre les rédactions. Il souligne aussi les points positifs : la situation économique et financière saine du groupe et l'efficacité du plan de réduction des coûts (Synergia). Le rapport est contesté par l'ancien PDG Marc Tessier et par les syndicats du groupe (SNRT-CGT, SNJ-CGT),.

L'année 2006 est aussi marquée par des tensions sur le front de l'information, « quand ont été supprimés » des numéros de Pièces à conviction, une émission de journalisme d'investigation ayant enquêté sur les lobbies pharmaceutiques, « vendeurs de maladies », l’évasion fiscale et les industriels de la malbouffe.

En septembre 2006, le groupe lance France Télévisions VOD, son site internet de vidéo à la demande. En décembre, il ouvre le Club France Télévisions, qui permet de gagner des invitations pour assister à des événements sportifs ou culturels et découvrir les coulisses des émissions.

Le 5 février 2007, le groupe lance la Fondation France Télévisions, la première fondation d'entreprise d'un groupe audiovisuel français. Le 27 octobre, France Télévisions et le groupe Canal+ lancent la chaîne Planète Justice consacrée au système judiciaire. Cette même année, le groupe signe son deuxième Contrat d'Objectifs et de Moyens (COM) pour la période 2007-2010.

En décembre 2007, Patrick de Carolis annonce pour l'année à venir un plan de réforme dont l'objectif est de « moderniser et harmoniser » le groupe public et de faire des économies de « quelques dizaines de millions d'euros ». Il lance huit chantiers, dont la création d'un statut unique pour l'ensemble des chaînes jusqu'alors juridiquement indépendantes, la mutualisation des moyens de production de l'information, la création d'une direction commune pour les unités jeunesse, acquisition et études et la prise de mesures concernant les directions financières, ressources humaines, technique et informatique. Face aux inquiétudes des salariés, le PDG répond qu'il n'y aura pas de « vaste plan social ».

Réforme de Nicolas Sarkozy

Le 8 janvier 2008, le président de la République Nicolas Sarkozy annonce lors d'une conférence de presse une « véritable révolution culturelle dans le service public de la télévision » avec la possible suppression totale de la publicité sur les chaînes publiques. Le manque à gagner serait financé par une taxe accrue sur les recettes publicitaires des chaînes privées et une taxe infinitésimale sur le chiffre d'affaires de nouveaux moyens de communication comme la téléphonie mobile et l'accès à Internet. L'annonce est une surprise pour tout le milieu audiovisuel et un choc pour la direction de France Télévisions, où les 300 salariés de France télévisions publicité sont inquiets pour leur avenir,. Une commission présidée par Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, est mandatée pour revoir de fond en comble les missions de France Télévisions.

Logos des chaînes de France Télévisions du 7 avril 2008 au 28 janvier 2018.

Le 7 avril 2008, France Télévisions adopte une nouvelle identité visuelle, avec de nouveaux logos de chaînes désormais en 3D. Le logo du groupe arbore les cinq couleurs de ses cinq chaînes : rouge pour France 2, bleu pour France 3, violet pour France 4, vert pour France 5 et orange pour France Ô. De plus, l'habillage est modernisé pour accompagner le basculement de France 2 et France 5 au format 16/9,. France 4 adopte à son tour ce format le 3 juillet.

Le 25 juin 2008, à la suite de la remise du rapport de la commission Copé, Nicolas Sarkozy confirme sa volonté de supprimer la publicité des chaînes publiques entre 20 heures et 6 heures à partir du 1er janvier 2009. Le manque à gagner évalué à 450 millions d'euros sera financé par une taxe de 3 % sur les recettes publicitaires des chaînes privées et une autre de 0,9 % sur le chiffre d'affaires des opérateurs de téléphonie et d'internet (taxe télécoms). Il annonce également que le président de France Télévisions ne sera plus nommé par le CSA, mais par l'exécutif, c'est-à-dire par le chef de l'État lui-même. Cette dernière décision déclenche une nouvelle polémique, les politiques de l'opposition parlant d'une « mise sous contrôle de la télévision »,,.

Le 1er juillet 2008, la société de journalistes de France 2 et celle de la rédaction nationale de France 3 publient une tribune dans Libération intitulée « Ni pub mais soumise ». Ils jugent que la nomination du président de France Télévisions par l'exécutif est un « dangereux retour en arrière » du temps de l'ORTF et porte atteinte à leur indépendance et à leur crédibilité. Concernant le financement de la suppression de la publicité, ils dénoncent un « projet de financement bâti sur du sable ». Le lendemain sur RTL, le PDG Patrick de Carolis estime sur ce point que « le compte n'y est pas » et ajoute que ses chaînes n'accepteront pas d'émission imposée de l'extérieur.

Le 5 janvier 2009, alors que la loi n'est pas encore votée, la publicité est supprimée du service public entre 20 h et 6 h du matin. Les programmes de première partie de soirée débutent désormais à 20 h 35 au lieu de 20 h 50 auparavant,,. Le 22 janvier, le groupe lance son site Internet mobile à destination des smartphones, comprenant un guide des programmes, des informations et un service de messagerie pour interagir avec les émissions. Le 22 mars, la chaîne ludo-éducative Planète Juniors, détenue par France Télévisions et MultiThématiques (groupe Canal+), cesse d'émettre. Elle était née le 4 septembre 2007 de la fusion de Ma Planète (France Télévisions et MultiThématiques) et Eurêka ! (TPS). Le 27 juin, France 3 passe en totalité au format 16/9.

En 2009, la nouvelle holding Audiovisuel extérieur de la France (AEF), créée en avril 2008, rachète au groupe TF1 et à France Télévisions leur participation dans la chaîne d'information France 24 pour un montant de 2 millions d'euros chacun. France Télévisions s'engage à fournir des programmes d'actualité pendant 7 ans pour un montant d'un million d'euros par an. L'année précédente, France Télévisions avait déjà dû céder une grande partie de ses parts dans TV5 Monde à l'AEF pour ne conserver que 12,58 %.

Le 4 janvier 2010, à la suite de la loi du 5 mars 2009, France Télévisions devient une entreprise commune, société nationale de programme, en fusionnant la quarantaine de sociétés qui composait jusque-là une holding. Le cahier des charges du groupe fixe la nouvelle ambition éditoriale du service public de la télévision, libéré de la pression de l'audience grâce à la suppression de la publicité,.

Le 28 janvier 2010, la Commission européenne ouvre une procédure officielle d'infraction contre la France, estimant que la taxe imposée au secteur des télécoms (taxe télécoms) pour financer l'audiovisuel public est « une charge administrative incompatible avec le droit européen ». France Télévisions lance son portail sportif Francetv sport en juin et son service de télévision de rattrapage Pluzz en juillet.

2010-2015 : ère Rémy Pflimlin

Le 23 août 2010, Rémy Pflimlin, directeur général de Presstalis, prend ses fonctions de président de France Télévisions. Il est le premier président nommé par le chef d'État.

Rémy Pflimlin commence par réorganiser l'organigramme du groupe France Télévisions en recréant des postes de directeurs pour chaque chaîne, afin de garantir leur indépendance du groupe France Télévisions. De plus, il supprime le poste de numéro deux du groupe occupé par Patrice Duhamel et remplace Arlette Chabot par Thierry Thuillier à la direction de l'information.

Ces deux départs sont vus comme l'œuvre de Nicolas Sarkozy, qui était en froid avec Duhamel et Chabot. Les chantiers de Pflimlin sont de rajeunir l'audience du groupe, développer son offre numérique et de mettre plus de diversité dans les programmes,.

Le 9 septembre 2010, deux sénateurs déposent une proposition de loi repoussant au 1er janvier 2015 la suppression de la publicité en journée sur les chaînes publiques, prévue pour novembre 2011. Le même jour, les sociétés La Financière Lov et Publicis Groupe renoncent à acheter une partie de France télévisions publicité, considérant que le maintien de la publicité va rendre sans effet ce projet de privatisation. En février, les sociétés étaient entrées en négociations exclusives avec France Télévisions pour lui acheter 70 % du capital de la régie publicitaire pour un montant de 2,6 millions d'euros,,.

Le 30 septembre 2010, la Commission européenne somme la France d'abolir la taxe télécoms instaurée par la loi 5 mars 2009 et qui devait compenser la perte financière de France Télévisions avec la suppression de la publicité sur ses chaînes. Elle estime que la taxe est « incompatible avec le droit européen ». C'est une perte de 400 millions d'euros par an pour le groupe public. Le 30 novembre, la TNT arrive en outre-mer. Pour l'occasion, Réseau France Outre-mer (RFO) change de nom pour devenir Outre-mer 1re, constitué de 9 chaînes télévisées, de 9 radios associées en plus d'une webradio nationale et de 9 sites internet,.

En août 2011, le département France Télévisions Nouvelles écritures est créé. Il cherche de nouvelles expériences narratives propres aux médias numériques ou les mariant avec la télévision,. Le 5 septembre, les chaînes de France Télévisions changent d'habillage,. Le 14 novembre, le portail d'information Francetv info est lancé. Le 30 novembre, la France abandonne définitivement la télévision analogique pour le numérique. Ce même mois, France Télévisions signe son troisième Contrat d'Objectifs et de Moyens (COM) pour la période 2011-2015. En juillet 2012, le service de télévision de rattrapage Pluzz est renommé Francetv pluzz et propose de nouvelles fonctions.

Le 11 septembre 2012, Rémy Pflimlin dévoile aux salariés son plan d'économies de près de 200 millions d'euros pour combler le manque à gagner. Cela pourrait se traduire par un plan social de plus de 500 départs. Le directeur de l'information, Thierry Thuillier, annonce également l'unification des rédactions de France 2, France 3 national et Francetv info à l'horizon 2015,.

En juillet 2013, France Médias Monde, la société nationale de programmes gérant l'audiovisuel extérieur, cède 36,42 % de ses parts de TV5 Monde à France Télévisions pour un montant de 446 000 euros. France Télévisions monte ainsi sa participation dans la chaîne francophone à 49 %, retrouvant la situation antérieure à la création de France Médias Monde en 2008. Cette même année, la plateforme numérique culturelle Culturebox est mise en ligne.

Le 19 mars 2014, France Télévisions se voit attribuer le label « Diversité » par AFNOR Certification,. Le 21 mars, l'offre Francetv info est lancée sur les télévisions connectées et les box. En 2015, Francetv éducation, la première offre audiovisuelle éducative gratuite en France, est lancée le 2 avril et Francetv zoom, une application proposant des vidéos sélectionnées parmi les chaînes du groupe, sort le 2 juin.

À partir du 29 janvier 2015, France Télévisions est perturbée par des grèves quotidiennes des principaux syndicats. Ces derniers demandent l'abandon du projet d'unification des rédactions et l'arrêt de la sous-traitance de plusieurs émissions. Ils dénoncent le manque de dialogue avec les dirigeants, qui doivent être remplacés quelques mois plus tard après la nomination d'un nouveau président. En février, les médias publient un rapport accablant sur les conditions de travail au sein du groupe, commandé par la direction et trois syndicats à la suite de deux suicides d'employés en 2013. Ce rapport souligne plusieurs points problématiques : un sentiment d'être mal-aimé de son actionnaire (l'État), une non-adhésion au projet d'entreprise unique (les tensions entre chaînes sont toujours présentes), une absence de véritable politique managériale (aucune vision à long terme), un manque de communication et d'accompagnement de la part des ressources humaines, une évolution des métiers entrainant la disparition de certains, des violences verbales et une dégradation du climat de travail avec une démotivation et une individualisation des salariés.

Au cours de son mandat, le président des chaînes publiques se brouille avec des vedettes du petit écran qui ont contribué à la forte audience des chaînes du groupe parmi lesquelles l'animateur Nagui, pour des raisons que ce dernier a déclaré ignorer. Il lui lance même « heureusement que vous n'êtes pas salariés, sinon je vous aurai déjà viré depuis longtemps ».

Depuis 2015 : ère Delphine Ernotte

Nomination

Le 22 août 2015, Delphine Ernotte, directrice générale adjointe d'Orange France, devient la nouvelle présidente de France Télévisions. Elle a été nommée le 23 avril par le CSA, qui avait récupéré la mission de nommer les présidents des sociétés nationales de programme avec la loi du 15 novembre 2013,. Cette nomination déclenche une polémique sur le manque de transparence de la procédure, notamment avec l'autorisation des candidatures secrètes. Le recalage de candidats sérieux sans les avoir auditionnés face à l'inexpérience de Delphine Ernotte dans l'audiovisuel laisse penser à des manœuvres en coulisse. Le candidat Didier Quillot porte plainte contre le CSA pour « abus d’autorité » tandis que la CGC et la CFDT déposent des recours en annulation devant le Conseil d'État,. Finalement, ce dernier valide la nomination de Delphine Ernotte, considérant que « les atteintes alléguées à l'impartialité de la procédure n'étaient pas démontrées ».

Création d'une chaîne d'information publique en continu

Le premier grand projet de la nouvelle présidente est la création d'une chaîne d'information publique en continu, s'appuyant sur les moyens de France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l'Institut national de l'audiovisuel. La chaîne, dont le choix du nom est bien difficile, est lancée le 1er septembre 2016 sur le canal 27 de la TNT. Son nom, France Info (stylisé « franceinfo: ») et son logo sont dévoilés le 11 juillet 2016.

En octobre 2015, France Télévisions revend une partie de ses parts dans la chaîne euronews, dont elle est l'un des fondateurs, pour un montant de 1,5 million d'euros. Elle conserve 10,73 % du capital de la chaîne européenne. Le 31 décembre, la chaîne Planète+ Thalassa, détenue par France Télévisions (34 %) et le groupe Canal+ (66 %), s'arrête.

Le 7 décembre 2015, Michel Field est nommé directeur de l'information à la surprise générale. S'il est plutôt bien reçu à son arrivée, des maladresses vont écorner son image auprès des journalistes du groupe. En moins de quatre mois, il se met à dos les trois sociétés de journalistes, notamment à propos de plusieurs dossiers : le nom de la future chaîne d'information avec Radio France, la fusion des rédactions, la refonte des émissions politiques en faisant appel à l'extérieur et la réorganisation du « jeudi de l'info ». Le 19 avril 2016, les journalistes votent à plus de 65 % en faveur d'une motion de défiance à son égard. Mais la présidente Delphine Ernotte lui renouvelle sa confiance.

Le 24 août 2016 le site internet de la nouvelle offre d’info publique, baptisée « France Info », remplace FranceTVInfo, le site d’information de France Télévisions lancé en 2011. C’est la première étape visible de la naissance de la nouvelle offre d’information du service public.

Rapport de la Cour des comptes

En octobre 2016, la Cour des comptes publie un rapport sur le groupe audiovisuel public « France Télévisions : mieux gérer l’entreprise, accélérer les réformes ». La Cour couvre la période de 2009-2015 et est passablement critique vis-à-vis de la gestion de l'entreprise. Elle met en avant la perte d'audience globale entre 2008 et 2015 (-5,5 points), le déficit d'exploitation élevé (plus de 30 millions de pertes), le retard dans le numérique, le « risque sérieux de dérapage financier » que représente la nouvelle chaîne d'info, des fonctions en sureffectifs qui n'ont pas été réduites significativement. Alors même que la Cour des comptes publie son rapport critiquant la politique « insuffisamment rigoureuse » de gestion du groupe, une enquête menée par BFM Business affirme que la nouvelle directrice touche un salaire qualifié d'« exorbitant » par Le Figaro, constitué d'un fixe de 322 000 euros brut par an, avec un bonus variable pouvant aller jusqu'à 78 000 euros, soit un total de 400 000 euros bruts par an. Cette rémunération serait identique à celle de son prédécesseur, Rémy Pflimlin. La Cour des comptes pointe également du doigt la hausse entre 2009 et 2013 de près de 57 % du nombre de salariés gagnant plus de 70 000 € par an.

Réforme de France 3

Le 15 décembre 2016, France Télévisions entame une importante réforme de France 3. L'objectif fixé par la direction est de doubler le temps d'antenne consacrés aux programmes régionaux. En parallèle le réseau de France 3 est redécoupé pour calquer les régions issues du redécoupage de 2015. La nouvelle structure comptera 12 directions régionales plus une direction territoriale en Corse et devrait bénéficier de davantage d'autonomie notamment en ce qui concerne la production d'émissions politiques ou de documentaires, mais ce dernier point est contesté.

En revanche, pas de modification du point de vue des rédactions régionales qui resteront au nombre de 24. La grande nouveauté réside dans la possibilité pour les stations régionales de « décrocher » de l'antenne nationale en première partie de soirée, en clair une antenne régionale pourra diffuser un contenu produit en région en lieu et place du programme national. La réforme devrait se faire à budget constant,.

Le 9 mai 2017 est lancé france·tv, nouvelle plateforme remplaçant le service de télévision de rattrapage FranceTVPluzz ainsi que tous les sites internet des chaînes.

Le 29 janvier 2018, le groupe change les identités visuelles des chaînes du groupe, basés maintenant sur le point introduit par le lancement de la plateforme france·tv.

Logos des chaînes de France Télévisions depuis le 29 janvier 2018.

En 2018, la ministre de la Culture Françoise Nyssen dévoile ses propositions de réforme de l'audiovisuel public. Parmi les grands axes, on retrouve notamment la suppression des chaînes France 4 et France Ô. En début d'année 2020, on apprend que l'arrêt des deux chaînes publiques est fixé au 9 août 2020.

France Télévisions s'associe avec TF1 et M6 pour le lancement d'une plateforme en ligne et sur abonnement nommée Salto pour concurrencer Molotov TV et les plateformes internationales (Netflix, Amazon, Disney+). Mi-août 2019, l’Autorité de la Concurrence autorise cette initiative commune sous certaines conditions pour éviter tout abus de position dominante validée par la suite par le CSA. La plateforme consistera à créer un service audiovisuel en ligne qui, notamment, distribuera les offres de direct et de rattrapage des chaînes de la TNT en clair éditées par les parties, tout service de télévision et/ou SMAD d’éditeurs tiers et éditera une offre de vidéo à la demande par abonnement (VàDA).

Fin 2019, France Télévisions présente un budget en équilibre pour 2020 pour la cinquième année consécutive,.

Candidature à sa propre succession

Début janvier 2020, Delphine Ernotte annonce être candidate à sa propre succession,,.

L'épidémie de Covid-19 bouleverse les programmes des chaînes, France 4 se tournant vers la diffusion de cours pour faire face à la fermeture des écoles, des collèges et des lycées.

En juillet 2020, Jean-Paul Philippot, administrateur général de la RTBF depuis janvier 2002, se porte candidat pour succéder à Delphine Ernotte. Le CSA français décide de renouveler le mandat de cette dernière,,.

Le 4 août 2020, le ministère de Culture annonce dans un communiqué l'arrêt de la chaîne France Ô à compter du 23 août 2020, soit deux semaines après l'échéance initiale. Le 24 août 2020 à 0 h 49, France Ô cesse de diffuser ses programmes. Une boucle diffusant de la musique et des bandes-annonces du groupe, est diffusé jusqu'au 2 septembre 2020, date à laquelle la chaîne cessera définitivement d'émettre,,. Quant à France 4, dont la fermeture était prévue en même temps que France Ô, la chaîne a réussi à démontrer son importance sur le plan éducatif pendant la période de confinement liée à la pandémie de Covid-19, et obtient ainsi un an de sursis avant d'être finalement pérennisée à la suite d'une annonce du président de la République Emmanuel Macron le 18 mai 2021 via Twitter.

En octobre 2020, France Télévisions décide de passer un film par soir pendant le couvre-feu.

Accusations de partialité

Sur fond de concentration des médias aux mains de milliardaires soucieux de peser sur l'élection des trois derniers présidents de la République, afin accroître leur influence, accusée de « fausser le jeu démocratique » et « qui va crescendo à l’approche de la présidentielle », France Télévisions n'est pas non plus épargnée par les accusations de partialité, qui s'ajoutent à celles de 2015,.

Delphine Ernotte est accusée d'avoir supprimé le 27 janvier 2021 l'émission Pièces à conviction, diffusée depuis le 26 octobre 2000,,,. Un livre-enquête de Jean-Baptiste Rivoire, l'ex-rédacteur en chef adjoint des magazines d'investigation de Canal+, publié en janvier 2022, dénonce les pressions d'Emmanuel Macron pour « faire taire le journalisme d’investigation »,,,, notamment via la décision de Delphine Ernotte de centraliser en une seule main le feu vert aux documentaires de toutes les chaînes de France Télévisions, créant un seul décideur en matière de journalisme d'investigation et réduisant sa place alors qu'il était jusque-là un des points forts du groupe.

Malgré des articles décrivant ce problème dans Le Monde, Libération ou Télérama, France Télévisions n'en dit pas un mot à l'antenne et se voit aussi accusée de conflits d'intérêts : Léa Salamé, qui travaille pour la chaîne mais aussi pour France Inter, ne pose aucune question sur le sujet à la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte quand elle la reçoit pour une interview. Sur CNews, Pascal Praud s'est de son côté emporté contre France Télévisions, accusée de boycotter Éric Zemmour, Léa Salamé déclarant publiquement peu après que les journalistes ont l'impression qu'on leur reproche « d'être des bobos bien pensants » parce qu'ils ne font pas la campagne d'Éric Zemmour. Ce dernier sera invité le 9 décembre à une heure de grande écoute pour un débat de deux heures avec la conseillère municipale PS Samia Ghali le ministre de l'économie Bruno Le Maire. Mais durant l'émission, selon le magazine Télé 7 Jours, des téléspectateurs ont accusé Léa Salamé de ne « pas avoir fait preuve d'impartialité », au point de « rendre les discussions inaudibles ».Dès le lendemain la chaine diffuse sur Internet une analyse lapidaire de son journaliste Guillaume Daret dénigrant le candidat, jugé « incapable de fixer le coût de son programme ».

Dès janvier 2021, Le Monde avait révélé qu'une partie variable de la rémunération des rédacteurs en chef de France Télévision dépend de leurs efforts pour renforcer la couverture des sujets suivants : « Diversité, visibilité, Outre-mer, Europe », Marianne jugeant qu'une contrainte éditoriale pour mettre en avant l'européisme « pose problème » car prenant les devants d'un projet gouvernemental « qui consiste à pousser les Français à aimer l'Europe ». Peu après, la société des journalistes de France 2 avait critiqué la nomination du journaliste Cyril Graziani, réputé proche d'Emmanuel Macron à la tête du service politique de France Télévisions, qui pourrait être perçu comme un parachutage mettant en doute l'indépendance du service public selon Le Figaro.

Le 22 janvier 2021, en pleine pandémie de maladie à coronavirus, le groupe France Télévisions annonce le lancement d'une chaîne de télévision, présentée comme temporaire et destinée à « soutenir la culture », alors que les salles de spectacles, de concert et de cinéma, tout comme les musées et autres lieux de culture, sont fermés jusqu'à nouvel ordre. Le projet, soutenu par la ministre de la Culture Roselyne Bachelot et par le Conseil supérieur de l'audiovisuel, sera financé sur fonds propres par le groupe France Télévisions. À vocation éphémère, Culturebox sera diffusée en mode hertzien numérique sur tout le territoire métropolitain (pas en outre-mer), mais également sur le satellite, le câble, la télévision IP ainsi que sur la plateforme numérique france.tv. La chaîne est lancée le 1er février 2021 à 20 h 35. Elle récupère le canal no 19 en métropole, laissé vacant par l'arrêt de France Ô à la fin de l'été 2020. Alors que l'arrêt de la diffusion était acté à fin avril 2021, le ministère de la Culture annonce dans un communiqué le prolongement de la chaîne sur le canal no 14 en soirée à partir de 20 h 10. Culturebox devient ainsi une chaîne à mi-temps avec France 4 à partir du 3 mai 2021. Ce prolongement est censé être effectif jusqu'à l'arrêt de France 4,, prévu en août 2021. À la suite de l'annonce du maintien de France 4 par le président de la République Emmanuel Macron en mai 2021, une décision du 28 juillet 2021 acte l'arrêt de Culturebox en tant que chaîne de télévision à compter du 20 août 2021. Cependant, à la suite de la réorganisation de la ligne éditoriale de France 4, la marque culturelle de France Télévisions continue à diffuser ses programmes en soirée sur la chaîne récemment sauvée de la fermeture,.

En juin 2024, cinq journalistes de France TV sont « mis en retrait » pour avoir signé une tribune contre l’extrême droite. La direction leur a rappelé que « cet appel au vote s’avère incompatible avec le traitement de la campagne électorale sur l’ensemble des supports de France Télévisions ».

Identité visuelle

Habillages et logos

Ère du premier logo (1992-2002)

Le 7 septembre 1992, Antenne 2 et FR3 changent de nom en France 2 et France 3 et sont désormais regroupées au sein d'une nouvelle entité dénommée France Télévision (sans « s »). Pour souligner la complémentarité des deux chaînes, l'agence Gédéon créé des logos proches : le chiffre « 2 » rouge et le « 3 » bleu, avec le mot « France » inscrit dans le chiffre. Le logo commun rassemble les deux chiffres, encadrant verticalement le nom du groupe.

La loi du 1er août 2000 crée la holding France Télévisions (avec un « s » cette fois) rassemblant les chaînes France 2, France 3 et La Cinquième. Il faut donc changer le logo du groupe et une solution provisoire est trouvée : les logos des trois chaînes sont alignés au-dessus du nom du groupe.

Ère du deuxième logo (2002-2018)

En 2001, France Télévisions lance un appel d'offres pour un nouvel habillage. Ce dernier doit pouvoir évoluer et le nom du groupe doit apparaître en entier, ne pouvant être réduit à un sigle comme les autres groupes audiovisuels mondiaux tels que la BBC ou CNN, car « FTV » est déjà utilisé par Fashion TV. L'agence Gédéon remporte l'appel d'offres en créant un logo unicolore consistant en quatre écrans en mouvement surplombant le nom du groupe. Les graphistes se sont inspirés du logo de la BBC, en faisant pivoter les trois carrés noirs du groupe britannique. Les chaînes adoptent des nouveaux logos : un trapèze de couleur (rouge pour France 2, bleu pour France 3 et vert pour France 5 rappelant les couleurs RVB des écrans) avec le chiffre en blanc positionné à l'intérieur le long du côté droit. France Télévisions est désormais stylisé « francetélévisions », sans majuscules. Le groupe adopte également une nouvelle police d'écriture : elle abandonne le Franklin Gothic pour une version spéciale de l'Heldustry dans différentes graisses, où les accents des caractères accentués se retrouvent collés aux lettres. Ce nouvel habillage, d'un coût de 2,29 millions d'euros, est dévoilé le 7 janvier 2002.

Le 7 avril 2008, France Télévisions adopte une nouvelle identité visuelle, avec de nouveaux logos de chaînes avec un effet de relief. Le logo du groupe arbore désormais cinq écrans symétriques de cinq couleurs différentes représentant ses cinq chaînes : rouge pour France 2, bleu pour France 3, violet pour France 4, vert pour France 5 et orange pour France Ô.

Le 5 septembre 2011, les chaînes de France Télévisions changent d'habillage,. Avec l'arrivée du réseau Outre-mer 1re, le logo du groupe doit évoluer mais la direction ne veut pas rajouter un sixième écran jaune. France Télévisions adopte alors un logo provisoire affichant les six logos des six chaînes au-dessus du nom du groupe.

En octobre 2012, France Télévisions change de logo en enlevant ceux de ses chaînes et en ne gardant que son nom, tout attaché et écrit en deux graisses différentes pour différencier les mots « France » et « télévisions ».

Ère du troisième logo (2018-)

Le 29 janvier 2018, France Télévisions renouvelle les identités visuelles de toutes les entités du groupe. Ceux-ci sont réalisés par les agences Movement et Joosnabhan pour un coût de 1,4 million d'euros.

Depuis le 29 mars 2022, une nouvelle version du logo a fait son apparition : le •tv est désormais aux couleurs des différentes chaînes du groupe. Cette version du logo est utilisée par la plateforme en ligne du groupe, le site de France Télévisions et dans l'habillage à l'antenne.

Slogans

Organisation

Direction

Présidents-directeurs généraux

Du 10 août 1989 au 7 septembre 1992, les deux chaînes publiques, Antenne 2 et FR3, sont dirigés par un président commun nommé par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour un mandat de trois ans. Du 7 septembre 1992 au 22 août 2000, la holding France Télévision est dirigée par un président, également nommé par le CSA pour une durée de trois ans.

Depuis le 22 août 2000, France Télévisions est dirigée par un président-directeur général (PDG) nommé par le CSA pour un mandat de cinq ans. Entre la loi du 5 mars 2009 et celle du 15 novembre 2013, le PDG était nommé par l'exécutif, plus précisément par le président de la République, après avis conforme du CSA, de la commission des Affaires culturelles et de l'Éducation de l'Assemblée nationale et de la commission de la Culture, de l'Éducation et de la Communication du Sénat.

Présidents communs à Antenne 2 et FR3 Présidents de France Télévisions Présidents-directeurs généraux de France Télévisions Autres dirigeants Autres dirigeants (information, programmes & sports) Directeurs de l'information Directeurs des programmes Directeurs des sports   Comité exécutif

Le comité exécutif de France Télévisions est composé au 1er juillet 2019 de 15 membres :

Conseil d'administration

Le conseil d'administration de France Télévisions est composé, outre son président, de 14 membres dont le mandat est de cinq ans : deux parlementaires désignés par le Parlement, cinq représentants de l'État, cinq personnalités indépendantes nommées par l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique et deux représentants du personnel.

Le président du conseil d'administration est le président-directeur général de France Télévisions, il est nommé par l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique.

Comité d'éthique

En application de la loi du 14 novembre 2016 et de son décret d’application du 21 mars 2017, un comité d'éthique est créé visant à renforcer la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias. . Ce comité est composé de cinq personnalités indépendantes nommées pour trois ans et dont le mandat est renouvelable.

Capital

France Télévisions est détenue à 100 % par l'État français via l'agence des participations de l'État (APE).

Le capital social est fixé à la somme de 347 540 000 euros et divisé en 17 377 000 actions dont la valeur nominale est de 20 euros chacune.

Statut et missions

France Télévisions est une société nationale de programme dont les missions sont définies par l'article 44 de la loi no 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, modifiée par la loi no 2013-1028 du 15 novembre 2013 relative à l'indépendance de l'audiovisuel public. Elles sont également explicitées dans le cahier des charges de la société, fixé par le décret no 2009-1263 du 19 octobre 2009 portant approbation des statuts de la société nationale de programme France Télévisions. De plus, les orientations stratégiques du groupe font l'objet d'un Contrat d'Objectifs et de Moyens (COM) passé entre France Télévisions et son actionnaire, l’État, tous les cinq ans.

« France Télévisions est chargée de concevoir et programmer des émissions de télévision à caractère national, régional et local ainsi que des émissions de radio ultramarines. Elle édite et diffuse également plusieurs services de communication audiovisuelle, y compris des services de médias audiovisuels à la demande, répondant aux missions de service public définies par la loi et dans son cahier des charges.

Elle tient compte du développement des technologies numériques pour assurer l'accès de tous les publics à ses programmes.

France Télévisions reflète dans sa programmation la diversité de la société française et veille à engager une action adaptée pour améliorer la présence de cette diversité dans les programmes.

Lorsqu'ils diffusent des journaux télévisés, les services de la société France Télévisions disposent d'une ligne éditoriale indépendante. »

— Extrait de l'article 44 de la loi no 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication.

Données financières

Indicateurs financiers (en millions d'euros)
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Chiffre d'affaires 2 102,3 2 179,9 2 282,1 2 372,0 2 667,4 2 727,0 2 853,0 2 927,7 2 750,3 3 034,2
dont redevance audiovisuelle 1 259,8 1 431,8 1 470,5 1 499,5 1 632,7 1 796,8 1 834,3 1 879,5 1 945,3 2 412,4
Résultat net 38,5 36,1 53,2 14,2 25,4 23,9 13,0 22,2 - 78,4 19,7
Capacité d'autofinancement 370,4 74,1 106,0 117,0 136,3 146,8 141,8 82,6 - 11,6 172,4
Indicateurs financiers (en millions d'euros)
2010 2011, 2012, 2013 2014 2015 2016 2017 2018
3 140,0 3 107,7 3 186,1 3 032,6 3 018,1 3 020,9 3 054,2 3 107,2 3 084,2
2 472,7 indéterminé indéterminé 2 253 2 382 2 481,4 2 371,1 2 383,7 indéterminé
12,8 5,9 2,0 - 84,6 - 38,4 0,2 2,4 - 20 -128
146,6 indéterminé indéterminé 80,7 79,7 112,6 162,9 119,7 142,5

Siège

Depuis 1998, le siège de France Télévisions se trouve au 7, esplanade Henri-de-France, dans le 15e arrondissement de Paris. Conçu par l'architecte Jean-Paul Viguier, le bâtiment de 100 000 m2, dont 56 000 m2 de bureaux et de studios, a été construit de 1995 à 1998. Sous le bâtiment, se trouve un parking de 900 places. En 2010, une extension est créée par le même architecte sur la parcelle juste au sud du bâtiment existant, le long du boulevard du Général-Martial-Valin.

Le siège abrite les chaînes France 2 (auparavant située au 22, avenue Montaigne dans le 8e arrondissement), France 3 (auparavant située au 28 cours Albert-Ier dans le 8e), France 4 et France Info. La chaîne France 5 se trouve au 10, rue Horace-Vernet à Issy-les-Moulineaux, tandis que le réseau Outre-mer La 1re se situe au 35-37, rue Danton à Malakoff. Plusieurs sociétés du groupe ont leur siège ailleurs à Paris et en Île-de-France.

Le siège de France Télévisions est constitué de 7 plateaux.

Les studios Le Franay à Saint-Cloud fermés en juin 2023 étaient situés au 48, quai du Président-Carnot, 22, rue Marius-Franay, 48, avenue des Pâtures à Saint-Cloud dans les Hauts-de-Seine.

Les studios de la Filière Production sont situés au 14, rue des Cuirassiers à Lyon et au 24 Chemin de la Cépière à Toulouse.

Les studios de Vendargues sont situés au 1090, avenue des Bigos à Vendargues dans l'Hérault.

Studios situés au siège
Plateau Surface Émissions télévisées
A

(Studio Pierre-Sabbagh)

290 m2
B

(Studio Armand-Jammot)

280 m2
C

(Studio Pierre-Desgraupes)

560 m2
D

(Studio Jean-d'Arcy)

275 m2
E

(Studio Janine-Thiers)

300 m2
F 178 m2
Studio Batiment Valin
Atrium Gilles-Jacquier 250 m2
Studios Le Franay à Saint-Cloud (fermés en juin 2023)
Plateau Surface Émissions télévisées
Plateau A 500 m2
Plateau B 500 m2
Studio de Lyon
Plateau Surface Émissions télévisées
298 m2
Studio de Toulouse
Plateau Surface Émissions télévisées
450 m2
V Studios - Studios de Vendargues
Plateau Surface Émissions télévisées
Plateau A 1 100 m2
Plateau B 1 100 m2
Plateau C 1 133 m2
Plateau D 600 m2

Effectifs

Fin 2014, selon le rapport financier de France Télévisions, le groupe emploie 10 673 employés (équivalent temps plein), dont 9 069 permanents et 1 604 non permanents. Parmi les permanents, il y a 5 034 cadres (55,5 %), 2 633 journalistes (29,0 %), 1 320 techniciens et agents de maîtrise (14,6 %) et 82 employés et ouvriers (0,9 %).

Effectifs du personnel (en équivalent temps plein)
Année Total Permanents Non permanents
Total PTA journalistes Total PTA journalistes
2002 6 727 Non
communiqué
Non
communiqué
Non
communiqué
Non
communiqué
Non
communiqué
Non
communiqué
2003 6 897
2004 11 258
2005 11 400
2006 10 997
2007 10 580
2008 10 900
2009 10 211 8 555 6 003 2 552 1 656 1 285 371
2010 10 207 8 445 5 910 2 535 1 762 1 380 382
2011 10 397 8 406 5 859 2 548 1 991 1 540 451
2012 10 491 8 581 5 965 2 615 1 911 1 493 417
2013 10 120 8 562 5 934 2 629 1 558 1 232 326
2014 10 131 8 654 6 014 2 641 1 477 1 144 332
2015 9 932 8 531 5 930 2 600 1 401 1 087 314
2016 9 840 s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o.
2017 9 842 s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o.
2018 9 618 s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o.
2019 9 456 s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o.
2020 9 021 s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o.

Activités

Un véhicule satellite (VS) de France Télévision à Chambéry en octobre 2016.

La holding France Télévision a été créée le 7 septembre 1992 puis est devenue une entreprise commune, société nationale de programme, le 4 janvier 2010.

Le groupe France Télévision détient des chaînes de télévision généralistes, thématiques et locales ainsi que des stations de radio. Elle possède de nombreux sites web sur l'information, l'éducation, la jeunesse et propose des plateformes de création audiovisuelle et des services associés à ses chaînes. Elle compte plusieurs filiales comme des sociétés de production audiovisuelle ou des régies publicitaires.

La société est membre de l'Union européenne de radio-télévision (UER) depuis sa création.

Télévision

Chaînes de télévision
Logo Chaîne Date de création Actionnaires
France 2

Chaîne généraliste nationale, succédant à Antenne 2 (1975-1992)

7 septembre 1992 100 % France Télévisions
France 3

Chaîne généraliste nationale à vocation régionale et locale, succédant à France Régions 3 (1975-1992)

France 4

Chaîne généraliste nationale consacrée à la jeunesse, la famille et à la culture, succédant à Festival (1996-2005)

31 mars 2005
France 5

Chaîne généraliste nationale consacrée au décryptage, partage des savoirs et à la transmission des connaissances, succédant à La Cinquième (1994-2002)

7 janvier 2002
France Info

Chaîne d'information en continu en collaboration avec divers acteurs du service public

1er septembre 2016 France Télévisions, Radio France
TV5 Monde

Chaîne généraliste francophone internationale

2 janvier 1984 49 % France Télévisions
12,64 % France Médias Monde
+ 6 autres actionnaires
Arte

Chaîne franco-allemande culturelle à vocation européenne (via Arte France)

30 mai 1992 45 % France Télévisions
25 % État français
15 % Radio France, 15 % INA
Euronews

Chaîne pan-européenne d'information internationale en continu (via Euronews SA)

1er janvier 1993 88 % Media Globe Networks
10,73 % France Télévisions
+ 23 autres actionnaires
Africanews

Chaîne panafricaine d'information internationale en continu (via Euronews SA)

4 janvier 2016
Planète+ Crime

Chaîne thématique nationale consacrée au système judiciaire, succédant à Planète+ Justice (2007-2013)

27 octobre 2007 66 % Groupe Canal+
34 % France Télévisions
France TV Séries

Chaîne linéaire disponible sur la plateforme france.tv consacrée aux séries télévisées francophones. Elle diffuse de 09h00 à 00h30.

22 novembre 2023 100 % France Télévisions
France TV Docs

Chaîne linéaire disponible sur la plateforme france.tv consacrée aux documentaires français. Elle diffuse de 09h30 à 02h00.

22 avril 2024 100 % France Télévisions
Réseaux de chaînes de télévision de proximité
Logo Réseau Chaînes Date de création Actionnaires
Outre-mer La Première
(9 chaînes)
14 septembre 1954 100 % France Télévisions
Réseau régional France 3
(24 chaînes)
10 avril 1950
Chaînes régionales
(2 chaînes)
France 3 Via Stella 30 octobre 2007
France 3 NoA 11 septembre 2018
Chaînes cédées
Logo Chaîne Date de création vendue à / au Date de cession
France 24 30 novembre 2005 France Médias Monde 2009
Gulli 18 novembre 2005 Lagardère Active 29 octobre 2014
Histoire TV 14 juillet 1997 Groupe TF1 1er juillet 2004
Mezzo 21 mars 1998 Groupe Les Échos-Le Parisien (50 %)
Groupe Canal+ (50 %)
17 juillet 2019
Mezzo Live HD 7 avril 2010
Chaînes disparues
Logo Chaîne Date de création remplacée par Depuis le
Télé Emploi 28 mars 1994 17 avril 1994
France Supervision 7 septembre 1992 Mezzo 21 mars 1998
La Cinquième 13 décembre 1994 France 5 7 janvier 2002
Chaîne Régions 11 mai 1998 2 février 2003
RFO Sat 25 mars 1998 France Ô 25 février 2005
Festival 24 juin 1996 France 4 31 mars 2005
Gourmet TV 20 mars 2002 1er avril 2005
Ma Planète 5 novembre 2003 Planète Juniors 4 septembre 2007
Planète Juniors 4 septembre 2007 22 mars 2009
Tempo 1983 30 novembre 2010
Planète+ Thalassa 1er novembre 2002 31 décembre 2015
France Ô 25 février 2005 24 août 2020

Radio

Stations de radio
Logo Radio Date de création Actionnaires
Outre-mer La Première

Webradio nationale consacrée à la musique et à l'information des outre-mer succédant à Radio Ô (2008-2013) et Outre-mer Première (2013-2018)

21 juin 2008 100 % France Télévisions
Réseaux de radios de proximité
Logo Réseau Radios Date de création Actionnaires
Outre-mer La Première
(9 radios)
14 septembre 1954 100 % France Télévisions

Internet

Services Internet actuels
Logo Nom du service Description Note
France.tv Service de télévision de rattrapage et de vidéo à la demande Lancé depuis le 5 juillet 2010 sous le nom de francetv-pluzz
France Info Portail d'information Lancé en novembre 2011 sous le nom de francetv-info devenu France Info le 24 août 2016
France.tv Sport Portail sportif Lancé en juin 2010 existant en infrastructure de l'offre globale de France Info mais indépendamment du portail (depuis 2017)
Lumni Plateforme éducative de vidéos à la demande pour les parents, les élèves et les enseignants Lancée en novembre 2019
France.tv Slash Offre pour les jeunes adultes Disponible sur les réseaux sociaux et le site de france.tv (lancée début 2018)
Okoo Plateforme de vidéo à la demande pour la jeunesse Regroupe site internet, application, habillage d'antenne (France 3, France 4, France 5 et La 1re) lancée en décembre 2019
Culturebox Portail culturel Lancé en juin 2013 et intégré en 2017 dans l'offre globale (site, application, podcasts) de France Info et dans la rubrique culture de france.tv
Studio par France.tv slash Plateforme de web-séries Lancée en octobre 2012 et fusionnée dans la nouvelle web TV francetv-slash en avril 2019
Services Internet disparus
Logo Nom du service Description Note
Sites internet des chaînes Sites internet des chaînes du groupe (France 2, France 3, France 4, France 5, France Ô, Outre-mer 1re) Intégrés à la plateforme France.tv en 2017 et à France Info pour le réseau Outre-mer 1re
France.tv éducation Plateforme éducative de vidéos à la demande pour les parents, les élèves et les enseignants Lancés en 2015 et fusionnés dans Lumni en novembre 2019
Le Site.tv Site internet de vidéos à la demande réservés aux enseignants
Ludo Marque jeunesse regroupant site internet, application, web TV, habillage d'antenne (France 3 et France 4) et produits dérivés Remplacées par Okoo en décembre 2019
Zouzous Marque jeunesse (des 3 à 6 ans) regroupant site internet, application, web TV, habillage d'antenne (France 4 et France 5) et produits dérivés
Géopolis Portail d'information géopolitique Intégré en 2017 dans l'offre globale (site, application, podcasts) de France Info
Salto Plateforme de vidéo à la demande avec abonnement Lancée le 20 octobre 2020 par le Groupe M6, France Télévisions et le Groupe TF1
NOWU Média numérique à destination des jeunes sur l’environnement (enjeux liés au changement climatique et à la perte de la biodiversité), et conçu par France Télévisions afin de respecter des principes de « sobriété numérique »,. Lancé en septembre 2020 par France Télévisions et la Westdeutscher Rundfunk et disponible sur France Info à partir de septembre 2022, le site prend fin en décembre 2023.

Production audiovisuelle

Publicité

Édition et distribution

Twitch

Depuis le 22 janvier 2021, France Télévisions a lancé son portail sur la plate-forme Twitch.

Vérification des faits dans l'information

La rubrique de vérification des faits de France Télévisions, commune avec France Info, via une plateforme de vérification des faits de l'ensemble de l'audiovisuel public, qui a pour ambition, par son rythme quotidien, "de coller de près à l’actualité", afin "de démêler le vrai du faux dans l’actualité" et dans "les déclarations percutantes des femmes et des hommes politiques". Mise à contribution pour démentir ou relativiser les infox de la réforme des retraites 2023, elle fait partie des six rubriques de vérification des faits en France qui ont reçu une certification.

Diffusion des chaînes télévisées

Selon l'article 34-2 de la loi no 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, en France métropolitaine et en outre-mer, tout distributeur de services doit mettre gratuitement à disposition de ses abonnés les chaînes nationales de France Télévisions.

Les chaînes télévisées nationales du service public sont donc diffusées en numérique :

Les 24 antennes de proximité de France 3 sont diffusées dans toutes les régions de France métropolitaine et les 9 chaînes de proximité du réseau La 1re sont diffusées en outre-mer.

Jusqu'au 30 novembre 2011 date d'extinction de l'analogique en France France 2, France 3 et France 5 (en canal partagé avec Arte) était diffusé en analogique SECAM IIIB. En outre-mer, les chaînes du réseau Outre-mer 1re ont cessé d'émettre en analogique à la même date tandis que Tempo a coupé son signal le 30 novembre 2010 (date de la disparition de la chaîne).

Le 22 novembre 2016, France Télévisions cesse la diffusion en clair des chaînes France 2, France 3, France 4, France 5 et France Ô sur le satellite Eutelsat 5 West A.

Audiences du groupe

Télévision

En 2021, la part d'audience moyenne des chaînes de France Télévisions est de 28,9 %, permettant au groupe public d'être le premier de France, devant le groupe TF1 à 27,2 % et le groupe M6 à 14,5 %.

La part d'audience moyenne des chaînes de France Télévisions a baissé de plus de 11 points entre 2000 et 2018. Dans le détail, sur cette même période, France 2 a perdu 8,6 points, France 3 a perdu 7,4 points tandis que France 5 a gagné 1,7 points. De plus, France 4 a gagné 1,2 points entre 2007 et 2018. Cette baisse générale peut s'expliquer par l'arrivée de nouvelles chaînes avec la TNT lancée en 2005.

Audiences des chaînes de France Télévisions (en %)
Année France 2 France 3 France 4 La 5e /
France 5
France Ô France Info Total groupe
2000 22,1 16,8 Non
mesuré
1,8 Non
mesuré
Non
existante
40,7
2001 21,1 17,1 1,9 40,1
2002 20,8 16,4 2,4 39,6
2003 20,5 16,1 2,9 39,5
2004 20,5 15,2 3,0 38,7
2005 19,8 14,7 3,1 37,6
2006 19,2 14,7 3,1 37,0
2007 18,1 14,1 0,4 3,3 35,9
2008 17,5 13,3 0,9 3,0 34,7
2009 16,7 11,8 1,1 3,1 32,7
2010 16,1 10,7 1,6 3,2 31,6
2011 14,9 9,7 2,0 3,3 29,9
2012 14,9 9,7 2,1 3,5 30,2
2013 14,0 9,5 1,8 3,3 28,6
2014 14,1 9,4 1,6 3,2 0,5 28,8
2015 14,3 9,2 1,7 3,4 0,6 29,2
2016 13,4 9,1 1,9 3,4 0,8 28,6
2017 13,0 9,1 1,8 3,6 0,6 0,3 28,4
2018 13,5 9,4 1,6 3,5 Non
mesuré
0,4 28,4
2019 13,9 9,3 1,6 3,6 0,5 28,9
2020 14,1 9,4 1,2 3,5 0,7 28,9
2021 14,7 9,4 0,8 3,3 0,7 28,9
2022 14,8 9,4 Non mesuré 3,6 Non mesuré 0,9 28,7
2023 15,3 9,0 Non mesuré 3,5 Non mesuré 0,8 28,6

Sites web

En avril 2015, le site internet de France Télévisions a été victime d'une importante fuite de données, orchestrée par des pirates informatiques se faisant appeler "Linker Squad", concernant plus de 100 000 de ses contacts, annonce mercredi 15 avril 2015 le groupe audiovisuel public.

Le groupe se classe 2e sur les téléphones mobiles avec 4,838 millions de visiteurs uniques, derrière Le Figaro (5,147 millions) et 3e sur les tablettes avec 2,702 millions de visiteurs uniques, derrière Le Figaro (2,908 millions) et 20 minutes (2,814 millions).

En 2016, la société de journalistes de France.tv info estime à 33,8 millions le nombre de visites par mois pour le site web d'information de France Télévisions.

Conflits d'intérêts

Dans les années 1980, Catherine Nay poursuit sa carrière de commentatrice politique malgré sa liaison avec le ministre de la justice Albin Chalandon.

Les médias évoquent souvent la « jurisprudence Anne Sinclair » de 1997,, journaliste politique qui avait accepté, pour faire taire les critiques, de renoncer à son émission vedette 7 sur 7 lorsque son mari Dominique Strauss-Kahn occupait un poste de ministre en 1997. En avril 1992, le président François Mitterrand avait ainsi été interviewé à la télévision par Christine Ockrent et Anne Sinclair, toutes deux épouses de deux de ses ministres.

Dans les années 2000, sous Jacques Chirac, Béatrice Schönberg et Marie Drucker n'ont pas respecté la « jurisprudence Anne Sinclair » en demeurant présentatrices des grands journaux de France 2 et France 3, alors que Jean-Louis Borloo et François Baroin étaient ministres, n'y renonçant qu'au lancement officiel de la campagne présidentielle deux mois avant le vote pour le retrouver juste après concernant Marie Drucker. Tenant compte des critiques, Béatrice Schönberg a cependant accepté de quitter définitivement le JT quand Jean-Louis Borloo redevint ministre. Marie Drucker, compagne de François Baroin, a elle aussi accepté un peu plus tard de quitter l'ensemble des plateaux de télé pour n'y revenir qu’à l'issue de sa relation avec le ministre de l’Outre-mer en 2008.

Dans la décennie suivante, le secteur privé montre à nouveau l'exemple: dès septembre 2011, en pleine primaire socialiste, Valérie Trierweiler, compagne de François Hollande, cesse définitivement d'animer sur Direct 8 l'émission «2012 : Portrait de campagne». Une semaine après, Audrey Pulvar fut critiquée sur internet et twitter pour s'être affichée avec un autre candidat, Arnaud Montebourg, au QG de campagne, alors qu'elle participait au talkshow de Laurent Ruquier le samedi soir sur France 2, le CSA déclarant même que son temps de parole à l'antenne sera décompté de celui Arnaud Montebourg. Elle proteste, assurant que son compagnon « n'aura un rôle majeur que pendant les quelques jours », mais sera finalement contrainte de laisser définitivement sa place sur France Inter et France 2 dès qu'il sera nommé ministre de l’Économie. Les médias révèlent alors qu'un autre futur ministre, Michel Sapin, va épouser Valérie de Senneville, journaliste du quotidien Les Echos.

Audrey Pulvar jugera ensuite « injuste et injustifiée » la simple mise en retrait de Léa Salamé, fin mars 2019, des émissions qu’elle animait, pour la durée de la campagne électorale officielle de son époux Raphaël Glucksmann, tête de liste du Parti socialiste aux élections européennes de 2019. Cette décision avait pourtant été applaudie par Françoise Laborde, présidente d'honneur de l'association des femmes dans les médias. Son compagnon avait alors dit dans la presse people qu'il culpabilisait mais Léa Salamé avait ensuite repris la présentation de son émission politique dès que son compagnon fut élu chef de file des députés socialistes à Bruxelles, même si un proche des époux avait pourtant reconnu que la profession de journaliste « est tellement décriée qu'il faut savoir anticiper les ennuis et ne pas choquer le public » en cas de conflits d'intérêts. Peu avant, en septembre 2018, quand Roxana Maracineanu fut nommée ministre des Sports, son mari Franck Ballanger, journaliste sportif à Radio France, avait accepté de suspendre ses missions pendant toute la durée du mandat de son épouse.

France Télévisions annoncera une autre mise en retrait pour la durée de la campagne électorale, celle de Thomas Sotto, équipier de Léa Salamé, dans l'émission politique Élysée 2022, dont la presse a rapporté qu'il est depuis l'été 2021 en couple avec la responsable communication de Jean Castex. La décision sera cette fois prise dès décembre 2021 et Léa Salamé réagira en affirmant être « sous pression ». Conscient de la polémique suscitée, le journaliste déclare publiquement que la décision est « assez injuste » et qu'il doit s'y plier « pour tenir compte de notre époque, devenue très violente et qui a tendance à tout hystériser » mais confirme qu'il continuera à présenter Télématin ainsi que les éditions du JT de 20 heures le week-end, en joker de Laurent Delahousse.

Polémiques et condamnations

Émission On n'est pas couché et Éric Zemmour

Le 1er mars 2011, Éric Zemmour est condamné par le tribunal correctionnel de Paris pour provocation à la discrimination raciale à la suite de ses propos sur « les Noirs et les Arabes » tenus dans des émissions de Canal+ et France Ô. Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, puis la CGT, écrivent une lettre ouverte au président de France Télévisions, Rémy Pflimlin, lui demandant des sanctions contre le journaliste, comme sa suspension de l'émission On n'est pas couché. Mais le PDG refuse de désavouer Éric Zemmour et répond que « le service public est attaché aux valeurs humanistes et républicaines, mais c'est aussi le lieu où s'exprime la diversité des opinions dans le cadre légal »,.

Syndicat de la Magistrature

En 2013, à la suite de l'affaire du mur des cons, la direction de France Télévisions demande une mise à pied de Clément Weill-Raynal, le journaliste à l'origine des révélations, le Syndicat national des journalistes ayant estimé que « l'utilisation d’images volées dans un lieu privé, en l’occurrence les locaux du SM, est contraire à la déontologie professionnelle la plus élémentaire ».

Discrimination antiblancs

En septembre 2015, la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte déclare lors d'une interview sur Europe 1 qu'« on a une télévision d'hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que cela change ». Ces propos suscitent une controverse, Ernotte se retrouvant accusée de « racisme » notamment par l'ancien animateur de Nulle part ailleurs Philippe Gildas.

Article connexe : Racisme antiblanc.

Aide à la Fondation des Femmes

En 2016, deux syndicats de France Télévisions demandent des comptes à leur direction au sujet d'une aide de 7 000 euros accordée à la Fondation des Femmes, dont la dirigeante, Anne-Cécile Mailfert, est également, selon Le Canard Enchaîné, la compagne d'un proche de Delphine Ernotte. Les syndicats s'interrogent aussi sur l'attribution de la réalisation de trois clips contre les clichés sexistes au réalisateur Maxime Ruszniewski, administrateur de cette fondation.

Fichage de journalistes

En décembre 2018, France Télévisions est condamnée pour fichage illicite de cinq journalistes de la rédaction de France 3 Auvergne, qui avaient porté plainte pour des faits remontant à 2015.

Manipulation et retouche des images

En septembre 2019, le CSA met en demeure France Télévision pour une retouche d'image lors d'un reportage traitant d'une manifestation des Gilets jaunes diffusé au 19/20 du samedi 15 décembre 2018 de France 3, estimant que « la modification d’un élément de la photographie d’origine lors de sa reproduction à l’antenne altérait sa signification dans un contexte particulièrement sensible ».

Conflits d'intérêt et corruption

En janvier 2021, le journal Le Monde met en évidence l'incitation à la mise en avant de sujets européens en échange d'une part variable de la rémunération des rédacteurs en chef de France Télévisions.

Cloisonnement du journalisme d'investigation

Un livre-enquête du journaliste d'investigation Jean-Baptiste Rivoire publié en janvier 2022, dénonce les pressions d'Emmanuel Macron pour « faire taire le journalisme d’investigation » à la télévision,,,. Delphine Ernotte est en particulier accusée d'avoir supprimé le 27 janvier 2021 l'émission Pièces à conviction, diffusée sur France 3 depuis le 26 octobre 2000 et d'avoir « créé un guichet unique » à toutes les chaines de France Télévision, qui réduit à un seul décideur les choix en matière de journalisme d'investigation et réduit sa place alors que c'était jusque-là un des points forts du groupe. Léa Salamé, qui travaille pour la chaîne mais aussi pour France Inter, a renoncé à poser la question à la présidente de France Télévisions lors de l'interview de sa patronne sur la radio.

Condamnation pour licenciement abusif

En mars 2022, le conseil de prud'hommes a condamné la direction de France Télévisions à verser 45.000 euros d'indemnité et 100.000 euros de dommages-intérêts pour cause de licenciement « abusif » et « sans cause réelle ou sérieuse » du journaliste sportif Pierre-Etienne Léonard.

Manque de pluralisme

En 2022, le collectif #PasAvecMaRedevance dénonce l'absence de pluralisme et le manque d'impartialité à destination d'un public jeune de la plateforme internet France.tv Slash,.

Projet de privatisation et de fin de la redevance

Dès novembre 2021, le quotidien Le Monde observe que l'audiovisuel public est devenu « un enjeu démocratique au cœur de la présidentielle », et que sa privatisation est évoquée par les trois principaux rivaux d'Emmanuel Macron. Roselyne Bachelot, ministre de la culture, a en décembre 2021 écarté publiquement l'idée, avancée par trois des candidats à l'élection présidentielle,,, d'une privatisation de France Télévision . « Je suis évidemment vent debout contre la privatisation de l'audiovisuel public. Que ce soit Radio France ou France Télévisions, il s'agit d'un joyau », assure-t-elle, en rappelant que la redevance audiovisuelle n'est pas de 168 euros mais 138 euros. Éric Zemmour avait indiqué en octobre 2021 qu’il souhaitait la supprimer. Lors de son premier discours de campagne à Poissy, reçu par le Maire de la ville Karl Olive le 7 mars 2022, sous forme de questions/réponses retransmis en direct par toutes les chaînes d’informations en continues, le candidat/président Emmanuel Macron annonce lui aussi la suppression totale de la redevance télévisuelle dans son programme pour l’élection présidentielle 2022, avec pour explication de « redonner du pouvoir d’achat aux Français ». Sur le même sujet, Éric Zemmour avait poursuivi de son côté, quelques mois auparavant : vouloir en plus privatiser « en particulier France Inter et France Télévisions », en fustigeant un « machine de propagande inouïe, au service d’une idéologie qui déteste la France ». L'ex-président de la République François Hollande avait réagi en déclarant dans la presse que l'industriel Vincent Bolloré, déjà propriétaire de deux chaînes de télévisions, a « choisi Zemmour comme porte-parole de ses intérêts » tandis qu'une enquête révèle qu'Éric Zemmour a été favorisé par des milliardaires des médias actifs lors des trois présidentielles précédentes. Conseiller d'Éric Zemmour, le trentenaire Jonathan Nadler, banquier d’affaires chez JP Morgan, est chargé du projet, qui consiste à transférer aux conseils régionaux, sur le modèle espagnol, France 3 et France Bleu, pour ne privatiser que France 2, France Info TV, France Inter, le Mouv et FIP. Valérie Pécresse a de son côté déclaré le 23 septembre, que la privatisation n'était pas un « tabou » pour elle. Marine Le Pen avait été la première, dès le 8 septembre, à proposer les mêmes réformes dans un entretien au Figaro. En 2015, une proposition de loi rédigé par le député LR Patrick Balkany, visant à privatiser l'audiovisuel publié avait été écarté par l'Assemblée nationale.

En janvier 2022, alors que le Sénat auditionne de puissants industriels des médias comme Vincent Bolloré et Bernard Arnault sur la concentration des médias en France, le journaliste Jean-Baptiste Rivoire, en présentant son livre-enquête sur le sujet à l'Agence France-Presse,, a proposé que « l'Etat libére une partie de la taxe redevance audiovisuelle pour permettre aux citoyens qui le souhaitent d'en affecter 10% au média indépendant de leur choix ».

Notes et références

Notes

  1. PTA pour « Personnels techniques et administratifs »
  1. Assure la gestion quotidienne des journaux et magazines d'actualité pendant que Thierry Thuillier cumule les fonctions de directeur de France 2 et directeur de l'information de France Télévisions.
  2. Rapport financier 2004 de France Télévisions.
  3. Rapport financier 2005 de France Télévisions.
  4. Rapport financier 2006 de France Télévisions.
  5. Rapport financier 2007 de France Télévisions.
  6. Rapport financier 2008 de France Télévisions.
  7. Rapport financier 2009 de France Télévisions.
  8. Rapport financier 2010 de France Télévisions.
  9. Conjointement détenu à 60 % par Lagardère Active et à 40 % par France Télévisions

Références

  1. Sirene, (base de données)
  2. France Télévisions, « « Rapport annuel 2018 » - Volet financier », sur Issuu.com, 19 juillet 2019 (consulté le 15 décembre 2019)
  3. Martine Esquirou, « 1975: l'ORTF éclate et les chaînes publiques deviennent concurrentes », sur le site de Libération, 6 janvier 1995 (consulté le 17 janvier 2016).
  4. « Histoire de l'ORTF », sur L'Internaute (consulté le 17 janvier 2016).
  5. « 25 ans de TV5 Monde », sur le site de TV5 Monde, 2009 (consulté le 5 juin 2016).
  6. « 1991-2001 : Arte 10 ans », sur le site d'Arte, avril 2001 (consulté le 21 juin 2016).
  7. « Notre histoire : 1974 - 1989 », sur le site du groupe TF1 (consulté le 17 janvier 2016).
  8. Didier Mereuze, « Document », sur le site de La Croix, 20 avril 1996 (consulté le 17 janvier 2016).
  9. « Conseil des ministres du 23 mai 1989 - Présidence commune d'Antenne 2 et de FR3 », sur Vie-publique.fr, 23 mai 1989 (consulté le 17 janvier 2016).
  10. Yannick Dehée et Agnès Chauveau, Dictionnaire de la télévision française, Nouveau Monde éditions, 2007, 832 p. (ISBN 978-2-36583-809-2, lire en ligne).
  11. « Chronologie de la politique de l'audiovisuel », sur Vie-publique.fr (consulté le 17 juin 2016).
  12. « Création d'une société holding dont France 2 et France 3 seront les filiales », sur le site du Sénat (consulté le 17 juin 2016).
  13. « Pacs audiovisuel - Catherine Tasca », sur le site de Stratégies, 31 mars 2000 (consulté le 17 janvier 2016).
  14. « Mort de Philippe Guilhaume ex-président d'A2 et FR3 », sur le site des Échos, 16 août 1994 (consulté le 17 janvier 2016).
  15. « À propos de Mezzo », sur Play TV (consulté le 18 janvier 2016)
  16. Luis Rivas, « Euronews, l'information dans les langues de l'Europe », sur le site de l'Inist, 2004 (consulté le 21 juin 2016).
  17. "Les Cumulards La confiscation de l'argent, du pouvoir et de la parole" par Pierre Bitoun aux Editions Stock en 1998
  18. "Sauvons France Télévisions" par Francis Guthleben chez l'Éditeur Ginkgo en 2015
  19. Sylvie Briet, « Jean-Pierre Elkabbach s'est expliqué hier devant les salariés de France 2 », sur le site de Libération, 14 mai 1996 (consulté le 17 janvier 2016).
  20. Renaud Revel, « L'explosion du système Elkabbach », sur le site de L'Express, 16 mai 1996 (consulté le 17 janvier 2016).
  21. Marie-Dominique Arrighi, « Le choix de la raison pour France Télévision », sur le site de Libération, 3 juin 1996 (consulté le 17 janvier 2016).
  22. "France Télévisions, Off the Record. Histoires secrètes d'une télé publique sous influences" par Marc Endeweld chez l'Éditeur Flammarion, en septembre 2010
  23. Martine Esquirou, « Festival fait son cinéma à la télé », sur le site de Libération, 24 juin 1996 (consulté le 18 juin 2016).
  24. Martine Esquirou, « Le maintien de France Télévision dans TPS en question », sur le site des Échos, 4 octobre 2000 (consulté le 18 janvier 2016).
  25. « Le procès Barbie sur la chaîne Histoire », sur le site du Nouvel Observateur, 30 octobre 2000 (consulté le 18 juin 2016).
  26. « Lancement de la chaîne Mezzo », sur le site de Libération, 21 mars 1998 (consulté le 18 juin 2016).
  27. M. PE., « France 3 lance sa chaîne Régions ce soir », sur le site du Parisien, 11 mai 1998 (consulté le 18 juin 2016).
  28. Arthur Anthamatten, « Les régions sans télévision ? », sur toutelatele.com, 5 décembre 2002 (consulté le 18 juin 2016).
  29. Renaud Revel, « Le medialand de France Télévision », sur le site de L'Express, 26 février 1998 (consulté le 18 janvier 2016).
  30. Marie-Dominique Arrighi, « France Télévision, un siège pour deux », sur le site de Libération, 25 mai 1998 (consulté le 18 janvier 2016).
  31. Martine Esquirou, « Le gouvernement veut créer un super holding pour coiffer l'audiovisuel public », sur le site des Échos, 4 septembre 1998 (consulté le 18 janvier 2016).
  32. Franck Guillemard, « Marc Tessier conduira la mutation de France Télévision », sur le site de La Croix, 31 mai 1999 (consulté le 18 janvier 2016).
  33. « Les principales dispositions de la loi du 1er août 2000 », sur le site du ministère de la Culture, 30 avril 2016 (consulté le 18 janvier 2016).
  34. « Histoire de France Télévisions », sur le site de France Télévisions (consulté le 18 janvier 2016).
  35. « Marc Tessier a cinq ans pour réussir », sur le site de Stratégies, 1er septembre 2000 (consulté le 18 janvier 2016).
  36. « La chaise gastronomique Gourmet TV lancée courant septembre », sur telesatellite.com, 2 septembre 2001 (consulté le 21 juin 2016).
  37. « Nouvelle identité visuelle de France Télévisions », sur telesatellite.com, 7 janvier 2002 (consulté le 18 janvier 2016).
  38. « France Télévision change d'image », sur le site du Nouvel Observateur, 7 janvier 2002 (consulté le 18 janvier 2016).
  39. « Nouvelle identité visuelle de France Télévisions - 12 14. Édition nationale », sur le site de l'INA, 7 janvier 2002 (consulté le 18 janvier 2016).
  40. « TF1 monte au créneau au seinde TPS », sur le site du Nouvel Observateur, 31 décembre 2001 (consulté le 18 janvier 2016).
  41. « Naissance de Planète Thalassa », sur le site de Stratégies, 25 octobre 2002 (consulté le 18 janvier 2016).
  42. « Le droit de priorité du service public », sur le site du ministère de la Culture, 9 avril 2005 (consulté le 26 août 2016).
  43. Jérôme Roulet, « Régions s’éteint », sur toutelatele.com, 8 janvier 2003 (consulté le 18 juin 2016).
  44. « Arrêté du 21 juillet 2003 approuvant des prises de participation financière réalisées par les sociétés France Télévision et ARTE-France », sur Légifrance, 21 juillet 2003 (consulté le 18 juin 2016).
  45. Alexandre Raveleau, « Ma planète : la nouvelle chaîne des jeunes curieux », sur toutelatele.com, 22 octobre 2003 (consulté le 18 juin 2016).
  46. « Loi no 2004-669 du 9 juillet 2004 relative aux communications électroniques et aux services de communication audiovisuelle », sur Legifrance, 9 juillet 2004 (consulté le 18 juin 2016).
  47. « Réseau France Outre-mer s'appelle désormais France Ô », sur le site du Monde, 28 février 2005 (consulté le 18 juin 2016).
  48. Myriam Berber, « Carolis, nouveau patron de France Télévisions », sur le site de RFI, 6 juillet 2005 (consulté le 18 juin 2016).
  49. « Gulli arrivera en novembre sur la TNT », sur le site de TV Magazine, 14 septembre 2005 (consulté le 18 juin 2016).
  50. Marc Belpois, « Gulli à la loupe », sur le site de Télérama, 17 novembre 2011 (consulté le 18 juin 2016).
  51. « La CFII, c'est signé ! », sur le site de LCI, 30 novembre 2005 (consulté le 19 juin 2016).
  52. « Coup d'envoi de France 24 », sur le site du Nouvel Observateur, 8 décembre 2006 (consulté le 19 juin 2016).
  53. Daniel Psenny, « France Télévisions : inflation des coûts, baisse d'audience », sur le site du Monde, 26 janvier 2006 (consulté le 18 juin 2016).
  54. « La direction de France Télévisions publie un état des lieux sévère », sur telesatellite.com, 26 janvier 2006 (consulté le 18 juin 2016).
  55. "Politiques versus journalistes – Enquête sur un scandale démocratique" par Abdellatif El Azizi, dans le Courrier de l'Atlas le 13 janvier 2022 lecourrierdelatlas.com
  56. Guillaume Champeau, « France Télévisions et le service public de VOD », sur Numerama, 27 septembre 2006 (consulté le 19 juin 2016).
  57. « 400 000 membres au club des téléspectateurs de France Télévisions », sur le site de Télé 2 semaines (consulté le 19 juin 2016).
  58. Émilie Lopez, « CanalSat accueille Planète Justice », sur toutelatele.com, 2 octobre 2007 (consulté le 19 juin 2016).
  59. « France Télévisions fait de 2008 "l'année de la réforme" », sur le site de Challenges, 3 décembre 2007 (consulté le 19 juin 2016).
  60. Marie Bénilde, « La télévision publique libérée de ses chaînes ? », sur Le Monde diplomatique, 1er février 2008 (consulté le 5 mai 2020)
  61. Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, « Et Sarkozy zappa la pub de la télévision publique », sur le site du Monde, 12 février 2008 (consulté le 19 juin 2016).
  62. « Deux ans et demi de débats sur la publicité à France Télévisions », sur le site du Monde, 21 septembre 2010 (consulté le 19 juin 2016).
  63. Clémence Dunand, « La saga de la suppression de la publicité sur France Télévisions », sur le site des Échos, 1er octobre 2010 (consulté le 19 juin 2016).
  64. Alexandre Raveleau, « Nouvelle identité visuelle pour France Télévisions », sur toutelatele.com, 2 avril 2008 (consulté le 19 juin 2016).
  65. Julie de Meslon, « France Télévisions se met à l'heure des télés 16/9 », sur 01net, 7 avril 2008 (consulté le 19 juin 2016).
  66. « C'est la nuit prochaine que France 4 passe au format 16/9 », sur telesatellite.com, 2 juillet 2008 (consulté le 19 juin 2016).
  67. « France Télévisions : Paris dément toute mainmise », sur le site de Challenges, 26 juin 2008 (consulté le 19 juin 2016).
  68. Paule Gonzalès, « Sarkozy bouleverse les soirées à la télévision », sur le site du Figaro, 26 juin 2008 (consulté le 19 juin 2016).
  69. « Ni pub mais soumise », sur le site de Libération, 1er juillet 2008 (consulté le 19 juin 2016).
  70. Maud Pierron, « Carolis se rebelle », sur le site du Journal du dimanche, 2 juillet 2008 (consulté le 19 juin 2016).
  71. « Un site internet mobile pour France Télévisions », sur jeanmarcmorandini.com, 21 janvier 2009 (consulté le 19 juin 2016).
  72. « Planète Juniors cesse d'émettre le 22 mars 2009 », sur telesatellite.com, 22 mars 2009 (consulté le 19 juin 2016).
  73. « Dès le 27 juin, France 3 voit plus large avec le 16/9 », sur jeanmarcmorandini.com, 25 juin 2009 (consulté le 19 juin 2016).
  74. « Le départ de TF1 et France Télévisions adoubé par le CE de France 24 », sur le site de 20 minutes, 9 janvier 2009 (consulté le 21 juin 2016).
  75. « Projet de loi relatif à la communication audiovisuelle et au nouveau service public de la télévision », sur le site du Sénat (consulté le 21 juin 2016)
  76. « La réforme de l’audiovisuel public », sur le site du ministère de la Culture, 3 août 2009 (consulté le 19 juin 2016).
  77. Aurélie Frex, « France Télévisions change de tête », sur le site d'Europe 1, 23 août 2010 (consulté le 19 juin 2016).
  78. « Thierry Thuillier remplace Arlette Chabot », sur le site du Parisien, 21 août 2010 (consulté le 19 juin 2016).
  79. « France Télévisions Pub pour 2,6 M€ », sur le site du Figaro, 19 février 2010 (consulté le 19 juin 2016).
  80. Emmanuel Berretta, « Bruxelles somme la France d'abolir la taxe télécoms », sur le site du Point, 30 septembre 2009 (consulté le 19 juin 2016).
  81. Catherine Lama, « Réseau France Outre Mer va désormais s'appeler Réseau Outre-Mer 1re », sur francetvinfo.fr, 13 octobre 2010 (consulté le 19 juin 2016).
  82. « Nouvelles écritures à France Télévisions: une quarantaine de projets numériques », sur le site de L'Express, 30 janvier 2013 (consulté le 20 juin 2016).
  83. « EXCLU: France Télévisions change d'habillage le lundi 5 septembre », sur jeanmarcmorandini.com, 22 août 2011 (consulté le 20 juin 2016).
  84. « Exclusif : France 3 changera d'habillage le 5 septembre », sur blog.lenodal.com, 25 juillet 2011 (consulté le 20 juin 2016).
  85. Solange Brousse, « Quatre et Playgrnd remodèlent le site de catch-up TV de France Télévisions », sur le site de Stratégies, 9 juillet 2012 (consulté le 20 juin 2016).
  86. Enguérand Renault, « France TV : Rémy Pflimlin confirme le plan d'économies », sur le site du Figaro, 11 septembre 2012 (consulté le 20 juin 2016).
  87. « Vers une rédaction unifiée à France Télévisions », sur le site du Point, 12 septembre 2012 (consulté le 20 juin 2016).
  88. « France TV à 49% dans TV5Monde », sur le site du Figaro, 19 juillet 2013 (consulté le 21 juin 2016).
  89. Gilles Wybo, « France Télévisions obtient le label diversité », sur le site de Stratégies, 19 mars 2014 (consulté le 20 juin 2016).
  90. « France Télévisions : des grèves quotidiennes en attendant le prochain président », sur le site du Parisien, 10 février 2015 (consulté le 20 juin 2016).
  91. Marc Endeweld, « France Télévisions : des salariés à bout de nerfs », sur le site de Marianne, 16 février 2015 (consulté le 20 juin 2016).
  92. "NAGUI, UN ENFANT DE LA TÉLÉ" par René Chiche, publié chez Mareuil Éditions, en octobre 2021
  93. Alexis Delcambre, « Delphine Ernotte sera la première présidente de France Télévisions », sur le site du Monde, 23 avril 2015 (consulté le 20 juin 2016).
  94. « Les modifications législatives apportées par la loi du 15 novembre 2013 », sur le site du ministère de la Culture, 5 février 2014 (consulté le 20 juin 2016).
  95. Benoît Daragon, « Delphine Ernotte à France Télévisions : le président du CSA s'explique », sur le site de France Info, 26 mai 2015 (consulté le 20 juin 2016).
  96. Francis Guthleben, « France Télévisions : la nomination de Delphine Ernotte contestée. Un scandale prévisible », sur le site de L'Obs, 9 juillet 2015 (consulté le 20 juin 2016).
  97. Benjamin Meffre, « France Télévisions : La nomination de Delphine Ernotte validée par le Conseil d'Etat », sur PureMédias, 4 février 2016 (consulté le 20 juin 2016).
  98. Richard Sénéjoux, « Ce que l'on sait de la nouvelle chaîne d’info publique », sur le site de Télérama, 18 mars 2016 (consulté le 20 juin 2016).
  99. Julien Bellver, « franceinfo:, la petite nouvelle des chaînes infos », sur PureMédias, 11 juillet 2016 (consulté le 11 juillet 2016).
  100. Guillaume Lamy, « Pourquoi France Télévisions s'est retirée d'Euronews », sur le site de Lyon Capitale, 16 octobre 2015 (consulté le 21 juin 2016).
  101. Marc Belpois, « Planète+ Thalassa s'arrête et tout le monde s'en fout », sur le site de Télérama, 9 décembre 2015 (consulté le 20 juin 2016).
  102. Daniel Psenny, « Michel Field, en défiance », sur le site du Monde, 29 avril 2016 (consulté le 21 juin 2016).
  103. Le site « FranceTVInfo » disparaît pour devenir « franceinfo », le Monde, 23 août 2016
  104. Cour des comptes, « France Télévisions : mieux gérer l’entreprise, accélérer les réformes », 24 octobre 2016 (consulté le 18 décembre 2016)
  105. France Télévisions : la Cour des comptes dresse un portrait au vitriol, lesechos.fr, 24 octobre 2016
  106. Les salaires mirobolants de France Télévisions, lefigaro.fr, 31 octobre 2016
  107. Panique à France Télévisions : les gros salaires épinglés, leparisien.fr, 2 novembre 2016
  108. France Télévisions, « De nouveaux objectifs régionaux • Communiqué de Presse », 15 décembre 2016 (consulté le 18 décembre 2016)
  109. Enguérand Renault, « France Télévisions lance la réforme de France 3 », sur Le Figaro, 15 décembre 2016 (consulté le 18 décembre 2016)
  110. Alexis Delcambre, « France Télévisions lance une nouvelle plate-forme numérique », sur Le Monde, 9 mai 2017 (consulté le 15 décembre 2019)
  111. « La nouvelle identité visuelle de France Télévisions », sur Blog.lenodal.com, 29 janvier 2018 (consulté le 30 janvier 2018)
  112. « France 4, France Ô, gouvernance: ce qu'il faut retenir du plan de réforme de l'audiovisuel public », sur LExpress.fr, 4 juin 2018 (consulté le 5 août 2020)
  113. « France 4 et France Ô vont cesser d'émettre le 9 août », sur www.20minutes.fr (consulté le 5 août 2020)
  114. « Salto, l’anti-Netflix de France TV, TF1 et M6, est annoncé pour 2020 », Le Monde,‎ 13 août 219 (lire en ligne)
  115. Le Figaro avec AFP, « France Télévisions à l'équilibre en 2020 pour la 5ème année consécutive », sur Le Figaro.fr, 19 décembre 2019 (consulté le 23 décembre 2019)
  116. « France Télévisions : un budget 2020 à l’équilibre », sur CB News (consulté le 23 décembre 2019)
  117. « Delphine Ernotte veut rester à la tête de France Télévisions jusqu'à fin 2022 », sur Les Echos, 7 janvier 2020 (consulté le 7 janvier 2020)
  118. Caroline Sallé, « France Télévisions : Delphine Ernotte candidate à sa propre succession », sur Le Figaro.fr, 7 janvier 2020 (consulté le 7 janvier 2020)
  119. « France Télévisions : Delphine Ernotte candidate à sa propre succession », sur Libération.fr, 7 janvier 2020 (consulté le 7 janvier 2020)
  120. Thomas Mendelssohn et Mis à jour le 17/04/20 10:56 Linternaute.com, « France 4 : nouvel emploi du temps de cours, quels sont les horaires ? », sur www.linternaute.com (consulté le 5 mai 2020)
  121. « Jean-Paul Philippot n'ira pas chez France Télévisions », sur L'Echo, 22 juillet 2020 (consulté le 15 février 2021)
  122. « Jean-Paul Philippot n’ira pas à France Télévisions », sur Télépro, 23 juillet 2020 (consulté le 15 février 2021)
  123. Pauline Achard, « Huit candidats pour diriger France Télévisions », sur Libération (consulté le 15 février 2021)
  124. « L'arrêt de la chaîne France 4 reporté d'un an, celui de France Ô confirmé à partir du 23 août », sur Franceinfo, 4 août 2020 (consulté le 25 août 2020)
  125. Ministère de la Culture, Décret n° 2020-1055 du 14 août 2020 portant modification du cahier des charges de la société nationale de programme France Télévisions, 14 août 2020 (consulté le 23 août 2020).
  126. « Arrêt de la diffusion du service France Ô et passage en haute définition des services Franceinfo: en métropole et Outre-mer La 1ère en outre-mer - CSA - Conseil supérieur de l’audiovisuel », sur www.csa.fr (consulté le 23 août 2020).
  127. « France 4 sauvée jusqu'en 2021, France Ô s'arrêtera fin août », sur ozap.com (consulté le 5 août 2020)
  128. « France 4 sauvée, "une excellente nouvelle" pour le numéro 2 de France Télé », sur Europe 1 (consulté le 24 août 2022)
  129. « France Télé diffusera un film chaque soir pendant le couvre-feu », sur www.20minutes.fr (consulté le 21 octobre 2020)
  130. "Comment les milliardaires "fabriquent" nos présidents", le 15 décembre 2022 dans Le Média
  131. "La « concentration-droitisation » des médias fausse le jeu démocratique" le 26 octobre 2021 dans L'Obs
  132. "Concentration des médias : la France au cœur d’un grand Monopoly" par Pierre Manière, le 11 janvier 2022 dans La Tribune
  133. 3France Télévisions: Accusé de partialité, le CSA rejette des «accusations infondées» par l'AFP, reprise dans 20 Minutes le 04/06/15
  134. France Télévisions : la mise au point du CSA par Caroline Sallé, dans Le Figaro le 4 juin 2015
  135. "L'élysée (et les oligarques) contre l'info", par Jean-Baptiste Rivoire, publié le 12 janvier 2022 aux Editions Les liens qui libèrent
  136. Jean-Baptiste Rivoire - "L’Élysée et les oligarques contre l’info", entretien avec le journaliste André Bercoff sur Sud Radio
  137. "LA LIBERTÉ D’INFORMER EST EN DANGER DE MORT" par Denis Robert, sur la Web TV Blast
  138. "Des révélations sur Emmanuel Macron menacées de censure", par Théophile Kouamouo sur Le Média, avec Jean-Baptiste Rivoire, cofondateur de "Off-investigation" et Jean-Christophe Parant, président de Dot Dot Media , site=youtube.
  139. "Jean-Baptiste Rivoire : « Bolloré a supprimé les enquêtes à Canal+ et Delphine Ernotte a créé un guichet unique pour les documentaires »" par Anne Sogno le 1er novembre 2021 dans L'Obs
  140. "Ce que Léa Salamé n'a pas demandé à la patronne de France Télé. Ou comment ignorer un livre-enquête contenant des informations sur Delphine Ernotte" par Loris Guémart le 13 janvier 2022 dans Arrêts sur images arretsurimages.net
  141. "Éric Zemmour "censuré" sur France Télévisions?" par Audrey Kucinskas, dans L'Express le 9 novembre 2018
  142. Emission "Quotidien" du 18 novembre 2021
  143. "Présidentielle 2022 : comment s'est déroulé le débat entre Éric Zemmour et Bruno Le Maire ?", sur France Télévisions le 10 décembre 2021
  144. "Elysée 2022 : le comportement de Léa Salamé face à Éric Zemmour sidère les téléspectateurs" par Télé Sept Jours le 10 décembre 2021
  145. A France Télévisions, les rédacteurs en chef incités à parler davantage d’Europe, dans les colonnes du quotidien Le Monde, le 18 janvier 2021
  146. Etienne Campion, Des journalistes de France TV mieux payés s'ils parlent de l'UE ? Le rêve européen à marche forcée, marianne.net, 19 janvier 2021
  147. Adrien Franque, Roselyne Bachelot encense le nouveau chef du service politique de France Télévisions et agace la rédaction, liberation.fr, 19 mars 2021
  148. Caroline Sallé et Enguérand Renault, Cyril Graziani en route pour prendre la tête du service politique de France Télévisions, lefigaro.fr, 11 mars 2021
  149. « France Télévisions lance Culturebox, une chaîne éphémère pour soutenir la culture », sur Franceinfo, 22 janvier 2021 (consulté le 22 janvier 2021).
  150. « France Télévisions va lancer "Culturebox", une chaîne éphémère pour soutenir la culture », sur Europe 1 (consulté le 22 janvier 2021).
  151. Jonathan, « (MàJ) Concernant la diffusion de la chaîne éphémère « Culturebox » en Outre-Mer ! », sur ActuMédias Outre-Mer (consulté le 28 janvier 2021).
  152. « La chaîne Culturebox lancée lundi sur le canal 19 », sur ladepeche.fr (consulté le 27 janvier 2021)
  153. « Covid-19 : la chaîne Culturebox, créée pour aider la culture, est prolongée jusqu'en août », sur Franceinfo, 17 avril 2021 (consulté le 17 avril 2021)
  154. « Culturebox : la chaîne éphémère de France Télévisions qui soutient la culture est prolongée », sur service-public.fr, 22 avril 2021 (consulté le 28 avril 2021)
  155. Décret no 2020-1055 du 14 août 2020 portant modification du cahier des charges de la société nationale de programme France Télévisions
  156. « Emmanuel Macron annonce la sauvegarde de France 4 », sur lefigaro.fr (consulté le 16 juin 2021).
  157. « Décision n° 2021-869 du 28 juillet 2021 portant abrogation des décisions n° 2021-26 du 25 janvier 2021 et n° 2021-419 du 28 avril 2021 modifiant la décision n° 2005-116 du 30 mars 2005 modifiée attribuant à la société nationale de programme France 4 une ressource radioélectrique pour la diffusion par voie hertzienne terrestre en mode numérique du service de télévision à caractère national dénommé « France 4 » », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 15 août 2022)
  158. « Le CSA donne un avis favorable au nouveau départ de France 4 le 21 août articulé autour de Okoo et Culturebox sans publicité | Offremedia », sur www.offremedia.com (consulté le 16 août 2022)
  159. « France Télévisions : Culturebox pérennisée "pour toujours" sur le canal 14 en soirée », sur ozap.com (consulté le 16 juin 2021).
  160. « Législatives : cinq journalistes de France TV «mis en retrait» pour avoir pris position », sur Le Figaro, 21 juin 2024 (consulté le 23 juin 2024)
  161. Cinq journalistes de France TV « mis en retrait » pour avoir signé une tribune contre l’extrême droite, leparisien.fr, 21 juin 2024
  162. Julien Baldacchino, France Télévisions : Histoires d'habillages (mémoire), 2012, 106 p. (lire en ligne ).
  163. « Typographie France Télévisions », sur blog.lenodal.com, 7 novembre 2006 (consulté le 29 juin 2016).
  164. « La nouvelle identité visuelle de France Télévisions », 29 janvier 2018
  165. https://www.francetelevisions.fr/et-vous
  166. « Cela s'est passé un 20 décembre », sur le site du Nouvel Observateur, 17 décembre 1999 (consulté le 22 juin 2016).
  167. « Thierry Thuillier, nouveau directeur des programmes de France 2 », sur le site de Challenges, 21 octobre 2013 (consulté le 22 juin 2016).
  168. « Un nouveau directeur de l'information pour France Télévisions », sur le site des Échos, 7 avril 2014 (consulté le 22 juin 2016).
  169. C.L., « France Télévisions : Pascal Golomer reste directeur de l’information », sur le site de Télé 2 semaines, 22 juillet 2015 (consulté le 22 juin 2016).
  170. Claire Barrois, « France Télévisions: Yannick Letranchant succède à Michel Field comme directeur de l’information » , sur 20 minutes.fr, mis en ligne le 30 mai 2017
  171. Yann Verdo, « Emmanuelle Guilbart Programmatrice en chef de France Télévisions », sur le site des Échos, 15 septembre 2010 (consulté le 22 juin 2016).
  172. « France Télévisions: Pflimlin supprime les directions de chaîne », sur le site de 20 minutes, 28 janvier 2013 (consulté le 22 juin 2016).
  173. Enguérand Renault, « Caroline Got devient directrice de la stratégie et des programmes de France Télévisions », sur le site du Figaro, 20 juillet 2015 (consulté le 22 juin 2016).
  174. « Jean Réveillon », sur le site de la DGMIC, 8 juillet 2008 (consulté le 31 août 2016).
  175. Bertrand-Régis Louvet, « Patrick Chêne : "Je n´arrive pas comme Zorro" », sur le site du Parisien, 31 août 2016 (consulté le 31 août 2016).
  176. « Charles Biétry remplace Patrick Chêne à la direction des sports de France Télévision », sur le site de Stratégies, 2 mai 2000 (consulté le 31 août 2016).
  177. « Frédéric Chevit », sur le site de Stratégies, 9 novembre 2001 (consulté le 31 août 2016).
  178. « Bilalian prend la direction des sports », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, 3 février 2005 (consulté le 2 octobre 2016).
  179. « Laurent-Éric Le Lay remplace Daniel Bilalian à la direction des sports de France Télévisions », sur telesatellite.com, 27 septembre 2016 (consulté le 28 septembre 2016).
  180. « Comité exécutif », sur francetelevisions.fr (consulté le 22 août 2019).
  181. « Conseil d'administration », sur le site de France Télévisions (consulté le 22 juin 2016).
  182. « Comité d'éthique », sur FranceTélévision, Site institutionnel (consulté le 3 septembre 2019)
  183. « Décret no 2009-1263 du 19 octobre 2009 portant approbation des statuts de la société nationale de programme France Télévisions », sur Légifrance (consulté le 23 juin 2016).
  184. « Missions de France Télévisions », sur le site de France Télévisions (consulté le 22 juin 2016).
  185. « Article 44 de la loi no 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication », sur Légifrance, 17 novembre 2013 (consulté le 22 juin 2016).
  186. Cour des comptes, « Rapport financier - France Télévisions », sur Ccomptes, 24 octobre 2016 (consulté le 16 décembre 2019).
  187. Cécile Ducourtieux et Xavier Ternisien, « France Télévisions : le budget pourrait être difficile à tenir », sur le site du Monde, 31 mai 2012 (consulté le 23 juin 2016).
  188. Grégoire Poussielgue, « France Télévisions s'en tire mieux que prévu en 2013 », sur lesÉchos, 11 avril 2014 (consulté le 23 juin 2016).
  189. « Rapport financier 2014 », sur le site de France Télévisions, 8 juillet 2015 (consulté le 22 juin 2016).
  190. Marina Alcaraz, « France Télévisions : un résultat net à l'équilibre mais le résultat d'exploitation déçoit », sur le site des Échos, 15 avril 2016 (consulté le 23 juin 2016).
  191. « Rapport annuel 2016 », sur francetelevisions.fr
  192. « Rapport annuel 2017 », sur francetelevisions.fr
  193. « Rapport annuel 2018 », sur francetvpro.fr, 10 mai 2019 (consulté le 14 décembre 2019)
  194. « Venir à France Télévisions », sur le site de France Télévisions (consulté le 22 juin 2016)
  195. « France Télévision - 1998 », sur le site de Jean-Paul Viguier (consulté le 22 juin 2016).
  196. « Extensions de France Télévisions - 2010 », sur le site de Jean-Paul Viguier (consulté le 22 juin 2016).
  197. E.L.M., « France 2 et France 3 vendent leur mobilier », sur le site du Parisien, 4 septembre 1998 (consulté le 22 juin 2016).
  198. « Venir à France 5 », sur le site de France 5 (consulté le 22 juin 2016).
  199. « Contacter Outre-Mer 1re », sur le site d'Outre-Mer 1re (consulté le 22 juin 2016).
  200. « Les infrastructures de France Télévisions – Studios », sur oezratty.net, 8 février 2012 (consulté le 22 juin 2016).
  201. « Pourquoi le "13 Heures" et le "20 Heures" de France 2 changent de studio tout l'été ? », sur ozap.com, 4 juillet 2023 (consulté le 26 août 2023)
  202. « Rapport 2004 », sur performance-publique.budget.gouv.fr, 2004 (consulté le 22 juin 2016).
  203. « Rapport 2008 - L'État actionnaire », sur le site de La Documentation française, 2008 (consulté le 22 juin 2016).
  204. Gilles Wybo, « France Télévisions oppose un démenti au rapport Martinel sur sa gestion de l'emploi », sur le site de Stratégies, 29 novembre 2012 (consulté le 22 juin 2016)
  205. « Les comptes de France Télévisions : quelle ambition pour la télévision publique ? », sur le site du Sénat (consulté le 22 juin 2016).
  206. Jamal Henni, « France Télévisions peine à réduire ses effectifs », sur le site de BFM Business, 21 juin 2015 (consulté le 22 juin 2016).
  207. « FRANCE TELEVISIONS - Bilans », sur www.verif.com (consulté le 29 décembre 2019)
  208. (en) « Rapport Annuel FTV 2019 by France Télévisions - Issuu », sur issuu.com (consulté le 22 août 2022)
  209. (en) « Rapport annuel 2020 by France Télévisions - Issuu », sur issuu.com (consulté le 22 août 2022)
  210. « Membres de l'UER », sur le site de l'UER (consulté le 4 juillet 2016).
  211. Vidéo de lancement de la chaîne
  212. Vidéo de lancement de la chaîne
  213. « Nowu, un média pour aider les jeunes à agir pour le climat », sur Télérama, 17 janvier 2022 (consulté le 19 mai 2022).
  214. « Nowu, un nouveau média pour accompagner la jeunesse vers 2050 », sur franceinter.fr (consulté le 19 mai 2022).
  215. « La sobriété numérique pour un web plus vert », sur France tv lab (consulté le 19 mai 2022).
  216. (en) « NOWU, the new eco-responsible media outlet of France Télévisions », 21 avril 2022 (consulté le 19 mai 2022).
  217. « Vous ne verrez plus Nowu, France.tv met fin à son média écoresponsable pour les jeunes », sur www.telerama.fr, 8 décembre 2023 (consulté le 20 février 2024)
  218. "Cinq sites pour vous aider à démasquer les fake news" par Solange Recorbet le 8 avril 2020 dans le quotidien régionale Le Progrès
  219. "Éducation aux médias et à l’information : 5 sites de presse qui font la chasse aux fake news", par Fidel Navamuel, le 26 mars 2023
  220. "Le manuel de journalisme" en 2022 aux Editions Ellipses
  221. « Article 34-2 - Loi no 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication », sur Légifrance, 31 juillet 2011 (consulté le 24 juin 2016).
  222. « Fin du clair pour les chaînes France Télévisions sur Eutelsat 5 West A », 2016,‎ 23 septembre 2016 (lire en ligne, consulté le 23 septembre 2016)
  223. « Les chiffres », sur France tv & vous (consulté le 3 décembre 2020)
  224. « Audiences annuelles 2021 : TF1 leader en hausse, F2 au top réduit l'écart, records historiques pour CNews et RMC Story », sur www.ozap.com (consulté le 5 janvier 2021)
  225. « Médiamat annuel 2008 », sur le site du Figaro, 29 décembre 2008 (consulté le 24 juin 2016).
  226. « Médiamat annuel 2010 », sur lorrainenumerique.net, 3 janvier 2011 (consulté le 24 juin 2016).
  227. « Médiamat annuel 2012 », sur sporsora.com, 7 janvier 2013 (consulté le 24 juin 2016).
  228. Thierry Wojciak, « Mediamat annuel 2014 : TF1 consolide, RMC Découverte HD 24 performe », sur le site de CB News, 5 janvier 2015 (consulté le 24 juin 2016).
  229. « Médiamat annuel 2015 », sur le site de Médiamétrie, 11 janvier 2016 (consulté le 24 juin 2016).
  230. « Audiences télé. En 2016, M6 et la TNT progressent, TF1 et France 2 perdent du terrain », sur Actu.fr, 3 janvier 2017 (consulté le 20 février 2018).
  231. Charles Decant, « Audiences annuelles 2017 : TF1 et France 2 limitent la casse, M6 très faible, France 5 devant C8 et TMC », sur le site de PureMédias, 2 janvier 2018 (consulté le 2 janvier 2018).
  232. « TF1 reste en tête des audiences TV 2019 mais tombe sous les 20% », sur www.20minutes.fr (consulté le 3 décembre 2020).
  233. Benjamin Meffre, « Audiences annuelles 2019 : Les chaînes TF1 et M6 au plus bas, le service public en forme, record pour LCI et L'Equipe », sur ozap.com, 31 décembre 2019 (consulté le 31 décembre 2019).
  234. « L'audience de la télévision en 2020 », sur médiamétrie.fr (consulté le 4 janvier 2021)
  235. « Piraté, France Télévisions a été victime d'une importante fuite de données », Le Monde,‎ 15 avril 2015 (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2019)
  236. « Projet loi de finances pour 2016 - Audiovisuel », sur le site de l'Assemblée nationale, 8 octobre 2015 (consulté le 24 juin 2016).
  237. Marc Baudriller, « France Télévisions: la fronde contre la chaîne d’information publique prend de l’ampleur », sur le site de Challenges, 15 mars 2016 (consulté le 24 juin 2016).
  238. "Journalistes et politiques : liaisons dangereuses ?" par Judith Perrignon, dans Le Monde le 2 décembre 2011
  239. "Retrait de Léa Salamé : ce qu’ont fait ses consœurs avant elle" par Benoît Daragon le 17 mars 2019
  240. "Audrey Pulvar et ses liaisons dangereuses" par Muriel Frat le 11 octobre 2011 dans Le Figaro
  241. Soraya Idbouja, « Journalistes et politiques : les couples mythiques », Pleine Vie (site web),‎ 21 janvier 2022 (lire en ligne Accès limité, consulté le 27 février 2023)
  242. "Léa Salamé revient sur son "acte d'amour incroyable" pour Raphaël Glucksmann" dans public le 18 mars 2019
  243. « C'est assez dur ! » : Léa Salamé assure être « sous pression » par Megane Belle le 19 novembre 2021 dans Gala
  244. "Thomas Sotto arrête "Elysée 2022" car il entretient une relation avec une conseillère de Castex", par la rédaction numérique de France Inter le 7 novembre 2021
  245. Daniel Psenny, « Affaire Zemmour : la CGT envoie une lettre ouverte au PDG de France Télévisions », sur le site du Monde, 15 mars 2011 (consulté le 20 juin 2016).
  246. Emmanuel Berretta, « Rémy Pflimlin ne désavoue pas Éric Zemmour », sur le site du Point, 4 mars 2011 (consulté le 20 juin 2016).
  247. « "Mur des cons" : demande de mise à pied de Clément Weill-Raynal », lemonde.fr, 4 juin 2013.
  248. : «Mur des cons» : le syndicat des journalistes soutient celui de la magistrature, le parisien, 28 avril 2013
  249. « YouTube », sur www.youtube.com (consulté le 15 janvier 2019)
  250. « Philippe Gildas accuse Delphine Ernotte de "racisme" », ozap.com,‎ 2 octobre 2017 (lire en ligne, consulté le 1er février 2018)
  251. Aide de FranceTV à la Fondation des Femmes, clips anti-sexistes : les syndicats demandent des comptes, lexpress.fr, 16 mars 2016
  252. « France Télévisions condamnée pour fichage "illicite" envers cinq journalistes », sur FIGARO, 20 décembre 2018 (consulté le 21 décembre 2018)
  253. « France Télévisions mis en demeure par le CSA pour avoir retouché une pancarte anti-Macron », Tvmag.LeFigaro,‎ 23 septembre 2019 (lire en ligne)
  254. Virginie Malingre, « A France Télévisions, les rédacteurs en chef incités à parler davantage d’Europe », sur le site du Monde, 18 janvier 2021 (consulté le 20 janvier 2021)
  255. « Affaire Clémentine Sarlat : cette lourde somme que France Télévisions a dû verser à un journaliste licencié », sur www.programme-television.org (consulté le 15 mars 2022)
  256. « "Pas avec ma redevance" : un collectif s'insurge contre France TV Slash et son manque "d'impartialité" », sur midilibre.fr (consulté le 19 mars 2022)
  257. « #PasAvecMaRedevance :«Il est temps que France TV Slash respecte son devoir d'impartialité et de pluralisme!» », sur LEFIGARO, 14 février 2022 (consulté le 19 mars 2022)
  258. "L'audiovisuel public, un enjeu démocratique au cœur de la présidentielle" par Sandrine Cassini, dans Le Monde, le 16 novembre 2021
  259. "Privatiser l’audiovisuel public: est-ce si fou?" Catherine Boullay Par Catherine Boullay, dans L'Opinion le 30 décembre 2021
  260. "Roselyne Bachelot tacle Zemmour et Le Pen sur la privatisation de l'audiovisuel public" par Caroline Sallé, dans Le Figaro le 20/12/2021
  261. Ivanne Trippenbach, « Election présidentielle 2022 : à Béziers, Éric Zemmour propose d’« enlever le pouvoir » aux « contre-pouvoirs » » Accès payant, sur lemonde.fr, 17 octobre 2021 (consulté le 14 novembre 2021).
  262. "Présidentielle 2022. Éric Zemmour veut privatiser France Inter et France Télévisions", article de Philippé Mathé le 15 décembre dans Ouest France
  263. "Présidentielle : Vincent Bolloré roule-t-il pour Éric Zemmour ?" article d'Alexis Boisselier le 15 décembre dans Ouest France
  264. "Médias: le système des "oligarques de l'info" dénoncé par un journaliste d'investigation", dépêche de l'Agence France-Presse, le 17 janvier 2022
  265. Jean-Baptiste Rivoire, L'élysée (et les oligarques) contre l'info, Les Liens qui libèrent, 12 janvier 2022, 399 p. (ISBN 979-10-209-1081-3)

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes