Bataille de Poelcappelle



L'internet est une source inépuisable de connaissances, y compris lorsqu'il s'agit de Bataille de Poelcappelle. Des siècles et des siècles de connaissances humaines sur Bataille de Poelcappelle ont été versés, et sont encore versés, dans le réseau, et c'est précisément la raison pour laquelle il est si difficile d'y accéder, car nous pouvons trouver des endroits où la navigation peut être difficile, voire impraticable. Notre proposition est que vous ne fassiez pas naufrage dans une mer de données concernant Bataille de Poelcappelle et que vous puissiez atteindre tous les ports de la sagesse rapidement et efficacement.

Avec cet objectif en tête, nous avons fait quelque chose qui va au-delà de l'évident, en collectant les informations les plus récentes et les mieux expliquées sur Bataille de Poelcappelle. Nous l'avons également organisé de manière à le rendre facile à lire, avec un design minimaliste et agréable, garantissant la meilleure expérience utilisateur et le temps de chargement le plus court. Nous vous facilitons la tâche pour que vous n'ayez plus qu'à vous soucier de tout savoir sur Bataille de Poelcappelle ! Donc, si vous pensez que nous avons atteint notre objectif et que vous savez déjà tout ce que vous vouliez savoir sur Bataille de Poelcappelle, nous serions ravis de vous revoir sur les mers calmes de scientiafr.com dès que votre soif de connaissances se réveillera.

Bataille de Poelcappelle
Une partie de la bataille de Passchendaele pendant la Première Guerre mondiale
YpernPoelcapelle1918.jpg
Coin de rue à Poelcappelle
Date 9 octobre 1917
Emplacement 50 ° 5519 N 2 ° 5747 E / 50.922 ° N 2.963 ° E / 50,922; 2,963 Coordonnées : 50.922 ° N 2.963 ° E 50 ° 5519 N 2 ° 5747 E / / 50,922; 2,963
Résultat Non concluant
Belligérants

  Empire britannique

  France
Drapeau de l'Allemagne (18671919) .svg Empire allemand
Commandants et chefs
Herbert Plumer
Hubert Gough
François Anthoine
Erich Ludendorff
Prince héritier Rupprecht
Sixt von Armin
Force
10+ divisions 7 divisions, plus 6 divisions en réserve
Victimes et pertes
9 octobre: Deuxième armée:
I Anzac Corps: 1 253
II Anzac Corps: c. 5 700
Cinquième Armée: c. 4 500
1er au 10 octobre: 35 000 dont 13 000 disparus

La bataille de Poelcappelle a été menée en Flandre, en Belgique, le 9 octobre 1917 par la deuxième armée britannique et la cinquième armée contre la 4e armée allemande , pendant la Première Guerre mondiale . La bataille a marqué la fin de la série d'attaques britanniques très réussies fin septembre et début octobre, lors de la troisième bataille d'Ypres . Seule l'attaque de soutien dans le nord a permis une avancée substantielle. Sur le front principal, les défenses allemandes résistent aux tirs d'artillerie limités réalisés par les Britanniques après l'attaque du 4 octobre. Le sol le long des crêtes principales avait été gravement endommagé par les bombardements et se détériorait rapidement sous les pluies, qui ont repris le 3 octobre, transformant certaines zones en marécages.

Les conditions terribles au sol avaient plus d'effet sur les Britanniques, qui devaient déplacer de grandes quantités d'artillerie et de munitions pour soutenir la prochaine attaque. La bataille fut un succès défensif pour la 4e armée, bien que coûteuse pour les deux parties. Les conditions météorologiques et terrestres ont mis à rude épreuve toute l'infanterie impliquée et ont conduit de nombreux blessés à se retrouver bloqués sur le champ de bataille. Les premières informations trompeuses et les retards dans la communication ont conduit Plumer et Haig à planifier l'attaque du 12 octobre (la première bataille de Passchendaele ) sous l'impression qu'une avancée substantielle avait eu lieu à la crête de Passchendaele, lorsque la majeure partie du terrain capturé avait été perdue. aux contre-attaques allemandes.

Contexte

Contexte stratégique

Il était important que les Britanniques gardent l'initiative; une attaque était préparée par la troisième armée britannique à Cambrai pour la fin novembre. Les troubles dans l'armée française résultant de l' offensive de la Nivelle en avril et de l'attaque à venir (la bataille de la Malmaison ) sur l'Aisne, rendirent souhaitable que le grand nombre de divisions allemandes tirées du front français ne reviennent pas. A Verdun, le 20 août, les Français obtiennent un succès substantiel; il n'y a pas eu de contre-attaque ou de contre-offensive allemande car les Eingreifdivisionen locaux avaient été envoyés en Flandre. En octobre 1917, de nombreuses divisions allemandes sur le reste du front occidental avaient été engagées en Flandre, certaines plus d'une fois; le maintien de la pression a également contraint les opérations allemandes sur les fronts russe et italien . Après la bataille de Broodseinde le 4 octobre, premier des jours noirs de l'armée allemande, le maréchal Sir Douglas Haig , commandant en chef (C-en-C) du Corps expéditionnaire britannique (BEF), a estimé que le La 4e armée était sur le point de s'effondrer, en raison du grand nombre d'Allemands faits prisonniers et des renseignements encourageants glanés sur le champ de bataille.

Développements tactiques

Le 28 septembre, Haig a rencontré le général Hubert Gough ( cinquième armée ) et le général Herbert Plumer ( deuxième armée ) pour expliquer ses intentions. Après les victoires des 20 et 26 septembre, le beau temps, le désarroi des défenseurs allemands et la perspective limitée de renforts allemands du front russe, Haig décida que l'attaque du 4 octobre clôturerait la période d'avancées strictement limitées. L'étape suivante serait une avancée plus profonde, avec des dispositions prises pour l'exploitation. Haig voulait que des formations de réserve d'infanterie, d'artillerie, de cavalerie et de chars soient prêtes à prolonger une attaque réussie.

Gough et Plumer ont répondu au cours des deux jours suivants, qu'ils estimaient que les propositions de Haig étaient prématurées et que l'exploitation ne serait pas possible tant que la crête de Passchendaele n'aurait pas été capturée de Passchendaele au nord jusqu'à Westroosebeke. Gough et Plumer pensaient que cela prendrait probablement deux étapes supplémentaires à intervalles de trois jours, puis quatre autres jours pour réparer les routes sur le terrain capturé. Haig a estimé que si un effondrement de la défense allemande était une condition pour l'exploitation de l'attaque due le 10 octobre, ce qui n'était pas garanti, il souhaitait que des dispositions soient prises. Si les défenses allemandes ne s'effondraient pas, les préparatifs seraient disponibles pour une date ultérieure.

Lors d'une autre conférence le 2 octobre, Haig a annoncé que les opérations à Ypres se poursuivraient aussi longtemps que le temps le permettait, que six divisions fraîches étaient transférées des fronts tranquilles à la Cinquième Armée et que le Corps canadien était transféré à la Deuxième Armée. L'exploitation immédiate, si l'attaque prévue pour le 10 octobre aboutissait, devait être accomplie par chaque division attaquante gardant sa brigade de réserve légèrement équipée, accompagnée de deux batteries de 60 livres , de deux batteries d'obusiers de 6 pouces et de quatre brigades d'artillerie de campagne. Si les brigades d'infanterie menant l'attaque du matin rapportaient un grand succès, leurs brigades de réserve continueraient l'avancée dans l'après-midi.

Les brigades de réserve des divisions attaquantes du corps I et II d'Anzac devaient atteindre Drogenbroodhoek dans le sud, 3000 yd (1,7 mi; 2,7 km) au-delà de Broodseinde, station Passchendaele sur la route de Morslede au centre et prendre contact avec la cinquième armée sur la route Westroosebeke au nord de Passchendaele. Une division de réserve de chaque corps devait être prêt derrière le front, que le Directeur général des Transports, le major-général Philip Nash , se sont engagés à avoir sur le champ de bataille en 3   1 2 - 4 heures, avec un préavis de trois heures. Les divisions en réserve de corps seraient prêtes le lendemain matin à avancer au-delà des brigades de réserve, si la résistance allemande s'effondrait. Une division de cavalerie a été donnée à chaque armée pour opérer avec les divisions de réserve, deux bataillons de chars ont été attachés à la deuxième armée et une brigade de chars à la cinquième armée pour exploiter la marche plus ferme, en cas d'avancées.

Prélude

Préparatifs offensifs britanniques

Au petit matin du 4 octobre, la nouvelle est arrivée au quartier général britannique (QG) du grand succès de l'attaque. Le brigadier-général Charteris, chef du renseignement au quartier général, a été envoyé du QG avancé de Haig au QG de la deuxième armée pour discuter de l'exploitation. Plumer n'était pas d'accord que c'était possible parce que huit autres divisions allemandes non engagées étaient derrière le champ de bataille et il y en avait six autres au-delà d'elles; Plumer préféra attendre que les contre-attaques allemandes attendues ce jour-là soient vaincues. Les tirs d'artillerie allemands étaient encore intenses et les Stellungen Flandern II et Flandern III (positions défensives) derrière le front d'attaque pouvaient être occupés par les nouvelles divisions allemandes. Une attaque contre ces lignes défensives nécessiterait un soutien d'artillerie rapproché, ce qui serait impossible car l'artillerie britannique se trouvait derrière une bande de terrain boueux sévèrement battue de 3,2 km de large. Alors que l'ampleur de la victoire devenait évidente, Plumer eut des doutes, mais à 14 heures, il accepta que le moment était passé. Gough a ordonné à la Cinquième Armée d'avancer davantage, puis a annulé l'instruction, après qu'une contre-attaque allemande locale aurait repoussé la 4e Division de 19 Meter Hill.

La pluie est tombée à nouveau le 4 octobre, s'est poursuivie les 5 et 6 octobre puis s'est transformée en averse le 7 octobre. Le 5 octobre, le général William Birdwood , commandant du I Anzac Corps , dit à Plumer que l'exploitation ne serait pas possible car le train léger du Corps et la route Westhoek-Zonnebeke ne pourraient pas transporter toute l'artillerie nécessaire. Le 7 octobre, Haig annule l'attaque d'exploitation vers les seconds objectifs (ligne rouge), prévue pour l'après-midi du 9 octobre. La pluie s'est arrêtée cette nuit-là et le sol a commencé à sécher le 8 octobre, jusqu'à la fin de l'après-midi où une autre averse a commencé. Du 4 au 9 octobre, plus de 30 mm (1,2 po) de pluie sont tombés, pendant un mois où les précipitations moyennes étaient de 75 mm (3,0 po). Selon James Edmonds, l'historien officiel, le Corps Chief Engineers et le Divisional Commanders Royal Engineers (CRE), a estimé que les conditions du sol n'ont pas créé de graves difficultés de transport vers la ligne de front jusqu'au 4 octobre. Dans certains endroits, la marche a été assez bonne jusqu'au 12 octobre, sauf dans certaines régions où le sol est devenu impraticable. La zone située derrière le IIe Corps d'Anzac, près du Steenbeek et de ses affluents, était appelée «bouillie de boue» (sic). Les pistes de planche de canard ont été prolongées à 1 mi (1,6 km) de la ligne de front, au-delà de laquelle se trouvait une rangée de piquets scellés éclairés par des lampes la nuit; des bêtes de somme ont piétiné de nombreuses pistes et piquets dans la boue.

L'extension des routes en planches derrière les deux corps d'Anzac s'est avérée impossible sous la pluie qui a commencé le 4 octobre, les planches coulant ou flottant au loin. L'artillerie de campagne du IIe Anzac Corps n'a pas pu avancer comme prévu de l'ouest de Steenbeek jusqu'à la route Zonnebeke Winnipeg. Les plates-formes ont été improvisées pour les garder hors de la boue, mais le fait de ne pas bouger les a laissées à 6 000 yd (3,4 mi; 5,5 km) de l'objectif du matin, 910 m (910 m) hors de portée de l'artillerie de campagne allemande au-delà de Passchendaele. Les batteries de campagne de la 66e (2nd East Lancashire) Division ont été placées au-delà de Frezenburg, le long de la route de Zonnebeke à 1,6 km de leurs positions prévues. Les conditions pour les artilleurs se détériorent rapidement, les pirogues inondant sous la pluie. Une forte augmentation de la maladie a entraîné des pannes dans le système de secours, au moment même où la charge de travail était à son maximum. Au lieu des 90 pièces de campagne habituelles de la 66e division (2nd East Lancashire), une brigade de campagne n'a mis en action que 25 canons et l'autre n'a pu tirer qu'après le début de l'attaque.

Les canons de campagne de la 49e division (West Riding) se trouvaient toujours le long de la route Wieltje Gravenstafel, à l'ouest de Steenbeek, avec seulement quelques avant de l'autre côté derrière la cote 35. Le transport de munitions par bête de somme n'était possible que sur des armes détenues à moins de 100 à 150 verges (91 à 137 m) des routes. Les voyages d'une heure auparavant duraient de 6 à 16 heures et les munitions arrivaient recouvertes de slime. L'effet de la pluie n'est pas uniforme et plus au nord, dans la zone du XIVe corps et de la première armée française, le sol n'a pas été autant endommagé par les tirs d'obus. Malgré des difficultés considérables, l'artillerie de campagne a été déplacée à moins de 4 000 yd (2,3 mi; 3,7 km) de l'objectif final et de nombreuses munitions et magasins de campagne ont été avancés. Le XIVe corps disposait de 49 batteries de trois cent douze canons de 18 livres en groupes, une pour chaque division, le groupe des gardes ayant 23 batteries ; l'artillerie moyenne et lourde étant regroupées de la même manière.

Plan d'attaque

Les arrangements convenus par Haig, Gough et Plumer le 2 octobre, l'effet de la victoire du 4 octobre et le désarroi des défenseurs allemands ont conduit à avancer l'attaque prévue pour le 10 octobre au 9 octobre, une seconde attaque étant prévue pour 12 octobre. Attaquant un front de 13 500 yd (7,7 mi; 12,3 km), il était destiné à capturer la crête de Passchendaele en deux étapes. Le premier objectif (ligne rouge) serait capturé par une attaque matinale qui, en cas de succès et à l'origine d'un retrait général des Allemands, serait suivie par les brigades de réserve des divisions attaquantes, qui avanceraient vers le deuxième objectif. (ligne bleue) dans l'après-midi. Le 7 octobre, Haig a annulé l'attaque de l'après-midi sur la ligne bleue en raison du temps humide.

Sur le flanc sud de l'attaque, le X Corps devait attaquer pour tenir les réserves allemandes autour de Becelaere et Gheluvelt. Au nord, le I Anzac Corps devait avancer sur le flanc droit de l'attaque principale, avec les 1re et 2e divisions australiennes, les 4e et 5e divisions australiennes étant en réserve. Plus au nord, le II Anzac Corps avec la Nouvelle-Zélande et la 3e division australienne en réserve, devait attaquer deux objectifs, la 66e division (2e East Lancashire), avançant le long de la crête principale, au nord de la voie ferrée Ypres-Roulers jusqu'à juste avant Passchendaele village et la 49e division (West Riding) de chaque côté du ruisseau Ravebeek, en amont de l'éperon Wallemolen jusqu'aux casemates de Bellevue. Si les premiers objectifs étaient atteints, les brigades de réserve devaient attaquer les seconds objectifs dans l'après-midi. Le deuxième objectif était de 800 à 1 000 yd (730 à 910 m) en avant de la ligne rouge, au-delà du village et de la crête principale respectivement. Les divisions de réserve étaient prêtes à avancer rapidement, en train depuis l'ouest d'Ypres pour poursuivre l'attaque le lendemain.

Sur le front de la 5e armée, le XVIIIe corps avec une brigade de la 48e division (South Midland) et de la 11e division (nord) , devait avancer de 1 200 yd (1 100 m) jusqu'à l'éperon de Poelcappelle et vers Westroosebeke sur la crête principale. Le XIVe corps devait avancer jusqu'à la lisière sud de la forêt de Houthoulst avec les divisions 4e, 29e et gardes, la première armée française se conformant à sa gauche. Des raids et des bombardements d'artillerie ont été organisés le long du reste du front pour tromper les Allemands sur les objectifs britanniques.

Préparatifs défensifs allemands

En face du I Anzac Corps, la 233e Division tenait la ligne, avec la 220e Division comme division de contre-attaque ( Eingreif ). Au nord, contre le IIe Corps d'Anzac, se trouvaient la 195e division et une partie de la 16e division , avec la 20e division et la 45e division de réserve comme divisions Eingreif ; plus au nord se trouvait la 227e division. La 18e division tenait Flandern I Stellung près de Poelcappelle et la 119e division tenait la forêt de Houthoulst. Les Allemands ont également été gênés par la météo, mais comme leurs positions étaient à la limite de la zone battue , les routes vers leur ligne de front étaient en meilleur état jusqu'à ce qu'elles se rapprochent du front. Un soldat allemand a écrit:

Le terrain était incroyablement marécageux, nous avons à peine avancé. L'homme à mon front a menacé de disparaître dans l'obscurité, alors je me suis déplacé plus vite, seulement pour rester coincé jusqu'à mes genoux dans le marais ... mais ensuite l'homme derrière moi s'est aussi coincé dans le désordre sale ... Enfin, nous avons été tous les deux extraits de la tourbière.

- Fähnrich Britten

Le 7 octobre, le quartier général de la 4e armée a annulé la politique d'une zone de défense frontale renforcée, pour éviter une nouvelle catastrophe comme le 4 octobre. Les régiments de première ligne ont été dispersés à nouveau, avec leurs bataillons de réserve replacés derrière la ligne de protection de l'artillerie. Plus d'artillerie devait être utilisée contre l'artillerie britannique pour protéger les Eingreifdivisionen à mesure qu'ils avançaient. Les Eingreifdivisionen ont été placés plus près de la ligne de front, pour intervenir le plus rapidement possible une fois l'attaque commencée, malgré le risque d'être dévasté par l'artillerie britannique. Le 9 octobre, Ludendorff a publié un mémorandum à toutes les divisions du front occidental, se plaignant que les Eingreifdivisionen étaient mal utilisées. La dispersion, les attaques mal programmées, la désorganisation et la mauvaise coordination avec l'artillerie ont fait de nombreuses victimes. Ludendorff a souligné que les unités de réserve des divisions de maintien au sol devraient mener des attaques hâtives ( Gegenstöße ) pour pousser les attaquants hors de leur zone. Les unités Eingreif ne doivent pas être utilisées pour renforcer les divisions de maintien au sol pour des contre-attaques hâtives, mais doivent être utilisées uniquement pour des contre-attaques correctement organisées ( Gegenangriffe ). Dans la mesure du possible, les Eingreifdivisionen devaient éviter les pertes, à moins que le terrain perdu ne soit suffisamment important sur le plan tactique pour être repris.

Bataille

Deuxième armée

Conditions météorologiques du
3 au 9 octobre 1917
Date Pluie
mm
° F
3 1.2 64 terne
4 4.6 60 terne
5 3.1 52 terne
6 2,1 47 terne
sept 10,4 53 terne
8 14,6 54 terne
9 0,0 53 bien

Dans la zone du X Corps au sud, la 15e brigade de la 5e division a attaqué le château de Polderhoek. La brigade atteignit les ruines du château derrière un barrage rampant et engagea les casemates à proximité mais la boue obstruait de nombreuses armes. Les tirs de mitrailleuses allemandes de Gheluvelt ont forcé la brigade à revenir sur la ligne de départ et une attaque cette nuit-là a été annulée. Plus au nord, la 95e brigade a attaqué à califourchon sur le Reutelbeek, a dépassé Cameron Covert et a ensuite été arrêtée par des tirs de mitrailleuses allemandes. (La 21e division , entre la 5e et la 7e division , ne faisait pas partie de l'attaque.) Deux bataillons de la 22e brigade de la 7e division ont réussi à se rassembler à l'heure, malgré le sol détrempé et ont avancé à 5 h 20 vers le bleu. ligne, qui avait été l'objectif final de la 21e division lors de l'attaque du 4 octobre. En moins de 30 minutes, des fusées éclairantes vertes sur l'objectif (ligne bleue) ont montré qu'il avait été capturé. Un rapport est arrivé que le terrain de commandement autour de Reutel avait été capturé et que de nombreux Allemands avaient été abattus en fuyant. L'avance avait été bloquée à Juniper Cottage et des canons allemands dans une brèche près du juge Copse ont également soutenu l'infanterie; un peloton de réserve a été envoyé mais n'a pas non plus été en mesure de nettoyer le Copse. Finalement, deux compagnies ont capturé la zone en attaquant du sud-est. Les Allemands ont bombardé la zone toute la nuit et toute la journée suivante, mais aucune contre-attaque n'a été tentée.

Dans la région du I Anzac Corps au nord du X Corps, la 1ère Division australienne a attaqué Celtic Wood et seulement 14 des 85 hommes sont revenus sans être blessés. La 2e division australienne devait couvrir le flanc droit de la 66e division (2e East Lancashire) au sud du chemin de fer Ypres Roulers, en pivotant vers sa droite. La 6e Brigade australienne sur le flanc droit, attaqua vers Daisy and Dairy woods sur un front de 1 200 yd (1 100 m) mais fut rapidement stoppée par les tirs de mitrailleuses allemandes; plus tard dans l'après-midi, les bois ont été débordés par le nord et l'objectif a été atteint. Deux bataillons de la 5e brigade australienne ont avancé de 1 200 verges (1 100 m) jusqu'à l'extrémité nord-ouest de l'éperon Keiberg; les bataillons étaient en sous-effectif et étaient incapables d'éponger convenablement les troupes allemandes qui avaient été contournées. Des renforts allemands se sont infiltrés derrière les Australiens, les mettant en danger avec l'encerclement. Avant que les troupes de la 66e division (2e East Lancashire) ne puissent monter, la brigade australienne s'est retirée de 800 yd (730 m) avec de nombreuses pertes; pendant le retrait, des troupes britanniques ont été vues avancer au nord de la voie ferrée. Au moment où les renforts étaient prêts à tenter une autre avance pour les soutenir, les troupes britanniques s'étaient également retirées et la 5e Brigade australienne se consolidait sur le premier objectif.

L'attaque principale a été menée par le IIe Corps d'Anzac . Deux brigades, chacune de la 66e (2nd East Lancashire) Division et de la 49th (West Riding) Division, se sont rassemblées derrière Frezenberg et Potijze, à environ 2,5 mi (4,0 km) de la ligne de saut. Les brigades devaient couvrir la distance en cinq heures, mais l'obscurité, la pluie, l'état du terrain et les tirs d'artillerie allemands agités ont causé de sérieux retards. Les deux divisions rapportèrent à 2 h 30 que certains bataillons ne seraient pas prêts pour zéro heure à 5 h 20 et que toute la 197e brigade sur le flanc droit serait en retard. Les officiers d'état-major ont été envoyés pour se dépêcher sur chaque homme capable d'aller plus vite, plutôt que de garder les unités ensemble. Lorsque le barrage rampant a commencé, les troupes qui étaient arrivées se sont dispersées et ont suivi le barrage. La liane était difficile à suivre, car une grande partie de l'artillerie de campagne était hors de combat, certains des autres tiraient de manière imprécise à partir de plates-formes instables et de nombreux obus explosifs étaient étouffés par la boue.

Les bataillons de la 197th Brigade , 66th (2nd East Lancashire) Division sur la droite, avancent rapidement sur le sable, bien qu'ils soient loin derrière le barrage rampant. Des fantassins allemands de la 195e Division ont été trouvés dans des trous d'obus et beaucoup ont été faits prisonniers alors que les Britanniques atteignaient l'objectif final (ligne bleue) à 10h00, une patrouille trouvant le village de Passchendaele vide. Peu de temps après l'arrivée à l'objectif final, la pluie s'est arrêtée et dans la meilleure visibilité, les mitrailleuses allemandes et l'artillerie de campagne ont commencé à tirer du flanc droit. A midi, les deux flancs de la brigade ont été basculés en arrière pour trouver des unités voisines, que les troupes du centre ont suivies, sous l'impression qu'il s'agissait d'un retrait général et que la brigade s'est retrouvée à la ligne rouge. Après avoir stoppé une contre-attaque allemande en fin d'après-midi, la division se retire légèrement pour prendre contact avec la 49e division (West Riding) sur la gauche et se mettre à l'abri des mitrailleuses sur l'éperon Bellevue. La 198e brigade sur la gauche a dû lutter dans la boue et les tranchées inondées, au nord du Ravebeek. Les tirs de mitrailleuses allemandes depuis les casemates de Bellevue, à 500 à 800 mètres (460 à 730 m), arrêtèrent l'infanterie à mi-chemin de la ligne rouge, malgré une nouvelle tentative d'avancer par les bataillons de soutien.

Les casemates allemandes de Bellevue ont pu tirer sur la 198e brigade, car l'attaque de la 148e brigade à droite de la 49e division (West Riding) a calé dans le marais à cheval sur le Ravebeek, seuls quelques groupes traversant. Le barrage rampant était mince et déplacé à 100 yd (91 m) en six minutes, beaucoup trop vite pour l'infanterie. Le barrage a été perdu sur le flanc droit aux bords marécageux du Stroombeek et des fusiliers et mitrailleurs allemands ont tiré à travers le barrage britannique, en particulier depuis Bellevue et les pentes de la Yetta. "Peter Pan" à gauche est capturé par la 146e brigade et à 6h40, le premier objectif (ligne rouge) est atteint. Une tentative en suivant les vagues de sauter à travers les troupes sur la ligne rouge a échoué, en raison du volume de tir des casemates de Bellevue. Une attaque est arrivée à moins de 40 mètres (37 m) de Bellevue et une tentative ultérieure d'attaque de flanc a été arrêtée par des tirs de mitrailleuses. L'attaque des maisons Yetta a également été ratissée par des tirs de mitrailleuses et s'est arrêtée à gauche à 100 mètres (91 m) de l'objectif.

La 147e brigade a été alertée et mise en préavis d'une heure à 7h30 du matin et au cours de la matinée, les troupes des bataillons de soutien des brigades attaquantes ont comblé les lacunes de la ligne. La position finale atteinte était de 100 à 200 yd (91-183 m) au-delà du premier objectif, à partir duquel une ligne de poteaux partait du sud de Wolf Farm jusqu'à l'extrémité est de Wolf Copse et de là au sud-est de Wolf Copse , avec un poteau avancé à 150 yd (140 m) au sud-est du Copse. Une ligne de soutien a été creusée le long du premier objectif et plusieurs petites contre-attaques ont été vues. Des troupes d'un bataillon de réserve ont été envoyées dans les environs de Peter Pan et davantage de troupes ont occupé l'ancienne ligne de front britannique. Vers 9h00, une entreprise parvient à contourner Peter Pan et à capturer les casemates, ce qui permet à l'avance de se poursuivre jusqu'à un champ de barbelés, à 150 mètres (140 m) de Bellevue. D'autres fils de fer avaient été étalés autour des casemates, qui faisaient partie de Flandern I Stellung . D'autres mitrailleuses allemandes avaient été cachées dans des trous d'obus et après plusieurs tentatives d'avancement, les troupes creusèrent à mi-chemin de la pente.

La 146e brigade a trouvé un pont sur la route de Gravenstafel et a avancé de plusieurs centaines de mètres sur l'éperon Wallemolen au-delà du Ravebeek, avant d'être arrêtée à 9h30 par les mitrailleuses dans les casemates de Bellevue et un champ de fils non coupés 25 40 mètres (2337 m) de large devant les casemates, qui obstruaient tout le front divisionnaire. Vers 13 h 00, un rapport de reconnaissance d'un équipage d'avion de patrouille de contact indiquait la 66e division (2e East Lancashire) et la 49e division (West Riding) à l'objectif final. Malgré le scepticisme des officiers d'état-major de la brigade, les deux divisions ont reçu l'ordre de faire avancer les réserves pour consolider la ligne. Dans l'ignorance de la cause de l'échec, le QG divisionnaire a envoyé en avant la 147e brigade et le reste des bataillons de soutien des brigades d'attaque, qui ont été soit bloqués, soit retenus sur l'éperon de Gravenstafel, au fur et à mesure que la cause de l'échec était réalisée. Dans l'après-midi, les 148e et 146e brigades étaient près de la ligne rouge, ayant fait 2 500 victimes. La droite de la 66e division (2e East Lancashire) reposait sur la voie ferrée au-delà de Keerselaarhoek sous la crête principale, puis au nord après Augustus Wood jusqu'à Ravebeek. La ligne de la 49e division (West Riding) a commencé dans la vallée à Marsh Bottom, puis le long du bas des pentes de Bellevue au-dessus du Ravebeek, jusqu'aux maisons Peter Pan et Yetta, puis à la limite du XVIIIe corps de la 144e brigade de la 48e ( South Midland) Division à Adler Farm. De petits groupes ont été isolés plus haut sur les pentes de Bellevue, à la limite ouest de Wolf Copse, Wolf Farm et d'un cimetière à la limite nord.

Cinquième armée

Dans la zone XVIII Corps, une brigade chacun des 48e (Midland Sud) Division et 11 (Nord) Division, a 14   1 2 heures dans la nuit du 7 au 8 octobre pour atteindre la ligne de front dans la boue et la pluie. Lorsque les brigades ont attaqué, elles ont été balayées par les tirs de mitrailleuses de la 16e division allemande fraîche, qui s'était glissée en avant dans l'obscurité et occupait des positions de trous d'obus si près de la ligne de saut britannique, que le barrage britannique les a dépassés. L'infanterie britannique a perdu le barrage, qui était aussi inefficace qu'ailleurs en raison des obus étouffés et se déplaçant à 100 yd (91 m) en quatre minutes, trop vite pour les conditions. Le contre-barrage allemand est arrivé au bout de sept minutes et a été tout aussi inefficace. Le bombardement destructeur britannique sur les positions allemandes a été beaucoup plus dommageable que le bombardement rampant et a causé des pertes allemandes considérables.

Les casemates allemands étaient pour la plupart intacts et une grande quantité de tirs d'armes légères de leur part a causé de nombreuses pertes britanniques par des tirs croisés et traversants. Des positions creusées dans les ruines de Poelcappelle servaient à tirer en enfilade contre les assaillants. L'avance britannique a été stoppée à 100200 yd (91183 m) au-delà de la ligne de front sur la gauche, à la brasserie près de Polcappelle, d'où les troupes se sont retirées vers leurs tranchées de saut pour se réorganiser. Au fur et à mesure de cette retraite, les survivants des autres unités du flanc gauche et du centre se sont conformés. Sur le flanc droit, la défense allemande avait été beaucoup moins déterminée et plus de terrain aurait pu être pris sans l'échec de la gauche. Le terrain a été consolidé et des renforts ont été apportés entre la Ferme aux faisans et le Carrefour Retour. Les prisonniers ont signalé de nombreuses victimes dans la division allemande d'en face, car elle était fraîche et disposée à se battre pour tenir son terrain. Après la fin des combats, les deux parties ont récupéré des blessés lors d'une trêve locale.

Dans la zone du XIVe Corps , la 4e Division a attaqué avec une brigade sur un front de 800 mètres (730 m). Les progrès limités de l'attaque du XVIIIe corps au sud ont limité l'avancée juste au-delà de Poelcappelle et une nouvelle ligne a été consolidée au-delà de la route Poelcappelle Houthoulst. Sur le flanc gauche au nord, l'objectif final de la 29e Division était de 1 650 yd (1 510 m) en avant à droite et de 2 500 yd (1,4 mi; 2,3 km) à gauche. Les troupes d' attaque avaient déplacé la veille sous une pluie torrentielle, le bataillon de Terre - Neuve sur le flanc gauche, en prenant 4   1 2 heures, pour parcourir 9,7 km (6 mi) jusqu'à la ligne de front. L'avancée s'est faite en trois étapes, avec une heure pour se consolider derrière des barrages stationnaires et fumigènes aux objectifs premier et intermédiaire. La pluie s'est arrêtée à minuit et l'attaque a commencé à 5 h 20. Sur la droite, les mitrailleuses allemandes à Olga Farm ont fait de nombreuses victimes et un retard mais le premier objectif a été atteint à temps. Les troupes survivantes ont avancé sur Condé House par des joncs de trous d'obus et ont fait 200 prisonniers quand ils l'ont atteint.

Le feu de deux casemates allemands a stoppé l'avancée et une contre-attaque allemande a commencé à partir des casemates. L'infanterie allemande a attaqué en huit vagues et les Britanniques les ont engagées avec des tirs de fusil et de mitrailleuse. À 8 h 55, le barrage pour l'avance vers le troisième (dernier) objectif a commencé et a étouffé l'infanterie allemande restante; La résistance allemande s'effondre et l'objectif final est atteint à 10 h. La brigade de gauche avance à droite de Bear Copse, qui est spécialement bombardée par des mortiers Stokes , ce qui incite la garnison allemande à se rendre. Le Broembeek a été traversé par le bataillon de Terre-Neuve, qui a avancé sur le chemin de fer Ypres Staden, a capturé les abris allemands dans le remblai et a atteint le premier objectif à temps. L'avancée vers le deuxième objectif a trouvé la résistance allemande très réduite et l'objectif final 700 yd (640 m) plus loin a été atteint. Une contre-attaque a été défaite à midi puis un abandon de 200 yd (180 m) a été effectué, face à une autre contre-attaque plus tard dans l'après-midi; L'infanterie allemande a laissé la zone vacante.

La Division de la Garde devait traverser la Broembeek et se rapprocher de la forêt de Houthoulst, sur un front de la voie ferrée Ypres-Staden, jusqu'à la jonction avec l'armée française près de Craonne Farm. Avant l'attaque, 355 nattes, 180 passerelles et suffisamment de câbles pour couvrir 3 000 yd (1,7 mi; 2,7 km) de front ont été portés en avant par le bataillon des pionniers; beaucoup de fouilles ont été faites mais la pluie a détruit les tranchées au fur et à mesure de leur construction. Les deux brigades attaquantes remontèrent tard le 7 octobre sous une pluie torrentielle, qui s'arrêta à minuit les 8/9 octobre et le matin se leva bien avec un vent desséchant. Le barrage est descendu rapidement à 5h30 du matin et après quatre minutes a commencé à avancer à une vitesse de 100 yd (91 m) en huit minutes. Traverser le Broembeek était plus facile que prévu, car l'infanterie allemande à proximité se rendit facilement.

Peu de résistance allemande a été rencontrée sur la droite, sauf d'un casemate allemand à Egypt House, d'où les gardes ont tiré leur flanc droit sous le feu des tireurs d'élite, en attendant que les troupes terre-neuviennes de la 29e division arrivent. La brigade de gauche contourna un point fort allemand et atteignit l'objectif final, prenant le point fort plus tard dans l'après-midi. La consolidation a été entravée par des tireurs d'élite allemands dans la forêt de Houthoulst et des avions allemands sont apparus au-dessus de la nouvelle ligne de front, qui était à 2 500 yd (1,4 mi; 2,3 km) en avant sur l'embranchement Veldhoek Vijwegen. Aucune contre-attaque n'a été faite jusqu'au soir, au-delà du flanc droit sur le front de la 29e Division, qui s'est retirée sur une courte distance. À gauche de la division de la garde, les troupes allemandes, massées à la jonction avec la 2e division française au nord, ont été dispersées par les tirs de mitrailleuses des artilleurs, qui avaient avancé vers l'objectif final avec l'infanterie et par les tirs d'artillerie britannique.

Je re Armée

La première armée française, entre la cinquième armée britannique au sud et l'armée belge plus au nord, attaque le 31 juillet au sud des inondations et avance à l'ouest de Wijdendreft et de Bixschoote. Le 1er août, la 51e division sur le flanc gauche avait capturé du terrain depuis le Martjevaart et St Jansbeek jusqu'à Drie Grachten. L'axe de l'avancée française se situait le long des rives du Corverbeek, vers les franges sud et sud-est de la forêt de Houthulst, les villages de Koekuit, Mangelaere, blockhaus et casemates, qui reliaient la forêt à la ligne allemande vers le sud en direction de Poelcappelle. Sur le flanc gauche, les Français étaient couverts par l'armée belge, qui tenait le terrain autour de Knocke et des inondations de l'Yser. Le 9 octobre, la 2e division française du I Corps , devait attaquer vers Houthulst Forest avec l'attaque britannique du XIV Corps sur Poelcappelle. L'artillerie française soumit les défenses allemandes à l'est et au sud-est de la forêt de Houthulst à un bombardement de trois jours. À 5 h 30, un barrage rampant a commencé à avancer très lentement sur une «mer» de boue. Le tir d'artillerie est si efficace que malgré une avance d'infanterie extrêmement lente, les objectifs français sont atteints à 10 heures du matin avec peu de pertes.

Après avoir traversé le Broembeek inondé à sa confluence avec le Steenbeek près de St Jean, juste avant le point où le Steenbeek devient le St Jansbeek, à travers une large et peu profonde dépression remplie de boue, la 2e Division a capturé les villages de St Jean, Veldhoek et Mangelaere à la périphérie de la forêt et chassé les Allemands de plusieurs fermes fortifiées et casemates. La profondeur moyenne de l'avance était de 1,25 mi (2,01 km) et a été accomplie en quatre heures, malgré les conditions du sol, avec moins de 500 victimes; Le I Corps a fait 300 prisonniers. Malgré la pluie, les nuages bas et les vents violents, les aviateurs français avaient volé bas, mitraillé l'infanterie allemande et effectué des reconnaissances tactiques. Sur la droite des Français, la Division de la Garde a coopéré à la prise de Koekuit, ayant également traversé la boue du Broembeek. Les contre-attaques allemandes ont récupéré un point fort à l'extrémité nord du front d'attaque français, jusqu'à ce qu'elles soient expulsées par une contre-attaque locale. Sur le flanc gauche de l'offensive franco-britannique, l'attaque a été un succès complet.

Opérations aériennes

Le temps sec et clair à Ypres en septembre a pris fin et des vents violents, de la pluie et des nuages bas ont obscurci le champ de bataille le 4 octobre. De fortes pluies sont tombées les 7 et 8 octobre et ont gravement entravé les opérations aériennes et aucune observation d'artillerie n'a été réalisée par les Britanniques du 5 au 9 octobre. L'artillerie allemande derrière la crête de Passchendaele et le plateau de Gheluvelt n'a pas été détectée et très peu de tirs de contre-batterie britannique ont été obtenus. La coupe du fil par l'artillerie qui est entrée en action était insuffisante, dans les zones où il n'y avait pas d'observation au sol. Peu de vols ont été tentés le 9 octobre, mais les équipages des brigades II et V ont réussi quinze patrouilles de contact et 17 patrouilles de contre-attaque à très bas niveau. La progression de l'attaque a été rapportée avec une certaine précision et 354 appels de zone ont été lancés contre l'artillerie allemande et des groupes d'infanterie, 21 batteries d'artillerie allemandes ont été engagées pour la destruction et 33 pour la neutralisation. Au-dessus de la zone du XIVe Corps, des avions du 9e Escadron ont traversé le barrage pour observer l'avancée de l'infanterie et ont fait cinq victimes parmi les équipages. Des avions de l'aile de l'armée effectuèrent des vols de reconnaissance au-dessus des lignes allemandes et abattirent quatre chasseurs allemands, pour un avion perdu et un pilote blessé.

4e armée allemande

La 233e Division, en face du 1er Corps d'Anzac, n'avait pas besoin du soutien de la 220e Division ( Eingreif ). Pour contre-attaquer le IIe Corps d'Anzac, la 16e division et la 195e division en première ligne étaient appuyées par des parties de la 20e division et de la 45e division de réserve. La 240e division ( Eingreif ) est envoyée en avant à midi, pour soutenir la 6e division bavaroise près de Polecappelle. La division avança sur des voies d'approche soumises à un poids de feu «énorme» et réussit à regagner du terrain capturé. À 19 h 00, les Britanniques attaquèrent à nouveau, la bataille finissant par s'apaiser avec des gains mineurs de terrain de chaque côté. Après de nombreuses contre-attaques allemandes pendant la nuit, sauf près de Reutel, en face de Passchendaele et près de la forêt de Houthoulst, les Britanniques sont revenus sur leurs lignes de départ. Les auteurs de Der Weltkrieg , l'histoire officielle allemande, ont considéré que la bataille était un succès défensif coûteux.

Conséquences

Une analyse

Sur la crête de Passchendaele et sur l'éperon Wallemolen, un soutien d'artillerie insuffisant, les casemates allemands et de vastes barbelés non coupés du Flandern I Stellung (Flanders I Position), la pluie, la boue, les nids de mitrailleuses et les contre-attaques ont conduit les assaillants. être repoussé vers leurs lignes de départ. Les brigades de la 66e (2nd East Lancashire) Division et de la 49th (West Riding) Division du II Anzac Corps ont commencé l'attaque épuisées par les conditions de la marche d'approche et certaines unités n'étaient pas arrivées lorsque l'attaque a commencé, bien qu'à droite de la 66e division (2e East Lancashire), les troupes allemandes se rendirent facilement aux bataillons britanniques épuisés. Dans le I Anzac Corps, les divisions australiennes étaient en sous-effectif après l'attaque du 4 octobre et la contrainte de tenir le front jusqu'à l'attaque. Du 30 septembre au 14 octobre, la consommation d'obus BEF (la plupart tirés à Ypres) est passée de 2,5 millions à 1,6 million par l'artillerie de campagne, de 510 000 à 350000 obus par l'artillerie moyenne et de 153 000 à 119 000 obus par l'artillerie lourde, bien que les comptes allemands. mentionner les bombardements «lourds», «indescriptiblement lourds» et «à tambour».

Les troupes attaquantes ont été soumises à plus de tirs d'artillerie allemande que lors des batailles récentes, en raison de la réduction des tirs de contre-batterie de l'artillerie britannique et de l'observation aérienne insuffisante pendant les mauvaises conditions météorologiques du 4 au 8 octobre. Il semble que la pluie avait aidé à masquer l'avance, mais lorsqu'elle s'est arrêtée, les mitrailleurs et l'artillerie de campagne allemands ont pu voir l'infanterie britannique et australienne et infliger de nombreuses pertes. De nombreux soldats blessés sont restés bloqués sur le champ de bataille, sous le feu des tireurs d'élite, dans la boue et la pluie. La bataille était également coûteuse pour les Allemands et le prince héritier Rupprecht a écrit sur la «supériorité oppressive» de l'artillerie britannique, même si la 4e armée avait tiré 27 trains de munitions pendant l'attaque. Les unités se sont mélangées, ont subi «un gaspillage très élevé» et «la confusion règne». Rupprecht et Kuhl craignaient que ce terrain ne soit concédé, pour retarder les Britanniques en leur faisant redéployer leur artillerie. Dans le nord, près de la forêt de Houthoulst, l'attaque avait repoussé la ligne allemande jusqu'à 2 500 mètres (2 300 mètres) et 2 100 soldats allemands avaient été faits prisonniers.

La tension a été reflétée dans un ordre de la 4e armée par le général Sixt von Armin le 11 octobre, reconnaissant que bien que de nouvelles divisions de maintien au sol aient vaincu les attaques, certaines troupes britanniques avaient avancé d'une distance considérable et du terrain avait été perdu, malgré l'intervention d' Eingreifdivisionen . Armin a noté que davantage de troupes allemandes ruisselaient vers l'arrière, même les jours calmes et a ordonné que «les mesures les plus sévères» soient prises contre elles et rendues publiques. Malgré les difficultés et le coût, les défenseurs allemands avaient obtenu un succès défensif considérable mais avec l'attaque du 12 octobre (première bataille de Passchendaele), la bataille de Poelcappelle provoqua une «crise de commandement». Les pertes allemandes sont passées à 159 000 hommes, ce qui met en péril le front et «choque mentalement» les survivants. Avec des opérations en cours en Italie et une offensive attendue des Français sur le front de l'Aisne, de nouvelles divisions n'étaient pas disponibles pour la 4e armée.

Victimes

La 7e Division a fait 3 877 victimes du 1er au 10 octobre. Edmonds a noté 6 957 victimes dans les 66e, 49e et 2e divisions australiennes et 10 973 pertes dans la 5e armée du 9 au 14 octobre (y compris la première bataille de Passchendaele le 12 octobre). Dans la vallée de Ravebeek, dans la région de la 66e division (2e East Lancashire), certains des blessés se sont noyés dans des trous d'obus qui s'étaient remplis de pluie. Le 12 octobre, un officier australien a découvert:

La pente ... était jonchée de morts, les leurs et les nôtres ... J'ai trouvé ici une cinquantaine d'hommes vivants, des Mandchesters ... Certains y étaient déjà depuis quatre jours ...

- Lieutenant WG Fisher

Le lendemain, il a rapporté que

... certains des Mandchesters étaient encore là, sept jours blessés et pas regardés ... Nos hommes ont donné toute leur nourriture et leur eau, mais c'était tout ce qu'ils pouvaient faire.

- Lieutenant WG Fisher (13 octobre)

La division néo-zélandaise a retrouvé des blessés de la 49e division (West Riding),

... affamés et sans soins sur le champ de bataille ... Ceux qui ne pouvaient être ramenés étaient habillés dans les trous d'obus boueux ... Le matin du 12, beaucoup de ces malheureux étaient encore couchés sur le champ de bataille, et un grand nombre d'entre eux étaient morts d'exposition par temps humide et froid ... Avant même l'attaque, les postes de secours et les postes de secours du régiment ainsi que le champ de bataille lui-même étaient encombrés de blessés de la 49e division (West Riding).

- Colonel Hugh Stewart

En 2014, Robert Perry a écrit que les pertes de la deuxième armée dans l'attaque avaient été de 1253 dans la 2e division australienne (I Anzac Corps) et environ 5700 hommes dans le II Anzac Corps, 3,119 pertes dans la 66e (2nd East Lancashire) Division et 2585 victimes. dans la 49e division (West Riding). James Edmonds , l'historien officiel britannique, a cité dans l'histoire officielle allemande que les pertes allemandes étaient très récentes (considérables) et que l'épreuve «n'avait aucun rapport avec l'avantage obtenu». Les calculs des pertes allemandes par Edmonds ont été sévèrement critiqués depuis. Dans le volume XIII de Der Weltkrieg (1942), les historiens officiels allemands ont enregistré 35 000 victimes, dont 13 000 disparues pour la période de dix jours du 1er au 10 octobre.

Opérations ultérieures

La 66th (2nd East Lancashire) Division repousse une contre-attaque le 10 octobre. De nombreux secours divisionnaires britanniques ont eu lieu avant le 12 octobre et un faux raid allemand a été signalé ce matin-là. La première bataille de Passchendaele a eu lieu le 12 octobre. L'attaque a pris du terrain dans le nord, mais les premiers gains autour de Passchendaele ont été pour la plupart perdus en contre-attaques allemandes. La bataille fut un succès défensif allemand, bien que coûteux pour les deux parties. Les attaques britanniques ont été reportées jusqu'à ce que le temps s'améliore et que les communications derrière le front aient été rétablies. Deux divisions allemandes destinées à l'Italie sont détournées vers la Flandre, pour remplacer des pertes «extraordinairement élevées».

Croix de Victoria

Remarques

Notes de bas de page

Références

Livres

Encyclopédies

Journaux

  • McRandle, J .; Quirk, J. (2006). "Le test sanguin revisité: un nouveau regard sur les comptes allemands de pertes pendant la Première Guerre mondiale". The Journal of Military History (éd. De juillet 2006). Lexington Va. 70 (3): 667701. doi : 10.1353 / jmh.2006.0180 . ISSN   0899-3718 .

Thèses

Lectures complémentaires

Liens externes

Opiniones de nuestros usuarios

Eliane Leblanc

Super découverte cet article sur Bataille de Poelcappelle et toute la page. Va directement aux favoris.

Charles Marin

Merci pour ce message sur Bataille de Poelcappelle, c'est exactement ce dont j'avais besoin.

Laure Lamy

Mon père m'a mis au défi de faire les devoirs sans utiliser quoi que ce soit de Wikipédia, je lui ai dit qu'il pouvait le faire en cherchant sur de nombreux autres sites. Heureusement pour moi, j'ai trouvé ce site Web et cet article sur Bataille de Poelcappelle m'a aidé à accomplir ma tâche. J'ai failli tomber dans la tentation d'aller sur Wikipédia, car je n'ai rien trouvé sur Bataille de Poelcappelle, mais heureusement, je l'ai trouvé ici, car mon père a ensuite vérifié l'historique de navigation pour voir où il se trouvait. Pouvez-vous imaginer si je suis entré dans Wikipédia ? Vous avez sûrement rencontré ce site Web et l'article sur Bataille de Poelcappelle ici. C'est pourquoi je les ai laissés mettre cinq étoiles.

Serge Gerard

Cette entrée sur Bataille de Poelcappelle m'a fait gagner un pari, ce qui est loin de lui donner un bon score.