Bataille de Kolwezi



L'internet est une source inépuisable de connaissances, y compris lorsqu'il s'agit de Bataille de Kolwezi. Des siècles et des siècles de connaissances humaines sur Bataille de Kolwezi ont été versés, et sont encore versés, dans le réseau, et c'est précisément la raison pour laquelle il est si difficile d'y accéder, car nous pouvons trouver des endroits où la navigation peut être difficile, voire impraticable. Notre proposition est que vous ne fassiez pas naufrage dans une mer de données concernant Bataille de Kolwezi et que vous puissiez atteindre tous les ports de la sagesse rapidement et efficacement.

Avec cet objectif en tête, nous avons fait quelque chose qui va au-delà de l'évident, en collectant les informations les plus récentes et les mieux expliquées sur Bataille de Kolwezi. Nous l'avons également organisé de manière à le rendre facile à lire, avec un design minimaliste et agréable, garantissant la meilleure expérience utilisateur et le temps de chargement le plus court. Nous vous facilitons la tâche pour que vous n'ayez plus qu'à vous soucier de tout savoir sur Bataille de Kolwezi ! Donc, si vous pensez que nous avons atteint notre objectif et que vous savez déjà tout ce que vous vouliez savoir sur Bataille de Kolwezi, nous serions ravis de vous revoir sur les mers calmes de scientiafr.com dès que votre soif de connaissances se réveillera.

Bataille de Kolwezi
Une partie des invasions de Shaba
Mortier2.jpg
Mortier du 2 REP en action.
Date 18-22 mai 1978  ( 18/05/1978  - 22/05/1978 )
Emplacement
Résultat Victoire de la coalition zaïroise
Belligérants
FLNC
Commandants et chefs
Philippe Erulin Nathaniel Mbumba
Force
~ 5 000 3000-4000 (estimé)
Victimes et pertes
Zaïre ~ 120 tués
France 5 tués, 6 disparus
Belgique 1 tué
  • ~ 250 à 400 tués
  • 160 capturés

La bataille de Kolwezi a été une opération aéroportée par français et belges forces aéroportées qui ont eu lieu en mai 1978 au Zaïre pendant la Shaba II invasion du Zaïre par le Front de libération nationale du Congo (FLNC). Il visait à sauver les otages européens et zaïrois détenus par les rebelles du FLNC après la conquête de la ville de Kolwezi . L'opération a réussi avec la libération des otages et des pertes militaires légères.

Le contexte

Situation de Kolwezi

La ville de Kolwezi est située dans la région riche en minerais de Shaba (aujourd'hui Lualaba ), au sud-est du Zaïre (aujourd'hui République démocratique du Congo ). En 1978, la ville comptait 100 000 habitants dans une zone urbaine de 40 km², avec des quartiers de ville séparés par des collines. C'est un endroit stratégique, car il se trouve sur d'importantes routes et lignes de chemin de fer qui relient Lubumbashi à Dilolo . Il y a un aéroport à 6 kilomètres (3,7 mi) du centre de la ville.

Prise d'otages par les rebelles

En mars 1978, une rencontre eut lieu entre des responsables algériens et angolais et des militants du FLNC. Les services de renseignement zaïrois ont été mis au courant d'une éventuelle opération de déstabilisation dans la région de Shaba, qui avait une valeur élevée en raison de ses mines de matières précieuses comme le cuivre , le cobalt , l' uranium et le radium . Pendant quelques mois, l' Union soviétique achetait tout le cobalt disponible sur le marché libre, mais les renseignements occidentaux ne reliaient pas cela à la crise à venir. L'opération FLNC devait être dirigée par Nathaniel Mbumba , assisté par des officiers des États communistes de Cuba et de la République démocratique allemande .

En mai 1978, un soulèvement a eu lieu au Katanga contre le président Mobutu Sese Seko . Le 11 mai, un groupe rebelle du FLNC, fort de 3 000 à 4 000 hommes, est arrivé. Le FLNC était soutenu par des mercenaires étrangers. Au départ de l'Angola, il avait traversé la Zambie neutre . À leur arrivée, ils ont pris environ 3 000 Européens en otages et ont procédé à diverses exécutions, notamment après l'intervention de parachutistes zaïrois le 15 mai. Entre 90 et 280 Européens ont été tués.

À partir du 15 mai, des centaines de rebelles ont commencé à quitter la ville dans des véhicules volés, ne laissant que 500 hommes dirigés par des Cubains, pour la plupart placés en garnison dans le quartier de Manika et en banlieue.

Le président Mobutu a demandé l'aide étrangère de la Belgique, de la France et des États-Unis.

Opération franco-belge

Préparation

Le 16 mai à 00h45, le 2e régiment étranger de parachutistes (2e REP), dirigé par le colonel Philippe Erulin , est mis en alerte. Une réunion a eu lieu en Allemagne de l'Ouest entre des responsables belges et français pour coordonner une opération commune. La réunion fut un échec, car les Français voulaient déployer leurs forces pour neutraliser les rebelles et sécuriser la ville, tandis que les Belges voulaient évacuer les étrangers. Finalement, le régiment belge de paracommando a été envoyé de manière indépendante. Pendant ce temps, des éléments de l'opération prévue ont commencé à s'infiltrer dans la presse, faisant craindre que la surprise ne soit perdue si des mesures rapides n'étaient pas prises.

Le 17 mai, des soldats du 2e REP ont embarqué dans 4 DC-8 de la compagnie aérienne française UTA et ont été transportés de Solenzara en Corse à Kinshasa . Du matériel lourd a suivi dans un Boeing 707 , arrivant le 18 à 23h15. Les préparatifs ont eu lieu à l'aéroport militaire de Kinshasa, notamment l'instruction à l'utilisation des parachutes américains qui a eu lieu dans la nuit du 18 au 19 mai. Un briefing a également eu lieu, donné par le colonel Yves Gras , l'attaché militaire français à Kinshasa. A 11h00, la première vague a décollé dans 2 Transalls français et 4 Zaïrois C-130 Hercules . Pendant ce temps, les Paracommandos belges se regroupaient à Kamina .

Le premier C-130 de l' armée de l'air belge a décollé le 18 mai à 13h15 de la base aérienne de Melsbroek , à destination de Kamina via Kinshasa. À l'époque, l'autorisation de traverser l'espace aérien français n'avait pas encore été donnée, et elle a été obtenue au moment même où le troisième C-130 décollait. Trente-six heures après, le Paracommando Regiment était déployé au Zaïre et prêt à l'action.

Français Bonite (ou Léopard ) et belge Red Bean Operations

Le 19 mai, le 2e REP a été transporté de Kinshasa à Kolwezi, à 1 500 kilomètres (930 mi). À 14h30, une première vague de 450 hommes a sauté d'une altitude de 250 mètres dans l'ancien hippodrome de la ville. Le largage a été effectué sous le feu des armes légères d'infanterie, et six hommes ont été blessés à leur atterrissage, tandis qu'un autre a été isolé de son unité, tué et mutilé dans la rue avant même de retirer son parachute.

Une violente fusillade s'est ensuivie dans les rues, tandis que des tireurs d'élite français ont commencé à repérer des rebelles menaçants, tuant 10 d'entre eux à 300 mètres avec le fusil de précision FR F1 . Les otages européens et ceux qui avaient pu se cacher ont commencé à passer sous le contrôle et la protection des Français. À 15h00, l'armure rebelle a tenté une contre-attaque avec trois voitures blindées Panhard AML capturées , que les légionnaires ont rencontré par des tirs de roquettes et d'armes légères. L'AML-60 de tête a été assommé à une portée de cinquante mètres par un LRAC F1 ; un deuxième AML a déchargé un seul obus de 90 mm sur ses assaillants avant de se retirer.

À 18h00, la ville était sous contrôle français et en grande partie sécurisée. Pendant la nuit, les rebelles ont tenté de s'infiltrer mais ont été arrêtés par une embuscade préparée par la Légion étrangère française.

Dans la nuit du 19 au 20 mai, de nouveaux combats ont eu lieu. Le 20, à 06h30, une autre vague de 250 parachutistes (la 4e compagnie et la section d'exploration et de reconnaissance) est larguée à l'est de la ville, prenant des positions rebelles par derrière et occupant cette partie de la ville avant midi. Ce groupe est entré dans le quartier P2 et a découvert les massacres qui y avaient eu lieu.

Le 20 mai, le Paracommando Regiment débarque à l'aéroport et se dirige à pied vers la ville. Des éléments de la Légion étrangère française ont ouvert le feu et quelques échanges ont eu lieu avant que les unités ne s'identifient; l'incident n'a pas fait de victimes. Les Belges sont alors entrés à Kolwezi et ont commencé à évacuer les Européens vers l'aéroport, laissant la sécurisation de la ville aux Français. Les premiers otages ont été évacués vers l'Europe à midi.

Le lendemain de la reprise de l'aéroport, le président Mobutu est arrivé en personne pour remonter le moral des troupes et rassurer la population; il a saisi l'occasion de défiler plusieurs cadavres européens dans la Villa P2. Cela a frappé l'opinion publique occidentale et a conduit à une large acceptation de la décision de l'Elysée de lancer l'opération. Pierre Yambuya a rapporté plus tard que les Européens de la Villa P2 avaient en fait été exécutés par les troupes du colonel Bosange parce que Mobutu souhaitait provoquer une intervention internationale.

Initialement condamnés à rester 72 heures au maximum, les Belges ont fini par rester plus d'un mois avec les troupes marocaines, approvisionnant la population en nourriture et en maintenant l'ordre.

Dans l'après-midi du 20 mai, Metalkat (aujourd'hui Metal-Shaba ) a été pris par le 2 REP, chassant 200 rebelles. Sergent-Chef Daniel a été tué pendant le combat. Cette opération rapide a fourni aux parachutistes l'élément de surprise qu'ils ont exploité, capturant le centre de la ville. En deux jours, toute la ville était sous contrôle et 2 800 Européens ont été sécurisés et évacués le 21 mai.

Soulagement

La région entière passa bientôt sous le contrôle des parachutistes français et belges, jusqu'à ce qu'ils soient relevés par une Force interafricaine ( Force Interafricaine ) dirigée par 1 500 soldats marocains et comprenant le Sénégal (560600), le Togo et le Gabon. Parmi les autres contributeurs à la force figuraient la Côte d'Ivoire qui a envoyé environ 200 médecins. Entre le départ des Français et l'arrivée de la force interafricaine, Kolwezi était sous le contrôle de la force de Mobutu, qui en a arrêté et exécuté des centaines de personnes qualifiées de «rebelles».

La force était sous le commandement du colonel-major marocain Khader Loubaris et le contingent sénégalais était sous le commandement du colonel Osmane Ndoye. La force sénégalaise comprenait un bataillon de parachutistes de Thiaroye .

Résultat

2 200 Européens et 3 000 Africains ont été évacués, tandis que 60 Européens et une centaine d'Africains ont été massacrés.

Le FLNC a perdu environ 400 tués et 160 prisonniers, tandis que 1500 armes légères et lourdes ont été saisies, notamment 10 mitrailleuses lourdes, 38 mitrailleuses légères, quatre pièces d'artillerie, 15 mortiers et 21 lance-roquettes. Deux voitures blindées Panhard des forces de sécurité zaïroises ont également été capturées ou détruites.

Les Français ont perdu cinq tués et 25 blessés avec le 2 REP, et six disparus à la mission militaire française. Un parachutiste belge a été tué.

Le 311e bataillon de parachutistes zaïrois a perdu 14 tués et 8 blessés.

700 civils africains et 170 Européens ont été tués pendant toute l'opération.

L'opération était une illustration de l'efficience et de l'efficacité de l'infanterie légère lorsqu'elle était utilisée avec l'élément de surprise et avec une bonne intelligence et une bonne logistique.

Le régime de Mobutu a été renforcé et la coopération militaire franco-zaïroise a été renforcée. Les groupes industriels français, notamment Thomson-CSF , CGE et Péchiney , ont réalisé des gains notables de part de marché au Zaïre.

Remarques

Les références

Filmographie

Bibliographie

  • Légion je t'accuse, La face cachée de Kolwezi , par Roger Rousseau, [1] Ed. Rexy, 2006
  • Kolwezi L'Avènement d'un officier sans honneur , par Raymond Regnier, [2] Ed. Rexy, 2008

Remarque: «Roger Rousseau» et «Raymond Regnier» sont tous deux les pseudonymes de la même personne, un ancien légionnaire de la 3e compagnie 2 REP qui a déserté.

  • Pierre Sergent , La Légion saute sur Kolwezi Opération Léopard, Presses de la cité, 1978 ISBN   978-2-266-00676-7
  • (en français et anglais) Général Gausserès, Les enseignements de Kolwezi - Mai 1978 ', Cahiers du Retex n ° 12, supplément à Objectif doctrine 37 (PDF) (publié par le Centre de doctrine de l'emploi des forces, Ministère de La défense). p 27-31.
  • Ligne de Front n ° 1, septembre 2006, " 1978, le REP saute sur Kolwezi "
  • Kanyarwunga Jean, République démocratique du Congo: Les générations condamnées , Publibook, 2006. ISBN   2-7483-3343-8 .

Liens externes

Opiniones de nuestros usuarios

Michelle Rousseau

Super découverte cet article sur Bataille de Kolwezi et toute la page. Va directement aux favoris.

Amandine Dufour

Cela faisait longtemps que je n'avais pas vu un article sur Bataille de Kolwezi rédigé de manière aussi didactique. J'aime.

Gerard Ribeiro

J'ai trouvé les informations que j'ai trouvées sur Bataille de Kolwezi très utiles et agréables. Si je devais mettre un 'mais' ce serait peut-être qu'il n'est pas assez inclusif dans sa formulation, mais sinon, c'est super.