Égypte

Apparence déplacer vers la barre latérale masquer

République arabe d'Égypte

(ar) جمهورية مصر العربية / jumhuriyat misr al arabiya

Drapeau
Drapeau de l'Égypte
Blason
Armoiries de l'Égypte
Hymne en arabe : بلادي بلادي بلادي (Biladi, Biladi, Biladi, « Ma patrie, ma patrie, ma patrie »)
Fête nationale 23 juillet
· Événement commémoré Coup d'État des officiers libres (1952)
Description de l'image EGY orthographic.svg. Description de l'image Egypte carte.png. Administration
Forme de l'État Régime semi-présidentiel
Président de la République Abdel Fattah al-Sissi
Premier ministre Moustafa Madbouli
Parlement Parlement
Chambre haute
Chambre basse
Sénat
Chambre des représentants
Langues officielles Arabe
Capitale Le Caire

30° 02′ 40″ nord, 31° 14′ 44″ est

Géographie
Plus grande ville Le Caire
Superficie totale 1 001 450 km2
(classé 30e)
Superficie en eau 0,6 %
Fuseau horaire UTC +2 ou +3 selon la date
Histoire
Entité précédente
Indépendance Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Date 28 février 1922
Démographie
Gentilé Égyptien
Population totale (2020) 102 334 000 hab.
(classé 14e)
Densité 102 hab./km2
Économie
Monnaie Livre égyptienne (EGP)
Développement
IDH (2021) en diminution 0,731 (élevé ; 97e)
IDHI (2021) en diminution 0,519 (100e)
Coefficient de Gini (2019) 31,9 %
Indice d'inégalité de genre (2021) 0,443 (109e)
Indice de performance environnementale (2022) en augmentation 35,5 (127e)
Divers
Code ISO 3166-1 EGY, EG
Domaine Internet .eg
Indicatif téléphonique +20
Organisations internationales
Drapeau des Nations unies ONUDrapeau de l'Union africaine UABRICS+ OIFG24APOCOMESABADAIIBFPEGCEN-SADCIRG15

L'Égypte (en arabe : مصر / miṣr ; en arabe égyptien : مصر / maṣr masˤɾ), en forme longue la république arabe d'Égypte (en arabe : جمهورية مصر العربية) / jumhuriyat masr al arabiya, est un pays transcontinental se trouvant en Afrique du Nord-Est et, pour la péninsule du Sinaï, en Asie de l'Ouest. Située sur la côte sud de la Méditerranée orientale, le bassin Levantin, le pays a des frontières terrestres avec la Libye à l'ouest, le Soudan au sud, la mer Rouge à l'est, et Israël et la bande de Gaza de la Palestine au nord-est. La capitale, et la ville la plus peuplée du pays, est Le Caire. Avec plus de 109 millions d'habitants en 2021, l'Égypte est le troisième pays le plus peuplé d’Afrique derrière le Nigeria et l'Éthiopie. La surface du pays est largement recouverte par le Sahara et la population est fortement concentrée sur les rives du Nil. Berceau de la civilisation, l'Égypte antique a connu les premiers développements de l'écriture, l'agriculture, le gouvernement centralisé et la religion organisée au cours de plus de trois millénaires av. J.-C.. Des monuments emblématiques tels le Sphinx de Gizeh, les pyramides de Gizeh et la vallée des Rois reflètent cet héritage et demeurent des sources importantes d'intérêt scientifique et populaire. Pendant la période de domination romaine, l'Égypte est devenue l'un des premiers centres du christianisme avant d'être islamisée par les conquêtes arabes du VIIe siècle. L'Égypte demeure un pays principalement musulman avec une minorité chrétienne importante.

L'Égypte est gouvernée en tant que province ottomane et conquise par le sultan ottoman Sélim Ier, le pays reste sous domination ottomane entre le XVIe siècle et le XIXe siècle avant d'obtenir l'autonomie en 1806 sous le règne de Méhémet Ali. Pendant la Première Guerre mondiale, le pays devient brièvement un protectorat britannique avant d'obtenir son indépendance en 1922 en tant que royaume. La dynastie de Méhémet Ali est renversée par un coup d'État en 1952 et la république est proclamée. Depuis, le pays connaît un schéma récurrent d'instabilité politique, de conflits religieux et sociaux et de dérives dictatoriales ; plusieurs conflits avec Israël ont eu lieu avant les Accords de Camp David en 1978.

Le pays fait culturellement partie du monde arabe ; la langue officielle est l'arabe, utilisé dans tous les documents et dans l'éducation. En revanche, la langue parlée est l'arabe égyptien (arabe dialectal). Le siwi, une langue berbère de l'ouest du pays, est parlé à Siwa. Le copte n'est utilisé que comme langue liturgique des chrétiens. Le nubien est parlé par les habitants de Haute-Égypte, au sud d'Assouan, qui fait partie du nord de la région de Nubie.

Géographie

Article détaillé : Géographie de l'Égypte.

Régions

Carte approximative des régions d’Égypte. Répartition inégale de la population égyptienne.

L'Égypte multiplie les extrêmes : pays arabe le plus peuplé, 90 % de sa population habite dans une bande de terre fertile qui longe le Nil (24 km dans sa plus grande largeur près du Fayoum, en moyenne 10 km, mais elle peut ne faire qu’une centaine de mètres). Au niveau du delta du Nil on trouve la plus grande zone agricole du pays, 160 km de long, au nord du Caire, et 200 km de large vers la mer Méditerranée. Le reste du territoire est désertique :

Géologie

L'orogenèse panafricaine apparaît comme un épisode majeur de l'histoire géologique de l'Égypte (en). Alors que la région était un bassin océanique actif entre 800 et 550 Ma, cette orogenèse datée vers 550 Ma correspond à la mise en place de ceintures orogéniques plissées, issues de la collision de cratons. Les ceintures entourant les cratons forment la chaîne panafricaine qui est aplanie vers 500 Ma : les grès nubiens (en) d'origine deltaïque ou littorale qui se déposent dans le bassin de Nubie proviennent de l'érosion massive et prolongée de cette chaîne par les eaux de ruissellement. Durant le Mésozoïque, le socle est recouvert de formations sédimentaires sablo-calcaires qui traduisent des cycles de transgression-régression marines (notamment au Crétacé avec des formations de calcaires qui dominent le sud-ouest du désert occidental et de craie qui façonnent les paysages du désert blanc). Les calcaires de l'éocène se retrouvent dans le nord-est du désert occidental.

Principales villes

Outre la capitale, Le Caire qui comprend également Gizeh, les grandes villes égyptiennes sont : Alexandrie, Saqqarah, Assouan, Assiout, Benha, Dahab, El-Arich, El-Mahalla el-Koubra, Hurghada, Mansourah, Marsa Matruh, Louxor, Karnak, Kôm Ombo, Port Safaga, Port-Saïd, Charm el-Cheikh, Suez, Tanta, Zagazig, etc.

En 2015, un projet de nouvelle capitale propose de déplacer la capitale politique de l'Égypte à l'est du Caire.

Climat

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2021). Pour l'améliorer, ajoutez des références de qualité et vérifiables (comment faire ?) ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L’air y est particulièrement sec et salubre, et seul le Nil fait qu’on n’y retrouve pas totalement le climat saharien. En hiver, la température est douce et les gelées nocturnes sont exceptionnelles. Mis à part les mois de janvier, février et mars, parfois assez froids dans le nord, les températures moyennes avoisinent 20 °C sur la côte méditerranéenne (maximales 31 °C) et 28 °C à Assouan (maximales 50 °C). Dans le désert, les températures extrêmes sont de rigueur — chaleur brûlante le jour, froid glacial la nuit.

Devenue sensiblement plus humide depuis la construction du haut barrage, la Haute-Égypte ignorait pratiquement la pluie dans l’Antiquité, au point que celle-ci apparaissait comme un présage, en général funeste, aux yeux de ses habitants.

Le Nil.

Le delta du Nil et surtout le cordon littoral connaissent une moins grande sécheresse. Pendant l’hiver, de violentes ondées transforment la région en marécages, mais ces précipitations restent encore assez rares (la moyenne au Caire est de six jours de pluie par an). Alexandrie est la ville égyptienne qui reçoit le plus de précipitations, environ 19 cm/an, tandis qu'Assouan ne reçoit qu'environ 10 mm tous les cinq ans.

Au printemps, sévit assez souvent le khamsin, un vent sec, chaud et très poussiéreux, souffle brûlant des déserts du sud-est. À la vitesse de 150 km/h, il arrache les feuilles des arbres et donne au ciel une teinte orange foncé ; l'air se charge de poussière ce qui rend la respiration oppressante. Pendant ces cinquante jours (d'où le nom de cette saison du calendrier copte période entre Pâques et la Pentecôte), l’Égypte connait quelques violents orages, autrefois symbolisés par le dieu Seth.

En été, la température est élevée, mais le soir une brise régulière du nord rafraîchit l’atmosphère ; cette chaleur sèche est en fait plus supportable qu’une chaleur humide.

Ce grand soleil, cette chaleur sèche n’ont pas été sans influer sur les mœurs des anciens Égyptiens : le besoin de vêtements ne se faisait guère sentir, mais la perruque était utile pour se protéger des rayons du soleil ; les bains et les soins de la toilette rafraîchissante l’épiderme, tandis que les fards, les cosmétiques, les parfums protégeaient la peau et les yeux de la réverbération solaire, et masquaient l’odeur de la transpiration.

C’est aussi pour recueillir quelque fraîcheur que l’on construisait en briques épaisses, que l’on travaillait sous les vérandas et que les gens aisés édifiaient leurs demeures dans la verdure des jardins.

Faune et flore

Article détaillé : Liste des espèces d'oiseaux d'Égypte. Végétation sur une île du Nil.

Si l'Égypte est à 94 % désertique, elle n'en abrite pas moins diverses espèces d'animaux et de plantes qui se sont adaptés à des conditions particulièrement hostiles, notamment pour les plantes des lotus, des papyrus, des palmiers, des tamaris, des acacias, des jacarandas, des poincianas, des mangroves, etc. De nombreuses espèces animales ou végétales rencontrées en Égypte ont reçu l'épithète spécifique aegyptiacus, aegyptiaca ou aegyptiacum Ce lien renvoie vers une page d'homonymie.

Un dromadaire sur une plage de la mer Rouge.

L'Égypte compte environ 430 espèces d'oiseaux et une centaine de mammifères, au nombre desquels les dromadaires, les ânes et les gazelles, etc. On comptait autrefois une grande variété de grands mammifères (léopards, oryx, hyènes, lynx du désert, etc.), aujourd'hui anéantis par la chasse. Très à leur aise, en revanche, trente-quatre espèces de serpents, des scorpions et quelques crocodiles vivent près d'Assouan.

Histoire

Articles détaillés : Histoire de l'Égypte, Égypte antique, Égypte romaine et byzantine, Période islamique de l'Égypte, Chronologie de l'Égypte, Occupation britannique de l'Égypte, Révolution égyptienne de 1919, Royaume d'Égypte, Histoire de l'Égypte depuis 1952, Révolution égyptienne de 2011 et Coup d'État de 2013 en Égypte. Le sphinx et la pyramide de Khéphren à Gizeh.

Durant près de trois millénaires, la vallée du Nil vit prospérer une des civilisations les plus brillantes de l'Histoire. L'invention d'une écriture originale sous forme d'idéogrammes syllabiques, les hiéroglyphes, peu de temps après l'apparition du cunéiforme en Mésopotamie vers -3300, contribue à sortir l'espèce humaine de la Préhistoire. L’Égypte des pharaons put ainsi largement s'épanouir pour atteindre son apogée au XIIIe siècle avant notre ère, laissant une œuvre monumentale au patrimoine mondial.

Après de nombreuses invasions et occupations diverses (essentiellement Perses, Grecs, Romains et Byzantins), au Ier siècle s'est formée la communauté chrétienne, convertie par saint Marc, les Coptes (déformation arabe du mot grec Aiguptios : Égyptien). Ils sont aujourd'hui plusieurs millions. Le pays passa ensuite sous domination arabe au VIIe siècle, puis ottomane avec Sélim Ier.

Méhémet Ali, qui règne jusqu'en 1848, apparaît comme un grand réformateur du pays. Il en modernise les structures, utilisant l’État pour mettre en œuvre une révolution industrielle. Il constitue des monopoles d’État, achète des machines textiles modernes en Europe, fait construire des hauts fourneaux et des aciéries, confisque les terres des propriétaires mamelouks et y fait cultiver des denrées destinées à l'exportation. En 1830, l'Égypte occupe le cinquième rang mondial pour les broches à filer le coton par têtes d’habitant. Certaines puissances européennes (Grande-Bretagne, Prusse, Russie et Autriche) s'inquiètent de son influence et décident de lui faire la guerre. La Grande-Bretagne et l'Autriche envoient des troupes pour aider le sultan ottoman à rétablir son autorité sur certains territoires, bombardant les ports libanais contrôlés par les Égyptiens et faisant débarquer des troupes en Syrie. En 1840, Méhémet Ali doit ainsi céder le contrôle de la Syrie lors du traité de Londres. L’Égypte fut également contrainte de licencier son armée, de démanteler ses monopoles et d'accepter une politique de libre-échange imposée par les Britanniques et qui provoqua sa désindustrialisation. Lord Palmerston admettait avec un certain cynisme : « La soumission de Mohammed Ali à l'Angleterre pourrait paraitre injuste et partiale, mais nous sommes partiaux ; et les intérêts supérieures de l'Europe requièrent que nous le soyons. »

Les successeurs de Méhémet Ali, dont la semi-indépendance est reconnue en 1867 avec le titre de khédive, tombent sous la dépendance des institutions financières européennes et, après la révolte nationaliste du colonel Ahmed Urabi, l'Égypte est conquise par l'Empire britannique après une courte guerre en 1882 tout en restant nominalement ottomane. Lors de la guerre des mahdistes entre 1881 et 1899, les troupes anglo-égyptiennes affrontent les Mahdistes qui se sont emparés du Soudan : leur victoire fait naître un Soudan anglo-égyptien dominé de fait par les Britanniques. Entre 1914 et 1919, la Grande-Bretagne va tenter de faire de l'Égypte une colonie, considérant que le simple protectorat pourrait à terme remettre en cause les intérêts britanniques si les nationalistes arabes arrivaient à faire changer le statut du pays sous tutelle.

Napoléon Bonaparte bat les Mamelouks de Mourad Bey en Égypte à la bataille des Pyramides (1798).

Le royaume d'Égypte accède à l'indépendance en 1922. En dépit d'une longue tutelle ottomane puis britannique, sa culture reste encore fortement marquée par l'identité arabe, dont le président Gamal Abdel Nasser fut l'un des plus célèbres pionniers. Un acte fort du nassérisme, une idéologie panarabe révolutionnaire, est ainsi l'union entre 1958 et 1961 de l'Égypte et de la Syrie sous l'entité République arabe unie. Le gouvernement de Nasser entreprend de moderniser les infrastructures et de doter l’Égypte d'une industrie. Des nationalisations sont effectuées et le secteur public devient prépondérant. De nombreuses politiques sociales sont impulsées (réforme agraire, gratuité de l'enseignement, salaire minimum, réduction du temps de travail des ouvriers, etc.).

Anouar el-Sadate lui succède et lance la politique de l'Infitah (ouverture) qui vise, en réduisant le rôle de l’État, à attirer les investissements étrangers. Une classe de nouveaux riches se développe rapidement. En 1975, on compte plus de cinq-cents millionnaires en Égypte mais plus de 40 % de la population vit sous le seuil de pauvreté et des bidonvilles se développent autour de la capitale. Par ailleurs, le pays accumule une dette monumentale durant les années de l'Infitah. Pour la restructurer, le FMI exige la suppression de toutes les subventions aux produits de base, ce qui provoque en janvier 1977 des émeutes contre lesquelles le gouvernement fait intervenir l'armée (le nombre des victimes de cette répression est inconnu). Dans les campagnes, Sadate cherche à obtenir le soutien des élites rurales traditionnelles, dont l'influence avait décliné sous le nassérisme. Des paysans sont expulsés des terres contestées.

Après l'assassinat de Sadate (1981), Hosni Moubarak est président de la République jusqu'en février 2011, date de sa démission contrainte à la suite de la Révolution égyptienne de 2011. Hosni Moubarak poursuit la politique de libéralisation de l’économie, notamment par la réduction des subventions à l'agriculture et à la consommation, et par la libéralisation des prix. En 1992, il fait annuler les dispositions régissant la location des terres. Généralement appelée « loi pour chasser les paysans de leurs terres », cette loi, combinée aux autres mesures de désengagement de l’État dans l’économie, accroît le mécontentement des populations rurales pauvres en particulier en Haute-Égypte. Hosni Moubarak devient un pilier de la stratégie régionale des États-Unis et la Constitution qu'il met en place reconnait les « principes de la charia » comme source principale de la législation.

En janvier et février 2011, une série de manifestations d'ampleur inégalée se déroulent à travers le pays et mènent à la démission d'Hosni Moubarak le 11 février. Les nouvelles élections législatives et présidentielle sont remportées par le Parti de la liberté et de la justice, le bras politique des Frères musulmans.

Le pouvoir n'est cependant resté que peu de temps entre leurs mains car d'importantes manifestations contre le président élu, Mohamed Morsi, critiquant des dérives dictatoriales, et le retournement de l'armée contre celui-ci le destitue en faveur d'un gouvernement transitoire un an seulement après son élection. L'Égypte connait depuis une période de troubles causée par l'instabilité et les tensions politiques, notamment entre les opposants à l'ex-président et ceux qui continuent à le soutenir et n'acceptent pas ce qu'ils voient comme un coup d'État illégal. En mai 2014, Abdel Fattah al-Sissi, déjà considéré comme le dirigeant de fait de l'Égypte, remporte l'élection présidentielle. Il est réélu pour un deuxième mandat en 2018. Par une révision constitutionnelle validée par un référendum en avril 2019, il se donne la possibilité de rester au pouvoir jusqu'en 2030. Il impose un régime autoritaire, réprime toute opposition et toute voix critique, et met sous contrôle les médias et la justice.

Outre ses ouvrages monumentaux tels que le canal de Suez ou le haut barrage d'Assouan, l'Égypte demeure mondialement connue pour ses richesses archéologiques présentes dans de prestigieux musées internationaux. La disparition de nombreuses archives fait cependant que son histoire reste fragmentaire, bien que l'évolution des technologies permette de mieux en saisir la grandeur et la portée.

Politique et administration

Articles détaillés : Politique en Égypte et Droit égyptien.

Le pouvoir exécutif est détenu par le président de la République. Depuis 1981, Hosni Moubarak occupait le poste de président, réélu lors d'un référendum tous les six ans. En 2005, l'élection pour la présidence est pour la première fois ouverte à d'autres candidats. Le pouvoir législatif appartient à l'assemblée du Peuple (membres élus pour une durée de cinq ans au suffrage universel). Enfin, une assemblée consultative, appelée la Choura, est consultée par le président de la République et l'Assemblée du Peuple sur les décisions politiques. Cette assemblée est composée de 265 membres dont deux tiers sont élus, et un tiers nommé par le président de la République. Le président Hosni Moubarak démissionne de son poste le 11 février 2011 à la suite des protestations du peuple égyptien. Après l’élection d'un candidat des Frères musulmans, Mohamed Morsi, à la tête de l'État égyptien pendant un an, le maréchal Al-Sissi exerce la fonction suprême depuis 2014 à la suite d'un coup d'État le 3 juillet 2013.

Droits de l'homme et liberté d'expression

Depuis l'indépendance du pays se succèdent au pouvoir des militaires autoritaires. Les faux procès, les élections truquées, et les détentions arbitraires sont monnaie courante. Sous Hosni Moubarak, de nombreuses organisations dénoncent des atteintes massives aux droits de l'homme (torture, censure, détentions arbitraires, procès inéquitables, etc.). La fréquence de ces actes diminue à partir de 2011, mais après le coup d'État de juillet 2013, la situation des droits humains revient à son niveau antérieur. Sous la présidence de Abdel Fattah al-Sissi, les opposants politiques ainsi que des journalistes sont régulièrement emprisonnés — quand ils ne disparaissent pas — et leurs conditions de détention (par exemple dans la prison de Tora) sont dénoncées comme contraires aux droits humains par les ONG de défense des droits de l'homme ; des cas de torture et des décès sont notamment rapportés,. Des centaines d'atteintes à la liberté de la presse sont en outre recensées par l'ONG Egyptian Commission for Rights and Freedoms dans un rapport publié en 2015.

L'excision est interdite depuis un décret de 1996 confirmé par la cour de cassation en 1997. Jusqu'à 96 % des femmes égyptiennes mariées seraient toutefois excisées. Selon l'Unicef en 2012, 91 % des femmes adultes seraient excisées, mais seulement 16 % des jeunes filles auraient subi cette mutilation depuis l'interdiction.

Arrestations et détentions

En mai 2017, les sites de plusieurs médias sont bloqués par l’Égypte après des critiques envers le régime. C'est le cas notamment d'Al Jazeera que le pouvoir accuse de soutenir les frères musulmans. Des blogueurs enfin sont arrêtés tels que le militant laïc Sherif Gaber ou le militant des droits de l'homme Wael Abbas en mai 2018.

Le 25 juin 2019, Zyad al-Elaimy faisait partie d'une campagne d'arrestation arbitraire répandue qui a débuté fin juin 2019 et ciblant des militants coordonnant une alliance d'opposition à participer aux élections législatives. Il a été arrêté au secret pendant quatorze jours. Les allégations contre lui sont d'« engager un groupe terroriste pour aider à atteindre ses objectifs ». Le 10 mars 2020, Zyad a été condamné à un an de prison et une amende de 20 000 livres égyptiennes. Récemment, il est accusé dans trois cas distincts. Al-Elaimy a passé 731 jours en détention provisoire à la prison de la Tora, ce qui correspond à la limite légale selon la loi égyptienne. Le 25 juin 2021 (deuxième anniversaire de la détention arbitraire de Zyad al-Elaimy), la FIDH et l'OMCT ont appelé à sa libération immédiate et inconditionnelle et exhortent les autorités à mettre fin immédiatement à tous les actes de harcèlement aux défenseurs des droits de l'homme en Égypte.

Des manifestations viennent contester le régime du maréchal al-Sissi en octobre 2019 ; 4 000 personnes sont arrêtées.

Le 26 août 2020, les forces de sécurité ont arrêté Greisha, rédactrice en chef du site d'information privé Youm7. Elle a été accusé d'avoir diffusé de fausses nouvelles, abusé des médias sociaux et rejoint une organisation terroriste. Le 30 août, les forces de sécurité ont arrêté Shehta, rédacteur en chef adjoint du site. Le 4 septembre 2020, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a appelé l'Égypte a libérer d'urgence les deux journalistes de ses prisons en raison de la pandémie de COVID-19.

En août 2020, les forces de sécurité égyptiennes ont arrêté un homme et trois femmes témoins d'une affaire de viol collectif datant de 2014. Deux connaissances de témoins ont également été arrêtées. Rothna Begum, chercheuse principale à la Division des droits des femmes de Human Rights Watch, a déclaré qu'il était scandaleux que les autorités égyptiennes arrêtent des témoins de viol collectif après les avoir encouragés à se manifester, au lieu de les protéger et de poursuivre les violeurs présumés.

Entre le 31 août 2020 et le 2 septembre 2020, quatre prisonniers sont morts dans les prisons égyptiennes. L'organisation Human Rights Watch a dénoncé la négligence inacceptable des autorités pénitentiaires. De plus, depuis le début de la pandémie de Covid-19, certaines ONG ont révélé que les infections et les décès avaient augmenté en raison d'un état de blocage, d'une mauvaise hygiène et d'une négligence médicale dans la prison.

Le 7 septembre 2020, Amnesty International a rapporté que les forces de sécurité égyptiennes avaient enlevé la militante politique Sanaa Seif (en) devant le bureau du procureur général du Nouveau Caire. L'organisation de défense des droits a déclaré qu'elle s'était rendue au bureau pour porter plainte contre une agression violente qu'elle et sa famille avaient subie à l'extérieur du complexe pénitentiaire de Tora, un jour plus tôt. Le rapport indiquait que Sanaa avait été emmenée au bureau du Procureur suprême de la sûreté de l’État au Caire, où les procureurs l’ont interrogée sur les accusations de « diffusion de fausses nouvelles », « d’incitation à des crimes terroristes » et « d’utilisation abusive des médias sociaux ». Amnesty International a rapporté que Sanaa Seif avait été détenue pour la troisième fois.

Le 5 octobre 2020, une journaliste égyptienne a été libérée après avoir été arrêtée le 3 octobre 2020 alors qu'elle enquêtait sur les suites de récentes petites manifestations dans un village près de Louxor. La journaliste était accusée d'avoir utilisé son compte personnel sur un réseau social pour publier de fausses nouvelles susceptibles de perturber la sécurité publique. La journaliste était intéressé par la mort d'un homme qui aurait été tué par la police lors des manifestations dans la région en septembre.

Le 22 octobre 2020, Human Rights Watch a rapporté que les autorités égyptiennes ont exécuté quarante-neuf personnes entre le 3 et le 13 octobre. Selon le rapport, quinze hommes ont été exécutés pour leur implication présumée dans des affaires de violence politique, et les trente-deux autres hommes ainsi que deux femmes ont été condamnés dans des affaires pénales. Treize des quinze hommes accusés de violence politique avaient été détenus à la prison Scorpion du Caire.

Hussein Baoumi, chercheur à Amnesty International pour l’Afrique du Nord, souligne en 2020 que

« La crise des droits de l’homme en Égypte est patente. La torture est devenue systématique, les forces de sécurité utilisent les lois antiterroristes pour réprimer les opposants politiques, les voix critiques ou même les militants des droits de l’homme. Des milliers de personnes subissent cette répression et se retrouvent en détention, parfois torturés puis jugés : des journalistes qui ne font que leur travail, des avocats, des gens qui ont eu le seul tort de critiquer la gestion de la pandémie de Covid-19, etc. Les atteintes à la liberté d’expression deviennent la règle, notamment en ligne ; des gens se retrouvent par exemple en état d’arrestation pour « fausse information » pour avoir donné leur avis sur les réseaux sociaux. Les LGBT risquent également la prison. Il y a aussi les disparitions forcées et les exécutions de condamnés continuent. »

Le 19 novembre 2020, les forces de sécurité égyptiennes ont arrêté deux membres de l'organisation indépendante de défense des droits de l'homme, l'« Initiative égyptienne pour les droits personnels » (EIPR). Amnesty International a qualifié ces arrestations d’« escalade effrayante » de la répression gouvernementale. D'autres groupes de défense des droits humains ont déclaré que des dizaines d'activistes ont été la cible d'arrestations, d'interdictions de voyager et de gels d'avoirs, sous la présidence d'al-Sissi.

Le 2 décembre 2020, Amnesty International a condamné une frénésie d'exécutions en Égypte avec le meurtre d'au moins cinquante-sept personnes en octobre et novembre, reflétant une « crise profonde des droits humains » dans le pays.

Le 5 décembre 2020, une cour d'appel égyptienne a ordonné la clôture d'une ancienne affaire dans laquelle vingt ONG étaient accusées d'avoir reçu des financements étrangers illégaux et d'ingérence dans les affaires politiques de l'Égypte.

Ce même mois, deux nouvelles personnes sont détenues : Amer Abdel Moneim, rédacteur en chef du quotidien Al-Shaab, accusé d'avoir diffusé de fausses nouvelles et de participer à des activités terroristes ; Shady Abou Zeid, blogueur, accusé de diffamation contre le ministère de l'Intérieur.

En octobre 2021, onze organisations de défense des droits de l'homme ont appelé les autorités égyptiennes à libérer le journaliste de 66 ans Tawfik Ghanem dès que possible et à lui fournir des soins médicaux suffisants après sa détention arbitraire pendant 150 jours en raison de son travail dans les médias. Le 2 mai 2021, Tawfik Ghanem a été détenu pendant cinq jours par des responsables égyptiens, au cours de laquelle il a été interrogé sur son emploi passé à l'agence d'Anadolu. Le 26 mai 2021, il a de nouveau été arrêté et envoyé au service de la sécurité de l'État au Caire, où les procureurs ont ordonné quinze jours d'attente pendant les enquêtes sur des accusations de « diffusions de fausses nouvelles », « abus des médias sociaux » et « infractions liées au terrorisme ».

Human Rights Watch a révélé que le 28 mars 2022, un tribunal égyptien a condamné deux chanteurs, Hamo Beeka et Omar Kamal, à un an de prison et à des amendes de 10 000 livres égyptiennes sur de vagues accusations de violer les valeurs familiales dans la société égyptienne et de profiter d'une vidéo comprenant la danse et le chant. Les condamnations de Beeka et Kamal font partie d'une attaque plus large contre les chanteurs « Mahraganat » et la production artistique jugée antagoniste aux principes égyptiens.

Le 6 novembre 2022, selon Human Rights Watch, afin que le succès de la COP 27 ne soit pas menacé, les autorités égyptiennes ont restreint le droit de protester pendant les jours qui précédaient la conférence et arrêté des dizaines de personnes. En complément, elles ont aussi installé des caméras de surveillance, reliées à un service géré par le ministère de l’Intérieur égyptien, dans tous les taxis de Charm el-Cheikh et imposé des restrictions à la participation du public.

 

Dirigeants

Article détaillé : Liste des dirigeants d'Égypte.

Présidents de la République d’Égypte :

Subdivisions administratives

L'Égypte est divisée en vingt-sept gouvernorats :

  1. Dakahleya (ad Daqahlīya الدقهلية) ;
  2. Mer-Rouge (al Baḥr al Aḥmar البحر الأحمر) ;
  3. Beheira (al Buḥayra البحيرة) ;
  4. Fayoum (al Fayyūm الفيوم) ;
  5. Gharbeya (al Gharbīya الغربية) ;
  6. Alexandrie (al Iskandarīya الإسكندرية) ;
  7. Ismaïlia (al Isma'iliya الإسماعيلية) ;
  8. Gizeh (al Jizah الجيزة) ;
  9. Menufeya (al Minufiya المنوفية) ;
  10. Minya (al Minya المنيا) ;
  11. Le Caire (al Qahira القاهرة) ;
  12. Qalyubiya (al Qalyubiya القليوبية) ;
  13. Louxor (al-Uqṣur الأقصر) ;
  14. Nouvelle-Vallée (al-Wādī l-Ǧadīd الوادي الجديد) ;
  15. Ach-Charqiya (aš-Šarqiyya الشرقية) ;
  16. Suez (As Suways السويس) ;
  17. Assouan (Aswān أسوان) ;
  18. Assiout (Asyūṭ أسيوط) ;
  19. Beni Souef (Banī Suwayf بني سويف) ;
  20. Port-Saïd (Borsaʿīd پورسعيد) ;
  21. Damiette (Dumyāṭ  دمياط) ;
  22. Sinaï Sud (Ǧanūb Sīnāʾ جنوب سيناء) ;
  23. Kafr el-Cheik (Kafr aš Šayḫ كفر الشيخ) ;
  24. Marsa-Matruh (Maṭrūḥ مطروح) ;
  25. Qena (Qinā قنا) ;
  26. Sinaï Nord (Shimāl Sīnāʾ شمال سيناء) ;
  27. Sohag (Sūhāǧ سوهاج).

De 2008 à 2011, il existait deux autres gouvernorats :

Politique étrangère et diplomatie

Article détaillé : Politique étrangère de l'Égypte. Donald Trump en mai 2017, en compagnie du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et du roi Salman d'Arabie saoudite.

Depuis 2014, le ministre égyptien des Affaires étrangères est Sameh Choukri, ancien ambassadeur aux États-Unis. En 2016, l'Égypte accepte de céder deux îles stratégiques de la mer Rouge (Sanafir et Tiran) à l'Arabie saoudite. L'Égypte commence la rétrocession le 11 juin 2017. Il se passe trois jours de débats mouvementés pour accepter ou non la rétrocession, pendant lesquels des députés de l’opposition interrompent les séances en scandant des slogans dénonçant la rétrocession des deux îlots et appellent aussi à manifester, ce qui entraîne plusieurs dizaines d'arrestations. La rétrocession est interrompue par la Haute cour constitutionnelle le 21 juin, pour avoir le temps de choisir la juridiction habilitée à juger ce dossier. Le 24 juin, les deux îlots sont rétrocédés à l'Arabie saoudite mais la rétrocession n'est pas acceptée par une grande partie du peuple égyptien.

Le 27 juillet 2020, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a juré que sa nation résiste fermement à toute intervention étrangère en Libye. Ces remarques ont été marquées lors de la rencontre d’Al-Sissi avec le ministre saoudien des Affaires étrangères Faisal bin Farhan Al Saud, a confirmé le porte-parole de la présidence égyptienne Bassam Rady dans un communiqué.

Le régime d'Abdel Fattah al-Sissi entretient de bonnes relations avec les États-Unis, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis ou encore Israël. L'Union européenne marque pour sa part une certaine indifférence concernant les atteintes aux droits de l'homme, se contentant de formuler quelques remarques et conseils. Le régime égyptien collabore avec elle en matière de lutte contre l'immigration en Europe, comme le souligne la déclaration du 20 septembre 2018 du chancelier autrichien Sebastian Kurz, dont le pays assumait la présidence tournante de l’UE, louant l’Égypte, « seul pays d’Afrique du Nord qui a réussi depuis 2016 à empêcher tout départ de migrants » par voie de mer.

Défense

Article détaillé : Forces armées égyptiennes.

Les forces armées égyptiennes sont les plus importantes en nombre du continent africain avec plus d'un million de soldats. Elles se composent de l'armée de terre, de la marine, de l'armée de l'air et des forces de la défense aérienne égyptiennes.

L'Égypte a reçu quatre radars de défense aérienne Ground Master 400 fabriqués par la société Thales en collaboration avec Raytheon Systems.

Le 26 avril 2021, la France et l'Égypte ont signé un contrat d'une valeur totale de 3,95 milliards d'euros, qui comprenait la livraison de trente avions de chasse Rafale ainsi que de deux contrats supplémentaires pour le missile MBDA et Safran Electronics & Defense. Pour financer ces achats, « l’Égypte a obtenu un prêt garanti par la France à hauteur de 85 % (…) faisant peser sur les contribuables français un éventuel défaut de paiement ». Le 3 mai 2021, l'Égypte devrait acquérir trente autres avions de chasse Rafale. En réaction, Human Rights Watch France (activiste des droits de l'homme) a dénoncé ce contrat qui, selon eux, encourage la répression impitoyable dans le pays.

Économie

Article détaillé : Économie de l'Égypte. Évolution du PIB réel par habitant de l'Égypte. Felouque sur le Nil. Un souk au Caire.

Le pays est en proie à de grandes difficultés économiques, malgré les ressources en pétrole et surtout en gaz naturel. La pauvreté y est croissante. Autrefois essentiellement agraire, l'économie égyptienne tente désormais de se diversifier vers des domaines comme le tourisme ou l'industrie. Les principaux partenaires économiques de l'Égypte étaient en 2004 les États-Unis, l'Union européenne, la Chine, l'Inde, le Pakistan et le Japon. Les principales ressources économiques de l'Égypte sont le pétrole et le gaz naturel, les revenus issus du canal de Suez, le tourisme, les métaux et l'agriculture (surtout le coton). Le pays est au palmarès des huit premiers producteurs de coton d'Afrique de l'est, du sud et du nord au milieu des années 2010.

Première ressource en devises de l'Égypte et l'un de ses principaux secteurs d'activités, le tourisme qui représentait 11 % du PIB avant 2011 a fortement baissé avec les attentats djihadistes. Le pays dépend également en grande partie de l'aide internationale. Parmi ses points faibles se trouve sa production agricole, il était ainsi deuxième au palmarès des importateurs mondiaux de céréales au milieu des années 2010. En 2023, l’Égypte est classée en 86e position pour l'indice mondial de l'innovation.

Le régime du maréchal Abdel Fattah al-Sissi s'oriente vers une politique d’austérité consistant notamment à réduire les subventions à l’énergie et à l’électricité, à imposer une TVA et à augmenter le prix des billets du métro du Caire. Cette forme d’imposition régressive fait peser une charge plus lourde sur les classes populaires et moyennes qu'auparavant ; au contraire, l’impôt sur le revenu des sociétés a diminué. Un nouveau plan d'austérité est adopté en novembre 2018 et se traduit en particulier par le gel des salaires des fonctionnaires. Le nombre de bénéficiaires des subventions pour l'alimentation a reculé de trois millions à la suite de ces réformes.

La dette atteint un niveau record en juin 2018 (92,64 milliards de dollars), ce qui représente une augmentation de 17 % en une seule année. La dette est en particulier la conséquence du poids du budget militaire. (les importations d’armes ont augmenté de 215 % en 2013-2017 par rapport à 2008-2012) et du paiement des intérêts, qui ont atteint 31 % du budget annuel pour l’exercice 2016-2017, et 38 % en 2018. En revanche, les investissements en matières d'éducation, de santé et d'infrastructure sont insuffisants. Environ 60 % de la population égyptienne vit dans la pauvreté ou la précarité selon un rapport publié par la Banque mondiale en avril 2019. Les conditions de vie générales tendent à se détériorer.

Plus de 32 % des Égyptiens vivent dans la pauvreté en 2019 selon les statistiques officielles (moins de 1,7 euro par jour), soit plus de trente millions de personnes. La pauvreté a progressé de plus de 11 % dans les plus grandes villes du pays (Le Caire, Alexandrie, Port-Saïd, Suez). La moitié la plus pauvre de la population ne bénéficie que de 17 à 18 % du PIB.

Infrastructures

Deux routes transafricaines se croisent en Égypte:

  1. Transafricaine 1 (en), Le Caire - Dakar
  2. Transafricaine 4, Le Caire - Le Cap

Canal de Suez

Article détaillé : canal de Suez.

Le canal de Suez, entre Port-Saïd au nord et Suez au sud, relie la mer Méditerranée et la mer Rouge. Cette voie navigable artificielle au niveau de la mer (sans écluse), est considérée comme le centre le plus important du transport maritime au Moyen-Orient. Ce canal permet le transport maritime entre l'océan Indien et la mer Méditerranée sans qu’il soit nécessaire de faire le tour de l'Afrique ; Port-Saïd en est le terminal nord, et Port Suez en est le terminal sud.

Transports ferroviaires

Article connexe : Catégorie:Transport ferroviaire en Égypte.

En 2018, « étendu sur plus de 5 500 kilomètres, le réseau ferroviaire égyptien est le troisième plus vaste du Moyen-Orient (derrière ceux de l’Iran et de la Turquie) ».

En septembre 2021, l’Égypte annonce se doter d’une première liaison ferroviaire à grande vitesse de 660 km entre les villes d'El-Alamein (à l’ouest d’Alexandrie, au nord du pays) et d'Ain Soukhna (au sud de Suez, au nord-est du pays). Le projet d’un montant de 3,75 milliards d'euros, exécuté par un consortium mené par Siemens, devrait se terminer en 2023.

Santé

En janvier 2018, « l’Égypte dispose de moins de deux lits d’hôpitaux et 0,8 médecin pour 1 000 habitants (France : 7,7 et 3,2) ».

Critique : le film documentaire Zelal rend compte de la situation de la psychiatrie en Égypte. En 2021, l'Égypte a connu un ralentissement relatif de la propagation du virus Corona, qui a infecté 161 000 personnes et en a tué près de 9 000. De plus, le vaccin employé est le Sinopharm, les Chinois ont été les premiers à fournir leurs services.

Religions

Mosquée Al-Azhar. Article détaillé : Religion en Égypte.

En Égypte, la religion des habitants est inscrite sur leur carte d'identité.

Musulmans

La grande majorité des Égyptiens (environ 90 % selon des estimations, rarement estimée à plus mais certains avancent le chiffre de 95 %) se réclament de l'islam sunnite, introduit en Égypte en 642. L'autorité sunnite suprême est le Cheikh de la mosquée Al-Azhar.

Une petite minorité chiite vit en Égypte, mais son nombre est mal connu car l'État égyptien ne reconnait pas cette religion. Les chiites représenteraient moins de 1 % des musulmans égyptiens. Ils sont surtout présents à Alexandrie.

Chrétiens

Les chrétiens, essentiellement coptes, forment la principale minorité religieuse ; les estimations tournent autour des 10 %. Les coptes disent cependant représenter environ 20 % de la population, avec une forte représentation dans les régions de Haute-Égypte (Beni Suef, El Minya, Assiout, Sohag, Qena, Louxor). Avant l'arrivée de l'islam au VIIe siècle, le christianisme était la religion prédominante dans le pays, l'un des premiers à avoir embrassé cette nouvelle foi. La majorité des chrétiens en Égypte est de rite copte-orthodoxe avec Théodore II comme patriarche depuis 2012, une minorité est copte-catholique (issus d'une scission et d'un rattachement à Rome au XIXe siècle et dont le patriarche est Ibrahim Isaac Sidrak depuis 2013), et quelques dizaines de milliers sont coptes-protestants.

Article connexe : Liste des papes de l'Église copte orthodoxe. Église copte à Assouan.

Enfin, il existe aussi encore quelques milliers de chrétiens levantins d'origine syrienne et libanaise, de rite grec-catholique, grec-orthodoxe ou maronite, appelés Shawam Masr/Syro-Libanais d'Égypte, ainsi qu'une minorité arménienne (orthodoxe et catholique). Ce sont en fait les restes de communautés levantines qui furent bien plus importantes en nombre. Installées aux XVIIIe et XIXe siècles en Égypte, elles ont joué un rôle économique et culturel important jusqu'à ce que leur nombre décroisse fortement après la révolution de 1952, et en particulier avec la mise en place du régime nassérien et les lois de nationalisation de 1961.

Les coptes sont la résultante d'une scission de l'Église orthodoxe d'Orient. Longtemps voués à la vie monastique, ils constituent aujourd'hui une élite cultivée (dont le représentant le plus connu est l'ancien secrétaire général des Nations unies, Boutros Boutros-Ghali) et une minorité économiquement puissante.

Leur marginalisation en Égypte a poussé 1,5 million de chrétiens à émigrer aux États-Unis, en Europe et en Australie. En effet, les coptes sont actuellement persécutés et font l'objet souvent de vexations émanant de musulmans. Ils sont considérés comme des citoyens de seconde catégorie, ne peuvent construire d'églises sans d'interminables tracasseries des autorités. Les coptes sont victimes d'injustices et de graves discriminations au quotidien allant jusqu'à des attentats sur leurs églises, comme celui perpétré contre l'église copte d'Alexandrie le 1er janvier 2011, entre autres, qui a fait plus de trente morts et des dizaines de blessés. Les chiffonniers du Caire, principalement chrétiens, vivent dans des conditions de misère très dures. En effet, depuis le massacre de leurs porcs qui les aidaient à se débarrasser des ordures, ils vivent tant bien que mal en vidant les poubelles du Caire. L'abattage de leurs cochons a été décidé lors de la pandémie de grippe A en 2009, appelée à tort à ses débuts, « grippe porcine ». Les autorités sont soupçonnées d'avoir cédé aux demandes des islamistes de se débarrasser de cet animal considéré comme impur dans la religion musulmane. Toutefois, les autorités égyptiennes avaient fait de même avec les élevages de poulets en 2004 lors de la pandémie de grippe aviaire. Depuis la chute du président Moubarak, la situation et les persécutions à l'encontre des coptes se sont aggravées.

Articles détaillés : Persécution des coptes et Persécutions des chrétiens#Égypte.

Baha'is

Les baha'is égyptiens, dont le nombre est estimé de 1 500 à 7 000 personnes, ont obtenu définitivement le 19 mars 2009, après une très longue procédure judiciaire, le droit de laisser libre la case mentionnant la religion sur leurs cartes d'identité et leurs certificats de naissance.

Juifs

Élément d’arcature en cyprès sculpté avec inscription hébraïque de type cultuel, époque fatimide, Le Caire, XIIe siècle. (Musée du Louvre).

Les différentes communautés juives vivant dans ce pays à toutes les époques depuis l'Antiquité ont subi des persécutions plus ou moins importantes au cours du temps et déjà sous Claude à l'époque romaine, lors d'émeutes entre Grecs et Juifs.

À partir de 1942, leur situation empire et les Juifs sont victimes de pogroms. La déclaration d'indépendance d'Israël en 1948 transforme les Juifs égyptiens en communauté systématiquement suspectée et provoque des attentats et des incendies dans les quartiers juifs,. Les Juifs ont joué un rôle économique et culturel important dans le pays. Les menaces de l'État, l'affaire Lavon en 1954 et la crise du canal de Suez en 1956 précipitent le départ d'Égypte de la moitié d'entre eux entre 1956 et 1967, au plus fort des tensions israélo-arabes, pour s'installer en Europe, en Amérique et en Israël. Après la guerre des Six Jours en 1967, leurs biens sont confisqués,. Quasiment tout le reste de la communauté émigre alors vers des cieux plus cléments.

Elle est passée de 80 000 personnes dans les années 1940 à quelques dizaines en 2010 où l'antisionisme reste virulent. En 2013, un documentaire égyptien retraçant la vie de la communauté juive d'Égypte au début du XXe siècle est interdit de diffusion.

Article détaillé : Histoire des Juifs en Égypte.

Démographie

Article détaillé : Démographie de l'Égypte. Une manifestation à El-Mahalla el-Koubra en avril 2008. Alphabétisation de population adulte de l'Égypte 1980-2015.Institut de statistique de l'Unesco

Avec plus de 102 millions d'habitants en 2020, l'Égypte est le troisième pays le plus peuplé d'Afrique derrière le Nigeria et l'Éthiopie. L'Égypte est également le pays le plus peuplé du monde arabe, du Moyen-Orient et du bassin méditerranéen. Sa densité est de plus de 102 hab./km2, mais dans la seule vallée du Nil et son delta, avec la zone du canal (53 000 km2, soit 5 % de sa superficie, seule habitable, et largement urbanisée), elle est évaluée à 1 500 hab./km2.

En cinquante ans, la population du pays a été multipliée par 3,5 avec, pour ces dernières années, une croissance démographique moyenne supérieure à 2 % par an. Cette démographie galopante entraîne de nombreuses complications telles que le manque de logements, d’infrastructures, d’écoles et d’emplois, sans compter l’augmentation du coût de la vie.

La population est très jeune : l’âge médian se situe autour de vingt-quatre ans et un Égyptien sur trois a moins de quinze ans.

Le 11 février 2020, l'Égypte franchit le cap des cent millions d'habitants. Elle est le pays arabe le plus peuplé ainsi que le troisième pays africain, derrière l'Éthiopie et le Nigeria.

Langues

Article détaillé : Langues en Égypte.

La langue officielle de l'Égypte est l'arabe standard moderne. Le dialecte égyptien ressemble à l'arabe classique, malgré quelques différences de prononciation de quelques lettres et la vocalisation de certains mots qui changent selon les provinces et les villages. Deux lettres se distinguent particulièrement : le ج et le ق ; par exemple, pour la première le mot beau se prononce jamīl en Haute-Égypte et gamīl en Basse-Égypte, pour la deuxième le mot coupole se prononce gubba en Haute-Égypte et ʔubba en Basse-Égypte.

Langue internationale par excellence, c'est l'anglais qui, en tant que langue étrangère, exerce le plus d'influence (école, administration) en Égypte aujourd'hui, mais le français y a été longtemps la langue de la bourgeoisie et de la justice internationale. Aujourd'hui l'influence du français a diminué, même si l'élargissement du caractère francophile de l'Égypte a pris de l'expansion ces dernières années.

Culture

Articles détaillés : Cultures antiques de l'Égypte, Littérature de l'Égypte, cinéma égyptien, musique égyptienne, cuisine égyptienne et liste de musées en Égypte.

Les fêtes religieuses en Égypte varient suivant le calendrier lunaire (Baîrams, Aïd el-Kebir, Mouled el-Nabi). Le calendrier islamique étant plus court que le calendrier grégorien, les fêtes religieuses reculent de onze jours environ tous les ans. Le ramadan est également un temps important pour les Égyptiens musulmans, pour faire des rencontres et participer aux nombreuses fêtes qui débutent à la rupture du jeûne.

Principales fêtes

Les Mawlid, mélange de foire et de fête religieuse célèbrent l'anniversaire d'un saint local, et donnent lieu à une débauche de couleurs, de nourriture, de spectacles, de bénédictions.

Événements culturels

Sports

Football

Le football est le sport le plus populaire du pays. Le Al Ahly Sporting Club est le plus connu du pays et le plus titré du continent, avec onze Ligues des champions à son palmarès. Son grand rival est le Zamalek Sporting Club.

L'équipe nationale égyptienne a remporté sept fois la coupe d'Afrique des nations de football (un record), dont trois titres consécutifs, en 2006, 2008 et 2010.

Autres sports

Le squash, le tennis et le volley-ball sont également très populaires en Égypte. Les équipes nationales de basket et handball font partie des meilleures en Afrique, mais peinent à s'imposer au niveau international. Depuis les années 2010, le squash mondial est dominé par les Égyptiens avec de multiples titres de champion du monde pour Ramy Ashour et Nour El Sherbini et une domination sans partage au classement individuel.

Jeux olympiques

Articles détaillés : Égypte aux Jeux olympiques d'été de 2004, Égypte aux Jeux olympiques d'été de 2008, Égypte aux Jeux olympiques d'été de 2012 et Égypte aux Jeux olympiques d'été de 2016.

L'Égypte participe aux Jeux olympiques d'hiver de 2018 de Pyeong-Chang en Corée du Sud.

Sciences

L’Institut National de Recherche en Astronomie et Géophysique (National Research Institute of Astronomy and Geophysics - NRIAG) fondé en 1839 sous la dénomination de Royal Observatory est installé à Helwan.

L'Égypte est membre de l'Union astronomique internationale via son Académie de la recherche scientifique et de la technologie ( (Academy of Scientific Research & Technology - ASRT) créée en septembre 1971 par le décret présidentiel no 2405.

Article connexe : Astronomie en Afrique#Égypte.

Notes et références

Notes

  1. Carte géologique détaillée de l'Égypte éditée par l'Egyptian Geological Survey and Mining Authority, tirée de « Préhistoire du Nil », sur actugeologique.fr, 7 mars 2019
  2. Le dromadaire a une seule bosse contrairement au chameau qui en a deux, même si le dromadaire est appelé chameau en Afrique.

Références

  1. Egypt, ONU, consulté le 24 sept 2021.
  2. Rapport sur le développement humain 2021/2022 : Temps incertains, vies bouleversées : façonner notre avenir dans un monde en mutation, New York, Programme des Nations unies pour le développement, septembre 2022, 337 p. (ISBN 978-92-1-126452-4, lire en ligne).
  3. (en) « Gini index », sur Banque mondiale (consulté le 24 avril 2023).
  4. (en) Martin J. Wolf, John W. Emerson, Daniel C. Esty, Alex de Sherbinin, Zachary A. Wendling et al., 2022 Environmental Performance Index, New Haven, Connecticut, États-Unis, Yale Center for Environmental Law & Policy, 2022, 192 p. (lire en ligne ).
  5. cf. Misraïm.
  6. Trésors cachés de la Moyenne Égypte, Franceinfo, 19 avril 2015.
  7. Bernard Bessoles, Roland Trompette, Géologie de l'Afrique, BRGM, 1980, p. 7-8
  8. (en) « Egypt plans new capital adjacent to Cairo », sur aljazeera.com, 14 mars 2015 (consulté le 20 juin 2018).
  9. Tenue à l'écart, la France, qui soutenait Méhémet Ali dans l’espoir de s’assurer une influence en Palestine, subit « un Waterloo diplomatique » selon l'expression d'Alphonse de Lamartine.
  10. Hourani 1993, p. 363.
  11. Jolly 2008, p. 91.
  12. Anouar Abdel-Malek, « Le nassérisme dans l'histoire de l’Égypte », Manière de voir,‎ 2011.
  13. Les Pharaons de l'Égypte moderne, Arte, 9 août 2016.
  14. Dan Tschirgi, « Des islamistes aux zapatistes, la révolte des « marginaux de la terre » », Le Monde diplomatique,‎ 1er janvier 2000 (lire en ligne).
  15. Alain Gresh, « Géographie du chaos au Proche-Orient », sur Le Monde diplomatique, 2012.
  16. « Égypte : La charia reste « source principale » de la loi », sur www.20minutes.fr, 29 novembre 12.
  17. Hélène Sallon, « En Égypte, Sissi remporte la présidentielle haut la main mais peine à mobiliser », Le Monde,‎ 30 mars 2018 (lire en ligne).
  18. Hélène Sallon, « La résignation des Égyptiens, qui votent pour consolider ou non le pouvoir du président Sissi », Le Monde,‎ 23 avril 2019 (lire en ligne).
  19. « Égypte : la dangereuse dérive autoritaire du président Sissi », Le Monde,‎ 20 avril 2019 (lire en ligne).
  20. Le Rapport 2010 d'Amnesty International mentionne notamment qu'en 2010 « la torture et les mauvais traitements était systématiques dans les postes de police, les prisons et les centres de détention des services de renseignement. »« Égypte - Rapport 2010 d'Amnesty International », sur amnesty.org.
  21. (en) The New York Times Editorial Board, « Reining in Egypt’s Military Aid », New York Times,‎ 4 octobre 2014 (lire en ligne, consulté le 14 octobre 2014) : « Depuis le coup d'État de juillet 2013, le pays est revenu à ses attaches autoritaires en emprisonnant les opposants, étouffant les voix contraires et calomniant les islamistes pacifiques. »
  22. « Égypte 2017/2018 », sur Amnesty International (consulté le 7 juillet 2018).
  23. « Égypte — Événements de 2017 », sur Human Rights Watch (consulté le 7 juillet 2018).
  24. (en) Nourhan Fahmy, « 658 violations against journalists during Al-Sisi’s first year in office: ECRF », Daily News Egypt,‎ 4 août 2015 (lire en ligne).
  25. Stéphanie Floray, « Égypte : paroles de femmes face à l'excision », Rue89, 19 septembre 2007 (consulté le 26 février 2010).
  26. « Statistiques », sur unicef.org.
  27. AFP, « L’Égypte bloque le site d’Al-Jazira et d’autres médias qui ne lui sont pas favorables », Le Monde,‎ 25 mai 2017 (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 26 mai 2017).
  28. Florence Richard, « La répression se poursuit en Égypte avec l'arrestation du journaliste Waël Abbas », France 24,‎ 24 mai 2018 (lire en ligne).
  29. (en) « Egypt: On the second anniversary of his detention, the FIDH and OMCT are standing in solidarity with Zyad al-Elaimy », sur International Federation for Human Rights (consulté le 25 juin 2021).
  30. « Égypte. L’économie va mieux que les Égyptiens », sur Orientxxi.info, 12 novembre 2019.
  31. (en) « Egypt detains 2 journalists, including 1 with COVID-19 who was quarantined, now hospitalized », sur CPJ (consulté le 4 septembre 2020).
  32. « Une ONG appelle l'Égypte a libérer deux journalistes, dont un malade », sur Le Figaro (consulté le 4 septembre 2020).
  33. « Égypte : Arrestation et diffamation des témoins d’un viol collectif », sur Human Rights Watch (consulté le 11 septembre 2020).
  34. « Égypte : quatre détenus décédés en prison en moins de 72 heures », sur Le Figaro (consulté le 3 septembre 2020).
  35. « Égypte : Des stars de Hollywood appellent les autorités du pays à libérer la militante Sanaa Seif », 4 août 2020 (consulté le 18 mars 2021).
  36. (en) « Egypt: Human rights activist arrested outside Public Prosecutor’s office », sur Amnesty International (consulté le 23 juin 2020).
  37. (en) « Egypt: Human Rights Activist Detained for a Third Time: Sanaa Seif », sur Amnesty International (consulté le 7 septembre 2020).
  38. « Égypte : libération d'une journaliste arrêtée à Louxor », sur Independent (consulté le 6 octobre 2020).
  39. (en) « Egypt: 49 Executions in 10 Days », sur Human Rights Watch (consulté le 22 octobre 2020).
  40. « Près d'une cinquantaine d'exécutions en octobre », sur L’Orient le Jour (consulté le 22 octobre 2020).
  41. https://orientxxi.info/magazine/union-europeenne-egypte-un-partenariat-qui-pietine-les-valeurs-fondamentales,4284.
  42. « Égypte : des militants des droits humains arrêtés après avoir rencontré des diplomates européens », sur FIDH (consulté le 20 novembre 2020).
  43. « Égypte. La hausse alarmante des exécutions révèle la gravité de la crise des droits humains », sur Amnesty Interntional (consulté le 2 décembre 2020).
  44. « Égypte : Amnesty dénonce une « frénésie d'exécutions » », sur Le Figaro (consulté le 2 décembre 2020).
  45. « La justice égyptienne classe une vieille affaire sur vingt ONG », sur Tribune de Genève (consulté le 6 décembre 2020).
  46. « L’Égypte, prison pour journalistes », sur RFI (consulté le 26 décembre 2020).
  47. (en) « Egypt must immediately release journalist Tawfik Ghanem after 150 days in detention », sur International Service for human Rights (consulté le 28 octobre 2021).
  48. (en) « Egypt: Two Singers Convicted on ‘Morality’ Charges », sur Human Rights Watch (consulté le 27 avril 2022).
  49. « Égypte : Arrestations et restrictions au droit de manifester à l’approche de la COP27 », sur Human Rights Watch (consulté le 6 novembre 2022)
  50. « Sameh Choukri, ministre égyptien des Affaires étrangères », France 24,‎ 3 septembre 2014 (lire en ligne, consulté le 17 janvier 2017).
  51. « L’Égypte cède deux îles stratégiques à l’Arabie saoudite », sur rfi.fr, 11 avril 2016 (consulté le 11 avril 2016).
  52. « L’Égypte rétrocède deux îles à l’Arabie saoudite », sur tsa-algerie.com, 14 juin 2017 (consulté le 25 juin 2017).
  53. « L’Égypte rend deux îlots stratégiques de la mer Rouge à l’Arabie saoudite », sur lemonde.fr, 24 juin 2017 (consulté le 25 juin 2017).
  54. « L'Égypte réaffirme son opposition à toute intervention étrangère en Libye », sur China (consulté le 28 juillet 2020).
  55. (en) « Egypt has received four French-made GM 400 air defense radars », sur Army Recognisation (consulté le 15 mai 2021).
  56. « L’Égypte devrait passer commande de trente avions de combat Rafale supplémentaires à la France », sur Le Monde (consulté le 3 mai 2021).
  57. (en) « France agrees sale of war planes to Egypt », sur DW News (consulté le 3 mai 2021).
  58. Bernard Lugan, « L'Afrique du Nord sous tension », Conflits : histoire, géopolitique, relations internationales, no 13,‎ janvier-mars 2017, p. 61-63.
  59. WIPO, « Indice mondial de l’innovation 2023 - L’innovation dans un climat d’incertitude », sur wipo.int (consulté le 17 février 2024)
  60. « Égypte. Le gouffre d’une dette alimentée par l’armée », sur orientxxi.info.
  61. (en-US) Yehia Hamed, « Egypt’s Economy Isn’t Booming, It’s Collapsing. », sur Foreign Policy (consulté le 9 juin 2019).
  62. Le secteur ferroviaire égyptien, gouv.fr, 24 juin 2018.
  63. L’Égypte se dote d’une première ligne TGV, jackpot pour Siemens, capital, 1er septembre 2021.
  64. Le secteur de la santé en Égypte, gouv.fr, 20 janvier 2018.
  65. « Covid-19 : l'Égypte commence sa campagne de vaccination par les soignants », sur RFI, 24 janvier 2021 (consulté le 3 octobre 2021).
  66. Emmanuèle Frois, « La Vierge, les coptes et moi : un film miraculeux », sur lefigaro.fr, 28 août 2012 (consulté le 23 février 2021).
  67. « Egypt - The World Factbook », sur www.cia.gov, The World Factbook (consulté le 6 janvier 2021).
  68. (en) « Religion & Public Life », sur Pew Research Center (consulté le 11 avril 2018).
  69. « Quatre Égyptiens lynchés à mort, car ils étaient chiites », Slate Afrique,‎ 28 juin 2013 (lire en ligne, consulté le 11 mars 2018).
  70. (en) Martyn Thomas et Adly Youssef, Copts in Egypt : a Christian minority under siege, Vandenhoeck & Ruprecht, 2006, 192 p. (ISBN 3-85710-040-0, lire en ligne), p. 47.
  71. (en) « Baha'i of Egypt », sur minorityrights.org, octobre 2017 (consulté le 2 novembre 2020).
  72. (en) Meeting with Mr. Securel of Cairo, Egypt, Oct. 28, 1948, AJC/FAD-1, Box 12, Foreign Countries, Egypt.
  73. (en) Mangoubi, Rami, « A Jewish Refugee Answers Youssef Ibrahim », Middle East Times, 30 octobre 2004.
  74. (en) Joel Beinin, The Dispersion of Egyptian Jewry: Culture, Politics, and the Formation of a Modern Diaspora; introduction.
  75. (en) Najat Abdulhaq, Jewish and Greek Communities in Egypt : Entrepreneurship and Business before Nasser, 2016, 384 p. (ISBN 978-0-85772-992-7, 0-85772-992-6 et 978-0-85772-795-4, OCLC 949885371, lire en ligne), p. 198.
  76. « Jews of Egypt », sur www.jewishvirtuallibrary.org (consulté le 23 février 2021).
  77. (en)Mangoubi, Rami, « My Longest 10 Minutes », The Jerusalem Post, 30 mai 2007.
  78. Joel Beinin, The dispersion of Egyptian Jewry : culture, politics, and the formation of a modern diaspora, University of California Press, 1998 (ISBN 978-0-520-92021-7, 0-520-92021-X et 0-585-13078-7, OCLC 44963168, lire en ligne).
  79. AFP, « Égypte : annulation d'une cérémonie pour la réouverture d'une synagogue », sur L'Express, 14 mars 2010 (consulté le 22 juin 2010).
  80. « Amir Ramses », sur Le Figaro.fr (consulté le 23 février 2021).
  81. Franceinfo, « L'Égypte franchit le cap symbolique des 100 millions d'habitants », sur www.francetvinfo.fr (consulté le 14 février 2020).
  82. « Que reste-t-il de la francophonie en Égypte ? », sur L'Orient littéraire, mai 2009 (consulté le 20 décembre 2015).
  83. Moulid, qui signifie naissance en arabe, est une célébration d'une personne sainte. Il est célébré aussi bien par les musulmans que les chrétiens en Égypte, pour honorer leurs saints. Bien que la majorité des Égyptiens soient musulmans, certains saints coptes sont également honorés dans des célébrations.
  84. « CAN : histoire, palmares, liste des vainqueurs », sur mada-sport.com (consulté le 6 janvier 2017).
  85. (en) « National Research Institute of Astronomy and Geophysics (NRIAG) », sur Site officiel du National Research Institute of Astronomy and Geophysics (NRIAG) (consulté le 30 octobre 2022).
  86. (en) « The Egyptian House of Expertise and Think Tank. », sur Academy of Scientific Research & Technology (ASRT) (consulté le 30 octobre 2022).

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes