Bernard Cazeneuve

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

Bernard Cazeneuve
Illustration.
Bernard Cazeneuve en 2018.
Fonctions
Premier ministre français
6 décembre 201615 mai 2017
(5 mois et 9 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Cazeneuve
Législature XIVe (Cinquième République)
Coalition Majorité présidentielle
PSPRG
Prédécesseur Manuel Valls
Successeur Édouard Philippe
Ministre de l'Intérieur
2 avril 20146 décembre 2016
(2 ans, 8 mois et 4 jours)
Président François Hollande
Premier ministre Manuel Valls
Gouvernement Valls I et II
Prédécesseur Manuel Valls
Successeur Bruno Le Roux
Ministre délégué au Budget
19 mars 201331 mars 2014
(1 an et 12 jours)
Président François Hollande
Premier ministre Jean-Marc Ayrault
Ministre Pierre Moscovici
Gouvernement Ayrault II
Prédécesseur Jérôme Cahuzac
Successeur Christian Eckert (secrétaire d'État)
Ministre délégué aux Affaires européennes
16 mai 201219 mars 2013
(10 mois et 3 jours)
Président François Hollande
Premier ministre Jean-Marc Ayrault
Ministre Laurent Fabius
Gouvernement Ayrault I et II
Prédécesseur Jean Leonetti
Successeur Thierry Repentin
Député français
1620 juin 2017
(4 jours)
Circonscription 4e de la Manche
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique NI
Prédécesseur Geneviève Gosselin-Fleury
Successeur Sonia Krimi
20 juin21 juillet 2012
(1 mois et 1 jour)
Élection 10 juin 2012
Circonscription 4e de la Manche
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique SRC
Prédécesseur Claude Gatignol
Successeur Geneviève Gosselin-Fleury
20 juin 200716 juin 2012
(4 ans, 11 mois et 27 jours)
Élection 17 juin 2007
Circonscription 5e de la Manche
Législature XIIIe (Cinquième République)
Groupe politique SRC
Prédécesseur Jean Lemière
Successeur André Rouxel
12 juin 199718 juin 2002
(5 ans et 6 jours)
Élection 1er juin 1997
Circonscription 5e de la Manche
Législature XIe (Cinquième République)
Groupe politique SOC
Prédécesseur Yves Bonnet
Successeur Jean Lemière
Premier vice-président du conseil régional de Basse-Normandie
31 mars 20041er juillet 2007
(3 ans et 3 mois)
Élection 31 mars 2004
Président Philippe Duron
Successeur Laurent Beauvais
Maire de Cherbourg-Octeville
25 mars 200123 juin 2012
(11 ans, 2 mois et 29 jours)
Élection 25 mars 2001
Réélection 21 mars 2008
Prédécesseur Jean-Pierre Godefroy
Successeur Jean-Michel Houllegatte
Maire d'Octeville
25 juin 199514 mars 2000
(4 ans, 8 mois et 18 jours)
Élection 25 juin 1995
Prédécesseur André Poirier
Successeur Jean-Pierre Godefroy (maire de Cherbourg-Octeville)
Conseiller général de la Manche
27 mars 199428 janvier 1998
(3 ans, 10 mois et 1 jour)
Élection 27 mars 1994
Circonscription Canton de Cherbourg-Octeville-Sud-Ouest
Président Pierre Aguiton
Prédécesseur Georges Jourdam
Successeur Michel Lerenard
Biographie
Nom de naissance Bernard Guy Georges Cazeneuve
Date de naissance 2 juin 1963
Lieu de naissance Senlis (France)
Nationalité Française
Parti politique MRG (1985-1987)
PS (1987-2022)
La Convention (depuis 2023)
Diplômé de IEP de Bordeaux
Profession Juriste
Avocat
Signature de Bernard Cazeneuve
Bernard Cazeneuve Bernard Cazeneuve
Maires de Cherbourg-Octeville
Premiers ministres français

Bernard Cazeneuve, né le 2 juin 1963 à Senlis (Oise), est un homme d’État français. Membre du Parti socialiste de 1987 à 2022, il est Premier ministre du 6 décembre 2016 au 15 mai 2017.

Il est député de la Manche entre 1997 et 2017, maire d'Octeville de 1995 à 2000 puis de Cherbourg-Octeville de 2001 à 2012, et président de la communauté urbaine de Cherbourg de 2008 à 2012.

En 2012, il est nommé ministre délégué aux Affaires européennes dans le gouvernement Ayrault. L'année suivante, il devient ministre délégué au Budget, à la suite de la démission de Jérôme Cahuzac. Ministre de l'Intérieur dans les gouvernements Valls I et II (2014-2016), il est confronté à une vague inédite de terrorisme islamiste.

À la fin de l'année 2016, Manuel Valls ayant démissionné pour se présenter à la primaire socialiste, Bernard Cazeneuve lui succède comme Premier ministre. Il prend ses fonctions dans un contexte de campagne pour l'élection présidentielle de 2017 et doit notamment faire face à un mouvement social en Guyane. Il démissionne à la suite de l'élection, remportée par Emmanuel Macron, et rejoint comme associé le cabinet d'avocat August Debouzy. Avec cinq mois passés à Matignon, il est le chef de gouvernement le plus éphémère de la Ve République (battant le record détenu par Édith Cresson pendant 25 ans).

En 2022, en désaccord avec l'alliance conclue entre PS et La France insoumise pour les élections législatives, il quitte le Parti socialiste. Il lance un nouveau mouvement, « La Convention », au début de l'année suivante.

Situation personnelle

Origines et famille

Bernard Guy Georges Cazeneuve est le fils de pieds-noirs d'Algérie, Gérard Cazeneuve, instituteur dans le quartier de Châteauneuf, dans la commune d’El Biar, près d’Alger, puis à Senlis (Oise), et Danièle Varailhon, « marxistes et de gauche ». Son père était responsable du Parti socialiste dans l'Oise.

Bernard et Véronique Cazeneuve lors des commémorations à l'occasion du 70e anniversaire du débarquement de Normandie en juin 2014 à Arromanches-les-Bains (Calvados).

Bernard Cazeneuve se marie le 12 août 1995 à Véronique Beau, directrice d’une maison d’édition pour enfants, avec laquelle il a deux enfants : Nathan et Mona. Après une séparation de trois ans et un divorce, au début du quinquennat de François Hollande, ils se remarient le 12 août 2015,,. Véronique Cazeneuve meurt en juin 2024 des suites d'une longue maladie,.

Bernard Cazeneuve se décrit comme « plutôt agnostique ».

Formation

Bernard Cazeneuve est élève à l’école Jean Biondi dans l'Oise, où son père a été nommé au début des années 1960. Il poursuit sa scolarité à l'école Descartes, au collège Havez puis au lycée Jules Uhry.

Carrière avant la politique

Il entame une carrière de juriste à la Banque populaire, avant d'intégrer les cabinets ministériels. Il devient ainsi conseiller technique au cabinet de Thierry de Beaucé, secrétaire d'État chargé des Relations culturelles internationales en 1991, puis chef de cabinet d'Alain Vivien, secrétaire d'État chargé des Affaires étrangères, en 1992, et de Charles Josselin, secrétaire d'État à la Mer, en 1993. À cette date, il est nommé secrétaire général du Conseil supérieur de la navigation de plaisance et des sports nautiques.

Parcours politique

Débuts

Lors de ses études à l'Institut d'études politiques de Bordeaux (diplômé de la promotion 1985), Bernard Cazeneuve dirige la fédération du mouvement des Jeunes radicaux de gauche de Gironde, créé en 1983. Il est membre du bureau national du Mouvement des radicaux de gauche (MRG) de 1985 à 1987. Par la suite, il adhère au Parti socialiste (France).

Implantation dans la Manche (1994-2012)

Homme d'appareil, proche du courant fabiusien, il est « parachuté » en 1994 dans le canton de Cherbourg-Sud-Ouest pour mettre fin aux divisions socialistes locales, qui avaient fait perdre la mairie du chef-lieu en 1989. Élu conseiller général, il reprend la mairie d'Octeville à la droite en 1995 et devient député de la cinquième circonscription de la Manche en juin 1997.

Il mène campagne pour le « Grand Cherbourg », qui doit conduire à la fusion des six communes de l'agglomération cherbourgeoise. Le référendum local aboutit à la réunion de Cherbourg et Octeville. En 2001, un an après la création de la nouvelle commune, il en devient le maire, devançant la liste RPR conduite par Jean Lemière. Son ascension est interrompue par la perte de son mandat de député au profit de ce dernier aux élections législatives de 2002.

Élu juge titulaire à la Haute Cour de justice et à la Cour de justice de la République pour la durée de son premier mandat de parlementaire, il poursuit en parallèle une carrière juridique, étant inscrit à partir de 2003 au barreau de Cherbourg-Octeville. Au milieu des années 2000, il rejoint, en qualité d’avocat non associé, l'équipe « public, réglementaire et concurrence » du cabinet parisien de droit des affaires August Debouzy,.

En 2004, François Hollande doit le convaincre de prendre la tête de la liste manchoise de l'élection régionale en Basse-Normandie après la défection de Jean-Pierre Godefroy. Mais, fervent partisan de l'énergie nucléaire, dans un département où sont implantés la centrale nucléaire de Flamanville, l'usine de retraitement de la Hague et l'arsenal de Cherbourg, ses prises de position, notamment en faveur de l'implantation de l'EPR dans le Cotentin, confirment le divorce des socialistes avec les Verts, qui s'unissent aux Radicaux de gauche pour le premier tour. Élu conseiller régional, il est, sous la présidence de Philippe Duron, premier vice-président du conseil régional. Il défend le « non » au référendum sur le traité constitutionnel européen en 2005.

Il se présente aux élections législatives de 2007, à l’issue desquelles, ayant obtenu 59 % des suffrages exprimés, il retrouve son siège de député face au sortant UMP de la 5e circonscription de la Manche, Jean Lemière, . Il démissionne alors de son mandat régional.

Face à une droite divisée, il conduit en 2008 une liste d'union de la gauche qui l’emporte au premier tour des élections municipales à Cherbourg-Octeville, ce qui lui permet d’être réélu maire par le nouveau conseil municipal. Dans la foulée, il prend la présidence de la communauté urbaine de Cherbourg en avril suivant. Il poursuit son souhait d'accentuer le caractère maritime de Cherbourg-Octeville, à travers l'organisation de festivités nautiques (courses internationales de voile), et d'engager la revitalisation de la ville unifiée par une opération de rénovation urbaine autour des quartiers des Bassins et des Provinces, alliant projets commerciaux, culturels et urbains (aménagement urbain et rénovation de l'habitat social).

N'ayant soutenu aucun candidat lors de la primaire citoyenne de 2011, il est désigné comme l'un des quatre porte-parole de François Hollande, candidat socialiste à l’élection présidentielle de 2012. Il prend dès lors de l'ampleur dans les médias, et s'occupe des questions industrielles et du dossier nucléaire, jouant un rôle important dans la poursuite, sans remise en cause, du chantier EPR à Flamanville et du retraitement des déchets nucléaires à l'usine de la Hague,.

Ministre délégué aux Affaires européennes (2012-2013)

Bernard Cazeneuve et Michael Spindelegger en 2013.

Évoqué parmi les ministrables, notamment pour le portefeuille de la Défense, il est nommé le 16 mai 2012 ministre délégué aux Affaires européennes, auprès de Laurent Fabius. Il est largement réélu député avec 55,39 % au premier tour dans la quatrième circonscription de la Manche lors des élections législatives de 2012, avec sa première adjointe à la mairie de Cherbourg-Octeville, Geneviève Gosselin-Fleury, comme suppléante. Celle-ci le remplace à l'Assemblée nationale à compter du 22 juillet 2012. Il abandonne le 23 juin la tête de la mairie de Cherbourg-Octeville à Jean-Michel Houllegatte et la présidence de la communauté urbaine de Cherbourg au maire de Tourlaville, André Rouxel.

Il a pour tâche de défendre en 2012 le pacte budgétaire européen face aux objections des parlementaires socialistes qu'il reçoit chacun jusqu'à l'adoption à l'Assemblée nationale,.

Durant ses fonctions, en 2012, il est en relations avec la syndicaliste Maureen Kearney, d'Areva, qui lui fait part d'inquiétudes à propos de projets nucléaires avec la Chine,.

Ministre délégué au Budget (2013-2014)

Le 19 mars 2013, à la suite de la démission de Jérôme Cahuzac, accusé de fraude fiscale, il est nommé ministre délégué au Budget et est remplacé aux Affaires européennes par le ministre délégué à la Formation professionnelle et à l'Apprentissage, Thierry Repentin,.

Il affirme vouloir poursuivre la politique de réduction des déficits publics, afin d'économiser cinq milliards d'euros sur le budget de l'État en 2014. En octobre 2013, il intervient personnellement pour enterrer un amendement étendant le champ de la taxe sur les transactions financières aux opérations de trading à haute fréquence, un des engagements de campagne du candidat François Hollande. Il propose aussi l'amendement relevant la TVA applicable aux activités équestres de 7 à 20 %. Surnommée l'« équitaxe », cette mesure entraîne de vives réactions des professionnels et des amateurs du monde du cheval en France.

Ministre de l'Intérieur (2014-2016)

Articles connexes : Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse et Apologie du terrorisme (France).

Le 2 avril 2014, il est nommé ministre de l'Intérieur au sein du gouvernement Valls I.

Lors du vote au Sénat du projet de loi contre le terrorisme, le ministre de l'Intérieur a introduit un amendement permettant à l'autorité administrative d'exiger des moteurs de recherche (Google, etc.) qu'ils déréférencent des sites, sans intervention du juge. Le projet de loi prévoyait initialement uniquement la possibilité de demander aux fournisseurs d'accès à Internet le blocage de ces sites. Le Point critique cet amendement qui limite un fondement de la démocratie rappelant que « les libertés fondamentales doivent être limitées par la justice, pas par l'exécutif ». Mediapart estime que l'« apologie du terrorisme » est une notion « floue et malléable »,.

À partir de janvier 2015, il est confronté à une série d’attentats islamistes.

En juillet 2015, il propose une réforme sur le droit des étrangers qui est adoptée en janvier 2016. En août 2016, il précise les conditions d'accueil des migrants sans-abri.

Il est chargé de mettre en place l’état d’urgence décrété par le chef du gouvernement le 14 novembre 2015, à la suite des attentats du 13 sur Paris, et prolongé de trois mois au-delà des 12 jours légaux définis par la loi de 1955, soit jusqu’au 26 février 2016. Ces mesures prises dans le cadre de la lutte contre le terrorisme sont condamnées par les experts de l'ONU qui jugent que celles-ci imposent des « restrictions excessives et disproportionnées sur les libertés fondamentales ». Le 28 juin 2019, le tribunal administratif de Melun prononce une première condamnation de l’État pour assignation à résidence infondée, estimant que « le ministre de l’intérieur a entaché l’arrêté d’illégalité fautive engageant la responsabilité de l’État ». En juin 2016, il annonce la prolongation de l'autorisation pour les policiers à être armés en permanence, y compris hors service et sur la base du volontariat.

Bernard Cazeneuve en 2015.

À la suite de l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice, qui cause la mort de 86 personnes, le ministre de l'Intérieur et sa gestion sont critiqués par des médias, l'opposition et par une policière niçoise,,. Quelques jours après l'attentat, Libération publie une enquête dans laquelle des journalistes affirment que « contrairement à ce qu’a affirmé le ministère de l’Intérieur, l’entrée du périmètre piéton de la promenade des Anglais n’était pas protégée par la police nationale le 14 juillet au soir. ». Après que le ministre a démenti toute faille dans le dispositif de protection, le journal réitère ses critiques, dénonçant « les arrangements avec la réalité, l’absence de transparence et donc de responsabilité des services de l’État ». Le dispositif de sécurité mis en place par le ministère de l'Intérieur est également jugé insuffisant par Christian Estrosi, président de la région PACA. En décembre 2016, Mediapart affirme que le conducteur du camion a pu à onze reprises, le 13 juillet 2016, circuler sur la promenade des Anglais sans être inquiété par la police municipale qui l'avait pourtant filmé à chaque fois,.

Alors que le bilan des attentats islamistes en France entre janvier 2015 et juillet 2016 atteint 250 morts, l'opposition fustige les mauvais résultats des mesures mises en place, qu'elle estime insuffisantes pour empêcher d'autres actes de terrorisme. Bernard Cazeneuve dénonce de son côté l'instrumentalisation du terrorisme à des fins politiciennes.

Premier ministre (2016-2017)

Bernard Cazeneuve à Strasbourg, le 3 mars 2015.

Le 6 décembre 2016, Bernard Cazeneuve est nommé Premier ministre par François Hollande. Il succède à Manuel Valls, à la suite de la démission de ce dernier qui se présente à la primaire citoyenne de 2017. Son séjour à l'hôtel Matignon est le plus court de la Cinquième République, la formation du gouvernement suivant étant prévue pour mai 2017 après l'investiture du successeur de François Hollande. De ce fait, il bat le record du plus bref passage à Matignon (il s’agissait avant lui d’Édith Cresson). Il est l'une des six personnalités à avoir participé à l'ensemble des gouvernements durant la présidence de François Hollande.

Il est à l'origine de la loi dite « sécurité publique », adoptée en février 2017, qui rend notamment plus flexibles les conditions posées pour ouvrir le feu sur un automobiliste en cas de refus d'obtempérer lord d'un contrôle routier. Une étude publiée par trois chercheurs indique que cinq fois plus de personnes ont été tuées par des tirs policiers visant des véhicules en mouvement entre 2017 et 2023 par comparaison à la période précédente.

En mars 2017, lors du mouvement social en Guyane, il propose de signer un pacte d'avenir pour le département de la Guyane. Il envoie une délégation de ministres dans le département dont la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts. Après le refus du Premier ministre d'établir un plan d'urgence de 2,5 milliards d'euros début avril, un accord est finalement signé le 21 avril et le gouvernement Cazeneuve finit par débloquer un milliard d'euros pour financer plusieurs projets.

Le gouvernement démissionne au soir du 10 mai 2017 et expédie les affaires courantes, en attendant la nomination d'un nouveau gouvernement après la prise de fonction du nouveau président de la République, Emmanuel Macron,,. La passation de pouvoir avec son successeur Édouard Philippe intervient le 15 mai 2017.

Il est le Premier ministre ayant eu le plus recours aux ordonnances en rapportant le nombre d’ordonnances au temps passé à Matignon.

Après Matignon (depuis 2017)

En retrait de la vie politique Bernard Cazeneuve donnant une conférence à l’École polytechnique (en 2018).

Un mois après son départ de Matignon, il retrouve automatiquement son mandat de député à l’Assemblée nationale, comme les autres députés nommés au gouvernement. Il conserve son mandat quatre jours, jusqu’à la fin de la XIVe législature, alors que l’Assemblée ne se réunit plus. Lors des élections législatives, ne se représentant pas, il fait campagne pour les candidats du PS,.

Bernard Cazeneuve annonce en juillet 2017 qu'il reprend sa carrière d'avocat en réintégrant le cabinet d'avocats d'affaires August Debouzy à Paris, où il exerce au sein du département « contentieux, arbitrage, pénal des affaires ». Ce cabinet compte parmi ses clients ArcelorMittal, Volkswagen, Microsoft, Orange, Dassault Systèmes, la SNCF et Nike. Selon le journaliste Vincent Jauvert, « jamais, au cours de la Ve République, un Premier ministre n'avait rejoint aussi vite le privé » ; en l'occurrence, « immédiatement après avoir quitté ses fonctions », les négociations d'embauche ayant débuté avant même son départ de Matignon. Il obtient pour cela l'aval de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), qui émet cependant des réserves limitant son champ d'action jusqu'au 15 mai 2020 : il lui est ainsi interdit, entre autres, de « réaliser des prestations, de quelque nature que ce soit, pour l'ensemble des administrations d'État sur lesquelles il avait autorité en tant que Premier ministre », soit « quasiment toutes » selon Vincent Jauvert. Ce dernier souligne par ailleurs que peu avant de quitter Matignon et une semaine après avoir demandé l'autorisation de rejoindre August Debouzy, Bernard Cazeneuve « a cosigné un décret d'application de la loi Sapin 2 sur les lobbies, qui concerne notamment les avocats d'affaires », qui s'est avéré « beaucoup moins rigoureux que les députés socialistes ne l'espéraient » et a fait l'objet de vives critiques de la HATVP pour ses « exigences extrêmement réduites » ; Gilles August, créateur d'August Debouzy, est par ailleurs l'un des fondateurs de l'Association des avocats lobbyistes, et indique sur sa fiche LinkedIn que son cabinet propose des services en matière de lobbying. Bernard Cazeneuve assure ne pas avoir pris part à la rédaction de ce décret qu'il a signé, et assure n'avoir jamais pratiqué de lobbying au sein d'August Debouzy auprès d'une administration ; le cabinet affirme par ailleurs avoir cessé ses activités de lobbying.

Depuis 2018, Bernard Cazeneuve assure un cours aux étudiants en master de la spécialité sécurité et défense de l'école d'affaires publiques de Sciences Po Paris. En 2019, il devient président du conseil d'administration de l’Institut d'études politiques de Bordeaux, où il a été étudiant. En novembre 2020, il est reconduit à la présidence du conseil d'administration de l'Institut d'études politiques de Bordeaux. Cependant, sa réélection ne se fait pas sans heurts : plusieurs élus étudiants et enseignants s'opposent à la candidature de l'ancien Premier ministre, auquel ils reprochent ses propos sur l'islamo-gauchisme à l'université et les controverses entourant les morts de Rémi Fraisse et d'Adama Traoré au cours d'interventions policières lorsqu'il était encore ministre de l'Intérieur.

De fin 2018 à début 2023, Bernard Cazeneuve est président du Club des juristes,, think tank réunissant une quarantaine de personnalités du monde des affaires et du droit.

Retour en politique et fondation de La Convention

La Convention
Image illustrative de l’article Bernard Cazeneuve
Logotype officiel.
Présentation
Président Bernard Cazeneuve
Fondation 1er février 2023
Scission de Parti socialiste
Coalition de PRG
MDC
CSDR
Fondateur Bernard Cazeneuve
Positionnement Gauche,, à centre gauche,,
Idéologie Social-démocratie
Social-écologie
Progressisme
Solidarisme
Europhilie
Républicanisme
Humanisme
Réformisme
Laïcisme
Adhérents 5 000
mars 2023
7 000
juin 2023
Site web la-convention.fr
Présidents de groupe
Sénat Jean-Claude Requier (RDSE)
Représentation
Députés 1  /  577
Sénateurs 2  /  348
Présidence de conseils départementaux 2  /  95
Conseillers départementaux 102  /  4058
Conseillers régionaux 34  /  1757
Présidence de communautés d'agglomération 1  /  227
Maires 133  /  34955

Il est régulièrement présenté à partir de 2018 comme le seul recours possible pour le PS en vue de l’élection présidentielle de 2022. Les médias indiquent en juillet 2019 que François Hollande a renoncé à se présenter pour le soutenir. En septembre de la même année, il annonce son retour à la vie politique et présente un plan pour l'avenir du PS lors des journées parlementaires du parti, organisées à Avignon,. Il est notamment soutenu par le Parti radical de gauche. Lors de la Fête de la rose à Frangy-en-Bresse de septembre 2020, Bernard Cazeneuve annonce qu'il ne sera pas candidat à l'élection présidentielle de 2022 : « La gauche a besoin d’ambition, elle n’a pas besoin d’ambitieux supplémentaires ». Il indique ensuite que « l’état-major socialiste » ne souhaitait pas sa candidature.

Le 4 mai 2022, quelques heures après la conclusion d'un accord entre le Parti socialiste et La France insoumise en vue des élections législatives de juin, Bernard Cazeneuve annonce dans La Manche libre quitter le Parti socialiste, estimant que « les dirigeants du parti ont perdu leur boussole » et que « la défaite n'explique pas tout, ni ne peut tout justifier ».

En septembre 2022, avec l'appui de plusieurs centaines de personnes, il est l'auteur d'un manifeste « pour une gauche sociale-démocrate, républicaine, humaniste et écologique » éloignée de ce que serait la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) dans laquelle siège pourtant le PS.

Bernard Cazeneuve lance officiellement un nouveau mouvement, baptisé « La Convention » le 1er février 2023, voulant « rompre avec l'outrance » qu'il attribue à la Nupes. Il est soutenu par une centaine d'élus, dont le président ex-PS du conseil régional Bretagne Loïg Chesnais-Girard, ou encore l'ancien président de la République François Hollande. Son mouvement se réunit le 10 juin à Créteil, en présence de l'ancien chef du Parti social-démocrate d'Allemagne Martin Schulz et de l'ancien chef du Parti démocrate d'Italie Enrico Letta.

En mars 2023, le Parti radical de gauche,,, le Mouvement des citoyens et le Collectif des sociaux-démocrates réformateurs (scission de Territoires de progrès) rejoignent La Convention, de même que le député ex-PS David Habib.

Le 25 juin 2024, Bernard Cazeneuve participe à une tribune collective publiée dans le journal Le Monde où, dans le contexte de la campagne des élections législatives anticipées, il déclare qu'il ne votera ni pour le Rassemblement National ni pour La France Insoumise, renvoyant les deux mouvances politiques dos à dos et considérant qu'il s'agit d'un « enfermement politique entre les deux extrêmes ».

Détail des mandats et fonctions

Au gouvernement

Bernard Cazeneuve avec Reinhold Lopatka, Vienne le 21 février 2013.

À l’Assemblée nationale

Au niveau local

Autres

Distinctions

Décorations

Prix

Publications

Notes et références

Notes

  1. Corinne Féret et André Guiol.

Références

  1. Jacques Lafitte et Stephen Taylor, Qui est qui en France, Lafitte, 2008, p. 495.
  2. Manuel Gomez, « C’est le fils d’un instituteur rapatrié d’Algérie en 1962 », sur notrejournal.info, 31 juillet 2016.
  3. Émilie Cabot, « Véronique Cazeneuve, la discrète femme du Premier ministre », sur parismatch.com, 7 septembre 2016
  4. Jean-Louis Beaucarnot, Le dico des politiques, Archipel, 2016, p. 34.
  5. Marcelo Wesfreid, « Bernard Cazeneuve s'est remarié cet été », sur lexpress.fr, 15 septembre 2015.
  6. Julien Munoz, « Nécrologie : Vive émotion dans le Cotentin après la mort de Véronique Cazeneuve », sur La Presse de la Manche / actu.fr, 2 juin 2024
  7. Louise Martin, « L'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve a perdu sa femme Véronique, une longue maladie évoquée », sur purepeople.com, 2 juin 2024
  8. « PODCAST - Bernard Cazeneuve : choisir son « chemin spirituel » en toute liberté », La Croix,‎ 30 septembre 2020 (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 26 septembre 2023)
  9. Par Edith Lasry-Segura et Simon Gourru Le 6 décembre 2016 à 18h30, « Bernard Cazeneuve, un enfant de l’Oise nommé Premier ministre », sur leparisien.fr, 6 décembre 2016 (consulté le 14 janvier 2024)
  10. « Arrêté du 18 mars 1993 portant cessation de fonctions au cabinet du secrétaire d’État », Journal officiel no 69 du 23 mars 1993 page 4504
  11. « Arrêté du 18 mars 1993 portant nomination au Conseil supérieur de la navigation de plaisance et des sports nautiques », Journal officiel no 69 du 23 mars 1993 page 4505.
  12. « Le Réseau de Sciences Po Bordeaux », sur Réseau Sciences Po Bordeaux (consulté le 1er mai 2024)
  13. L'Exécutif en France, Compagnie européenne d'Editions et Publications périodiques, 1991, p. 173.
  14. Entre 2006 et 2008 selon la biographie sur le site du ministère des Affaires étrangères, entre 2005 et 2007 selon l'intéressé (source : Ariane Chemin, « Gilles August et associés, un cabinet très politique », Le Monde, 21 décembre 2012).
  15. Vincent Nouzille, La République du copinage, éd. Fayard, 2011
  16. « La nouvelle vie de Bernard Cazeneuve », sur lejdd.fr (consulté le 27 janvier 2021)
  17. Pierre-Yves Lautrou, « Une campagne pas si tranquille », L'Express, 23 février 2004
  18. « Résultats des élections législatives 2007 », sur interieur.gouv.fr, 2007 (consulté le 21 juillet 2019).
  19. « Résultats des élections municipales 2008 : Cherbourg-Octeville (50100 - Manche) », sur lexpress.fr, 208 (consulté le 21 juillet 2019).
  20. « Cherbourg : les réseaux d'influence - Bernard Cazeneuve », Les Échos, 14 mai 2008
  21. « Bernard Cazeneuve, un ex-"noniste" au budget », Le Monde.fr, 19 mars 2013.
  22. Renaud Czarnes, « Cazeneuve, éminence grise dans la lumière », Les Echos, 30 mars 2012.
  23. « Bernard Cazeneuve porte-parole de François Hollande », lamanchelibre.fr, 16 novembre 2011.
  24. Europe: les contradictions du ministre Bernard Cazeneuve, L'Humanité 30 septembre 2012
  25. Solenn de Royer, « Bernard Cazeneuve, ministre sous pression », Le Figaro, 1er octobre 2012.
  26. « Luc Hernandez », sur Exit Mag, 16 janvier 2023.
  27. Caroline Michel-Aguirre, La Syndicaliste, Éditions Stock, 2019, 250 p. (ISBN 9782234084612, présentation en ligne).
  28. « Communiqué de la Présidence de la République ».
  29. « Jérôme Cahuzac, ministre du Budget, a démissionné », sur rtl.fr, 19 mars 2013 (consulté le 19 mars 2013).
  30. Jean-Baptiste Garat, « Bernard Cazeneuve au défi de trouver les économies », lefigaro.fr, 19 mars 2013.
  31. Taxe tobin: de "l'ennemi de la finance" au refus de taxer la spéculation, itinéraire d'un reniement, Grégory Raymond, Le HuffPost, 22 octobre 2013
  32. Gérard Bon, « Les professionnels de l'équitation défilent contre la TVA à 20% », sur tempsreel.nouvelobs.com, 24 novembre 2013 (consulté le 7 décembre 2016).
  33. La petite combine de Cazeneuve pour censurer Google, Le Point, 28 octobre 2014
  34. « Censurer la Toile au nom du danger terroriste », mediapart.fr, 29 octobre 2014.
  35. « La police dira à Google les sites qu'il doit censurer ! », numerama.com, 16 octobre 2014.
  36. La circulaire passée sous silence qui supprime la notion d'immigration illégale, Alexis Théas, lefigaro.fr, 12/08/2016
  37. État d'urgence en France: des "restrictions excessives" selon l'ONU, 7sur7.be, 19 janvier 16
  38. « Halim Abdelmalek, symbole des assignations à résidence infondées, obtient la condamnation de l’État », Le Monde,‎ 4 juillet 2019 (lire en ligne, consulté le 5 juillet 2019)
  39. « Le port d'arme hors service pour les policiers restera autorisé après l'état d'urgence », sur Le Figaro (consulté le 17 juin 2016).
  40. Samuel Laurent, Pierre Breteau, Marie Boscher, « Sécurité à Nice : les questions en suspens après l’attentat du 14 juillet », sur Le Monde, 22 juillet 2016 (consulté le 28 juillet 2016).
  41. Klhoé Dominguez, « Sécurité à Nice : Bernard Cazeneuve sous pression », sur Paris Match, 24 juillet 2016 (consulté le 28 juillet 2016).
  42. « La policière responsable de la vidéosurveillance à Nice accuse le ministère de l'Intérieur », sur Le JDD, 24 juillet 2016 (consulté le 28 juillet 2016).
  43. Grégoire Biseau, Sylvain Mouillard, Willy Le Devin, Ismaël Halissat, « Sécurité à Nice. 370 mètres de questions », sur Libération, 20 juillet 2016 (consulté le 28 juillet 2016).
  44. Johan Hufnagel, « Sécurité à Nice : Bernard Cazeneuve devra s'expliquer », sur Libération, 20 juillet 2016 (consulté le 28 juillet 2016).
  45. Caroline Politi, « Attentat de Nice: 5 questions sur le bras de fer entre Bernard Cazeneuve et Sandra Bertin », sur 20 minutes, 25 juillet 2016 (consulté le 28 juillet 2016).
  46. Ellen Salvi et Matthieu Suc, « Attentat de Nice: le terroriste a pu procéder à onze repérages », sur Mediapart, 23 décembre 2016 (consulté le 14 avril 2018).
  47. Charlotte Cieslinski, « 11 repérages effectués avant l'attentat de Nice : "la vidéosurveillance est un échec" », sur L'Obs, 23 décembre 2016.
  48. État d'urgence : «250 morts en 18 mois», fustige Fillon qui cherche un responsable, leparisien.fr, 20 juillet 2016
  49. « Bernard Cazeneuve nommé premier ministre », Le Monde, 6 décembre 2016.
  50. Cédric Pietralunga, « François Hollande procède à un remaniement a minima », sur lemonde.fr, 6 décembre 2016 (consulté le 6 décembre 2016).
  51. « Homicides policiers : Bernard Cazeneuve face à ses mensonges », sur Libération, 5 juillet 2023
  52. BFMTV, « Le gouvernement Cazeneuve a officiellement démissionné », sur BFM TV (consulté le 10 mai 2017).
  53. « Le gouvernement Cazeneuve a officiellement démissionné », sur L'Opinion (consulté le 31 mai 2019)
  54. « Qui pilote le gouvernement d’ici à la passation de pouvoir avec Macron ? », sur leparisien.fr, 11 mai 2017.
  55. « Passation de pouvoirs avec Cazeneuve: Édouard Philippe se revendique "homme de droite" », sur BFM TV, 15 mai 2017 (consulté le 11 janvier 2019).
  56. Mathilde Damgé, « Emmanuel Macron champion du recours aux ordonnances… derrière François Hollande », sur lemonde.fr, 10 juin 2019 (consulté le 8 février 2020).
  57. Sébastien Tronche, « Comme Bernard Cazeneuve, Jean-Marc Ayrault renonce à tout mandat électif après 2017 », lelab.europe1.fr, 21 février 2017.
  58. Philippe Martinat, « Législatives : Bernard Cazeneuve au secours des candidats PS », leparisien.fr, 24 mai 2017.
  59. Célia Caradec, « Après Matignon, l'ancien maire de Cherbourg Bernard Cazeneuve (re)devient avocat », tendanceouest.com,‎ 3 juillet 2017 (lire en ligne, consulté le 14 avril 2018).
  60. « Les décideurs du cabinet August Debouzy », Le Figaro,‎ 9 avril 2018 (lire en ligne)
  61. Vincent Jauvert, Les Voraces : les élites et l'argent sous Macron, Robert Laffont, 2020, 123 p. (lire en ligne), p. 30-34.
  62. « Benoît Puga et Patrick Calvar, deux profs de choc pour Sciences Po », Le Figaro,‎ 31 août 2017 (lire en ligne).
  63. X. S.., « Enseignement : Bernard Cazeneuve élu président… de Sciences Po Bordeaux », Sud Ouest,‎ 4 octobre 2019 (lire en ligne)
  64. « L' "islamo-gauchisme" a fait tanguer l'élection de Bernard Cazeneuve à la présidence de Sciences Po Bordeaux », sur Rue89Bordeaux, 24 novembre 2020 (consulté le 7 février 2021)
  65. « Nomination : Bernard Cazeneuve prend la présidence d'un "think tank" », Acteurs publics, novembre 2018
  66. « Bernard Cazeneuve - Le Club des Juristes », 18 juillet 2018 (consulté le 28 mars 2024)
  67. « Club des juristes : les membres », sur Club des juristes
  68. https://www.france-politique.fr/wiki/Collectif_des_sociaux-d%C3%A9mocrates_r%C3%A9formateurs_(CSDR)
  69. https://www.europe1.fr/politique/creer-un-nouveau-parti-ou-apporter-un-nouveau-souffle-au-ps-union-difficile-pour-la-gauche-anti-nupes-4188061
  70. https://www.20minutes.fr/politique/4040691-20230610-creteil-bernard-cazeneuve-part-deja-campagne-prend-tete-gauche-anti-nupes
  71. https://www.lemonde.fr/politique/article/2023/06/10/bernard-cazeneuve-plaide-pour-une-gauche-sans-decibel_6177089_823448.html
  72. https://www.challenges.fr/politique/presidentielle-2027-pourquoi-bernard-cazeneuve-croit-en-ses-chances_858742
  73. https://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/europeennes-2024-le-parti-radical-de-gauche-veut-presenter-une-liste-anti-nupes-2031077
  74. Mathieu Dejean, Fabien Escalona, « Pourquoi le « boulevard » de Bernard Cazeneuve est une voie sans issue », sur Mediapart, 13 juin 2023 (consulté le 28 avril 2024)
  75. « Bernard Cazeneuve réunit près de 300 adhérents de son mouvement La Convention à Cherbourg », 1er avril 2023 (consulté le 3 septembre 2023).
  76. « Bernard Cazeneuve assure que la gauche anti-Nupes a devant elle « un boulevard » », 10 juin 2023 (consulté le 3 septembre 2023).
  77. Orange avec AFP, « Bernard Cazeneuve, la bouée de sauvetage du Parti socialiste ? », sur Orange Actualités, 19 juillet 2018.
  78. Laurence Peuron, « Le PS met Bernard Cazeneuve en orbite pour la présidentielle de 2022 », sur franceinter.fr, 18 juillet 2019 (consulté le 21 juillet 2019).
  79. « A Avignon, Bernard Cazeneuve amorce son retour, sans convaincre son parti », Le Monde,‎ 5 septembre 2019 (lire en ligne, consulté le 6 septembre 2019)
  80. « Bernard Cazeneuve expose au PS sa vision de l’écologie », La Croix,‎ 6 septembre 2019 (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 6 septembre 2019)
  81. « Le PRG choisit son nouveau président », sur La Dépêche du Midi, 22 septembre 2019 (consulté le 23 septembre 2019).
  82. Sylvia Zappi, « Présidentielle : Bernard Cazeneuve ferme la porte à toute éventuelle candidature », Le Monde,‎ 21 septembre 2020 (lire en ligne, consulté le 21 septembre 2020)
  83. « Présidentielle 2022: Cazeneuve dit pourquoi il a renoncé à se présenter », sur huffingtonpost.fr, 16 novembre 2021 (consulté le 17 novembre 2021).
  84. Matignon cherche locataire, la générosité de Philippe, l’anémomètre de Cazeneuve, nouvelobs.com, 4 mai 2022, par Lucie Alexandre
  85. « Bernard Cazeneuve quitte le PS et ce n’est pas rien, voici pourquoi », sur France 3 Normandie (consulté le 4 mai 2022)
  86. « Le manifeste de Bernard Cazeneuve pour une gauche sociale-démocrate, républicaine, humaniste et écologique », sur lejdd.fr, 4 septembre 2022 (consulté le 4 septembre 2022).
  87. « Bernard Cazeneuve lance un « mouvement » pour fédérer la gauche hostile à la Nupes », Le Monde.fr,‎ 1er février 2023 (lire en ligne, consulté le 2 février 2023)
  88. Chez Pol, « Bernard Cazeneuve baptise son nouveau mouvement «La Convention» », sur Libération (consulté le 10 mars 2023)
  89. « Grande réunion publique | Samedi 10 juin 2023, à Créteil », sur La Convention (consulté le 8 juin 2023)
  90. « Le PRG choisit son nouveau président », sur ladepeche.fr (consulté le 12 mars 2023)
  91. « Le Parti radical de gauche annonce rejoindre le mouvement lancé par Bernard Cazeneuve », sur lejdd.fr (consulté le 12 mars 2023)
  92. « Le Parti radical de gauche va intégrer le mouvement de Bernard Cazeneuve », sur lefigaro.fr, 11 mars 2023 (consulté le 12 mars 2023)
  93. « Le Mouvement des citoyens adhère à La Convention. », sur lemouvementdescitoyens.fr.
  94. « Collectif des sociaux-démocrates réformateurs (CSDR) — France Politique », sur www.france-politique.fr (consulté le 19 avril 2024)
  95. « Une quinzaine de membres de Territoires de Progrès quittent le parti », sur Ouest-France, 17 novembre 2022 (consulté le 21 juillet 2023)
  96. Michel Revol, « Bernard Cazeneuve : « Rien ne pourra m’empêcher » », sur Le Point, 10 juin 2023 (consulté le 18 juillet 2023).
  97. « Législatives 2024 : « Notre voix ne se portera ni sur un candidat RN ni sur un candidat LFI » », Le Monde.fr,‎ 25 juin 2024 (lire en ligne, consulté le 25 juin 2024)
  98. « de Béchillon Denys », sur Le club des juristes (consulté le 1er décembre 2015)
  99. Comment un petit club d'avocats et de juristes inspire les lois, Vincent Nouzille, rue89.nouvelobs.com; 8 août 2011
  100. « Club des juristes : les membres », sur Club des juristes
  101. « Décret du 12 juillet 2017 portant nomination », Journal officiel de la République française, no 0164,‎ 14 juillet 2017 (lire en ligne).
  102. (de) « Ein stolzer Franzose, überzeugter Europäer und aufrichtiger Partner unseres Landes », sur bmi.bund.de, 27 janvier 2017 (consulté le 6 mai 2017).
  103. (it) Segretariato generale della Presidenza della Repubblica - Servizio sistemi informatici, « Le onorificenze della Repubblica Italiana », sur quirinale.it.
  104. « M. Bernard Cazeneuve Prix Dialogo 2016 », sur exteriores.gob.es, 8 novembre 2016.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes