Conspiration (téléfilm)

Conspiration

Données clés
Titre québécois Conspiration
Titre original Conspiracy
Réalisation Frank Pierson
Scénario Loring Mandel (en)
Acteurs principaux

Kenneth Branagh
Stanley Tucci
Colin Firth
Ian McNeice
Kevin McNally

Sociétés de production BBC, HBO
Pays de production Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame de guerre
Durée 90 minutes
Première diffusion 2001

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

Conspiration (Conspiracy) est un téléfilm américano-britannique de Frank Pierson, produit par HBO, avec Kenneth Branagh dans le rôle de Reinhard Heydrich, et Stanley Tucci dans celui d'Adolf Eichmann, diffusé en 2001. Il raconte le déroulement de la conférence de Wannsee qui planifie la solution finale dans l'extermination des Juifs d'Europe. C'est le remake du téléfilm allemand Die Wannseekonferenz d'Heinz Schirk de 1984.

Synopsis

Conspiration reproduit le déroulement de la conférence de Wannsee, dans la banlieue de Berlin, le 20 janvier 1942, lorsque Reinhard Heydrich mobilisa l'administration du Troisième Reich pour entériner l'organisation administrative et logistique de la Solution finale.

À la chute du Troisième Reich, les trente exemplaires top secret du procès-verbal de cette réunion rédigés par Adolf Eichmann ont disparu ou ont été détruits, sauf une preuve écrite de l'ampleur du projet d'Adolf Hitler d'anéantir la communauté juive d'Europe.

Le film se termine par un bref résumé de ce qu'il est ensuite advenu de chacun des participants de la conférence.

Analyse

Les acteurs de la conférence ne sont pas diabolisés. Ils sont représentés comme des bureaucrates ordinaires lors d'un conseil d'administration, qui sont confrontés à un « problème » ennuyeux : comment régler le problème juif. Au milieu d'une atmosphère de mondanités, Heydrich est montré comme un homme charmant et prévoyant, alors qu'il oriente au même moment ses subordonnés vers l'organisation d'un meurtre de masse. Le film accrédite donc la thèse de la « banalité du mal » d'Hannah Arendt.

En montrant les rivalités de pouvoir entre les différents dignitaires présents à la conférence, le film montre en outre l'organisation chaotique de la bureaucratie nazie, avec sa multitude de centres de pouvoir qui se contredisent, s'écharpent les uns les autres et rendent difficile l'harmonisation d'une politique génocidaire.

Fiche technique

Distribution

Notes et références

  1. « Canal + 07/11/2003 09:01:35 01:31:50:00 Conspiration hiver 1942, la conférence de la honte = Conspiracy », sur inatheque.ina.fr (consulté le 25 janvier 2024).
  2. Service directement rattaché au Reichsführer-SS Himmler, ce dernier dépendant directement de Hitler.
  3. Le RSHA est une sorte d'« empire policier » qui regroupe toutes les polices du Reich, ainsi que les services d'espionnage et de contre-espionnage, ayant fini par supplanter l'Abwehr dans ces derniers domaines. Ainsi Heydrich, sous les ordres de Himmler, est une « pièce maîtresse » du régime nazi.
  4. Eichmann est ainsi hiérarchiquement rattaché à Müller, présent à la réunion, puis à Heydrich, qui préside cette réunion : autrement dit, dans l'organigramme, Eichmann est 2 niveaux sous celui de Müller et 3 niveaux sous celui de Heydrich.
  5. En Allemagne, le titre de secrétaire d'État est le plus haut rang dans une administration et non une fonction gouvernementale.
  6. Neumann représente ainsi le Reichsmarschall Göring.
  7. La chancellerie du Reich est placée sous la responsabilité du Dr Hans Lammers, en contact direct avec Hitler.
  8. Le chef suprême du RSHA, « Office central de la sécurité du Reich », est le général SS Heydrich, présent à la réunion et qui préside celle-ci.
  9. La fonction de KdS est directement rattachée à un BdS, donc 2 niveaux sous celui de Heydrich.
  10. La fonction de BdS est directement rattachée à Heydrich.
  11. Müller a pour supérieur direct Heydrich.
  12. Au niveau « N+2 », autrement dit, il est le supérieur du supérieur direct d'Eichmann.
  13. La chancellerie du parti est placée sous la responsabilité de Martin Bormann, également conseiller et secrétaire particulier de Hitler.
  14. Informations données lors du générique de fin du téléfilm.

Liens externes